Navigation – Plan du site

Gaëlle Morel, Le Photoreportage d’auteur. L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970

Quentin Bajac

Texte intégral

1Le double intitulé du livre de Gaëlle Morel peut au premier abord surprendre. Mais l’ouvrage, issu d’une thèse en histoire de l’art menée sous la direction de Philippe Dagen, affiche bien une double ambition: celle d’étudier un phénomène, l’avènement de la figure de l’auteur dans le champ photojournalistique, envisagé comme le principal symptôme de la légitimation culturelle et artistique récente de la photographie en France.

2Cette institutionnalisation de la photographie en France a déjà donné lieu à des études ponctuelles au sein d’ouvrages, de catalogues il y a plus de dix ans déjà: ainsi La Nouvelle Histoire de la photographie sous la direction de Michel Frizot consacrait un chapitre à un aspect de cette question quand le catalogue réalisé à l’occasion de l’ouverture de la Maison européenne de la photographie, Une aventure contemporaine, la photographie, revenait également sur ce phénomène. En outre, l’étude de Gaëlle Morel recense un certain nombre de mémoires universitaires qui n’ont, à ce jour, pas fait l’objet de publications, autour de la Fondation nationale de la photographie, de la revue Contrejour ou du Centre national de la photographie. Cependant, il n’existait à ce jour aucun ouvrage à lui être exclusivement consacré. C’est aujourd’hui chose faite. À ce titre, le travail de Gaëlle Morel représente la première tentative (réussie, disons-le d’emblée) de dresser une histoire récente des institutions photographiques françaises et remplit un champ jusqu’alors encore quasiment vierge de l’histoire culturelle récente.

3Le premier chapitre jette les bases de ce double mouvement en insistant sur les années 1970. Les débuts des agences Gamma, Sygma et Sipa ont déjà été retracés mais on relèvera la première étude publiée sur la revue Contrejour ainsi qu’une belle synthèse sur les premières mesures initiatives de l’État autour de la Fondation nationale de la photographie. C’est néanmoins la période 1981-1986 qui constitue le cœur de l’étude de Gaëlle Morel, autour de deux chapitres: le premier a le mérite de replacer l’accélération de ce processus de légitimation dans un cadre plus large: celui de la politique culturelle des gouvernements d’Union de la gauche soit d’une politique volontariste d’entrée dans le champ culturel d’objets déconsidérés, parmi lesquels la photographie figure en bonne place. Dans le même temps, l’auteur analyse précisément les mécanismes ayant conduit à la création d’événements et d’institutions divers (CNP, Mois de la photo) et revient sur des épisodes mieux connus tels que la Mission photographique de la Datar. Le second chapitre, plus resserré, concerne le quotidien Libération et l’action menée à cette époque par le directeur du service photographique, Christian Caujolle, en faveur de cette promotion de la figure de l’auteur. Par la précision et la richesse des développements, c’est assurément la partie la plus réussie et novatrice de l’étude. Le dernier chapitre de l’ouvrage est quant à lui consacré aux années 1986-2001 et à la remise en cause, notamment à partir de l’année 1989 (celle de la commémoration des 150 ans de la divulgation du premier procédé photographique), de cette figure de l’auteur, malmenée par l’émergence de celle de l’artiste et l’esthétisation croissante du discours autour de la photographie. Il permet, dans le même temps, d’évoquer la mise en place du paysage actuel de la photographie, marqué par une multiplication des structures (Maison européenne de la photographie, Jeu de paume, Paris Photo). L’ensemble représente toutefois une période chronologique un peu trop vaste qui aboutit au moins maîtrisé des quatre chapitres: l’année 1989 aurait sans doute à elle seule mérité un chapitre.

4Réussie, la tentative l’est pourtant à plus d’un titre: tout d’abord, malgré le format réduit de l’ouvrage, par la densité, l’abondance et la sûreté des informations fournies: la création comme le mode de fonctionnement des principales institutions sont ainsi passés en revue, souvent très précisément, sans oublier la mention de quelques autres projets inaboutis et avortés (au hasard des pages, on notera cette maison de la presse au Grand Palais en 1981 ou, plus près de nous, la Galerie nationale de la photographie). À cet égard, le lecteur ne pourra qu’être frappé par l’abondance, depuis plus de trente ans, des initiatives publiques, étatiques – quasiment tous les ministres et secrétaires d’État à la Culture depuis Michel Guy ont lancé un plan photographie – ou locales – notamment le caractère précurseur de la politique de la Ville de Paris sous l’égide de Jean-Luc Monterosso. Réussie aussi par la largesse du champ abordé: les instances de légitimation sont envisagées dans leur diversité, de l’organe de presse aux revues critiques et universitaires, de l’agence de presse à l’institution muséale, des manifestations commerciales (le rôle des galeries) aux événements culturels (Rencontres d’Arles, Mois de la photo), permettant une lecture globale et transversale de ce phénomène de légitimation, aux manifestations et symptômes multiples: le passage sur l’évolution du système de protection juridique est à ce titre bienvenu. Enfin et surtout parce que l’ouvrage ne sombre jamais dans le piège de la description et du “plan à tiroirs”, le prisme de l’auteur permettant à Gaëlle Morel d’articuler le plus souvent à bon escient ses deux problématiques.

5Cette articulation demeure toutefois parfois malaisée. L’émergence de la figure de l’auteur dans le champ photojournalistique ne représente qu’un des symptômes de ce processus de légitimation culturelle et artistique qui la dépasse, obligeant parfois l’auteur à s’écarter de son fil rouge. Est-ce d’ailleurs le plus important ? Ne pourrait-on pas avancer que le même phénomène se produit avec d’autres champs de la photographie, celle de mode au premier chef ? Ces aspects auraient sans doute gagné à être soulignés, de même que d’autres sont parfois abordés trop rapidement: les positions des “anti-auteurs” d’obédiences très diverses (Nuridsany, Chevrier, Lemagny) sont parfois résumées de manière trop schématique, des rôles sont à mon sens sous-estimés (celui du Fnac, par exemple), des pistes juste évoquées et insuffisamment suivies (la place de la photographie de reportage dans les collections publiques à vocation artistique, bon indice de cette légitimation artistique et culturelle aurait ainsi mérité d’être analysée). On pourra enfin noter que cette analyse, essentiellement étayée, semblerait-il, par des sources écrites aurait sans doute gagné encore à être enrichie par des témoignages et entretiens plus récents permettant un éclairage rétrospectif – la plupart des acteurs de cette histoire étant toujours en exercice. On pourra regretter enfin un index limité aux noms propres de personnes: l’intégration des noms de revues, collectifs, institutions, etc., aurait facilité la lecture et le maniement d’un ouvrage qui se veut aussi un manuel et se révélera au fil des ans un précieux outil de travail. Face aux difficultés que rencontrent les études universitaires, on se félicitera que le CNRS ait publié et mis à la disposition de tous rapidement cette synthèse indispensable, première pierre d’une historiographie appelée à s’étoffer rapidement.

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Bajac, « Gaëlle Morel, Le Photoreportage d’auteur. L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970 », Études photographiques, 19 | Décembre 2006, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2023. consulté le 22 novembre 2017.

Auteur

Quentin Bajac

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques