Navigation – Plan du site

Michel Poivert, André Gunthert, Carole Troufléau, L’Utopie photographique. Regard sur la collection de la Société française de photographie

Référence(s) :

Paris, Point du Jour Éditeur, 2004, 223 p., 134 ill. coul., 49 €.

Texte intégral

1Fondée en 1854, la Société française de photographie (SFP) est la deuxième société photographique du monde par son ancienneté, après la Photographic Society (future Royal Photographic Society). Et, comme l’écrit Michel Poivert dans l’introduction du catalogue de l’exposition célébrant à la Maison européenne de la photographie, les 150 ans de la SFP, celle-ci était un organisme associant les «principes d’une société savante et les ambitions d’une véritable académie». Ces principes et ambitions furent mis au service d’une vision utopique: faire «d’une pratique encore anarchique, une discipline». L’Utopie photographique est le testament de ces ambitions et la preuve de leur accomplissement. À l’instar des sociétés photographiques anglaise et belge (fondée en 1862), la création de la SFP date de cette brève période où des groupes d’inventeurs et d’amateurs imposèrent avec enthousiasme le développement et les orientations de la photographie, sans se préoccuper des intérêts commerciaux et industriels qui allaient finalement dominer ce médium. L’épanouissement de la SFP est emblématique. Elle prend sa source dans la Société héliographique, que forma, en 1851, un groupe d’amateurs réunis par le désir de défendre la photographie sur papier face à la popularité écrasante du daguerréotype. Ce petit cercle, dont l’association ne résista pas aux rivalités internes, publia La Lumière, premier périodique consacré exclusivement à la photographie.

2Mais ce fut le succès de sa rivale anglaise, fondée en 1853, qui déclencha la création d’une nouvelle association française qui allait devenir la SFP.

3Conflit et tensions en marquent la naissance: conflit entre intérêts commerciaux et artistiques, tensions nées de la différence de perception du nouveau médium, liée à l’extension de sa pratique. Pendant les premiers mois, il fallut concilier les différents courants, trouver un secrétaire et un local pour abriter la société, établir les diverses catégories d’adhérents, procéder aux élections, rédiger les statuts, s’efforcer de représenter la photographie dans tous ses développements, en un mot, se battre pour affirmer son autorité. C’est en cela que l’histoire de la SFP incarne l’extraordinaire histoire de la photographie du milieu du xixe siècle.

4Cette histoire est racontée ici pour la première fois. Dans sa contribution, André Gunthert fait œuvre de détective pour nous en livrer tous les détails. Le mystère commence par l’absence d’Eugène Durieu, véritable fondateur de la SFP, dont le nom est omis dans le discours d’Alphonse Davanne, lors du cinquantenaire de la société. D’après Davanne, ce sont Victor Regnault et le duc de Luynes qui ont fondé l’association, avec pour objectif de «rapprocher la photographie des industries d’impression graphique». Pourquoi Davanne avait-il modifié l’histoire de la SFP ? La réponse est donnée par la vie personnelle de Durieu, aussi chaotique que sa vie professionnelle fut austère. En 1857, après avoir été «accusé de faux en écriture», il disparaît, acculant sa famille à la ruine. Il fallut donc passer sous silence le nom du fondateur d’une institution si respectable.

5En novembre 1854, Durieu, ancien haut fonctionnaire, avait réussi à faire de la SFP une entité légale, dotée d’une organisation formelle. Il était l’auteur des règles d’adhésion et des statuts de fonctionnement dont la rigidité empêchait tout conflit et rivait ses membres à un avenir collectif. Durieu insista pour mettre des scientifiques à la tête de la SFP, ce qui n’allait pas de soi. La Société en tira une autorité à laquelle ni la Société héliographique, ni la Royal Society, présidées par des artistes, ne pouvaient prétendre.

6Grâce au formalisme de l’édifice construit par Durieu, sa disparition n’eut aucune incidence sur le bon fonctionnement de la société. À partir de 1860, ses présidents, dont Janssen et Marey, en supervisent la croissance continue. Ses collections permirent de multiples utilisations du médium et son Bulletin devint la publication phare du domaine.

7L’Utopie photographique met en lumière la richesse et la diversité des collections de la Société. Elle est divisée en sept sections, chacune s’ouvrant par une introduction concise d’une page, écrite par Michel Poivert. Les sections suivent à la fois un plan chronologique et thématique, de sorte que les images – en pleine page et superbement reproduites – rendent visible le rôle de la SFP dans la création d’une histoire de la photographie, depuis son invention jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et font ressortir la richesse de son histoire. Dans la première section, “Inventer, Créer”, l’accent est mis sur la société «comme gardienne de la mémoire des inventions». On y trouve d’abord les reproductions des calotypes négatifs qui «permettent d’en comprendre la dimension technique et esthétique à la fois», des négatifs de portraits faits par Régnault et des tableaux moins connus de Humbert de Molard. Dans cette section, et au fil du catalogue, sont clairement exposées les possibilités du médium – quant à la vérité, l’évidence, l’exploration, l’artifice ou l’art. La seconde section, “L’espace de la connaissance”, illustre, non seulement les domaines scientifiques, avec la photographie astronomique et microscopique (encore à l’aide de négatifs, dont la présentation semble être un thème majeur de l’exposition et du catalogue), mais aussi le domaine politique, avec les images de la destruction des Tuileries par la Commune, dues à Lucien Hervé et Charles Périer.

8Les autres sections suivent ce modèle, mélangeant les images connues à d’autres qui le sont moins, dans la proportion de une pour dix. Toutes les inventions sont représentées: la couleur, le relief, l’instantané, la radiographie, les panoramas, de même que tous les thèmes illustrant l’étendue et la potentialité des innovations et des techniques. Les abstractions pures – lignes de lumière en travers d’un fond noir, bouffées de fumée – sont des expériences de membres scientifiques, pour tester la vitesse des obturateurs et les photopoudres. La photographie de voyage et d’excursion embrasse le monde vu de la terre ou des airs, depuis un ballon ou un cerf-volant. “L’amateur et le reporter” nous emporte en 1900, avec ses bicyclettes et ses automobiles, mais aussi avec ses premiers documents sociaux qui ont les clochards et les petits métiers pour sujets. “L’Art et le moderne” examine le pictorialisme et l’art photographique exposés dans les salons internationaux par la SFP. C’est là que nous pouvons retrouver les négatifs de Demachy, grattés et retravaillés, les enseignes au néon, autochromes retouchées, enchanteresses, de Léon Gimpel (1925) et enfin les abstractions modernistes de Rodtchenko et de Drtikol

9L’Utopie photographique est complétée par 44 pages de noticespar Carole Troufléau (et Michel Poivert pour quatre entrées). Ce texte dense fournit des informations sur chaque photographe, sur ses relations avec la SFP et, pour ses images, sur le sujet, la technique utilisée et les modalités d’entrée dans la collection. Souvent, les notices sont l’écho d’épisodes dramatiques: Nadar, par exemple, sollicitant le soutien de la SFP dans le procès qui l’opposait à son frère, pour usurpation de son pseudonyme, ou les trois tentatives d’escalade du mont Blanc par les frères Bisson, avant l’ultime, finalement récompensée par une photographie du sommet, malgré la difficulté et le manque de commodité du procédé au collodion. Une courte bibliographie accompagne chacune des entrées, écrites, pour un bon nombre, par des membres actuels de la SFP, publiés par cette revue.

10Faut-il en être surpris? Ce sont les mêmes jeunes chercheurs qui, après s’être chargés, en 1993, du sauvetage de la SFP et de ses collections, ont permis l’exposition et le catalogue de son 150e anniversaire. Cette histoire ne figure pas ici, bien qu’elle soit effleurée dans l’essai de Poivert. Après la Deuxième Guerre mondiale, la SFP, qui n’était plus le tremplin des inventions et des expériences de l’amateur éclairé, passa de mode et ne fut plus qu’une base arrière pour les quelques historiens conscients de l’importance de ses collections. À la fin des années 1980, elle se trouvait en grande difficulté financière et il fut question de la démanteler pour payer ses dettes. Si, aujourd’hui, nous la retrouvons intacte et florissante, capable de monter une exposition de ses fonds et d’écrire sa propre histoire, inconnue jusqu’ici, c’est, pour beaucoup, à Michel Poivert et à André Gunthert qu’on le doit, ainsi qu’à une autre jeune historienne de l’art, Nathalie Boulouch. Attentifs à l’histoire de la Société et à son rôle dans l’histoire de la photographie française – alors que les sociétés photographiques n’éveillaient que peu d’intérêt chez la majorité des spécialistes –, le groupe réussit à trouver les appuis pour sauver la collection. Grâce à l’entremise de Bernard Marbot, alors conservateur de la photographie du xixe siècle à la Bibliothèque nationale et auteur d’une première exposition et d’un catalogueconsacrés à la SFP en 1976, celle-ci devait trouver un hébergement à la Bibliothèque nationale. À partir de 1993, Michel Poivert et André Gunthert suscitèrent des partenariats avec musées et institutions, ainsi que l’intérêt d’un groupe de jeunes historiens qui entreprirent de préserver et de valoriser les collections par leurs recherches. En 1995, le fonds de la Société fut classé au titre des monuments historiques. On vit reparaître le Bulletin puis, en 1996, André Gunthert fonda la revue Études photographiques. (En comparaison, la Royal Photographic Society devait célébrer ses 150 ans d’existence en 2003 par un catalogue de 64 pages et 100 reproductions. En 2004, ses collections furent déposées au National Museum of Photography, Film and Television de Bradford, qui les gère à présent.)

11L’Utopie photographique est une contribution importante à l’histoire, négligée, de ce moment éphémère où l’art et la science se rencontrèrent pour créer l’image photographique. Mais c’est également un symbole de l’utopie qu’est en train de construire l’actuelle SFP, association internationale d’historiens et de théoriciens, jeunes ou chevronnés, qui ont commencé, avec Études photographiques, de même que cette exposition et son catalogue, à écrire la nouvelle histoire de la photographie.

Pour citer cet article

Référence électronique

« Michel Poivert, André Gunthert, Carole Troufléau, L’Utopie photographique. Regard sur la collection de la Société française de photographie  », Études photographiques, 18 | Mai 2006, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2373. consulté le 26 avril 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques