Navigation – Plan du site

Laure Beaumont-Maillet et al., 1945-1968. La Photographie humaniste. Autour d’Izis, Boubat, Brassai, Doisneau, Ronis…

Référence(s) :

cat. exp., Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006, 183 p., 39 €.

Texte intégral

1L’exposition “1945-1968. La photographie humaniste. Autour d’Izis, Boubat, Brassai, Doisneau, Ronis” a donné lieu à la publication d’un catalogue, abondamment illustré, qui permet de jeter un regard nouveau sur la photographie dite “humaniste”, aux contours encore mal définis. Ce livre broché contient diverses contributions suivies d’une centaine d’images provenant de la riche collection de la BnF. L’ouvrage aux multiples contributions tente à la fois de mieux cerner la mouvance humaniste, de nous révéler certains aspects encore inconnus et de nous faire découvrir des photographes tombés dans l’oubli.

2Dans son introduction, Laure Beaumont-Maillet s’appuie sur des témoignages de photographes pour replacer la photographie humaniste dans son contexte historique. L’auteur avance que, prises dans leur ensemble, ces images “humanistes” produisent une imagerie nationale. Ce retour aux sources reste néanmoins limité et ne renseigne pas, par exemple, sur l’origine de cette appellation : “photographie humaniste”. Peter Hamilton évoque, quant à lui, la fascination mondiale pour la photographie française et le développement de son marché, ce qui élargit les questions traitées dans l’exposition. Il examine l’importance de la diffusion mondiale de l’œuvre de Cartier-Bresson dès 1930, relayée pour une part par la presse étrangère. En retour, il nuance les racines françaises de ce courant en rappelant le rôle essentiel joué par tous les photographes étrangers, installés en France pour le développement du mouvement.

3À ces articles sur le mouvement s’ajoute une présentation des différents aspects de la photographie “humaniste” en France. Françoise Denoyelle recense avec précision la publication de ces photographies dans la presse nationale. Dominique Versavel rappelle le rôle du Salon national de la photographie, salon annuel de la BnF organisé de 1945 à 1961. L’auteur dévoile ainsi la fonction du Salon et son rôle fondamental dans l’essor de la photographie “humaniste”, notamment par le biais du Groupe XV ou par les choix thématiques du Salon. Enfin, Véronique Figini enrichit cette réflexion en examinant les liens entre ce mouvement, la chanson et la littérature.

4Les images du catalogue, publiées pour la plupart dans la presse, présentent cinq thèmes: une introduction aux «reporters illustrateurs» dits «photographes polygraphes» (terme de Willy Ronis), une section d’images de Paris et de la France évoquant la nostalgie de l’après-guerre (Paris des rêves, France aux visages), une évocation de la solidarité de ces photographes qui documentent à la fois l’espoir et les luttes de leurs frères et sœurs («le miroir fraternel»), une ouverture sur le monde entier en montrant des visages européens et quelques visages d’ailleurs («l’infiniment humain»).  Enfin, la section «l’imaginaire d’après nature», d’après une formule d’Henri Cartier-Bresson, présente une série d’images qui, grâce au regard des photographes, semblent faire de la vie quotidienne un théâtre.

5À ces contributions et ces images s’ajoutent d’excellents documents de référence comme une “bio-bibliographie” des photographes présentés, un répertoire des photographes ayant participé au Salon national de la photographie de la Bibliothèque nationale ainsi qu’un tableau synthétique indiquant les photographes ayant publié dans la presse nationale (1945-1970). Au total, cet ouvrage fournit une bonne introduction au rôle fondateur de la France pour la photographie “humaniste” et est un solide outil de référence pour approfondir davantage ce mouvement, à travers notamment des images peu connues que l’ouvrage permet de découvrir. En revanche, certaines questions sur le contexte international restent en suspens. Une contribution sur le rôle spécifique de la France dans l’élaboration du mouvement nous aurait permis, par exemple, de mieux percevoir les particularités de la photographie humaniste française.

Pour citer cet article

Référence électronique

« Laure Beaumont-Maillet et al., 1945-1968. La Photographie humaniste. Autour d’Izis, Boubat, Brassai, Doisneau, Ronis… », Études photographiques, 20 | Juin 2007, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1953. consulté le 17 novembre 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle