Navigation – Plan du site

Jean-Michel Bouhours (dir.), Lumière, transparence, opacité

Dominique de Font-Réaulx
Référence(s) :

cat. exp., Skira/Nouveau Musée national de Monaco, 2006, ill. quadri., 39 €.

Texte intégral

1Le propos de l'exposition qui s'est tenue à Monaco à l'automne 2006 était ambitieux. Initiée par la redécouverte, puis la restauration des vues d'optique de François du Périer du Mourier, elle s'est articulée autour des enjeux de l'utilisation de la lumière, de ses effets de transparence et d'opacité dans l'art, du xviiie siècle à nos jours, des lanternes magiques qui effrayèrent, de façon si délicieuse, les cours de Louis XIV et de Frédéric III du Danemark aux caissons lumineux de Jeff Wall. Une telle ambition et une telle diversité d'intérêts, exprimées par les nombeux auteurs du catalogue, est à souligner. Rares en effet sont les expositions et les ouvrages associant ainsi peintures, vues d'optique, photographies; plus rares encore sont les projets qui embrassent tant les portées d'un art noble – le renouveau de la peinture de paysage par Pierre-Henri de Valenciennes à la fin du xviiie siècle ou la notion de sublime dans la peinture de paysage allemande – que la présentation de loisirs populaires, aïeux du cinéma mais aussi de l'art forain. Étudier les tentatives de maîtrise de la lumière, ses effets d'ombre comme de projection, permet en effet d'analyser et de mettre en regard,  au sein d'un même espace et d'un même ouvrage, la transformation de la peinture, l'invention de la photographie et celle du cinéma, jusqu'aux postulats de l'art contemporain. Appréhender ainsi la période considérée par le biais de la recherche sur la lumière et ses manifestations offre la possibilité de briser les frontières entre les disciplines et de révéler, à la suite de travaux récents mais encore sporadiques, les parentés communes entre la peinture de la fin du xviiie siècle, les spectacles illusionnistes et la naissance de la photographie, puis du cinématographe. La maîtrise de la lumière est au cœur des créations et des inventions de Jacques Louis Mandé Daguerre, peintre, décorateur de théâtre et d'opéra, homme de spectacle, inventeur du daguerréotype, comme l'évoque Paul-Louis Roubert.  On regrette à la lecture du catalogue de n'avoir pas eu l'occasion de voir l'exposition et de manquer ainsi le fil lumineux de la présentation des collections qui y furent rassemblées, de n'avoir pu s'abandonner au jeu illusionniste de leur scénographie.

2Les seize essais du catalogue cernent, avec sérieux et brio, différentes facettes du sujet, des aspects les plus attendus, mais non les moins remarquables dans leur exposé – comme l'étude sur les lanternes magiques de Laurent Mannoni – aux plus nouveaux – ainsi, l'analyse de Clément Chéroux d'une généalogie d'une photographie transparente, nourrie de ses travaux précédents sur les accidents de la photographie, la fautographie, ou sur les épreuves spirites. Grâce à l'essai de Xavier Barral y Altet, les bornes chronologiques données à l'étude sont amplement dépassées; il suggère en effet, avec pertinence et persuasion, un lien spirituel et métaphysique entre transparence et transcendance, associant les créations des verriers des catédrales avec les œuvres récentes d'Aurélie Nemours ou Pierre Soulages.

3Son propos, ainsi, renvoie à l'extrême richesse polysémique, brièvement illustrée par Jean-Michel Bouhours dans son introduction, des trois termes juxtaposés au sein du titre de l'exposition. Leur portée, bien sûr, dépasse les seuls enjeux techniques ou inventifs de leur apparition, reproduction ou effacement. Transparence et opacité forment une dualité esthétique mais aussi morale et religieuse, spirituelle et transcendentale, au cœur de l'œuvre et de la réflexion des peintres romantiques allemands, héritiers de Goethe et des Lumières, comme des manifestes de Duchamp, à l'issue du trou noir que fut le premier conflit mondial du xxe siècle. L'étude théorique des enjeux philosophiques de la lumière et de ses manifestations artistiques aurait mérité un développement plus important, au-delà des incidences factuelles abordées dans les essais; on regrette que, au regard des brillantes études sur les différents sujets abordés par les auteurs du catalogue, «les débats qui ont agité le début du xixe siècle, où l'on tentait de dresser une ligne de partage entre art et vérité, reproduction et imitation, effets de trompe-l'œil» n'aient pas été plus directement abordés. Transparence et opacité, clair-obscur et illumination nourrissent les analyses esthétiques mais aussi les créations littéraires, poétiques et théâtrales du début du xixe siècle – de Hoffmann à Aloysius Bertrand, Hugo et Gautier, pour ne citer que ceux-là –, voire même les postulats muséographiques; ainsi, la scénographie théâtrale du musée des Monuments français d'Alexandre Lenoir inspire-t-elle une génération d'historiens, de poètes et de philosophes qui puisent dans la présentation dramatique de l'ancien couvent des Petits Augustins, un répertoire de formes nouvelles, en rupture avec l'idéal néoclassique, mais aussi les sources d'un récit historique ponctué par les surgissements et les révélations, suspenses scéniques orchestrés par Lenoir grâce à la lumière et ses ombres. Leur évocation, notamment, comme celle de la création littéraire et des spectacles théâtraux contemporains, auraient renforcé la justesse et la continuité d'un propos original.

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique de Font-Réaulx, « Jean-Michel Bouhours (dir.), Lumière, transparence, opacité », Études photographiques, 20 | Juin 2007, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1923. consulté le 17 novembre 2017.

Auteur

Dominique de Font-Réaulx

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle