Navigation – Plan du site

Images en relief et images changeantes

La photographie à réseau ligné
Kim Timby
p. 124-143

Notes de la rédaction

Ce travail a été cofinancé par une allocation de formation et de recherche du ministère de la Culture et de la Communication (Patrimoine photographique) pour l’accès aux brevets et par le musée Carnavalet dans le cadre de l’exposition “Paris en 3d, de la stéréoscopie à la réalité virtuelle”, dont Kim Timby était l’une des commissaires.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Michèle Bonnet, Gérard Lévy, Pierre Parreaux et le Stéréo-Club français, Hélène Pradel, Françoise Reynaud, Catherine Tambrun, le personnel de l’Institut national de la propriété industrielle et tout particulièrement Michel Frizot, pour leur précieux concours.

Fig. 1. E. Estanave, autoportrait, détail, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent et réseau ligné vertical sur verre, 18,1 x 12 x 0,1 cm, après 1907.

1La photographie en relief avait été soumise à l’utilisation de dispositifs nécessaires au visionnement, tels qu’un stéréoscope ou une paire de lunettes rouge et verte. Le réseau ligné bouleverse ce schéma car il rend possible une image visible directement en relief, sans l’utilisation d’un appareil par le spectateur. La photographie à réseau ligné paraît créer d’elle-même un effet de volume, comme par magie et sans accessoire. Le fait qu’elle se fonde sur la vision binoculaire est caché : elle n’est ni double comme une vue stéréoscopique classique, ni regardée à travers deux oculaires. Il n’y a plus de dispositif apparent qui puisse être perçu comme responsable de l’effet de relief. Le rapport du spectateur à l’image se transforme.

  • 1 Le réseau est l’élément permettant d’identifier ce procédé. Les rayures noires sont visibles à l’œi (...)

2Le principe du réseau ligné est simple : il s’agit d’une “grille” (le plus souvent sur verre) formée alternativement de lignes opaques et transparentes1 (fig.1). Ce réseau permet d’imbriquer un ou plusieurs couples stéréoscopiques (conservant au minimum deux vues, une pour chaque œil). Fixé à quelques millimètres devant le cliché final, le réseau permet de visionner le relief en réservant une vue différente pour chaque œil.

3Même si elles n’atteignent jamais le niveau de diffusion – ou de reconnaissance – des vues stéréoscopiques (véritable phénomène de société au Second Empire et au début du xxe siècle), les images à réseau bouleversent la conception de la photographie en relief. Pour comprendre leur spécificité, il faut les considérer en particulier à la lumière d’un autre type de production à réseau ligné qui leur est contemporain : les images “changeantes”. Nous verrons à travers l’histoire de cette imagerie surprenante, en trois dimensions ou à effet animé, que la vraie révolution de la photographie en relief à réseau ligné se trouve ailleurs que dans ce qui a motivé son invention, c’est-à-dire ailleurs que dans la simple commodité pour le spectateur de la suppression du stéréoscope. Du nouveau dispositif de visionnnement “invisible” viennent de nouvelles exigences pour le spectateur, puis enfin la véritable récompense : un effet de relief tout autre.

La stéréoscopie sans stéréoscope

  • 2 A. Berthier, “Images stéréoscopiques de grand format”, Le Cosmos, mai 1896, p. 229-231.

4C’est en 1896 que le réseau ligné est appliqué à la photographie en relief pour la première fois, par A. Berthier2. La stéréoscopie a été très en vogue au Second Empire et commence, en 1896, à revenir à la mode après une vingtaine d’années d’accalmie. L’observation des vues stéréoscopiques sans stéréoscope fait l’objet de recherches depuis une quarantaine d’années. Le principe des anaglyphes, où les deux images sont superposées et observées à travers des lunettes bicolores, est en particulier connu en France (lieu de notre enquête) depuis 1858, et attire l’attention à partir de 1890.

Fig. 2 et 3. A. Berthier, Fabrication d’une photographie composite à partir d’une vue stéréoscopique, Le Cosmos, mai 1896, p. 231.

Fig. 4. A. Berthier, fonctionnement d’une photographie en relief à réseau ligné, Le Cosmos, mai 1896, p. 229.

5Berthier fait connaître son idée modestement, dans un article retraçant l’histoire des stéréoscopes. Pour créer une photographie en relief à réseau ligné, il travaille à partir d’un négatif stéréoscopique obtenu de manière traditionnelle. La vue stéréoscopique doit être décomposée en bandes fines, qui sont intercalées en alternant des éléments des images droite et gauche (fig. 2, dans laquelle Berthier dit avoir « exagéré considérablement les dimensions » des bandes : les éléments des deux images ont été combinées en alternance pour former la figure 3). Idéalement, cette opération s’effectue pendant le tirage des images sur papier. Le réseau – constitué de lignes opaques tracées sur une plaque de verre – est placé sur le papier sensible lors de l’impression d’une des vues (la gauche, par exemple). Il est ensuite décalé de la largeur d’une bande pour révéler les parties du papier auparavant protégées et couvrir celles déjà impressionnées ; la seconde vue (la droite) est tirée dans les espaces vides. Berthier explique (fig. 3) comment cette image composite est perçue en relief : le réseau sur verre (A) est placé devant l’image (P) et fixé à quelques millimètres, de manière à permettre à chaque œil de voir seulement les éléments qui lui sont destinés, les autres étant masqués par les lignes opaques. Ainsi, l’ensemble fonctionne grâce à la parallaxe entre les deux yeux.

Fig. 5. E. Estanave, femmes et chat, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, cadre en carton, 17,5 x 13,2 x 0,5 cm, 1913.

  • 3 Frederic E. Ives, “A novel stereogram”, The Journal of the Franklin Institute, jan. 1902, p. 51-52.
  • 4 J. Violle, “La stéréoscopie sans stéréoscope”, Comptes rendus de l’Académie des sciences, (ci-desso (...)
  • 5 Eugène Estanave, Relief photographique à vision directe. Photographies animées et autres applicatio (...)

6La proposition de Berthier n’a pas suscité beaucoup de réactions dans le monde photographique, et le véritable début de ce procédé en France semble se situer six ans plus tard. L’Américain Frederic Eugene Ives (1856-1937) invente des photographies à réseau ligné baptisées “Parallax Stereograms” indépendamment de Berthier3. Elles impressionnent l’industriel Léon Gaumont (alors actif dans la commercialisation de stéréoscopes et d’appareils de prise de vue stéréoscopique) pendant un voyage aux États-Unis ; il en rapporte des exemples de l’Exposition de Saint-Louis et réussit à les faire présenter à l’Académie des sciences à Paris, le 24 octobre 190444. C’est en s’inspirant de ces travaux que le mathématicien Eugène Pierre Estanave (1867-après 1936), figure majeure pour cette technique en France, commence ses propres recherches, écrivant plus tard que ce fut « M. L. Gaumont qui [l]’incita lui-même à étudier ce nouveau procédé de stéréoscopie5 ».

  • 6 D’autres images non retrouvées – portraits et paysages – sont citées dans ses textes.
  • 7 Quatre de ces vues sont reproduites dans Paris en 3d, Londres/Paris, Booth-Clibborn/Paris-Musées, 2 (...)
  • 8 L’image ne dépasse que rarement 10 x 15 cm.

7Nous connaissons aujourd’hui une quinzaine6 de vues en relief d’Estanave qui sont assez artisanales et dont les sujets sont variés : portraits, photos de famille (fig. 5), sujets religieux, paysages, natures mortes, ainsi qu’un renard empaillé, une sculpture, un crâne7… Ces petites images8 sont épaisses et relativement lourdes, car souvent composées de deux plaques de verre. Avec ces photographies, il est enfin possible d’analyser le nouveau rapport entre le spectateur et l’image en relief qui naît avec le réseau ligné. Il faut essayer de voir l’effet en cherchant le bon angle de vision. En changeant lentement l’inclinaison de la plaque devant une lumière diffuse, on découvre la position précise où les lignes du réseau recouvrent les bonnes portions de l’image et où on voit donc les plans s’étager nettement. Ce relief persiste tant qu’on ne bouge pas.

  • 9 Même si, par la suite, Estanave et d’autres préfèrent parfois travailler d’après des négatifs pris (...)
  • 10 Pour plus d’informations sur les techniques d’Estanave, voir Michel Frizot, “Les réseaux lignés”, P (...)
  • 11 Pour cela, Estanave place des morceaux de carton de l’épaisseur nécessaire entre les deux plaques d (...)

8Estanave fait évoluer l’image à réseau ligné par rapport au mode artisanal de Berthier en développant, en particulier, un système pour enregistrer les images directement d’après nature9. Pour cela, l’appareil photographique est muni d’un « objectif percé de deux ouvertures » correspondant à l’écart entre les yeux (voir fig. 15). Le réseau ligné (sur verre) est placé à quelques millimètres du négatif (également sur verre), de manière à ce que les images venant des deux ouvertures s’imbriquent parfaitement en alternance sur la surface sensible10. Après le développement du négatif et le tirage d’une image positive sur une autre plaque de verre, le réseau est utilisé pour visionner l’effet de relief en le montant11 sur la plaque finale exactement dans la même position que sur le négatif lors de la prise de vue. Ainsi, le réseau ligné induit non seulement une façon de présenter une image prise avec un appareil binoculaire courant, mais aussi des techniques d’enregistrement spécifiques. Cependant, ces photographies restent compliquées à fabriquer, demandant une installation de prise de vue lourde et spéciale.

  • 12 Brevet n° 392 871, Plaque photographique pour relief à vision directe ou plaque autostéréoscopique, (...)
  • 13 Si l’image est réalisée d’après un négatif stéréoscopique, elle sera positive sur la plaque lignée (...)

9Espérant faciliter la production des images à réseau ligné, Estanave invente en 190812 le premier objet destiné spécifiquement à la création de ce type d’image : une plaque “autostéréoscopique”. Celle-ci rend solidaires la surface sensible et le réseau en les présentant sur les faces opposées d’une même plaque de verre (dont l’épaisseur est calculée en fonction de la largeur des lignes du réseau). La prise de vue est réalisée comme précédemment, et l’épreuve finale est obtenue en inversant le négatif chimiquement sur la même plaque (le négatif étant solidaire du réseau, il ne permet pas le tirage d’images composites positives) 13. La plaque autostéréoscopique faciliterait la pratique de la photographie à réseau ligné en évitant certains calculs et le déréglage de l’ensemble, et en rendant l’œuvre finale moins lourde. Mais par la suite, Estanave ne semble pas avoir lui-même toujours utilisé ce procédé – preuve que cette plaque donnant une image unique présente aussi de vrais inconvénients.

  • 14 Un réseau spécial est utilisé pour l’enregistrement : les lignes opaques sont en plomb ou autre mat (...)
  • 15 “Fonds Bonaparte. Rapport de la commission chargée de proposer pour l’année 1908 la répartition des (...)
  • 16 Reproduit en stéréoscopie dans Paris en 3d, op. cit., p. 155.
  • 17 Bulletin de la SFP (ci-dessous : BSFP), 1925, p. 304.
  • 18 E. Estanave, op. cit.

10Du point de vue technique, un nouveau type de photographie en relief est né. Mais qu’en est-il du côté de la réception de ces images par le public ? Estanave situe ses recherches dans un contexte scientifique ; il dépose des brevets, présente ses techniques à la Société française de photographie et à l’Académie des sciences. Parmi tous ses travaux, c’est la radioscopie en relief14 qui semble avoir le plus intéressé ses confrères. Le physicien Gabriel Lippmann – inventeur du procédé interférentiel de photographie en couleurs et du concept de la “photographie intégrale” pour le relief à vision directe, lauréat du prix Nobel en 1908 – attache cette même année « un prix tout particulier à l’application que M. Estanave a faite de ces principes à la radiographie. M. Estanave a pu lui montrer la radiographie d’une boucle en fil de fer donnant un excellent relief. Cette application mérite d’être poursuivie, car elle est évidemment de nature à accroître notablement l’utilité et la portée des méthodes de radiographie15 ». La radiographie, vieille de seulement une dizaine d’années, est en plein développement, et le fait qu’Estanave y travaille semble l’avoir aidé à recevoir quelques subventions de recherche. Seule une image radiographique d’Estanave nous est parvenue : la forme en fil de fer citée ci-dessus16. Estanave n’en a décrit qu’une autre17, laissant planer le doute aujourd’hui sur le nombre de radiographies en relief vraiment réalisées. Cependant, cette utilisation du réseau semble avoir aussi été étudiée par quelques médecins à l’époque18.

  • 19 L.-P. Clerc, “Plaques autostéréoscopiques de M. E. Estanave donnant par vision directe l’effet stér (...)

11La complexité des images en relief à réseau ligné nécessite une approche scientifique, mais aucun laboratoire ne semble avoir créé ou utilisé ces photographies à grande échelle. Il n’y a pas de témoignage non plus dans le monde photographique indiquant qu’Estanave ait réussi à dépasser le simple effet de curiosité. Il aurait tenté de commercialiser sa plaque autostéréoscopique, car le Bulletin de la SFP annonce en 1909 : « Des plaques ainsi exécutées seront prochainement mises dans le commerce […] par l’une des plus importantes usines françaises de plaques photographiques19. » Mais si cette invention a effectivement été vendue à des scientifiques ou à des amateurs, nous n’avons retrouvé pour l’instant ni trace d’images, ni le nom de la société qui l’aurait commercialisée.

12Vers 1910, le réseau ligné est donc un dispositif viable pour l’obtention de photographies en relief, mais n’est pas très répandu. En permettant la suppression du stéréoscope, il introduit d’autres contraintes pour le photographe et autant pour le spectateur. Les images (toujours sur verre) sont fragiles et doivent être éclairées par l’arrière. Et surtout, l’effet de relief – quoique réussi et assez magique – n’est pas instantanément visible. Si le spectateur n’est pas au bon emplacement par rapport à l’œuvre, l’image est double ou pseudoscopique (profondeurs inversées et confuses). Ainsi, le relief peut même ne pas être remarqué si on ne sait pas le chercher. Et l’immobilité nécessaire une fois l’effet trouvé est un handicap. L’avantage de cette technique sur la stéréoscopie (dont l’utilisation est évidente, ludique) ne s’affirme donc pas.

  • 20 A. Berthier, loc. cit., p. 230.

13Bien qu’elle ne soit pas accueillie avec enthousiasme par le public, il n’est pas étonnant que l’idée de la photographie en relief à réseau ligné ait germé dans les esprits à ce moment précis de l’histoire. Examiné de près, le procédé a de forts liens avec une autre technique de la fin du xixe siècle, qui en constitue très probablement l’origine : la photographie en couleurs à réseau. Berthier connaît l’enregistrement des couleurs par trame, commercialisé par John Joly en 1895, car il suggère, pour la finesse du réseau dans son invention de 1896 : « Peut-être pourrait-on arriver à tracer plusieurs traits au millimètre, comme dans le procédé Jolly [sic] de reproduction des couleurs20. » Le système de Joly fonctionne par un écran de lignes colorées juxtaposées qui est – comme pour le relief – utilisé pour l’obtention de la photographie et ensuite pour sa restitution.

  • 21 F. E. Ives, loc. cit.
  • 22 E. Estanave, “Plaque à réseaux lignés donnant le relief stéréoscopique à vision directe”, CRAS, séa (...)
  • 23 Id., “Photographies à couleurs changeantes”, CRAS, séance du 1er mai 1911, t. 152, p. 1158-1159 ; « (...)

14Estanave s’inspire d’Ives, qui invente ses “Parallax Stereograms “indépendamment de Berthier en travaillant avec le réseau ligné dans un autre domaine21 : la similigravure (pour laquelle l’image est photographiée à travers une trame pour la diviser en petits éléments). Quelques années plus tard, Estanave prend également pour référence les tout derniers progrès dans la photographie en couleurs : en inventant la plaque autostéréoscopique en 1908, il dit rendre « le réseau ligné solidaire de la plaque photographique, tout comme dans les plaques autochromes [commercialisées en 1907] ou similaires on rend les écrans polychromes solidaires de l’émulsion sensible ». Pour l’autochrome, la photographie est enregistrée (et visionnée) à travers un écran formé de petits grains de trois couleurs qui est couché sur le même côté de la plaque de verre que le gélatino-bromure. Estanave réalise même des vues en relief et en couleurs avec une plaque qu’il propose d’appeler “autostéréochrome22” (comportant les deux types d’écran, ligné et à points colorés). Et en 1911, il fait connaître des photographies “à couleurs changeantes”, sans relief, obtenues à l’aide d’un réseau à lignes colorées : il s’agit du « principe de photographie des couleurs, à écran trichrome, utilisé par Joly », dit-il, sauf que le réseau est placé à une petite distance de la plaque sensible23.

Fig. 6-7. E. Estenave, « Les yeux trompeurs », photographie changeante : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné horizontal sur verre, 17,9 x 13 x à,4 cm, 1909.

15Avec ces premiers inventeurs, un lien se noue entre la photographie en relief et les procédés contemporains d’enregistrement des couleurs. Pour les deux, le même saut conceptuel se retrouve : l’image unique, composite, décomposée et recomposée grâce à un réseau. L’image en relief à réseau ligné est plus qu’une curiosité, elle s’inscrit pleinement dans son époque de l’histoire de la photographie, mais aussi d’une histoire visuelle plus large ; car même si les inventeurs n’y font pas référence directement, le pointillisme, le cubisme, le futurisme, même le cinéma, leur sont significativement contemporains : par la fragmentation de la couleur, de la perspective, du temps, une recomposition d’autant plus vraie est sollicitée chez le spectateur grâce à la synthèse oculaire.

Images “changeantes”

  • 24 Technique évoquée dès son premier brevet, n° 371 487, Dispositif de stéréophotographie et de stéréo (...)
  • 25 Il dit pouvoir imbriquer aussi trois images avec un réseau aux « traits opaques doubles des espaces (...)
  • 26 E. Estanave, CRAS, séance du 1er mai 1911, t. 152, p. 1158.

16Au début du xxe siècle, Estanave adapte la technique du réseau ligné à la recherche d’un autre effet, qu’il nomme “changeant24”. Par exemple, il crée un portrait de femme ouvrant et fermant les yeux (fig. 6-7), composé d’un réseau à lignes horizontales et de deux25images différentes prises l’une après l’autre (femme avec les yeux ouverts, femme avec les yeux fermés). L’image se modifie quand le spectateur incline légèrement la plaque d’avant en arrière, créant « l’embryon d’un mouvement cinématographique26 ».

Fig. 8-9. E. Estenave, « Apparition à Bernadette », gélatino-bromure d’argent sur verre colorisé et réseau ligné horizontal sur verre, 18 x 13,2 x 0,4 cm, 1931.

  • 27 Les thèmes religieux seront beaucoup exploités par la suite avec les procédés à réseau lenticulaire
  • 28 E. Estanave, certificat d’addition n° 12 164 (demandé le 3 février 1910) au brevet n° 392 871, op. (...)
  • 29 Reproduite en stéréoscopie dans Paris en 3d, op. cit., p. 156-157.

17L’effet changeant permet ainsi d’animer le sujet ou, comme dans la figure 8-9, de faire apparaître un nouvel élément. Sur cette image légèrement teintée aux couleurs pastel, la Vierge apparaît (et disparaît) devant Bernadette Soubirous27 de manière magique et à volonté grâce à une lente inclinaison de la plaque. Rapidement, Estanave pense combiner les deux réseaux et obtenir l’effet du mouvement avec celui du relief par un réseau « quadrillé à lignes verticales et horizontales28 » ; il peut ainsi réaliser un portrait de femme en relief ouvrant et fermant les yeux29.

18Contrairement aux photographies en relief, peu répandues, les images changeantes seront fabriquées par diverses officines et rencontreront un certain écho auprès du public. Le rapport du spectateur aux vues changeantes est tout autre : le spectateur participe davantage à l’effet de l’image car c’est concrètement lui qui la fait fonctionner en la déplaçant ou en se déplaçant devant elle. Le réseau devient présent, transformant l’image en “jouet” (comme avec la stéréoscopie et ses visionneuses). Les sujets ludiques des images changeantes confirment cette transformation.

Fig. 10. attr. à Animated Pictures Products Co., publicité pour Télégic, photographie changeante: gélatino-bromure d’argent sur verre colorié, et réseau ligné horizontal sur verre, 35,5 x 27,9 x 0,5 cm, après 1919.

  • 30 BSFP, 1910, p. 171 ; Moritz von Rohr et Étienne Wallon, “Le développement de la Parallax-Stéréoscop (...)
  • 31 E. Estanave, Relief photographique…, op. cit., p. 137-139.
  • 32 Procédé breveté en France par cette société le 24 juillet 1919 (n° 501 923, Appareil photographique (...)
  • 33 Sur l’image d’homme on lit « TÉLÉGIC » et « Pour voir près ET loin/dans un même verre ». L’image de (...)

19La publicité – diffusion publique par excellence – se sert rapidement de l’attrait des vues changeantes. Dès 1910, quand Estanave présente ses travaux, les spécialistes de la photographie pensent à des images semblables utilisées pour des réclames ou des enseignes30. Estanave parle même d’images publicitaires qu’il a remarquées : il s’agit, écrit-il, de « la production américaine, que l’on a pu voir en guise de publicité à la devanture des opticiens. Ces clichés vus par transparence utilisent l’effet parallactique et les réseaux [sont] assez fins (24 ou 25 traits au centimètre) » 31. La société Animated Picture Products Co. a diffusé ce type de photographie en France32 (fig. 10). Deux vues retrouvées pour “Télégic” vantent les avantages des lunettes à double foyer. L’une représente un homme ouvrant et fermant les yeux en souriant plus ou moins selon l’angle d’observation. La seconde image montre une femme ; sur un point de vue elle regarde un livre, les paupières baissées ; sur l’autre, le livre disparaît, elle ouvre les yeux et sourit33.

Fig. 11. Anonyme, « Les trois complices », détail de l’image sans réseau, photographie changeante : gélatino-bromure d’argent sur papier et réseau ligné verticla sur film, 8,9 x 13,7 cm, v. 1914-1918.

  • 34 E. Estanave, Le Relief photographique…, op. cit., p. 137-139.
  • 35 Pour l’enregistrement, la plaque ou le réseau est déplacé par étapes entre l’exposition de chaque i (...)
  • 36 « PHOTOS ANIMÉES/12 Boulevard des Italiens — Paris/Rappeler ce N° 17454 pour Commande » [chiffre ma (...)
  • 37 D’autres images de ce type retrouvées en France imbriquent deux ou trois portraits (politiques ou a (...)

20Des images changeantes de tout genre se répandent auprès du grand public à un point qu’Estanave finit par se plaindre de toutes les “contrefaçons” de sa technique34. Les productions critiquées par Estanave sont des vues de petites dimensions dont le seul but est l’amusement ; elles ont une présentation différente des siennes : le réseau est composé de traits verticaux (non horizontaux) et surtout il est mobile par rapport à l’image photographique sur laquelle il est posé. Le spectateur fait glisser le réseau très légèrement sur l’image pour créer l’animation35 (au lieu de changer l’inclinaison de l’œuvre). Un exemple retrouvé de ces “contrefaçons” françaises (fig. 12) est un portrait de femme qui cligne des yeux et change de sourire quand l’onglet à droite est plié d’avant en arrière. Légère (la photographie est sur papier, le réseau sur film) et de format carte postale, l’œuvre porte au dos un tampon encré de studio parisien36, ce qui indique qu’on pouvait faire réaliser son propre portrait par ce procédé original37.

Fig. 12. Anonyme, portrait, photographie changeante : gélatino-bromure d’argent sur papier et réseau ligné vertical sur film, 8,4 x 13,5 cm, v. 1915-1920.

  • 38 Charles Baudelaire, “Morale du joujou”, Œuvres complètes, Gallimard, 1975, p. 587.
  • 39 Georges Didi-Huberman, “Connaissance par le kaléidoscope. Morale du joujou et dialectique de l’imag (...)

21Cette œuvre est à la fois simple et fascinante : en la faisant fonctionner, c’est comme si on la surprenait en action, que l’on apercevait un peu de son secret. Elle met en évidence que le mode d’observation des images changeantes est complètement différent du mode d’observation des images en relief : pour créer l’effet d’animation, le spectateur doit agir, animer le dispositif. Ainsi, l’effet se crée en un instant, au lieu de simplement se prolonger, ce qui incite à le renouveler. On prend plaisir dans le fait de provoquer un changement dans l’image, de répéter le mouvement de ce “jouet”, de faire cligner les yeux de la femme, de lui faire changer de sourire, de revenir à l’aspect précédent, et ainsi de suite. Le portrait représenté dans la figure 12 est plus amusant encore que celui d’Estanave (voir fig. 6-7). Dans les deux cas, le principe visuel est le même : la femme ouvre et ferme les yeux. Mais le réseau mobile de la figure 12 achève la transformation de l’image en jouet. On change l’inclinaison de la plaque d’Estanave, mais on ne procède pas à ce “démontage” partiel qu’est le glissement du réseau – démontage qui permet d’apercevoir comment l’image “marche”. Pour Baudelaire, ce serait une « première tendance métaphysique » de vouloir « voir l’âme » de l’objet-jouet, ce qui pousse même à le détruire pour le connaître38. Ou comme l’exprime Didi-Huberman : « Comment ne pas admettre que, pour savoir ce que c’est que le temps, il faut aller voir comment marche l’horloge de maman39 ? » (Et il est satisfaisant de voir – le démontage effectué – “l’intérieur” d’une telle image. La figure 11 montre un détail d’une photographie changeante sans son réseau : les éléments formant trois portraits différents sont visibles tous en même temps ; mais l’image perd tout l’effet qui l’anime…)

  • 40 Pierre Geniller, brevet n° 573 698, Portrait animé et parlant, 27 février 1923.
  • 41 Alexander S. Spiegel, n° 478 738 (Support pour portraits animés, 9 sept. 1914) et n° 480 413 (Chamb (...)
  • 42 Comme le “Ombro-Cinéma”, théâtre (équipé ou non d’une boîte à musique) avec un réseau ligné derrièr (...)

22Les photographies en relief n’offrent aucune prise de cette sorte. Là où les inventeurs des images en relief prennent leurs œuvres très au sérieux, ceux des images changeantes semblent aller eux-mêmes vers l’aspect ludique apprécié par le spectateur : publicités, portraits, images bon marché. La vente d’images changeantes déjà réalisées – même personnalisées – permet de prendre plaisir dans l’aspect ludique de ces images sans effort. Un certain Geniller a même imaginé un « portrait animé et parlant » qui combine le réseau ligné avec un phonographe40. Une dizaine de brevets41 déposés en France à l’époque de la Première Guerre mondiale visent à faciliter la création d’images à la fois pour les photographes professionnels et les amateurs : des appareils de prise de vue spéciaux sont inventés, mais aussi des châssis s’adaptant aux appareils ordinaires, et des montages prêts à l’emploi qui peuvent être distribués par les vendeurs de produits photographiques. Le principe de l’image changeante à réseau ligné est tellement accessible que de nombreux dessins utilisant le même principe sont aussi diffusés, allant des formes les plus simples aux plus complexes42, les bandes du réseau étant plus ou moins larges (celles de la figure 13 sont assez épaisses pour que le lecteur découpe les espaces entre elles sur une photocopie qu’il fait du réseau afin de faire fonctionner l’image reproduite à côté).

23Contrairement à l’image changeante, l’image en relief à réseau ligné n’est pas facilement acquise ; seules des informations sur sa pratique (difficiles à mettre en œuvre) s’offrent à l’amateur qui s’y intéresse. Estanave demande aux photographes potentiels de construire eux-mêmes l’appareil de prise de vue, y compris quand ils utiliseraient la plaque “autostéréoscopique”. Les photographies en relief sont certainement plus difficiles à réussir que les images changeantes, car le relief exige l’obtention d’une vue stéréoscopique efficace. Mais la popularité des images changeantes – elles-mêmes plus compliquées à réaliser que des photographies ordinaires – auprès des spectateurs suggère que ce ne serait pas la complexité d’une image à réseau ligné qui empêcherait les photographies en relief de se diffuser, mais quelque chose d’intrinsèque à l’effet obtenu.

Fig. 13. Anonyme, « Où sont Monsieur et Madame ? », dessin changeant : impression sur papier et réseau ligné sur papier, 5,7 x 8,6 cm, première moitié du xxe sièle.

Le raffinement du relief

  • 43 Très probablement le Belge André Callier.
  • 44 En plus des inventeurs cités ici, nous avons recensé notamment l’Italien Giorgio Belloni travaillan (...)
  • 45 Lors de leur acquisition par la SFP, le Bulletin fait déjà la remarque que « Ces trois épreuves son (...)

24Les images en relief d’Estanave – nous l’avons évoqué – peuvent être difficiles à visualiser : il faut savoir chercher le relief, trouver un emplacement d’observation efficace et y rester immobile. Malgré les apports d’Estanave, vers 1910 les photographies en relief par réseau ligné sont délicates à réaliser pour les photographes, pas toujours faciles à comprendre pour le spectateur. Les trois curieuses épreuves rondes offertes par un certain Callier43 à la SFP en 1910 (fig. 14) sont les seuls autres exemples retrouvés à ce jour en France de ces œuvres avant 1930 (outre celles d’Estanave ou de l’Américain Ives44) et illustrent bien les problèmes qui peuvent être rencontrés. Les photographies de Callier sont lourdes car composées de quatre plaques de verre (réseau et image séparés, verre de protection de chaque côté). Le point d’observation extrêmement précis où l’image n’est plus double et où le relief (assez bon) peut être obtenu est difficile à trouver ; même un spécialiste a largement le temps de croire que ces images ne fonctionnent pas du tout45.

Fig. 14. Callier, vue de plage, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, 24 x 24 x 0,8 cm, v. 1905-1910.

25Un petit nombre d’inventeurs va tenter, entre 1910 et 1940, d’atténuer ces contraintes, d’améliorer la qualité de relief obtenue et les conditions de son observation. La figure 16 paraît simple, mais représente la révolution conceptuelle pour les images à réseau ligné qui s’opère après Estanave : au lieu de travailler avec seulement deux vues, les nouveaux inventeurs vont essayer d’imbriquer toute une série de photographies prises sur le même axe horizontal. La comparaison des figures 15 et 16 (qui représentent des diaphragmes d’appareil photographique utilisés pour enregistrer les images) résume cette différence : d’un point de vue pour chaque œil (où le spectateur est limité à un point d’observation fixe, comme s’il regardait à travers le schéma), on passe à l’idée d’une progression, d’une fente horizontale courte à travers laquelle il pourrait observer l’objet. Le rapport du spectateur à l’image sera tout autre qu’avec Estanave.

  • 46 Louis-Camille-Daniel-André Chéron, n° 443 216, Procédé de photographie en relief et à aspects chang (...)
  • 47 En 1930, Estanave mentionne Chéron, mais dit ne pas connaître son travail (op. cit., p. x).

26Louis Chéron, auteur d’un brevet en 191246, semble être l’initiateur de cette grande transformation des images en relief à réseau ligné. Il tente de créer « un dispositif qui permet de voir suivant l’angle sous lequel on examine la photographie […] une infinité d’images du même objet ». Il propose (comme Estanave) d’utiliser un objectif de très grand diamètre (« égal ou de préférence supérieur à la distance normale séparant les yeux »), mais qui est maintenant « pourvu d’un diaphragme constitué par une fente horizontale » [qu’il représente par la figure 16]. Il nous est malheureusement très difficile de porter un jugement sur les résultats de Chéron car aucune de ses images n’est connue à ce jour47.

Fig. 15. E. Estanave, principe de prise de vue d’une photographie en relief, illustration du livre Relief photographique à vision directe, 1930.

  • 48 La pseudoscopie est l’inversion de l’effet de relief due à l’inversion des images d’une vue stéréos (...)
  • 49 Gustave Bessière, “Sur une méthode péristéréoscopique”, BSFP, fév. 1926, p. 49-54 ; brevet n° 618 8 (...)
  • 50 BSFP, 1926, p. 43.

27D’autres inventeurs développent des appareils de prise de vue de plus en plus complexes pour enregistrer et imbriquer une série de points de vue. De 1924 à 1926, Gustave Bessière propose de se servir, « à défaut d’un grand objectif, parfois difficile à réaliser », d’un objectif ordinaire qui est déplacé horizontalement pendant la prise de vue en même temps que la plaque sensible munie d’un réseau. Il met aussi au point une méthode avec laquelle, « [en] vue d’abréger le temps de pose, on remplacera avantageusement l’objectif unique par une série d’objectifs […] disposés sur [une] ligne horizontale » ou « le long d’un arc en cercle ou de parabole ». Bessière aborde également l’effet pseudoscopique48, qui devient problématique dès que plus de deux images sont imbriquées, en imaginant des appareils munis de prismes inversant chaque « image élémentaire » lors de la prise de vue49. Quelques témoignages du travail de Bessière confirment qu’il a réalisé des photographies qui fonctionnent. Il en a montré – prises avec son système circulaire – à la SFP en 1926 et, selon le rapport du Bulletin, frustrant dans son ambiguïté, « tout le monde a pu constater l’effet très intéressant qu’elles présentent50 ».

  • 51 Jacques de Lassus Saint-Geniès, “Une solution partielle de la photographie intégrale”, Science et I (...)
  • 52 Id., La photographie en relief par une solution partielle de la “Photographie intégrale”, texte dac (...)
  • 53 Le « olo » vient du grec holos, « entier ». On le retrouve plus tard avec les « hologrammes ».

28Les « beaux » résultats51 de Bessière et l’« effet frappant » qu’il obtient52 sont loués par Jacques de Lassus Saint-Geniès. Celui-ci développe, à partir de 1926, des méthodes pour obtenir l’inversion des images non par des prismes mais par le déplacement de différents éléments du système d’enregistrement afin d’exposer les clichés successivement et dans le bon ordre. Il nomme ses œuvres “olostéréogrammes53” et en présente “un grand nombre” à la SFP en décembre 1933. Nous avons la chance qu’il ait aussi offert plus tard quelques exemplaires de son travail au musée français de la Photographie, où un relief efficace et immédiat peut être admiré sur une photographie à réseau ligné représentant un homme à côté d’une voiture.

Fig. 16. L. Chéron, principe de prise de vue d’une photographie en relief, illustration du brevet n°443 216, 1912.

  • 54 Chéron propose des espaces transparents « trois à cinq fois plus minces que les éléments opaques ». (...)

29Pour tous les inventeurs, l’augmentation du nombre d’images imbriquées dans l’épreuve finale va nécessairement de pair avec une modification du réseau ligné lui-même : il faut élargir les traits opaques54 pour que chacun puisse cacher à la fois plusieurs bandes fines d’image (au lieu d’une seule dans les photographies d’Estanave). L’élargissement des éléments opaques du réseau entraîne une autre contrainte, reconnue par chaque inventeur : l’image devient d’autant plus sombre que les lignes opaques sont larges. Le manque de luminosité structurel au réseau ligné se renforce ; le relief devient plus facile à voir, mais les photographies continuent à être obligatoirement sur verre (pour obtenir par transparence un éclairage suffisant), donc lourdes, fragiles et compliquées à exposer.

  • 55 Maurice Bonnet et Henry Gandillon, brevet n° 774 145 (Procédé pour l’obtention de plaques photograp (...)
  • 56 La Relièphographie, brevet n° 833 891, Procédé et appareils pour l’obtention de photographies donna (...)

30L’inventeur Maurice Bonnet (1907-1994) essaie tout particulièrement de pallier ce manque de lumière, tout d’abord à travers un nouveau principe de prise de vue. Il invente en 1934 un appareil qui comporte une rangée horizontale de onze objectifs55 donnant autant d’images côte à côte sur le négatif ; ces photographies séparées sont ensuite imbriquées en utilisant un réseau ligné. Pour cela, le « négatif ayant été révélé est replacé dans le même appareil, exactement à la position occupée à la prise de vue », puis l’appareil est utilisé pour projeter les onze images à travers un réseau pour les imbriquer sur une autre plaque sensible. L’avantage de ce système est, dans les mots de Bonnet, une « prise de vue […] faite simultanément par plusieurs objectifs et sans intervention d’aucun réseau, ce qui permet d’obtenir une grande luminosité et des instantanés extrêmement rapides ». Un deuxième appareil de 193756 est muni de trente-trois objectifs, et permet d’enregistrer trois fois plus d’images.

  • 57 Il étudie aussi le réseau ligné lui-même et d’autres aspects de la présentation (brevets n°s 839 04 (...)

31Bonnet est le premier inventeur qui semble s’être directement intéressé aux difficultés de manipulation des images par le spectateur. Pour remédier aux problèmes de luminosité et fragilité lors de l’observation, il conçoit un présentoir lumineux (voir fig. 17 et 18) qui est livré avec l’image et la protège tout en donnant un éclairage fort et uniforme (un verre dépoli est inséré dans le cadre derrière la photographie) 57.

Fig. 17. La Relièphographie, boîte d’éclairage pour photographie en relief, bois et métal, 51,4 x 37,6 x 20,6 cm, v. 1937-1940.

  • 58 Ce nom est déposé le 9 mars 1937.
  • 59 Anonyme, texte dactylographié, op. cit., p. 8.

32L’attention portée par Bonnet à la qualité du relief et à d’autres manières de faciliter l’utilisation de l’image par le spectateur sera récompensée : il serait le seul à avoir réussi à commercialiser les images en relief à réseau ligné. Il crée dans ce but la société La Relièphographie en 193758, et un de ses collaborateurs se réjouit, peu après cette date, du « chiffre d’affaires [qui] augmente considérablement et devient rapidement très important59 ». Une douzaine de photographies à réseau ligné de ou attribuées à Bonnet sont connues à ce jour, dont trois images publicitaires.

33Les œuvres de Bonnet sont les plus grandes photographies en relief à réseau ligné conservées (format 30 x 40). Leur relief est excellent et immédiatement visible ; il n’est plus possible de ne pas voir l’effet comme avec les images d’Estanave. La magnifique publicité pour la levure Alsa (fig. 18), par exemple, a un relief très profond qui englobe à la fois l’imposante coiffe alsacienne de la femme et le gâteau traditionnel qu’elle tend vers l’appareil. C’est un plaisir de la regarder. Comme avec l’image changeante, on peut bouger ; il n’est plus besoin de rester immobile. On se déplace vers la droite, vers la gauche pour voir jusqu’à quel point on peut tourner autour du sujet, extrêmement présent. On observe les “sauts” curieux qui se produisent dans l’image quand on change de place, comparant l’effet de chaque côté du point où l’image se renouvelle. Regarder l’image devient un jeu, un jeu animé par le spectateur.

Fig. 18. La Relièrographie, publicité pour Alsa, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, boîte d’éclairage avec peinture polychrome et sachet de levure, 40 x 30 x 0,8 cm (image), v. 1937-1940.

  • 60 De préférence à la hauteur des yeux, comme le précise le mode d’emploi qui accompagnait l’œuvre liv (...)
  • 61 Une image de jeune garçon en débardeur posant à côté d’un petit bateau fait pendant à la fig. 19.

34Avec cette œuvre, la photographie à réseau ligné atteint une forme de perfection technique. L’observation faite à propos du succès des images changeantes se confirme : pour que l’image à effets soit attrayante pour un large public, il faut qu’elle soit immédiate, facile à observer et que l’on prenne plaisir au fait de la faire fonctionner, de jouer avec elle. Les publicités en relief de Bonnet étaient destinées à être exposées dans une vitrine de magasin donnant sur la rue60. Elles devaient pouvoir attirer sans faille l’attention du passant non initié pour justifier leur complexité et leur coût. Les rares publicités connues de Bonnet – comme celles pour les sous-vêtements Petit Bateau61 (voir fig. 19) – sont non seulement efficaces en relief mais sont de belles images, suggérant aussi que pour faire des photographies en relief qui attirent l’attention, il faut tout d’abord faire des photographies attrayantes. Le relief seul n’est pas suffisant pour intéresser le spectateur.

Fig. 19. attr. à La Relièrographie, publicité pour Petit Bateau, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, 29,9 x 39,9 x 0,8 cm, v. 1937-1940.

  • 62 Un portrait d’homme anonyme (cf. Paris en 3d, op. cit., p. 154), retrouvé dans un présentoir lumine (...)
  • 63 Michèle Bonnet, Entrelacs biographiques, Maurice Bonnet et la photographie en relief, mémoire de ma (...)

35Nous connaissons aussi deux portraits62 par le procédé Bonnet ; des recherches complémentaires seraient nécessaires pour savoir à quel point il a commercialisé des images de ce genre. D’un usage certainement plus confidentiel, une série de huit photographies médicales (fig. 20) a aussi été retrouvée ; elle a peut-être été réalisée quand l’inventeur travaillait au Centre interrégional de chirurgie maxillo-faciale d’Eaubonne ou lors d’une des autres missions de nature médicale qu’il semble avoir effectuées avec son procédé pendant sa mobilisation de septembre 1939 à juin 194063.

  • 64 Pour tout sauf la prise de vue radiographique : le réseau lenticulaire ne fonctionne pas avec les r (...)
  • 65 D’autres inventeurs ont aussi travaillé avec le réseau lenticulaire avant 1939. Parmi ceux mentionn (...)

36Malgré le succès technique et commercial obtenu par Bonnet, il abandonne les photographies à réseau ligné après quelques années, les jugeant trop sombres et contraignantes pour être diffusées à grande échelle. Il veut obtenir des vues sur papier qui peuvent être observées et éclairées comme les photographies ordinaires, chose que ne permettra jamais la semi-opacité du réseau ligné. Bonnet cesse de l’utiliser64 dès qu’il met au point, vers 1940, un réseau lenticulaire, feuille de plastique transparente composée d’une série de lentilles longitudinales au lieu de lignes opaques et transparentes. Celui-ci sera désormais utilisé pour les images en relief comme les images changeantes65. Bonnet ouvrira, en 1942, avenue des Champs-Élysées, un studio de portraits à réseau lenticulaire (sur support opaque) qui fonctionnera pendant une dizaine d’années et il se servira de cette technique toute sa vie pour des utilisations variées. De nombreux autres inventeurs seront également actifs dans la diffusion des images en relief à réseau lenticulaire.

  • 66 Certains inventeurs évoqués ci-dessus pour l’image fixe – Bessière et Bonnet – ont aussi abordé le (...)
  • 67 Dans le « cyclostéréoscope », un réseau en forme de tambour composé de barres de métal tourne autou (...)

37Même dépassé dans le domaine de la photographie, le réseau ligné continue à faire rêver du relief sans lunettes au cinéma jusque dans les années 196066, illustrant à quel point le phantasme de l’observation directe du relief est tenace, malgré ses contraintes. François Savoye semble être celui qui a eu le plus de succès avec le cinéma à réseau ligné. Il réussit à commercialiser divers petits modèles de son écran “cyclostéréoscope” à travers la société Mattey vers les années 1940, puis construit dans les années 1950 un grand prototype au cinéma Clichy-Palace à Paris (voir fig. 21) – le tout sans arriver à ce qui était son véritable but : une exploitation commerciale en grande salle67.

38Alors que Savoye paraît avoir résolu beaucoup de difficultés techniques, nous retrouvons à nouveau (et plus encore qu’avec l’image fixe) des problèmes de commercialisation, donc de réception du procédé par le public. Selon les témoignages, les systèmes de projection par réseau ligné semblent avoir techniquement fonctionné, mais y avait-il une déception par rapport au résultat ? L’augmentation de la taille de l’écran et du nombre de personnes pouvant voir le relief restait problématique. Et on peut s’interroger sur le niveau de confort véritablement offert au spectateur. À lire entre les lignes des brevets, il devait probablement garder la tête immobile pendant toute la projection pour rester dans une zone (très réduite) de visibilité du relief. On retrouve le même problème d’immobilité qui était gênant pour les images fixes (l’image projetée était composée de deux vues, comme les œuvres d’Estanave, avec les contraintes que cela implique). Finalement, pour le cinéma encore plus que pour l’image fixe, peut-être les lunettes étaient-elles moins contraignantes et respectaient-elles mieux le rêve du relief « comme si on regardait d’une fenêtre », pour reprendre une métaphore souvent utilisée ?

La part du spectateur

Fig. 20. attr. à M. Bonnet, chirurgie maxillo-faciale, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, 40 x 30 x 0,7 cm, fin 1939 ou début 1940.

39Le réseau ligné n’est pas un échec, car les concepts et les procédés de prise de vue auxquels il a donné naissance forment la base des procédés à réseau lenticulaire. Le pari technique lancé par Berthier une quarantaine d’années auparavant était recevable : le réseau permet l’obtention du relief sans stéréoscope ni lunettes bicolores. Mais nous avons vu que cela n’était pas nécessairement suffisant pour attirer un public vers ces images. Leur diffusion n’a jamais égalé celle des vues stéréoscopiques, éternel point de comparaison dans le domaine du relief. Les difficultés techniques y sont certainement pour quelque chose, mais ne sont pas seules responsables car nous avons vu que, même quand on les dépasse, la réception des images par le public reste problématique. Pour véritablement comprendre l’histoire des photographies en relief à réseau ligné, il faut aussi prendre en compte l’aspect affectif de cette technique, car si le “marché” ne surmonte pas les difficultés techniques (réelles) d’un procédé, cela révèle peut-être un manque d’intérêt du côté du spectateur.

Fig. 21. Anonyme, « cyclostéréoscope » de François Savoye, probablement au cinéma Clichy-Palace, photographie imprimée, v. 1950.

40En étudiant l’histoire du réseau ligné, nous retraçons les premiers pas vers l’utopie de l’observation directe de l’image en relief. Les questions soulevées par ce procédé s’étendent à toutes les techniques ne nécessitant pas de visionneuse, jusqu’à l’holographie. Les photographies à réseau ligné sont censées améliorer la stéréoscopie en supprimant le stéréoscope. Mais l’absence de dispositif reconnaissable pour les visionner semble paradoxalement les rendre moins attrayantes. Au xixe siècle, le stéréoscope est critiqué par certains spécialistes (égoïste, encombrant…), mais le succès de la stéréoscopie montre que cet appareil était aimé par le public. Le stéréoscope permet au spectateur d’interagir avec ce qu’il voit : il faut insérer l’image dans l’appareil ou déclencher le mécanisme qui fait passer à la vue suivante. De plus, la visionneuse agrandit les détails de la photographie avec ses lentilles, isole le spectateur, instaure un rapport privilégié avec l’image. Elle permet “d’entrer” dans l’image, incitant à l’examiner plus longuement. Même de nos jours, on a pu observer dans l’exposition “Paris en 3d” du musée Carnavalet que les spectateurs passaient plus de temps avec chaque vue stéréoscopique qu’avec chaque photographie à réseau.

41Le succès des images changeantes à réseau ligné – qui proposent un autre rapport au spectateur que celles en relief – montre que le fait de pouvoir agir sur l’image et la voir changer la rend attrayante. On peut penser que la plupart des premières photographies en relief à réseau ligné ne sont pas assez séduisantes en grande partie parce qu’elles demandent de l’effort et de l’immobilité au spectateur, immobilité qui n’est pas naturelle en l’absence de dispositif. Les seules œuvres en relief qui semblent avoir trouvé un public – celles de Bonnet – sont immédiatement visibles parce qu’elles permettent le mouvement de celui qui les regarde, l’y incitant même en offrant des aspects différents et des modifications soudaines de l’image quand il se déplace. Même si c’est à un degré moindre qu’avec les images changeantes, le spectateur peut agir sur l’image, l’explorer.

42Dans l’exposition “Paris en 3d”, devant les photographies à réseau (ligné ou lenticulaire), ou même les hologrammes, l’essentiel de l’activité des spectateurs était effectivement de se déplacer : de faire varier l’image. Le raffinement du relief était le plus souvent perçu à travers le fait qu’il donnait la possibilité d’animer l’image, de voir le sujet d’un autre point de vue. Et c’est ici qu’apparaît la vraie nouveauté de cet effet de relief. Tant que les photographies à réseau ligné essayaient simplement de présenter une vue stéréoscopique, sans stéréoscope, c’était un échec. Ce procédé a véritablement apporté une autre dimension à la photographie en relief quand il a commencé à proposer un effet autre que celui de la stéréoscopie (qui était limitée à deux images élémentaires, une pour chaque œil). Cette dimension supplémentaire est le fait de pouvoir se déplacer devant le sujet grâce à l’augmentation du nombre d’images (formant des paires stéréoscopiques) composant l’œuvre finale. Les photographies à réseau ligné sont les premières à avoir proposé un relief non statique des choses, un relief en quelque sorte à quatre dimensions : trois de l’espace (qui font voir la profondeur du sujet d’un point donné) et une quatrième – celle du temps – que construit le spectateur en se déplaçant pour découvrir la multiplicité des points de vue.

Notes

1 Le réseau est l’élément permettant d’identifier ce procédé. Les rayures noires sont visibles à l’œil nu ou avec un compte-fils. Il ne faut pas confondre ces images avec celles à réseau lenticulaire, qui peuvent paraître similaires de loin, mais qui n’ont pas de rayures noires bien définies.

2 A. Berthier, “Images stéréoscopiques de grand format”, Le Cosmos, mai 1896, p. 229-231.

3 Frederic E. Ives, “A novel stereogram”, The Journal of the Franklin Institute, jan. 1902, p. 51-52.

4 J. Violle, “La stéréoscopie sans stéréoscope”, Comptes rendus de l’Académie des sciences, (ci-dessous : CRAS), t. 139, 1904, p. 621-622. Il s’agit très probablement des deux images d’Ives conservées aujourd’hui au Conservatoire national des arts et métiers, don de Gaumont en 1905.

5 Eugène Estanave, Relief photographique à vision directe. Photographies animées et autres applications des réseaux lignés ou quadrillés, Vitry-sur-Seine, F. Meiller, 1930, p. viii.

6 D’autres images non retrouvées – portraits et paysages – sont citées dans ses textes.

7 Quatre de ces vues sont reproduites dans Paris en 3d, Londres/Paris, Booth-Clibborn/Paris-Musées, 2000, p. 152-157.

8 L’image ne dépasse que rarement 10 x 15 cm.

9 Même si, par la suite, Estanave et d’autres préfèrent parfois travailler d’après des négatifs pris avec un appareil stéréoscopique traditionnel, plus accessible et rapide.

10 Pour plus d’informations sur les techniques d’Estanave, voir Michel Frizot, “Les réseaux lignés”, Paris en 3d, op. cit., p. 153-154.

11 Pour cela, Estanave place des morceaux de carton de l’épaisseur nécessaire entre les deux plaques dans les marges, puis ferme l’ensemble avec du papier collé autour des bords.

12 Brevet n° 392 871, Plaque photographique pour relief à vision directe ou plaque autostéréoscopique, 1er août 1908. Tous les brevets cités dans le présent article sont des brevets français.

13 Si l’image est réalisée d’après un négatif stéréoscopique, elle sera positive sur la plaque lignée sans autre manipulation.

14 Un réseau spécial est utilisé pour l’enregistrement : les lignes opaques sont en plomb ou autre matière bloquant les rayons X. Cf. E. Estanave, brevet n° 370 470, Système de stéréoradioscopie en projection à l’aide des réseaux, 13 oct. 1906.

15 “Fonds Bonaparte. Rapport de la commission chargée de proposer pour l’année 1908 la répartition des subventions”, CRAS, t. 146, séance du 29 juin 1908, p. 1434.

16 Reproduit en stéréoscopie dans Paris en 3d, op. cit., p. 155.

17 Bulletin de la SFP (ci-dessous : BSFP), 1925, p. 304.

18 E. Estanave, op. cit.

19 L.-P. Clerc, “Plaques autostéréoscopiques de M. E. Estanave donnant par vision directe l’effet stéréoscopique”, BSFP, 1909, p. 105-107.

20 A. Berthier, loc. cit., p. 230.

21 F. E. Ives, loc. cit.

22 E. Estanave, “Plaque à réseaux lignés donnant le relief stéréoscopique à vision directe”, CRAS, séance du 25 jan. 1909, t. 148, p. 226.

23 Id., “Photographies à couleurs changeantes”, CRAS, séance du 1er mai 1911, t. 152, p. 1158-1159 ; « (…) on obtient ainsi une transformation de couleurs qui rappelle celle que le soleil imprime aux objets aux différentes heures de la journée. »

24 Technique évoquée dès son premier brevet, n° 371 487, Dispositif de stéréophotographie et de stéréoscopie à l’aide des réseaux, 24 janvier 1906.

25 Il dit pouvoir imbriquer aussi trois images avec un réseau aux « traits opaques doubles des espaces clairs » (E. Estanave, “Images changeantes à deux et trois aspects sur plaque autostéréoscopique”, CRAS, séance du 10 jan. 1910, t. 150, p. 95). L’augmentation du nombre d’images derrière le réseau ligné deviendra une considération importante pour la photographie en relief.

26 E. Estanave, CRAS, séance du 1er mai 1911, t. 152, p. 1158.

27 Les thèmes religieux seront beaucoup exploités par la suite avec les procédés à réseau lenticulaire.

28 E. Estanave, certificat d’addition n° 12 164 (demandé le 3 février 1910) au brevet n° 392 871, op. cit.

29 Reproduite en stéréoscopie dans Paris en 3d, op. cit., p. 156-157.

30 BSFP, 1910, p. 171 ; Moritz von Rohr et Étienne Wallon, “Le développement de la Parallax-Stéréoscopie”, Ve Congrès international de la photographie. Compte rendu, procès-verbaux, rapports, notes et documents, Bruxelles, Émile Bruylant, 1912, p. 241-242.

31 E. Estanave, Relief photographique…, op. cit., p. 137-139.

32 Procédé breveté en France par cette société le 24 juillet 1919 (n° 501 923, Appareil photographique pour la production d’images changeantes). Ce genre de photographie changeante aurait continué à exister comme curiosité au moins jusqu’aux années 1960. L’historien Hémardinquer écrit que ces images « intriguent encore parfois les clients de certains magasins d’optique. […] Nous voyons encore aujourd’hui un certain nombre d’images publicitaires ou de démonstration exposées en vitrine, ou placées dans les voitures publicitaires. » (in “Les films photographiques composites à images multiples et leurs applications”, Le Photographe, 20 juillet-5 août 1962, p. 4).

33 Sur l’image d’homme on lit « TÉLÉGIC » et « Pour voir près ET loin/dans un même verre ». L’image de femme, signée « ANIMATED PICTURE PRODUCTS Co./NEW YORK », comporte « TÉLÉGIC/LE BIFOCAL INVISIBLE » en haut ; en bas la phrase « VUE PARFAITE, LOIN ET PRÈS/AVEC LE MÊME VERRE » alterne avec « Rajeunit le Visage » selon l’angle d’observation.

34 E. Estanave, Le Relief photographique…, op. cit., p. 137-139.

35 Pour l’enregistrement, la plaque ou le réseau est déplacé par étapes entre l’exposition de chaque image (deux ou trois généralement). Avec ce système, il n’y a plus besoin d’espace entre l’image et le réseau comme dans les photos d’Estanave.

36 « PHOTOS ANIMÉES/12 Boulevard des Italiens — Paris/Rappeler ce N° 17454 pour Commande » [chiffre manuscrit]. Le chiffre 17 pourrait indiquer l’année de production.

37 D’autres images de ce type retrouvées en France imbriquent deux ou trois portraits (politiques ou anonymes) entièrement différents.

38 Charles Baudelaire, “Morale du joujou”, Œuvres complètes, Gallimard, 1975, p. 587.

39 Georges Didi-Huberman, “Connaissance par le kaléidoscope. Morale du joujou et dialectique de l’image selon Walter Benjamin”, Études photographiques, n° 7, mai 2000, p. 7.

40 Pierre Geniller, brevet n° 573 698, Portrait animé et parlant, 27 février 1923.

41 Alexander S. Spiegel, n° 478 738 (Support pour portraits animés, 9 sept. 1914) et n° 480 413 (Chambre photographique pour portraits animés, 8 déc. 1915) ; Alvaro Mullor y Perez, n° 480 866 (Dispositifs pour animer les photographies, 27 déc. 1915 ; certificat d’addition n° 20 173 le 15 janvier 1916) ; Ivan-Louis Andrieux et Edmond-Clément Papeghin, n° 480 717 (Châssis photographique à plaque mobile, 19 janvier 1916) et n° 483 190 (Carte-support pour photographies animées, 14 mars 1916) ; Ivan-Louis Andrieux, n° 528 157 (Appareil et procédé pour l’obtention de photographies composées sans chambre noire, 19 juin 1917).

42 Comme le “Ombro-Cinéma”, théâtre (équipé ou non d’une boîte à musique) avec un réseau ligné derrière lequel défile un rouleau d’images combinant, par bandes alternées, deux dessins différents (coll. Cinémathèque française), ou des publicités (voir par exemple brevet n° 594 637 de 1925). Les plus récentes semblent être celles fabriquées depuis 1993 par Pascal Parmentier (Saint Jurs, 04410 Puimoisson, France).

43 Très probablement le Belge André Callier.

44 En plus des inventeurs cités ici, nous avons recensé notamment l’Italien Giorgio Belloni travaillant avant 1930 (brevet n° 344 522, Procédé pour obtenir des photographies monostéréoscopiques, c’est-à-dire composées d’un seul positif, pour être vues à l’œil nu, 1er juillet 1904). Estanave, qui pourtant n’hésite pas à reconnaître ses prédécesseurs, dit que Belloni « n’a pas apporté des perfectionnements notables dignes d’être retenus » (op. cit., p. viii). Von Rohr et Wallon (op. cit., p. 245) sont de la même opinion (p. 245) ; ils donnent les noms de quelques autres pratiquants de cette technique en Europe.

45 Lors de leur acquisition par la SFP, le Bulletin fait déjà la remarque que « Ces trois épreuves sont […] fort bien réussies, mais il faut, pour les examiner convenablement, chercher le point de vue à une assez grande distance de l’épreuve (…) » (BSFP, 1910, p. 351).

46 Louis-Camille-Daniel-André Chéron, n° 443 216, Procédé de photographie en relief et à aspects changeants, sans appareil stéréoscopique, 1er mai 1912.

47 En 1930, Estanave mentionne Chéron, mais dit ne pas connaître son travail (op. cit., p. x).

48 La pseudoscopie est l’inversion de l’effet de relief due à l’inversion des images d’une vue stéréoscopique. Ce phénomène se manifeste déjà dans les images binaires d’Estanave mais y est moins gênant car l’observateur peut l’éliminer en se déplaçant légèrement.

49 Gustave Bessière, “Sur une méthode péristéréoscopique”, BSFP, fév. 1926, p. 49-54 ; brevet n° 618 880 (Procédé pour obtenir des images photographiques donnant l’illusion du relief, 20 nov. 1925) et addition n° 31 761 (11 déc. 1925).

50 BSFP, 1926, p. 43.

51 Jacques de Lassus Saint-Geniès, “Une solution partielle de la photographie intégrale”, Science et Industries photographiques, 2e série, tome V, mars-avril 1934, p. 68.

52 Id., La photographie en relief par une solution partielle de la “Photographie intégrale”, texte dactylographié, mai 1948 (musée français de la Photographie, Bièvres). Par contre, Lassus n’apprécie guère son contemporain Maurice Bonnet, l’appelant « mon contrefacteur » et le critiquant pour un manque de modestie et des images déformées.

53 Le « olo » vient du grec holos, « entier ». On le retrouve plus tard avec les « hologrammes ».

54 Chéron propose des espaces transparents « trois à cinq fois plus minces que les éléments opaques ». Plus tard, Bonnet parle d’un rapport de 10 à 1 entre les lignes opaques et transparentes.

55 Maurice Bonnet et Henry Gandillon, brevet n° 774 145 (Procédé pour l’obtention de plaques photographiques donnant le relief, 5 juin 1934). Le nombre d’objectifs n’est pas précisé dans le texte du brevet. Plus tard, un associé de Bonnet fait référence à la commande de onze objectifs pour ce premier appareil (Anonyme, texte dactylographié décrivant les débuts de La Relièphographie [1936-1939], s. d., Archives Maurice Bonnet).

56 La Relièphographie, brevet n° 833 891, Procédé et appareils pour l’obtention de photographies donnant l’impression du relief, 2 juillet 1937.

57 Il étudie aussi le réseau ligné lui-même et d’autres aspects de la présentation (brevets n°s 839 046, Perfectionnements apportés aux réseaux optiques applicables notamment à la photographie, la cinématographie, la télévision, etc., 1er déc. 1937, et 845 778, Cadre-support pour l’examen des stéréophotographies, 6 mai 1938).

58 Ce nom est déposé le 9 mars 1937.

59 Anonyme, texte dactylographié, op. cit., p. 8.

60 De préférence à la hauteur des yeux, comme le précise le mode d’emploi qui accompagnait l’œuvre livrée au client.

61 Une image de jeune garçon en débardeur posant à côté d’un petit bateau fait pendant à la fig. 19.

62 Un portrait d’homme anonyme (cf. Paris en 3d, op. cit., p. 154), retrouvé dans un présentoir lumineux (voir fig. 17), et un autre d’André Bonnet, frère de l’inventeur, avec un chien.

63 Michèle Bonnet, Entrelacs biographiques, Maurice Bonnet et la photographie en relief, mémoire de maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 1996, p. 195.

64 Pour tout sauf la prise de vue radiographique : le réseau lenticulaire ne fonctionne pas avec les rayons X (brevets en 1944 et 1945). Par contre, Bonnet revient souvent au support transparent tout au long de sa carrière.

65 D’autres inventeurs ont aussi travaillé avec le réseau lenticulaire avant 1939. Parmi ceux mentionnés ici, Chéron et Lassus Saint-Geniès le citent comme une alternative au réseau ligné dans leurs brevets sur le relief, mais plus de recherche serait nécessaire pour confirmer leurs réalisations.

66 Certains inventeurs évoqués ci-dessus pour l’image fixe – Bessière et Bonnet – ont aussi abordé le cinéma par réseau ligné. D’autres, comme Edmond Noaillon ou François Savoye, semblent s’être intéressés seulement à l’image sur grand écran.

67 Dans le « cyclostéréoscope », un réseau en forme de tambour composé de barres de métal tourne autour de l’écran pendant la projection.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. E. Estanave, autoportrait, détail, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent et réseau ligné vertical sur verre, 18,1 x 12 x 0,1 cm, après 1907.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2 et 3. A. Berthier, Fabrication d’une photographie composite à partir d’une vue stéréoscopique, Le Cosmos, mai 1896, p. 231.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 4. A. Berthier, fonctionnement d’une photographie en relief à réseau ligné, Le Cosmos, mai 1896, p. 229.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5. E. Estanave, femmes et chat, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, cadre en carton, 17,5 x 13,2 x 0,5 cm, 1913.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 6-7. E. Estenave, « Les yeux trompeurs », photographie changeante : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné horizontal sur verre, 17,9 x 13 x à,4 cm, 1909.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 8-9. E. Estenave, « Apparition à Bernadette », gélatino-bromure d’argent sur verre colorisé et réseau ligné horizontal sur verre, 18 x 13,2 x 0,4 cm, 1931.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 10. attr. à Animated Pictures Products Co., publicité pour Télégic, photographie changeante: gélatino-bromure d’argent sur verre colorié, et réseau ligné horizontal sur verre, 35,5 x 27,9 x 0,5 cm, après 1919.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 11. Anonyme, « Les trois complices », détail de l’image sans réseau, photographie changeante : gélatino-bromure d’argent sur papier et réseau ligné verticla sur film, 8,9 x 13,7 cm, v. 1914-1918.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 12. Anonyme, portrait, photographie changeante : gélatino-bromure d’argent sur papier et réseau ligné vertical sur film, 8,4 x 13,5 cm, v. 1915-1920.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 13. Anonyme, « Où sont Monsieur et Madame ? », dessin changeant : impression sur papier et réseau ligné sur papier, 5,7 x 8,6 cm, première moitié du xxe sièle.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 14. Callier, vue de plage, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, 24 x 24 x 0,8 cm, v. 1905-1910.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 15. E. Estanave, principe de prise de vue d’une photographie en relief, illustration du livre Relief photographique à vision directe, 1930.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-15.png
Fichier image/png, 19k
Légende Fig. 16. L. Chéron, principe de prise de vue d’une photographie en relief, illustration du brevet n°443 216, 1912.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-16.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 18. La Relièrographie, publicité pour Alsa, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, boîte d’éclairage avec peinture polychrome et sachet de levure, 40 x 30 x 0,8 cm (image), v. 1937-1940.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 19. attr. à La Relièrographie, publicité pour Petit Bateau, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, 29,9 x 39,9 x 0,8 cm, v. 1937-1940.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 20. attr. à M. Bonnet, chirurgie maxillo-faciale, photographie en relief : gélatino-bromure d’argent sur verre et réseau ligné vertical sur verre, 40 x 30 x 0,7 cm, fin 1939 ou début 1940.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 21. Anonyme, « cyclostéréoscope » de François Savoye, probablement au cinéma Clichy-Palace, photographie imprimée, v. 1950.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/246/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

Pour citer cet article

Référence électronique

Kim Timby, « Images en relief et images changeantes », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 09 février 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/246. consulté le 29 juillet 2014.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle