Navigation – Plan du site

Michael Snow. Panoramique. OEuvres photographiques et films. 1962-1999 (cat. exp.), textes de H. Damisch, A. Fleischer, W. Klepac, M. Snow, Bruxelles/Paris/Genève, Société des expositions du palais des Beaux-Arts/Cinémathèque royale de Belgique/Centre national de la photographie/Centre pour l'image contemporaine, 1999, 128 p., bilingue fr.-angl, ill. NB et coul., biogr., bibl., 180 F.

Nathalie Boulouch

Texte intégral

1Le projet de cette exposition était de donner au public européen une vision rétrospective de l'oeuvre de cet artiste canadien (également musicien) dont le travail est davantage connu dans le domaine du cinéma expérimental que de la photographie. Michael Snow commence à utiliser ce médium en 1962 pour documenter les différentes interventions de la silhouette de sa Walking Woman - créée l'année précédente - dans l'espace public. Ensuite (1967-1969), il va faire de la photographie un objet et un outil théorique, inscrivant sa démarche au sein de l'art conceptuel. Authorization (1969) demeure une image emblématique de cette période.

2Ce catalogue apporte utilement un premier point de vue sur l'ensemble de l'oeuvre photographique et positionne son apport aux pratiques contemporaines.

3On retiendra particulièrement la présence des "notes", rédigées par Michael Snow à l'occasion de l'exposition, dans lesquelles il revient sur les différents protocoles opératoires élaborés à partir de la fin des années 1960 et jusqu'à aujourd'hui comme autant de procédures de déconstruction critique du langage et des mécanismes de la représentation photographique. Questionner la nature du support photographique, l'agrandissement, le cadrage, les différents angles de vue, la profondeur de champ, la durée, le travail de la lumière, la transparence, la projection, la couleur, etc. Les stratégies déployées dans sa pratique photographique travaillent dans une cohérence que souligne l'analyse chronologique de l'oeuvre proposée par Walter Klepac. La mise en perspective historique incite à remarquer la connivence de la démarche avec celle d'artistes comme Jan Dibbets ou Douglas Huebler. On notera ainsi cet énoncé opérant au coeur du travail de Snow : " La photographie [¤] doit permettre au spectateur de prendre conscience des étonnantes transformations que subit un sujet pour devenir photo. Le passage du tridimensionnel au bidimensionnel est la plus manifeste des métamorphoses " (p. 99).

4Dans cette enquête sur la nature de l'image photographique, l'autoréférentialité, que l'on pourrait identifier comme un principe nodal de l'art conceptuel, conserve une qualité - rare - d'ouverture qui tient sans doute à la manière dont Snow travaille dans un déplacement et un dialogue des médiums souligné par Hubert Damisch en ouverture du catalogue. Ce que les travaux photographiques impliquent de la prise en compte du spectateur est comparable à ce que produit la "cinémachine" de Snow (Alain Fleischer, p. 38) : " une machine à ouvrir le chemin du regard, c'est-à-dire à donner au regard un pouvoir de bouleversement du visible ".

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « Michael Snow. Panoramique. OEuvres photographiques et films. 1962-1999 (cat. exp.), textes de H. Damisch, A. Fleischer, W. Klepac, M. Snow, Bruxelles/Paris/Genève, Société des expositions du palais des Beaux-Arts/Cinémathèque royale de Belgique/Centre national de la photographie/Centre pour l'image contemporaine, 1999, 128 p., bilingue fr.-angl, ill. NB et coul., biogr., bibl., 180 F. », Études photographiques, 8 | Novembre 2000, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/239. consulté le 27 avril 2017.

Auteur

Nathalie Boulouch

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques