Navigation – Plan du site

Quentin BAJAC, Tableaux vivants. Fantaisies photographiques victoriennes (1840-1880), Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, 80 p., 45 ill. NB, bibl., 120 F.

Michel Poivert

Texte intégral

1Après l'exposition consacrée à lady Hawarden en 1990, puis l' "Album de collages de l'Angleterre victorienne" en 1997, le musée d'Orsay continue l'explorer la richesse des passe-temps aristocratiques. L'exposition organisée cette année autour des tableaux vivants vient enrichir notre compréhension de pratiques photographiques que l'on aurait parfois tendance à reléguer au chapitre des curiosités. Les tableaux vivants photographiques peuvent en effet apparaître comme le versant kitsch de la production artistique de la High Art Photography, ce premier courant d'une photographie militant pour sa reconnaissance artistique en Angleterre, et dont les noms de Gustav Rejlander ou Henry Peach Robinson suffisent à rappeler l'importance. Cette ambition ne fut pas sans déclencher une certaine mode dans les milieux aristocratiques, alors même que faisait fureur le goût des déguisements et des arrangements en tableaux vivants. La photographie avait alors déjà largement usé de subterfuges pour parvenir à réaliser des images fantaisistes et même fantastiques: collages de négatifs et doubles expositions commençaient à former le vocabulaire du trucage dont les effets pouvaient alternativement verser dans l'esthétique ou le ludique (l'un n'étant pas exclusif de l'autre). Le tableau vivant photographique devait s'enrichir d'une troisième donnée essentielle: la source d'inspiration. Qu'elle soit littéraire, comme souvent chez Margaret Cameron, théâtrale, chez Lewis Carroll, ou picturale, chez William Lake Price, elle produit un référent totalement étranger à la réalité, et du même coup une représentation bien éloignée du rôle indiciel habituellement attribué à la photographie. Ce principe d'une image de "seconde génération" est nécessaire à la volonté de mettre en scène, selon des principes établis d'expressivité (Rejlander illustre, en 1872, L'Expression des passions chez l'homme et les animaux de Darwin), le moment clé d'une narration comme l'évocation d'un rêve. On ne peut nier qu'il y ait une grande disparité de résultat dans toutes ces mises en scène photographiques, où les réussites poétiques côtoient les plus navrantes parodies. Mais l'enjeu de l'histoire qui, au fil des expositions, se dessine dans ces pratiques singulières, est ailleurs que dans les jugements de valeur et de goût. En effet, ce dont on s'aperçoit désormais, à la lumière d'analyses a priori hétérogènes (la poursuite des recherches sur la photographie scientifique, une approche sérieuse et non plus polémique du pictorialisme, l'attention prêtée aux récréations des amateurs, ou encore l'engouement pour la photographie spirite), c'est que l'histoire de la photographie rattrape et même dépasse les investigations menées dans le champ consacré des avant-gardes historiques ­ futurisme, dadaïsme, surréalisme, etc. À tel point que la connaissance croissante des pratiques photographiques "antinaturalistes" révèle non seulement les sources des avant-gardes, mais exemplifie la nature toujours construite de la photographie face au mythe du simple enregistrement mécanique érigé en paradigme.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Quentin BAJAC, Tableaux vivants. Fantaisies photographiques victoriennes (1840-1880), Paris, Réunion des musées nationaux, 1999, 80 p., 45 ill. NB, bibl., 120 F. », Études photographiques, 6 | Mai 1999, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/203. consulté le 19 novembre 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques