Navigation – Plan du site

Larry J. Schaaf, The Photographic Art of William Henry Fox Talbot, Princeton, Oxford,Princeton University Press , 264 p., 119 ill. coul., 75 $.

Marta Braun

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 1980, l'historien de la photographie Larry Schaaf a voué ses recherches au pionner de la photographie William Henry Fox Talbot. Publié à l'occasion du bicentenaire de la naissance, ce livre est le cinquième qu'il consacre au savant anglais et se présente comme l'une des monographies les plus complètes consacrée à l'oeuvre d'un photographe. De grand format (27 x 33 cm), l'ouvrage comprend une sélection d'une centaine de positifs et de négatifs, imprimés en couleurs sur un fort papier mat, qui respecte les dimensions et les teintes subtiles des originaux. Suivant grosso modo l'ordre chronologique, cet ensemble permet de suivre les étapes de l'évolution de l'oeuvre, depuis les premières expériences de l'été 1835, la découverte du dessin photogénique, jusqu'aux calotypes et aux épreuves sur papier salé de l'automne 1845. Il illustre en même temps l'étendue du spectre des sujets traités par Talbot ; paysage, portrait, nature morte, photomicrographies, reproductions d'oeuvres et essais de gravure photomécanique.

2Ce volume anniversaire n'est pas qu'un beau livre de photographies de plus. Chaque image est accompagnée d'un commentaire, fruit de la recherche exhaustive de l'auteur. Dans son entreprise d'établir un catalogue raisonné de l'oeuvre, celui-ci a mis au point une base de données qui permet de documenter et de relier entre eux quelque quinze mille tirages et négatifs, ainsi que la correspondance complète de Talbot avec son entourage. Cet immense travail est condensé dans les textes du volume : Schaaf analyse non seulement le sujet et les mérites de chaque image, mais il ajoute des éléments d'information biographique, discute son rôle dans la naissance de la photographie, ses ambitions esthétiques, l'histoire sociale, les relations familiales, les données techniques, le matériel et les procédés, les problèmes de l'amateur et la pratique de la collection. Un des premiers dessins photogéniques de bruyère, originellement réalisé en vue d'être offert à John Herschel, fournit par exemple le point de départ à l'analyse de l'amitié qui lia les deux savants et de l'importance de la photographie dans leur intérêt commun pour la botanique. Une autre reproduction ("Trunk of Larch", p. 84) sert à introduire la pratique de l'exposition de Talbot à la Graphic Society et ses méthodes de collecte ; la légende de la célèbre "Échelle" de 1844 traite des relations de Talbot avec ses serviteurs et employés lors des mouvements ouvriers produits par le passage de l'agriculture à la manufacture dans le Wiltshire.

3Les reproductions ont été sélectionnées pour donner un aperçu aussi large que possible de l'état des collections, et le texte inclut souvent l'histoire fascinante des entrées de chaque pièce dans les différents fonds, et de son importance en leur sein. L'achat par William Ivins d'un album de Talbot en 1936 au libraire londonien E. P. Goldschmidt (qui l'avait lui-même acquis, selon Schaaf, auprès du "pittoresque libraire parisien" Mario Galanit) marqua le début de la collecte d'oeuvres de Talbot par le Metropolitan Museum de New York. Une image de la fenêtre Oriel à Lacock, appartenant aujourd'hui à l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, fournit l'un des premiers exemples de la campagne de relations publiques entreprise par la mère de Talbot : c'est lady Elizabeth Fieding, qui remit le négatif entre les mains d'un académicien russe de passage, dans l'espoir de faire connaître au public le travail de son fils.

4L'auteur aborde également la question de Talbot artiste - un artiste qui grandit en force à mesure qu'il apprend à voir à travers l'appareil photographique. Issu du commentaire des images elles-mêmes - merveilleux mélange de négatifs et de tirages connus avec d'autres totalement inédits -, ce point de vue n'est pas toujours soutenu par l'interprétation que Schaaf fait de l'iconographie de Talbot. Il est difficile de croire, en effet, que la porte ouverte dans le "Soliloquy of the Broom" (p. 106) symbolise "la frontière entre la vie et la mort" et qu'ici, entrouverte, elle représente l'espoir - ou encore, que le chèvrefeuille représente "une vingtaine de doigts tendus [¤] invitants plutôt que menaçants" (p. 186). Fort heureusement, de tels écarts sont rares.

5The Photographic Art of William Henry Fox Talbot forme à l'évidence une référence de poids pour les études futures consacrées à ce photographe. Et comme il semble que bon nombre d'entre elles seront rédigées par Larry Schaaf, cela laisse présager du meilleur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Braun, « Larry J. Schaaf, The Photographic Art of William Henry Fox Talbot, Princeton, Oxford,Princeton University Press , 264 p., 119 ill. coul., 75 $. », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/251. consulté le 22 octobre 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle