Navigation – Plan du site

Catherine MATHON (dir.), Duchenne de Boulogne (cat. exp.), Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 226 p., 127 ill. NB, bibl., chronol., 250 F.

Marta Braun

Texte intégral

1Embrassant médecine et neurologie, typologie physionomique et éducation des artistes, l'oeuvre iconographique de Guillaume Duchenne de Boulogne (1806-1875) s'effectue à la rencontre de trois des plus importantes conquêtes du XIXe siècle: l'électricité, la physiologie et la photographie. Le catalogue de l'exposition proposée par l'École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) détaille l'ensemble de ces aspects, et les rend pour la première fois intelligibles.

2Médecin dépourvu d'un statut hospitalier officiel, Duchenne était pourtant bienvenu dans tous les hospices parisiens. Ses expériences étaient suivies avec attention par les plus importants praticiens de l'époque, en particulier Jean-Martin Charcot, qui parla toujours de lui comme d'un maître. Sa contribution majeure repose dans le recours à la faradisation localisée: l'usage d'un courant alternatif appliqué à l'aide de rhéophores, avec suffisamment de précision pour ne stimuler qu'un faisceau musculaire à la fois. Ainsi qu'il le précise dans un mémoire de 1847, cette procédure ne doit ni "piquer, ni inciser la peau". Remplaçant le scalpel de l'anatomiste par le courant électrique, usant de l'électricité comme d'un instrument d'investigation physiologique plutôt que comme d'un outil thérapeutique (sa fonction usuelle au début du XIXe siècle), il crée une "anatomie du vivant" et produit des résultats significatifs: l'explication de l'origine de certains troubles musculaires par la localisation au sein du faisceau fibreux, et non pas une lésion neurologique, hypothèse alors couramment admise; la description de l'une de ces affections, une forme d'atrophie musculaire: la myopathie de Duchenne; et, pour la première fois, l'individualisation de chacun des muscles de la face et leur contribution à l'expression du visage.

3C'est à partir de 1852 que Duchenne devait adjoindre à l'usage de l'électricité celui de la photographie, pour enregistrer, d'abord avec l'aide d'Adrien Tournachon, les résultats de ses faradisations. Publiées en 1862 dans Le Mécanisme de la physionomie humaine, ou analyse électro-physiologique de l'expression des passions, ces images surprenantes furent intégrées à l'éducation des artistes pour corriger les défauts de la représentation des passions, et adaptées par Darwin pour illustrer son ouvrage sur l'expression humaine et animale. Les travaux photographiques de Duchenne ne firent pourtant l'objet ni d'une large diffusion, ni d'une réception compréhensive. Décrivant la peur, la joie, le dédain ou la terreur comme des phénomènes physiologiques susceptibles d'être provoqués par l'électricité et enregistrés par la chambre photographique, ils analysaient le mouvement des muscles faciaux non comme les signes de la présence d'une âme ou d'une conscience, mais plutôt comme des signifiés flottants, justifiables d'une sémiotique culturelle des manifestations physiques (la recherche contemporaine montre que la mobilisation de groupes musculaires pour mimer la joie ou la tristesse semble contribuer à éveiller ces émotions - ce qui aurait réjoui Duchenne).

4Les huit essais du catalogue couvrent le large spectre des contributions de l'expérimentateur, retracent les antécédents de ses investigations et décrivent leur influence et leur réception. Sur le versant de l'histoire médicale, Michel Fardeau, professeur à la Salpêtrière, où Duchenne accomplit une bonne partie de son oeuvre, propose un récit fascinant de l'identification de la myopathie et des multiples réclamations d'antériorité qui suivirent, tout en rappelant l'intérêt contemporain de la découverte de cette affection héréditaire - la première dont on ait pu vérifier le caractère génétique. Professeur de philosophie à l'université de Picardie, François Delaporte décrit avec précision et lucidité comment l'usage de l'électricité permit à Duchenne d'attribuer une expression particulière à chacun des muscles de la face, puis montre la divergence des conclusions du médecin français avec celles de Darwin, en forçant parfois le trait. Du côté de l'histoire de la photographie, Catherine Mathon, conservateur à l'ENSBA, explique la diversité des pratiques d'enregistrement de Duchenne (incluant la photomicrographie), clarifie la question des différentes éditions de ses épreuves, et situe leur rôle dans l'enseignement des beaux-arts. Sandrine Bula et Michel Quétin, des Archives nationales, analysent les tentatives infructueuses de Duchenne pour remporter le prix Volta (attribué à celui qui "par ses expériences et ses découvertes, fera faire à l'électricité et au galvanisme un pas comparable à celui qu'ont fait faire à ces sciences Franklin et Volta"), en faisant revivre le monde scientifique aux marges duquel le médecin évoluait. Emmanuel Schwartz, conservateur à l'ENSBA, montre comment les expériences de Duchenne constituaient à la fois un défi et s'inscrivaient dans le cadre de la représentation académique des passions. Les articles de Monique Sicard, chercheur au CNRS, et de Jean-François Debord, professeur de morphologie à l'ENSBA, couvrent un champ plus large: le premier raconte, entre autres, les usages médicaux de l'électricité, tandis que le second relie l'iconographie de Duchenne tant à l'antique besoin de codification des expressions de la passion qu'à la phrénologie.

5Les textes se recoupent souvent, par exemple à propos de la question répétée du rôle d'Adrien Tournachon, de la connexion Duchenne-Darwin, ou encore pour disculper l'expérimentateur de l'accusation d'avoir produit un théâtre de la cruauté - répétitions qui ne font qu'approfondir notre connaissance d'un talent polyvalent. Dans un article final, un groupe de restaurateurs et de conservateurs, dirigé par Anne Cartier-Bresson, explique les méthodes utilisées pour préserver les "ovales" réalisés par Duchenne à l'intention des artistes. Largement annotée, l'iconographie, reproduisant le partage originel entre "partie scientifique" et "partie esthétique", propose plusieurs inédits et complète le fonds de l'ENSBA par des emprunts aux collections de la Bibliothèque nationale de France, des Archives nationales ou de la Société française de photographie, pour fournir la vision la plus complète des diverses séquences et variations proposées. Le volume se clôt sur une bibliographie fournie et une chronologie détaillée. Déjà exposée en 1984 et source de nombreuses publications, l'oeuvre de Duchenne trouve ici sa pleine et entière description, dans un ouvrage qui restera longtemps le travail de référence sur le sujet.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Braun, « Catherine MATHON (dir.), Duchenne de Boulogne (cat. exp.), Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 226 p., 127 ill. NB, bibl., chronol., 250 F. », Études photographiques, 6 | Mai 1999, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/201. consulté le 19 novembre 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques