Navigation – Plan du site

Pascale BONNARD YERSIN, Roland COSANDEY, L'Escopette de M. F. Boissonnas à la Fête des vignerons. Un reportage photographique avant la lettre, Vevey/Genève, Musée suisse de l'appareil photographique/Éditions Slatkine, 1999, 108 p., ill. NB.

Clément Chéroux

Texte intégral

1L'histoire des débuts du reportage photographique en Europe reste encore largement à écrire. Ce moment complexe du tournant du siècle où se nouent à la fois des enjeux techniques, économiques et sociologiques n'a guère fait l'objet, jusqu'à présent, d'études sérieuses qui fassent autorité en la matière. L'historien qui voudrait se confronter à ce sujet se verrait contraint de reconstituer des corpus iconographiques éclatés, de rassembler des sources documentaires rares ou dispersées et d'inventer des actes de fondation peu visibles dans la chronologie photographique telle qu'elle s'écrit aujourd'hui.

2C'est à décrire un tel événement fondateur de l'histoire du reportage que se sont employés Pascale Bonnard Yersin et Roland Cosandey dans une étude consacrée à un album de Frédéric

3Boissonnas, conservé au Musée suisse de l'appareil photographique. Cet album regroupe 90 photographies réalisées lors de la Fête des vignerons, en août 1889, par l'un des membres éminents de la dynastie Boissonnas. L'originalité de cette série d'images ne réside guère dans son sujet - bien que la Fête des vignerons n'ait lieu que cinq fois par siècle. Elle tient davantage aux moyens employés par Boissonnas pour conduire son reportage. À rebours des photographes officiels, il opéra en grande majorité à l'intérieur même de la manifestation et employa de surcroît une chambre à main sans viseur : la toute nouvelle Escopette de Darier. Cet appareil "détective" de petit format, breveté fin 1888, avait la particularité d'utiliser des films souples commercialisés la même année par George Eastman pour le Kodak n°1.

4L'usage de ces technologies nouvelles n'est évidemment pas sans conséquence sur la manière d'opérer et sur les images elles-mêmes : tendance à multiplier les prises et les points de vue, immersion du photographe, plus grande proximité du sujet, personnages en mouvement et légèrement fragmentés par le cadre, flous, décadrages et bien d'autres choses qui posent, en somme, les bases d'une esthétique moderne du reportage photographique.

5Le livre, qui reproduit l'ensemble des images contenues dans l'album selon leur disposition d'origine, est bien documenté. Les auteurs ont pris le parti de traiter séparément chacune des problématiques offertes par cet objet photographique singulier. Ainsi lira-t-on une courte biographie qui retrace la généalogie de la famille Boissonnas, un descriptif technique de l'Escopette, un commentaire d'époque de Boissonnas, un article iconographique et deux textes d'histoire locale. Si l'ensemble est de qualité, on regrettera cependant cet éclatement, car c'est précisément du croisement de l'histoire, de la technique et de l'iconographie que naît le reportage photographique moderne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Chéroux, « Pascale BONNARD YERSIN, Roland COSANDEY, L'Escopette de M. F. Boissonnas à la Fête des vignerons. Un reportage photographique avant la lettre, Vevey/Genève, Musée suisse de l'appareil photographique/Éditions Slatkine, 1999, 108 p., ill. NB. », Études photographiques, 8 | Novembre 2000, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/232. consulté le 29 avril 2017.

Auteur

Clément Chéroux

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques