Navigation – Plan du site

Peter E. Palmquist, Thomas R. Kailbourn, Pioneer Photographers of the Far West:  A Biographical Dictionary, 1840-1865

François Brunet
Référence(s) :

avant-propos de Martha Sandweiss, Stanford (Ca.), Stanford University Press, 2001, 679 p., 130 $.

avant-propos de Martha Sandweiss, Stanford (Ca.), Stanford University Press, 2005, 742 p., 150 $.

Texte intégral

1De cette imposante somme bio-bibliographique sur la première génération de la photographie américaine, on doit dire d’abord avec tristesse qu’elle restera sans doute inachevée, en raison de la mort accidentelle et tragique, en 2003, de son premier auteur, le grand historien de la photographie californienne et western Peter E. Palmquist. Bien qu’un grand nombre de matériaux existent en vue des troisième et quatrième volumes initialement programmés (qui devaient traiter des photographes pionniers de l’est des États-Unis), Thomas R. Kailbourn, qui a mené à bien seul la publication du second volume, n’envisage pas pour l’heure de poursuivre la tâche qu’avait entamée “PEP” depuis plusieurs décennies. Avec ces deux volumes, qui couvrent tout l’Ouest transmississippien, on dispose néanmoins d’un instrument de travail prodigieusement fouillé et utile, qui fera sans doute autorité sur le sujet pour un moment, et qui s’avère d’ores et déjà indispensable pour les spécialistes du dix-neuvième siècle américain.

2L’ampleur impressionnante du corpus de photographes ainsi constitué, documenté et classé est la première leçon de ce dictionnaire. Ce foisonnement, qui fait que des centaines de noms jusqu’ici obscurs ou tout à fait inconnus entrent dans notre histoire de la photographie, est à l’image du bouillonnement photographique inouï qui caractérise les États-Unis, et notamment l’Ouest, à l’ère du daguerréotype – phénomène dont ce dictionnaire donne enfin une mesure pertinente, et qui cependant ne laisse pas d’interpeller et d’appeler de nouvelles enquêtes. Dans cette galaxie de l’Ouest photographique, l’on reconnaît aussi la marque des conceptions et de la boulimie scientifiques de Peter Palmquist, chercheur acharné qui ne cessa, depuis les années 1970, de mettre au jour des opérateurs – et des opératrices, puisqu’il fut aussi l’initiateur d’une “archive” internationale des femmes photographes – tombés dans l’oubli, et ce faisant, d’indiquer discrètement mais fermement son scepticisme à l’égard des confortables traditions et hiérarchies entretenues par les grandes institutions ou anthologies consacrées à l’histoire de la photographie américaine. On observera ainsi que les critères retenus ici pour déterminer le statut de photographe sont larges, et l’on s’en félicitera, même compte tenu d’un certain risque de prolixité, s’agissant d’une époque pionnière, où amateurs, expérimentateurs et usagers occasionnels voisinent avec les professionnels (ainsi des figures comme John Charles Frémont, pionnier du daguerréotype d’exploration en 1842-1843, font-elles l’objet d’entrées fournies). Manifestement, le but poursuivi ici n’est pas de tresser des lauriers au mérite artistique mais de pénétrer en profondeur, par l’angle biographique, dans une histoire des pratiques de l’image dont ce dictionnaire fournit une excellente illustration. De même, l’approche biographique est géographiquement inclusive, c’est-à-dire que sont recensées toutes les phases d’activité des individus considérés, et non seulement celles situées dans la zone d’inclusion ; c’est ainsi, par exemple, que le volume 2 propose une entrée très conséquente sur Désiré Charnay, connu pour avoir séjourné à La Nouvelle-Orléans dans les années 1850 puis voyagé au Mexique à partir de 1857-1858. Enfin, comme le montre aussi cette entrée «Charnay», l’enquête documentaire et historiographique sous-jacente est très poussée et produit non seulement des bibliographies individuelles particulièrement riches et à jour mais aussi, dans de nombreux cas, des sources documentaires nouvelles, issues notamment d’un dépouillement proprement ahurissant de centaines de titres de presse, y compris locale, et dûment recensées dans une section distincte en fin d’entrée.

3Il sera difficile de prendre en défaut ce dictionnaire, à moins de lui prêter des intentions qui ne sont pas les siennes, en matière critique par exemple. On pourra lui reprocher une tendance à la prolixité, certaines entrées étant peut-être inutilement alourdies par une information purement biographique connue par ailleurs. Mais de ce point de vue, les qualités l’emportent de loin sur les défauts et font du dictionnaire Palmquist-Kailbourn un instrument indispensable pour toute bibliothèque spécialisée. Sans doute pourrait-on s’interroger sur l’avenir de ce type d’entreprise encyclopédique “fixe”, à l’heure du web 2.0 et alors qu’émergent, notamment en histoire de la photographie, des sites encyclopédiques coopératifs appelés, par leur souplesse et leur réactivité, à gagner du terrain sur le support papier. On notera cependant que dans la phase actuelle, ces sites encyclopédiques ont plutôt tendance à diffuser de l’information bibliographique préalablement disponible sur papier qu’à produire de nouvelles connaissances, alors que ce qui caractérise ce dictionnaire, à l’image de son initiateur principal Peter Palmquist, est une soif inextinguible de connaissance nouvelle.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Peter E. Palmquist, Thomas R. Kailbourn, Pioneer Photographers of the Far West:  A Biographical Dictionary, 1840-1865 », Études photographiques, 19 | Décembre 2006, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2073. consulté le 23 novembre 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle