Navigation – Plan du site

Jean-Pierre CRIQUI, Jean-Marc Bustamante. OEuvres photographiques. 1978-1999, Paris, Centre national de la photographie, 1999, 175 p., 207 ill. NB et coul., bibl., 180 F.

Michel Poivert

Texte intégral

1Les constats d'antériorité ne concernent pas seulement les inventeurs de procédés techniques. Ils peuvent aussi servir les auteurs d'innovations stylistiques, au moment où leurs propositions ont fait école, ou tout du moins lorsque leurs intuitions deviennent la chose la mieux partagée des milieux artistiques. C'est ce qui explique l'extrême utilité du catalogue consacré à Jean-Marc Bustamante, édité par le Centre national de la photographie, qui rassemble, pour la première fois en France, une oeuvre qui s'étend désormais sur plus de deux décennies.

2Qu'est-ce à dire? Simplement qu'un tel ensemble donne singulièrement à penser sur ce qui pourrait apparaître, chez de plus jeunes photographes, comme la seule marque de leur originalité. Cette rétrospective permet de constater que la vogue d'une esthétique du lieu commun a déjà une histoire, et que l'origine qui lui est aujourd'hui généralement attribuée (l'art conceptuel) devrait être pour le moins soumise à interrogation. Car Bustamante ne débute pas par l'art conceptuel (il y viendra après coup, dans les années 1980, avec Bazil, signant alors des installations), il est d'abord assistant photographe, notamment de William Klein - ce qui n'est pas le début le plus logique dans une biographie qui voudrait dénier à la profession de photographe toute relation avec l'art contemporain. Bref, on peut être un "vrai" photographe tout en mettant rapidement sa pratique en perspective, c'est-à-dire la penser au long cours, avec le musée et la galerie comme point de mire. À ce jeu-là, mieux que d'autres photographes de sa génération (pour lesquels, toutefois, une exposition rétrospective ne serait pas sans révéler d'autres surprises du même genre, et obligerait par conséquent Bustamante à partager une partie du gâteau historiographique), celui-ci aura donc raflé la mise. Qu'il ait "fait l'artiste", et y ait fort bien réussi, ne chagrinera que ceux dont l'aventure du marché de l'art contemporain ne fut pas le destin, et qui aperçoivent ici le prototype du renégat du "milieu photo" (voir le papier cocasse de Pierre-Jean Balbo dans Focale, la lettre, n° 20, septembre-octobre 1999). Le cas Bustamante en dit déjà long sur la difficulté que les historiens rencontrent pour élucider la question des rapports entre photographie et art contemporain (question à ce jour encore incorrectement formulée).

3C'est tout l'intérêt d'un catalogue comme celui-ci de contribuer à remédier à tant d'indétermination. Impeccablement reproduits, les "tableaux" photographiques se succèdent avec une harmonie que leur sujet ne laissait pas prévoir. On pourrait en effet ne trouver à ces villas en construction et ces abords de cités, à ces talus maigrement plantés et ces broussailles roussies, que le charme incertain de la vacuité. Mais il en va tout autrement. Si l'artiste aime à qualifier ces tableaux "d'instantanés lents", c'est précisément parce que le temps y est capturé de manière à nous livrer cet effet de langueur sans nostalgie, cet étrange sentiment d'une modernité urbaine sans lendemain, comme ces habitats collectifs rejetés aux lointains, de cette esthétique née dans les films de Pasolini. Puis le lecteur aura l'excellente surprise de rencontrer la série complète des vingt-deux tableaux intitulée "Cyprès" (1991). Réduite dans les ouvrages généraux à une unique vue, on peut ici, page après page, entendre les différences que recèle cette série a priori si répétitive. Que voit-on? Un cadre rempli, à l'exception de sa partie basse, occupée par la mince horizontale que forme un muret, des frondaisons de cyprès garnis de leurs fruits. On semble longer ce rideau d'arbres qui laisse deviner ici ou là un ciel immuablement bleu, un peu de la terre ou de la roche d'une dépression contre laquelle les conifères viendraient s'adosser, comme pour redoubler la surface même du plan. Des manières de all over qui auraient trouvé leur identité en dehors de toute gestuelle - ou bien encore une version nouvelle des Nymphéas, où le jeu des reflets combinant surface et profondeur se serait mué en un dispositif d'escamotage ne laissant aux effets de la perspective qu'un rôle secret de présence dissimulée. Réflexions sur le plan, cette vieille lune moderniste? Oui, mais à la même époque toujours, d'une tout autre façon, avec les "Lumières" (1987-1991): images trouvées, sérigraphiées en grand format sur des panneaux de Plexiglas. Une fois accrochées à quelques centimètres d'un mur blanc, celui-ci n'est plus seulement support mais réflecteur: les blancs révèlent l'image infra-mince et renvoient de facto les caissons lumineux employés par d'autres au rayon des grosses machineries. Les "Lumières" de Bustamante forment ainsi la solution la plus économique pour un effet toujours saisissant de révélation d'une image latente. Et de singulières images: architectures datant d'une modernité sans âge, souvent délaissées, parfois hantées. Une dramatisation maximale des espaces qui ne renvoient à aucune mythologie personnelle ou universelle, mais produisent de ces images que l'on ne peut s'empêcher de rapprocher du désordre mental. "Something is missing", ultime étape de cette oeuvre en route, propose des agencements qui nous font définitivement quitter la forme tableau. Même rhétorique urbaine, mais désormais avec des scènes de la vie quotidienne. Le soin est toujours apporté aux formes sans que celles-ci fassent réellement motif.

4Bien sûr (et il faut renvoyer au beau texte de Jean-Pierre Criqui, dont le principal intérêt est de fournir un cadre historique et critique convaincant), Bustamante n'aura pas été le seul à produire ce qui de plus en plus nous semble aller de soi, entendons notre étonnement toujours amoindri à contempler des sites et des scènes "sans qualité". Il n'empêche, aux côtés de photographes comme William Eggleston, pour ne citer que lui, Bustamante participe sans conteste à forger la sensibilité de ses contemporains en s'attaquant, tout comme son confrère américain, aux formes même de l'évidence.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Jean-Pierre CRIQUI, Jean-Marc Bustamante. OEuvres photographiques. 1978-1999, Paris, Centre national de la photographie, 1999, 175 p., 207 ill. NB et coul., bibl., 180 F. », Études photographiques, 7 | Mai 2000, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/221. consulté le 29 mars 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques