Navigation – Plan du site

Pierre APRAXINE, Xavier DEMANGE (dir.), La Comtesse de Castiglione par elle-même (cat. exp.), Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, 189 p., ill. NB & coul., 250 F.

Emmanuel Hermange

Texte intégral

1En préface à la biographie que Robert de Montesquiou consacre à La Divine Comtesse en 1913, Gabriele D'Annunzio salue "l'invention d'un mythe nouveau". De toute évidence, il manquait une colonne essentielle à l'édifice de ce mythe élaboré puis entretenu par des biographies plus ou moins romancées, des pièces de théâtre, des films et des ventes aux enchères: le catalogue des nombreuses photographies (plus de 400) que la comtesse de Castiglione a commandées à Pierre-Louis Pierson durant une quarantaine d'années. Cette publication en réunit une centaine, aux côtés de quelques bustes et portraits peints.

2Les premiers clichés datent de ses débuts éclatants dans la haute société parisienne en 1856, qu'officieusement elle infiltra dans le but de plaider la cause piémontaise auprès de Napoléon III, dont elle devint furtivement la maîtresse. Les dernières épreuves furent réalisées à la veille de sa mort en 1899, alors qu'elle était atteinte de troubles psychiques. Les séries les plus importantes ont été effectuées de 1861 à 1867 tandis que, toute aura désormais perdue au sein des salons parisiens, elle s'était retirée à Passy, dans le voisinage de Pierson. La photographie, qui lui renvoya d'abord l'image d'une beauté attestée, adulée, devint ensuite à ses yeux, semble-t-il, un moyen très efficace de perpétuer un narcissisme en souffrance de miroirs. Le confinement et la dimension scénique du studio, l'appareil photographique agissant comme un dispositif spéculaire qu'elle redouble souvent par des jeux de miroirs et de cadre, enfin la riche variation des poses et des mises en scène que sa complicité avec Pierson lui permettait, sont les rouages du processus moderne d'invention de soi qu'elle mit en oeuvre. Elle a usé de la photographie comme du plus puissant moyen d'inscrire son image dans la postérité. Car, ainsi que le notent les auteurs, les photographies de la Castiglione furent surtout destinées à ses proches et le projet d'exposition qu'elle formula à la fin de sa vie, sous le titre de "La plus belle femme du siècle", ne vit pas le jour.

3Composée d'un album, d'un catalogue raisonné et de nombreuses informations sur la vie de la comtesse, sur son contexte et la naissance de son mythe, cette publication est certes précieuse pour l'historien. Une carence apparaît toutefois quant à la présentation et à l'analyse de la relation de la comtesse à la photographie, et partant, de la question de la beauté. Regrettables en effet, dans le texte de Pierre Apraxine, relatif à ces questions, sont les suppositions à caractère psychologique, parfois élaborées à partir des images, tandis que faits et analyses ne sont pas suffisamment étayés de citations. L'auteur semble ainsi plus enclin à transmettre un mythe qu'à en décomposer les rouages et les enjeux. Sur ce point, la traduction du texte dans lequel l'historienne américaine Abigail Solomon-Godeau a proposé une lecture freudienne du narcissisme de la Castiglione aurait été judicieuse. Enfin, la beauté, au centre du processus de représentation dont il est question ici, semble avoir été par trop considérée comme chose naturelle. Faut-il rappeler qu'en 1859 Charles Baudelaire regrettait déjà que les peintres ne tiennent pas assez compte de son caractère culturel, en notant que "tel nez, telle bouche, tel front remplissent l'intervalle d'une durée [¤] qui certainement peut être soumise à un calcul"?

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Hermange, « Pierre APRAXINE, Xavier DEMANGE (dir.), La Comtesse de Castiglione par elle-même (cat. exp.), Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, 189 p., ill. NB & coul., 250 F. », Études photographiques, 7 | Mai 2000, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/217. consulté le 26 juillet 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques