Navigation – Plan du site

Imre Schaber, Gerda Tardo, Une photographe révolutionnaire dans la guerre d’Espagne

Françoise Denoyelle
Référence(s) :

Monaco, Anatolia/Éditions du rocher, 2006, 318 p., 62 pl. d’ill., bibl., liste des photographies parues de Gerda Taro, doc. phot., ind., 23 €.

Texte intégral

1Gerda Taro, morte en 1937 sur le front de la guerre d’Espagne à vingt-sept ans, incarne l’une de ces figures héroïques à la beauté rayonnante, compagne d’un des plus célèbres photographes du monde. Sa légende s’est forgée dans les pans d’un lyrisme militant où la tragédie individuelle se mêle au naufrage collectif. Figure mythique certes, mais dont le mystère a été entretenu au détriment de la reconnaissance du travail d’une femme libre. Nous en ignorons presque tout. On attendait donc avec intérêt l’exposé des faits et l’analyse de l’environnement culturel et politique constitutifs d’une telle aura. L’ouvrage, publié en Allemagne en 1994, vient enfin d’être traduit. Le sous-titre, probablement choisi par l’éditeur, s’éloigne du titre original1 et met l’accent sur le versant militant (une photographe révolutionnaire) de la photoreporter.

2Le texte, beaucoup plus nuancé, s’articule autour de trois séquences chronologiques: la jeunesse de Gerta Pohorylle, juive allemande de Leipzig (1910-1933, 86 pages), suivie de l’exil à Paris, de la rencontre d’André Friedmann et de la formation du couple Gerda Taro-Robert Capa (1933-1936, 63 pages), et enfin la guerre d’Espagne avec la naissance des reporters de guerre (1936-1937, 139 pages). On ne peut que déplorer l’absence de notes justifiant des informations et éclairant des argumentaires. Elles existent bien dans la version allemande. On aimerait que les éditeurs comprennent qu’on ne transforme pas un travail de longue haleine en un livre grand public à coup de ciseaux; en revanche, ce type d’omission estompe le plus souvent son statut d’ouvrage de référence, gage de pérennité.

3La première partie est la plus informative. L’auteur, de langue allemande, a eu accès aux archives conservées dans l’ex-RDA et en Allemagne de l’Ouest concernant sa condition sociale, ses années de formation et le processus d’échange entre événements politiques, dont elle est le témoin plus que l’acteur engagé, et son existence personnelle. Irme Schaber signale qu’il n’existe ni journaux intimes, ni écrits personnels, hormis quelques lettres à des proches de Gerta, et presque aucun indice sur sa famille juive qui, pour l’essentiel, fut déportée. On ne peut dès lors que louer la façon dont l’historienne, en se fondant sur des travaux entrepris dans les années 1980, fait litière, à la montée du fascisme, du rôle de résistante de haut vol qu’on fit incarner à Gerta en RDA, dans les années 1950. Emmenée en détention préventive par une colonne de SA, qui n’avait pu s’emparer de ses frères impliqués dans une distribution de tracts, elle est libérée après deux semaines, faute de preuves. Nous sommes ici bien loin des révolutionnaires, à l’image d’une Germaine Krull, dans l’effervescence de la république des soviets, à Munich, en avril 1919 ou d’une Tina Modotti agent de liaison du Secours Rouge travaillant pour le Komintern. C’est que l’époque est déjà lourde de menaces. Bien plus liée à des amis et connaissances, dont elle partagea les espoirs et les ambitions personnelles, qu’à des partis, Gerta voit ses amis antifascistes quitter Liepzig quand ils ne sont pas arrêtés. C’est donc une petite bourgeoise, «une poupée de luxe» selon une de ses amis d’enfance, plus soucieuse de son ascension sociale, loin de ses origines juives, que d’idéologie et dont l’élan est brisé par l’émigration, que nous présente Irme Schaber.

4La seconde partie concernant son installation à Paris est plus convenue. Des informations nouvelles auraient été bien venues à propos de ses premières activités avec Capa et de sa collaboration à Alliance photo. On peut regretter que l’auteur n’ait pas rencontré l’un des derniers collaborateurs encore en vie de Regards, Jean Roire. Presque tous les contemporains de Gerda ont disparu et ceux interviewés par Richard Willan l’ont été dans la perspective d’une biographie sur Capa. En revanche, la mouvance du cercle du Capoulade, fraction centriste du parti ouvrier socialiste (SAP) comportant un large éventail de sensibilités de gauche que fréquente Gerta, est bien mise en perspective. Là encore, celle qui est devenue Gerda s’en tient à une conscience antifasciste forgée par son expérience de Leipzig plus que par une idéologie.

5La dernière partie s’attaque à l’exposé le plus complexe, le plus délicat et le plus intéressant qui, à lui seul, justifie l’existence du livre. Comment une photographe émerge de l’équipe Capa-Taro forgée dans les affres d’une liaison tumultueuse et l’ardent désir de soutenir la cause des républicains espagnols? La démonstration d’Irme Schaber est solide, argumentée et fondée sur une confrontation des publications, des formats des négatifs et l’analyse des quatre voyages entrepris ensemble ou séparément.

6Taper les légendes des photographies de Capa, lui servir d’agent a vite été insuffisant à Gerda. Capa l’initie à la photographie et elle obtient une carte de presse en février 1936. Le couple serait parti dans l’avion de Lucien Vogel2. Il arrive à Barcelone le 5 août 1936. Il reste onze mois à Gerda pour s’imposer comme photographe. Pratiquement inconnus (c’est Chim le photographe du Front populaire), ils opèrent ensemble. Capa au Leica et Taro au Rolleiflex, du moins dans les débuts. Les choses se compliqueront ensuite, Capa confiant, lors du second voyage, son appareil à Gerda et utilisant un Contax, ce qui implique des négatifs de même format 24 x 36. Des problèmes d’identification se poseront également en ce qui concerne l’usage de la caméra. Si quelques images publiées durant le dernier trimestre 1936 sont parfaitement créditées Taro, beaucoup le sont sous le nom de Capa. Dès 1937, et jusqu’en juillet, prévaut le tandem Capa/Taro dans Regards et dans Ce Soir, mais c’est le nom de Capa qui fait la une de Regards.Le congrès des écrivains qu’elle couvre sans Capa, reparti après la séance d’inauguration, lui offre une dernière opportunité de revendiquer son propre travail. Les cartes brouillées, le terrain est mûr pour une disparition programmée de l’œuvre.

7À l’annonce de sa mort accidentelle, causée par un char républicain, le PCF instrumentalise «l’alouette de Brunete» en une icône de l’antifascisme et Life salue «la première femme photographe tuée en action ». Capa est inconsolable mais, comme le mentionne Irme Schaber, «il était habitué à considérer comme siennes les images de Gerda». L’oubli s’installe. Gerda n’est plus que l’éblouissant amour de jeunesse du «plus grand reporter de guerre du monde». Elle est, selon Michel Lefebvre3, «absorbée ou gommée par le mythe Capa». Après la mort de Capa, aucun inventaire ne permet de dissocier les photographies de chacun. Cornell se fait le gardien du temple et conforte la légende de son frère. Le mystère et la confusion sont entretenus par la découverte de carnets de travail aux archives nationales4 indûment appelés “Carnets Capa” dont l’origine et le parcours restent flous, et de valises de négatifs perdues refaisant surface. Dans le fonds ICP5, la mention manuscrite de Gerda au dos de certaines épreuves est barrée pour être remplacée par celle de Capa. Les crédits ne sont pas non plus propices à un éclaircissement. Magnum a commercialisé les photographies de Gerda sous le copyright «Cornell Capa photo by Robert Capa», en précisant dans certaines légendes (pas toutes) «photograph by Gerda Taro». Ce qui préserve seulement les intérêts de ICP. Irme Schaber aurait retrouvé des héritiers lointains de Taro ce qui pourrait redistribuer les cartes.

8Dans l’identification des photographies, afin de constituer un catalogue raisonné en se fondant sur l’apport de collections étrangères en Scandinavie et au Mexique, beaucoup reste à faire. Irme Schaber, dont la tâche n’est probablement pas simple pour de multiples raisons, nous donne déjà un avant-goût de ses recherches dans la soixantaine de planches d’illustrations de l’ouvrage. L’exposition itinérante6 qu’elle prépare avec Richard Whelan, à l’International Center of Photography, à New York, sera une contribution supplémentaire à l’identification et à la reconnaissance de l’œuvre. On attend avec un égal intérêt le film de Bernard Lebrun (journaliste à France 2) et Pascale Bourgaux (RTBF) sur L’Ange oublié de la photo dont la sortie est également prévue pour septembre 2007. Les archives moscovites découvertes par Bernard Lebrun devraient apporter un éclairage plus précis et inédit sur le couple en Espagne et son rôle dans la diffusion à l’étranger de la propagande en faveur des républicains.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Denoyelle, « Imre Schaber, Gerda Tardo, Une photographe révolutionnaire dans la guerre d’Espagne », Études photographiques, 19 | Décembre 2006, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2043. consulté le 25 avril 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques