Navigation – Plan du site

État des lieux 2, textes de R. Rigorne, H. Lafont-Couturier, C. Stolwijk, P.-L. Renié, H. du Mesnil, Bordeaux, Musée Goupil, 1999, 167 p., ill. NB, 140 F.

Laure Boyer

Texte intégral

1L'histoire de la maison Goupil (1827-1920) se devait d'être mieux connue. C'est chose faite grâce à deux publications du musée Goupil de Bordeaux (créé en 1991, il conserve 100 000 oeuvres et documents). Faisant suite au n° 1 paru en 1994, le n° 2 d'État des lieux propose aujourd'hui, à travers quatre études, de continuer l'exploration des connaissances de l'activité multiple et complexe de cet éditeur d'images.

2Après les contributions de Régine Bigorne, qui présente une étude sur le premier volet de cette histoire (1827-1850), Hélène Lafont-Couturier étudie les activités complémentaires d'Adolphe Goupil en tant qu'éditeur et marchand d'art lors de la période suivante (1850-1880), puis Chris Stolwijk apporte un éclairage intéressant sur la succursale hollandaise de la maison Goupil à La Haye (1861-1917). La dernière étude, qui nous intéresse plus particulièrement, traite de la photographie chez Goupil, ou plutôt chez Braun. Elle concerne en effet l'entrée officielle de la photographie au musée du Louvre, avec pour enjeu principal le "traité" signé en 1883 pour trente ans entre le ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts et la société Adolphe Braun et Cie. Pierre-Lin Renié présente cette autrefois célèbre "affaire Braun" dans une analyse fouillée, fondée sur un dépouillement minutieux de documents contemporains issus des Archives nationales (volumineux dossier, fait rare en histoire de la photographie), des archives des musées nationaux et des procès-verbaux du Conservatoire des musées nationaux (ces derniers étant jusqu'alors restés inexplorés).

3Replaçant les événements dans leur contexte historique, politique et institutionnel, P.-L. Renié dissèque la période antérieure puis exécutoire du traité, proposant une analyse pertinente des divers points litigieux tels que les autorisations de photographier au Louvre, les rivalités entre photographes, la mise en place par le Conservatoire d'une première réglementation en 1872 revue en 1878 (projet d'un service photographique et d'une salle de pose), l'opposition entre les conservateurs et le ministère, l'irruption d'une industrie privée dans le temple de l'art, l'existence d'un certain monopole pour la maison Braun (installation d'une salle de vente et d'une salle de pose au sein même du Louvre), ou bien encore les guerres commerciales (procès Braun vs Goupil en 1886) et la concurrence avec la vente d'estampes par la chalcographie. Il prend ainsi en compte toutes les polémiques et critiques idéologiques ou économiques auxquelles les deux parties ont été confrontées, jusqu'à la rupture éventuelle du traité en 1895. L'auteur fait également le point sur le rôle et la position des diverses personnalités impliquées : les photographes ou maisons d'édition (Ch. Marville, Bellangé, L. Lévy, L. Vidal, P. Dalloz, H. Rousselon pour la maison Goupil et G. Braun) qui cherchaient à investir le Louvre, et les conservateurs ou administrateurs (Nieuwerkerke, F. Reiset, F. Ravaisson, Ch. Blanc, L. de Ronchaud, A. Kaempfen, Barbet de Jouy, A. Both de Tauzia et L. Clément de Ris, entre autres) qui répondaient plus ou moins favorablement à une exploitation pédagogique et commerciale des reproductions photographiques d'art. Cette étude volumineuse, qui démêle bien des questions, élucide enfin une partie importante de l'histoire institutionnelle de la photographie de reproduction et constitue ainsi un outil de référence sur le sujet. On regrettera cependant les illustrations en noir et blanc qui ne donnent pas au lecteur l'opportunité d'apprécier la grande qualité des tirages au charbon signés Braun. En outre, il est possible d'apporter quelques précisions grâce à des recherches en cours sur la maison Braun. Le 1er août 1866, la photographie avait été proscrite du Louvre par une décision du comte de Nieuwerkerke, surintendant des beaux-arts. Seul Marville, alors " photographe officiel du musée impérial du Louvre ", était autorisé à opérer, à l'exception de la Société photographique de Berlin à la fin de l'année 1869. Adolphe Braun parvint cependant durant cette période à reproduire une partie de la collection des dessins des maîtres anciens. Il avait en effet commencé à photographier des dessins avant l'interdiction de 1866 et fait paraître un premier catalogue de reproductions en janvier 1867 (n° 330). Un second catalogue, complété de près de 600 oeuvres supplémentaires, est paru en septembre de la même année. Comment Braun put-il continuer à reproduire les dessins du Louvre si l'accès en était devenu impossible pour les photographes ? C'est sans doute grâce au soutien de conservateurs tels que F. Reiset, puis de F. Ravaisson en 1871 pour les sculptures, que Braun bénéficia de cette faveur. Ce soutien était par ailleurs accordé grâce à l'intervention de deux autres personnalités, le grammairien de l'art Ch. Blanc et le critique d'art P. de Saint-Victor, qui deviendront des admirateurs inconditionnels de l'oeuvre de Braun.

4Hélène du Mesnil clôt cet ouvrage par un bilan des expositions organisées au musée Goupil durant sept ans. On souhaite trouver dans la prochaine édition du musée Goupil un catalogue des principales publications de la maison Goupil (catalogues, albums et séries photographiques, etc.).

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Boyer, « État des lieux 2, textes de R. Rigorne, H. Lafont-Couturier, C. Stolwijk, P.-L. Renié, H. du Mesnil, Bordeaux, Musée Goupil, 1999, 167 p., ill. NB, 140 F. », Études photographiques, 8 | Novembre 2000, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/235. consulté le 28 mai 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques