Navigation – Plan du site

Blanquart-Évrard et la consécration de Lille à la Vierge

Alexandre Allain
p. 148-152

Texte intégral

1Toutes les images sorties de l’Imprimerie photographique, que l’industriel lillois – et défenseur passionné de la photographie – Louis Désiré Blanquart-Évrard a fait fonctionner à Loos (banlieue de Lille) de 1851 à 1855, revêtent une importance particulière dans l’histoire de la photographie, dans la mesure où il s’agit de la première tentative de production à une échelle industrielle d’images photographiques – doublée, qui plus est, d’un véritable programme éditorial. La thèse d’Isabelle Jammes, Blanquart-Évrard et les origines de l’édition photographique française¤: catalogue raisonné des albums photographiques édités 1851-1854, publiée chez Droz en 1981, a recensé à partir de quinze collections publiques et privées (en France, en Belgique, aux États-Unis et au Canada), et diffusé sous forme de reproductions, cinq cent cinquante-cinq images, regroupées en vingt-quatre séries1. L’auteur écrivait alors que « les découvertes, toujours possibles dans ce domaine, ne devraient pas modifier de titres de ces séries », tout en estimant certain qu’au sein de ces séries, « plusieurs planches restent à découvrir ».

2Quelques photographies consacrées au jubilé séculaire de Notre-Dame de La Treille (Lille) de 1854, conservées à la bibliothèque municipale de Lille – mais en dehors du fonds Blanquart-Évrard – et à la Bibliothèque nationale de France constituent effectivement un échantillon inconnu jusqu’ici2 de cette production. Assurément, ce jubilé fut l’événement phare de la vie lilloise en 1854. La procession annuelle en l’honneur de la statue de Notre-Dame de la Treille (une Vierge Marie entourée d’une grille de fer, ou “treille”) est une tradition lilloise depuis 1269, renouée, après une interruption consécutive à la Révolution, en 1844. En 1854, il s’agit également de fêter le six-centième anniversaire des miracles de 1254 (plusieurs guérisons imputées à la statue), et de confirmer la consécration de Lille à la Vierge de 1634, le tout dans le contexte de l’union du trône et de l’autel qui caractérise le début du Second Empire.

3Ces cinq photographies représentent l’une, la seule statue, et les quatre autres, des étapes de la procession qui a marqué le dernier jour (le 2 juillet) du jubilé de 1854. Les deux plus réussies ont servi de modèle à des lithographies des frères Boldoduc, célèbres graveurs lillois, insérées dans un ouvrage édité à l’occasion du jubilé, Histoire complète des fêtes célébrées à Lille en 1854 à l’occasion du jubilé séculaire de Notre-Dame de La Treille patronne de cette ville (Lille, Lefort, 1854, 220 p.), dont l’auteur, l’abbé Capelle, n’est autre que l’organisateur de l’événement. La première3 représente “Les évêques et le clergé au moment du départ de la procession place Sainte-Catherine4”, selon le titre de la lithographie correspondante¤: les ecclésiastiques, qui entourent la châsse en or de sept mètres de haut dans laquelle est placée la statue, forment un cercle devant lequel vont défiler les trois premières parties de la procession (délégations des six paroisses lilloises¤; délégations des hospices, corps de métiers, associations de charité¤; défilé des reliques des principaux patrons de la région). La deuxième5, ou “Station de la procession sur la Grand’Place” selon le titre de la lithographie, prise depuis le centre de la Grand’Place (probablement depuis la colonne commémorative du siège de 1792) à 18 heures 15 (ainsi que l’indique une horloge), montre l’évêque de Nevers, Mgr Dufêtre, en train de consacrer la ville à la Vierge devant une foule compacte6.

4Ces deux photographies sont, parmi les cinq conservées à la bibliothèque municipale de Lille, les seules dont nous retrouvons un exemplaire – versé au titre du dépôt légal, ainsi qu’en atteste un cachet, dès 1854 – à la Bibliothèque nationale de France (Eo6 t8, n° 147 et 148). Elles y sont reliées dans un album dans lequel elles font suite aux deux premières planches de la série Recueil photographique. Il convient de remarquer qu’elles s’intégreraient assez mal dans cette série, consacrée majoritairement, à part quelques photographies de paysages, à la photographie d’architecture. Peut-être Blanquart-Évrard a-t-il conçu le projet d’une série autonome consacrée à Notre-Dame de la Treille¤? En effet, la pose de la première pierre d’une nouvelle église a eu lieu à l’occasion du jubilé. Blanquart-Évrard ne pouvait prévoir ni la remarquable lenteur des travaux (qui ne devaient s’achever qu’en… 1999), ni selon Isabelle Jammes, d’après qui l’interruption eut lieu de façon soudaine, la fermeture de son établissement dès l’année suivante. Dans cette hypothèse d’une série autonome, il paraît cependant surprenant que l’événement ait été photographié avec une telle parcimonie¤: avec l’emplacement dont il disposait place Sainte-Catherine, le photographe aurait pu capter les images des six paroisses de Lille venant se présenter devant Notre-Dame de la Treille et celles du défilé des reliques des saints, restituées par les pittoresques gravures qui émaillent un autre ouvrage publié en 1854, Histoire du jubilé séculaire de Notre-Dame de la Treille (Lille, Ernest Vanackere, 1854, 200 p.), par Charles de Franciosi. À moins, bien sûr, que les photographies retrouvées à la bibliothèque municipale de Lille ne représentent qu’une partie de ce qui a été réalisé ce jour-là…

5D’après le témoignage de Charles de Franciosi, l’auteur de la photographie de la statue7, qui a servi de modèle à une des deux médailles officielles célébrant le jubilé, n’est autre que Blanquart-Évrard en personne. Pour les photographies prises le 2 juillet, nous n’avons aucun indice concernant l’identité de l’auteur, si ce n’est qu’il paraît probable que deux personnes différentes aient officié place Sainte-Catherine et Grand’Place. Il ne devait guère être pratique de se déplacer de l’un à l’autre de ces points en même temps que la procession, au milieu d’une foule compacte, sans parler des difficultés d’installation du matériel. Nous savons par ailleurs que ce n’est pas le célèbre photographe lillois Le Blondel qui a pris la photographie de la Grand’Place, puisque le musée de l’Hospice Comtesse, à Lille, possède une photographie prise au même moment par Le Blondel depuis l’étage d’une des maisons de la place.

6Cette photographie événementielle, qui montre des groupes humains dans le cadre de fêtes urbaines, qui capte l’ambiance d’une place noire de monde, apparaît isolée dans la production de Blanquart-Évrard. Si les images de sa région sont assez bien représentées, il s’agit de photographies de monuments (places, églises…), de ports, de paysages, de scènes de la vie rurale. En ce sens, ces images, quelles que soient les incertitudes qui les entourent, apportent un complément tout à fait bienvenu, puisque le programme de Blanquart-Évrard était justement d’illustrer toutes les possibilités du nouveau médium et d’ouvrir un large éventail de sujets.

7Par ailleurs, la commande à Blanquart-Évrard d’une photographie de la statue pour aider à l’exécution de la médaille, mais aussi le fait qu’un emplacement ait très certainement été réservé pour prendre les photographies place Sainte-Catherine et Grand’Place8 – nous n’avons pas trouvé de documents l’attestant, mais nous voyons mal comment il aurait pu en être autrement, d’autant que les photographies devaient inspirer des lithographies insérées dans le très officiel ouvrage de l’abbé Capelle –, montrent que la photographie avait toute sa place dans une célébration pourtant si ancrée dans la tradition et le vénérable passé de la ville. Dans le chapitre où il entend présenter « ce qu’ont produit les Beaux-Arts pour la glorification de Notre-Dame », Charles de Franciosi n’omet d’ailleurs pas d’y inclure la photographie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Allain, « Blanquart-Évrard et la consécration de Lille à la Vierge », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 01 octobre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/247. consulté le 22 juillet 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques