Navigation – Plan du site

Bernard MARBOT (dir.), Les frères Bisson photographes, de flèche en cime. 1840-1870 (cat. exp.), Paris/Essen, Bibliothèque nationale de France/Museum Folkwang, 1999, 232 p, ill. NB, bibl., chronol., 270 F.

Anne de Mondenard

Texte intégral

1La bibliographie consacrée aux frères Bisson étant restée jusqu'ici plutôt mince, la publication d'un ouvrage de référence était attendue. Bernard Marbot, conservateur au cabinet des Estampes et de la Photographie à la Bibliothèque nationale de France et commissaire de l'exposition présentée durant l'été 1999 à Paris, ouvre le catalogue en rendant un bel hommage à deux photographes connus principalement pour leurs vues de montagne et d'architecture. L'auteur utilise aussi ce préambule pour livrer sa perception de la photographie française du XIXe siècle, qui résulte d'une longue fréquentation des épreuves originales, et n'hésite pas à établir une hiérarchie sévère. Admis en bonne place dans son panthéon photographique, les frères Bisson figurent parmi six champions de l'image fixe sélectionnés au milieu de quelque 6000 praticiens. Bernard Marbot donne la palme à Nadar, le second prix à Le Gray, retient Baldus et Nègre, et relègue au dernier rang les Bisson, justifiant ainsi le caractère tardif de leur reconnaissance monographique - postérieure à celle des autres lauréats.

2Comme ceux-ci, les Bisson ont reçu une formation de peintre - ils ont affiné leur sens artistique auprès de leur père, peintre héraldique. Les points communs ne s'arrêtent pas là. Les six photographes "sont à la fois auteurs et découvreurs". Ils vulgarisent leurs travaux, pratiquent plusieurs procédés, sortent de l'atelier et exposent largement leurs oeuvres. Sollicités à plusieurs reprises par des personnalités de leur temps, ils ont également accompli une longue carrière (celle des Bisson se prolonge au-delà de leur faillite déclarée, en 1863).

3Plusieurs chapitres analysent ensuite les différentes activités des deux frères. Consacré à la firme, le premier est rédigé par Marie-Noëlle Leroy, auteur d'un mémoire de DEA sur Les Frères Bisson et la photographie d'architecture et d'un article sur le même sujet paru dans Études photographiques (n° 2, mai 1997). Elle apporte des détails précieux relatifs à l'association des deux frères, qui ont pratiqué la photographie de façon individuelle avant de fonder la maison qui porte leur nom en 1852. Le texte d'Anne McCauley sur les portraits au daguerréotype permet d'éclairer les prémices d'une carrière commencée dès 1840. Les deux articles de Milan Chlumsky consacrés à la vue d'architecture et à la conquête du mont Blanc font le point sur des domaines mieux connus de la carrière des Bisson et tentent de reconstituer la chronologie des images qui ont assis leur réputation. Le dernier texte, signé par Sylvie Aubenas, traite de l'activité de reproduction pratiquée par la maison Bisson frères (objets d'art, tableaux, gravures) ainsi que de celle d'imprimeur photographique.

4Mais ce catalogue, dont la forme peut décevoir (les reproductions, plutôt petites, se perdent sur fond blanc et ne restituent pas l'ampleur des épreuves originales), se présente plus comme un enchaînement d'essais autonomes que comme le résultat d'un travail commun. Ainsi, on peut regretter que des points encore flous - inévitables suite à une fouille de cette ampleur - aient été passés sous silence plutôt que débattus. Dans le premier chapitre, on apprend qu'une série de vues de l'Alhambra représente la première publication des photographies des deux frères, en 1853. Milan Chlumsky, dans le troisième chapitre, souligne néanmoins quelques incohérences, comme la date de ce prétendu voyage en Espagne, le format des épreuves, comparées avec d'autres de la même époque, et l'absence de mention de ces images tout au long de la carrière des Bisson. Aucune note ne renvoie à l'"Abrégé de l'oeuvre", en fin d'ouvrage, où il est précisé que les photographies de l'Alhambra, réalisées d'après négatif papier, ne sont vraisemblablement d'aucun des deux frères, puisque certaines sont signées Pablo. Il peut être utile de souligner ici que cette information, qui confère aux Bisson le rôle de diffuseur plutôt que celui d'opérateur, remet en question la thèse présentée dans l'article d'Études photographiques, qui s'appuyait justement sur cette série pour illustrer l'offensive des Bisson dans le domaine de la vue d'architecture. De même, dans le quatrième chapitre, le lecteur apprend que Bisson jeune aurait réalisé treize prises de vue du mont Blanc, à l'occasion de trois ascensions réussies, en 1861, 1862 et 1868. Rien ne permet de savoir quelles sont ces photographies, si elles existent ni si parmi elles figurent des vues prises depuis le sommet, ainsi que le laisse entendre l'article cité en référence.

5Les textes concernant les deux activités majeures des photographes manquent de précision. Ils s'appuient sur des images mais sans renvoyer à leur reproduction ou au catalogue. Le lecteur se perd dans une succession de faits qui peuvent apparaître contradictoires. Finalement, ce sont les informations rassemblées par Bernard Marbot en annexe (données biographiques, abrégé de l'oeuvre, catalogue sommaire illustré) qui permettent de s'y retrouver et constituent le véritable outil de travail de ce catalogue.

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Mondenard, « Bernard MARBOT (dir.), Les frères Bisson photographes, de flèche en cime. 1840-1870 (cat. exp.), Paris/Essen, Bibliothèque nationale de France/Museum Folkwang, 1999, 232 p, ill. NB, bibl., chronol., 270 F. », Études photographiques, 7 | Mai 2000, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/220. consulté le 20 novembre 2017.

Auteur

Anne de Mondenard

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques