Navigation – Plan du site

Mark HAWORTH-BOOTH, Anne McCAULEY, The Museum and the Photograph. Collecting Photography at the Victoria and Albert Museum, 1853-1900, Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown (Mass.), 1998, 80 p., 34 ill. NB.

Sylvie Aubenas

Texte intégral

1Ce catalogue accompagne une exposition de 71 photographies choisies dans les collections du Victoria and Albert Museum, dues à des artistes tels que Fenton, Cameron, Clifford, Bourne, Le Gray ou Emerson (pour ne citer que les plus connus), et qui toutes ont en commun d'avoir été acquises avant 1900. Il comporte un bref avant-propos de Mark Haworth-Booth, conservateur des collections de photographie du musée, qui rappelle les éléments développés dans son livre récent, Photography: an Independent Art, puis une étude plus développée par Anne McCauley, historienne de la photographie du XIXe siècle.

2Le but est donc d'illustrer la politique de constitution des collections du Victoria and Albert Museum depuis les années 1850. M. Haworth-Booth ouvre le livre en déclarant: "No museum had a more interesting engagement with photography in the nineteenth century than the Victoria and Albert Museum." En effet, le premier directeur du musée, Henry Cole, ne se contenta pas de comprendre comment la photographie pourrait suppléer aux lacunes de sa collection naissante en lui servant d'appoint, d'appui, de documentation, et de s'attacher dans cette intention les services du photographe Charles Thurston-Thompson: il procéda également à des acquisitions de photographies "artistiques", en étendant la notion de documentation jusqu'aux paysages, natures mortes, vues d'architecture, nus, marines, portraits, etc., et en faisant entrer dans les collections des oeuvres de Cameron ou, plus tard, d'Emerson.

3Anne McCauley reprend cet historique pour dresser, au-delà de la simple apologie du Victoria and Albert Museum, un état comparatif des politiques d'acquisition de l'époque; elle place ainsi en regard du musée londonien quelques institutions parisiennes: la bibliothèque du musée des Arts décoratifs et le Conservatoire des arts et métiers à Paris, les exemples les plus pertinents sans doute, mais également le département des Estampes de la Bibliothèque nationale, qui présente en revanche un cas plus difficile à comparer. Ses collections, on le sait, se sont constituées depuis 1851 en grande partie grâce au dépôt légal, ce qui n'excluait pas une politique d'acquisition, inaugurée dès la même époque, mais lui donnait nécessairement une orientation différente et un rôle d'appoint.

4Il ne s'agit pas ici d'entrer dans le détail d'un travail historique dont on peut regretter seulement qu'il n'ait pu, en quelques dizaines de pages, être plus complet et étendu à d'autres institutions. L'histoire de la photographie manque encore cruellement de travaux sur la constitution des collections au XIXe siècle, qui permettraient d'apprécier plus justement le statut qu'eurent en leur temps ces images dont la valeur artistique et subjective tend à occulter aujourd'hui le contenu documentaire, originellement primordial. Le titre même de l'ouvrage pourrait d'ailleurs conforter l'idée trompeuse que ce sont les musées qui ont acquis au siècle dernier des photographies, alors qu'en réalité ce sont surtout des bibliothèques: les établissements choisis pour la comparaison par Anne McCauley le laissent comprendre à demi mais, en le disant plus clairement, le rôle du Victoria and Albert Museum n'aurait été que mieux souligné dans sa singularité (même si, là aussi, les photographies n'étaient évidemment pas aux cimaises, mais bien dans la bibliothèque du musée).

5Plus encore, l'épigraphe empruntée à Henri-François Delaborde qui s'inquiétait, en 1865, de voir la Bibliothèque nationale devenir une "manufacture de produits industriels (¤) si la photographie y acquérait une place légale", opposée à une pensée de J. C. Robinson, choisie pour sa clairvoyance, met en lumière un peu trop crûment l'effet d'antithèse entre pionniers et retardataires qui sous-tend l'étude. Et qu'importe si en réalité la citation du Français, dans son contexte d'origine, ne concernait même pas l'acquisition de photographies pour les collections de la bibliothèque (qui ne pouvait soulever aucune difficulté), mais la création d'un service de reproduction au bénéfice des lecteurs.

6Le travail d'Anne McCauley, à la suite de celui d'Abigail Solomon-Godeau, Photography at the Dock. Essays on Photographic History, Institutions and Practices (1991), n'en garde pas moins le mérite d'introduire le lecteur dans un plus large champ d'investigation et de réflexion: la lecture en est d'autant plus intéressante qu'elle suscite à chaque ligne des questions, voire des insatisfactions. Cette première approche demanderait donc à être poursuivie, dans un cadre peut-être plus large que la mise en valeur d'une collection parmi d'autres, et l'on ne peut qu'espérer une étude approfondie sur la formation des collections publiques de photographies par l'auteur d'Industrial Madness.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aubenas, « Mark HAWORTH-BOOTH, Anne McCAULEY, The Museum and the Photograph. Collecting Photography at the Victoria and Albert Museum, 1853-1900, Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown (Mass.), 1998, 80 p., 34 ill. NB. », Études photographiques, 6 | Mai 1999, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/202. consulté le 22 juillet 2017.

Auteur

Sylvie Aubenas

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques