Navigation – Plan du site

Entre flore et paysage

La collection photographique de l'institut botanique de Montpellier
Annie-Dominique Denhez 

Texte intégral

1Aujourd'hui conservée dans les locaux de l'université de Montpellier II, la collection photographique de l'institut de botanique comprend environ un millier de documents, tirages sur papier et négatifs sur verre d'auteurs divers, s'étendant pour l'essentiel du début des années 1880 à 1913. C'est à la forte personnalité de Charles Flahault (1852-1935, fig. 5.), l'un des principaux fondateurs de la géographie botanique1, nommé en 1881 à la faculté des sciences de Montpellier, que l'institut, créé en 18902, doit la constitution de cet ensemble représentatif de l'histoire de la botanique au tournant du XIXe et du XXe siècle3.

2Il existe peu de traces écrites susceptibles de documenter les pratiques photographiques de l'institut, ses raisons ou sa logique. Comme pour beaucoup d'autres collections analogues, récemment remises à jour, de nombreuses énigmes subsistent, qu'il reviendra à la recherche de résoudre. Dans l'intervalle, il faut se borner ici à une brève présentation du fonds, assortie de quelques hypothèses de lecture.

Les tirages papier

3Parmi les tirages papier, un premier groupe est constitué par des portraits-cartes ou cartes-de-visite de botanistes. Assortis de dédicaces souvent élogieuses, ils témoignent du réseau de relations qu'avait su créer Flahaut, d'Upsala à Genève, non moins que de la pratique sociale de l'échange de portraits dans le milieu scientifique. Des photographies de groupes en excursion ou celles de salles de cours complètent le tableau de l'activité de l'institut.

4Un second ensemble, le plus ancien de la collection des tirages sur papier, réunit des portraits d'arbres isolés, rassemblés dans un but visiblement systématique ou encyclopédique, le cas échéant enrichi par des emprunts ou des échanges avec d'autres fonds. Sur de nombreuses épreuves, magnifié en tant que spécimen, l'arbre occupe l'essentiel de l'espace: il s'agit de représenter sa belle architecture, sous une forme souvent majestueuse. Henri Labbé et Maurice de Vilmorin semblent à la recherche de beaux cas, d'un aspect exceptionnel, digne d'être noté, [p. 119] pittoresque au sens littéral. Pour l'histoire de la botanique, on s'aperçoit que la dimension géographique n'est pas encore une composante essentielle du regard. En revanche, Jules Gérard et Georges Fabre semblent plutôt à la recherche de l'inscription de l'arbre dans son contexte, ce qui lui confère une valeur plus anecdotique. Le souci esthétique de Gérard lui fait tirer certains paysages en tondo, particulièrement pour les paysages humides, où les ramures viennent se confondre avec leur reflet dans l'eau. La composition détermine le point de vue. Il s'agit aussi parfois de représenter non les eaux et forêts mais les cailloux et les déserts. Un autre lot du même auteur, daté des années 1890, traduit alors un intérêt pour l'arbre inséré dans le paysage. Certaines vues sont franchement paysagères ou géographiques. Le lieu est caractérisé par son aspect pittoresque, comme Le Casque de Néron dans le Dauphiné. Déjà, la botanique s'apparente à la géographie; les échanges entre les deux disciplines rendent indistincte la frontière entre photographie de flore et photographie de paysage.

Les plaques de verre

5La part la plus importante de la collection est constituée par le fonds de plaques de verre, dont la majeure partie est due au forestier Julien Calas (1864-1901) et au botaniste Johannès Lagarde (1866-1934). L'ensemble forme un véritable inventaire du paysage languedocien. Si les Cévennes sont privilégiées, la Camargue et les Pyrénées sont également présentes. Contre toute attente, rares sont les vues rapprochées de plantes, ce qui rappelle l'intention de Flahault de dresser des cartes géo-botaniques.

6Le groupe le plus ancien est un lot de soixante-seize plaques 18 x 24 signées Calas, couvrant les Pyrénées orientales, les Corbières, le Biterrois, avec quelques vues de Perpignan. Systématique, répertorié, il est d'une grande qualité formelle, qui témoigne de la maîtrise du photographe. Les photographies de montagne relatent de grandes excursions estivales en compagnie des botanistes, auteurs de flore, comme l'abbé Hy. Les images privilégient les eaux tumultueuses des torrents (fig. 2.), ou celles, glacées, des lacs de montagne. La chambre est placée devant de larges panoramas, faisant la part égale au minéral et au végétal. Le paysage montagnard est considéré dans sa particularité, sans qu'apparaisse encore le premier plan obligé des années 1920.

7Deux courtes séries rendent compte de la Camargue et de la Provence, et ont été utilisées par Flahault pour un projet de publication sur la flore méditerranéenne. Exécutées par Combres, dix-huit vues de 1893 représentent la plaine alluvionnaire devant les Saintes-Maries-de-la-Mer, village discrètement présent au ras de l'horizon. L'enjeu botanique semble se concentrer sur les pins à crochets. La flore rare est vue dans la perception plus large du contexte. Dû à Hardy, en 1902, le second groupe montre le mont Ventoux, pour une variation sur les sapins de la série de brantes. Là encore la lumière domine, ces arbres sont comme illuminés de l'intérieur. Quelques vues de la même sortie sont explicitement attribuées à Flahault. [p. 120]

8L'un des ensembles les plus intéressants de la collection est celui formé par les vues des Cévennes de Johannès Lagarde. Celui-ci a parcouru systématiquement toute la région, sans doute à pied, comme son maître Flahault, ou encore à dos d'âne pour les Pyrénées. Il est accompagné d'une femme, probablement son épouse, qui fournit l'échelle de nombreuses images. L'aspect ludique de cette fonction la conduit à jouer aux cariatides, voire à Sisyphe. C'est dire que Lagarde compose ses paysages non selon les normes qu'énoncera Puyo4, mais plutôt dans un esprit proche des surréalistes. La végétation est considérée dans une approche forestière, qui montre les bienfaits comme les méfaits de la main de l'homme.

9La collection de l'institut de botanique a l'originalité de ne pas avoir séparé les plaques de verre des tirages papier. De plus, ce fonds présente l'intérêt de pouvoir être réinscrit dans son contexte de production. L'utilisation de la photographie dans ce milieu scientifique documente non seulement son emploi à titre d'outil de travail, mais témoigne de l'évolution du regard des botanistes, et alimente la réflexion sur les conceptions du paysage.

10L'auteur tient à remercier Michel Denizot, directeur de l'institut de botanique, qui lui a fait découvrir le fonds. Celui-ci a pu être archivé grâce à une subvention de la Drac Languedoc-Roussillon, par l'intermédiaire de la Société de photographie Albert Moitessier. [p. 122]

11Fig. 1. Johannès J. Lagarde, "Beaux chênes lièges au mas Christine, Banyuls et ses environs", tirage moderne par contact d'après plaque de verre négative au gélatino-bromure d'argent (nota bene : toutes

12les illustrations de l'article partageant ces caractéristiques, cette mention ne sera pas répétée dans les légendes suivantes), 18 x 13 cm, avril 1904.

13Fig. 2. Julien Calas, "Torrent de montagne dans gorge (V)", 24 x 18 cm, v. 1885.

14Fig. 3. J. J. Lagarde, "Sommet de la tour de l'observatoire du mont Aigoual", 13 x 18 cm, septembre 1904.

15Fig. 4. Johannès Joseph Lagarde, "Groupe de hêtres devant le château de Coupiac", plaque de verre, 18 x 13 cm, avril 1903.

16Feuillu de plusieurs forêts cévenoles, le hêtre est un spécimen d'arbre souvent choisi. En avril, on peut constater son architecture quelque peu tourmentée et dense. Les ramures envahissent le ciel et représentent le thème de la photographie. La hauteur, l'espacement des arbres rendent compte d'une politique de boisement antérieure. Or, ce sujet est de vive actualité puisqu'il est question du boisement de l'Aigoual, tâche à laquelle se ruine littéralement le forestier Fabre, qui a des différends avec son administration et à qui Flahault porte secours. La pose alanguie des deux jeunes gens chapeautés confère un agrément fin de siècle à cette image.

17Fig. 5. Johannès Joseph Lagarde, "En route pour l'Aigoual. Cliché pris dans le jardin de M. Flahault au moment de son départ, avec Pâquerette, pour l'Aigoual, le 30 octobre 1904", plaque de verre, 18 x 13 cm.

18Cette photographie permet de dresser le portrait en pied de l'instigateur de la collection. En situation de départ, Charles Flahault, accompagné de sa fille, pose dans son propre jardin en tenue de randonneur-botaniste, muni de ses attributs: les chaussures, la canne et les deux boîtes à herboriser. La simplicité touchante de ce choix signifie sa volonté d'être sur le terrain ­ de la botanique mais aussi de la géographie et de la photographie. La forestation de l'Aigoual, comme son étude, prennent pied à l'université de Montpellier.

19Fig. 6. Johannès Joseph Lagarde, "Vieux châtaignier à Dourbie le long du chemin du Maurier", plaque de verre, 13 x 18 cm, août-septembre 1903.

20Lagarde choisit l'automne pour portraiturer le châtaignier, arbre emblématique des Cévennes (voir également fig. 10). Ce portrait d'arbre joue avec la lumière dans les branches, tout en mettant en valeur le tronc énorme. Le garde atteste de la monstruosité végétale. Certains aspects de l'arbre de Dourbie ne sont pas sans rappeler le caractère minéral du Bramabiau (voir fig. 15) par le choix photographique.

21La série dont est issue ce cliché se distingue par le soin apporté au travail d'archivage: date et légende sont inscrites sur chacune des enveloppes, elles-mêmes complétées par une liste sur un cahier. La plupart des images sont animées par une femme ou un enfant.

22Fig. 7. Combres (attr.), sans titre, plaque de verre, 13 x 18 cm, s. d.

23Fig. 8. Combres (attr.), "Commune de Valflaunès", plaque de verre, 13 x 18 cm, s. d.

24Le parti pris est celui du portrait en pied.Les caractéristiques du spécimen, dont l'architecture se découpe sur le fond clair d'un ciel nu, sont montrées avec sobriété et efficacité.

25Fig. 9. Johannès Joseph Lagarde, "Futaie de hêtres (forêts des Oubrets)", plaque de verre, 18 x 13 cm, juin 1901.

26Sous-bois montrant la végétation. Le cadrage de l'image tire parti de l'arbre couché et de la blancheur des troncs, qui jouent comme autant de coups de crayon sur un fond sombre. Des acteurs sont mis en scène discrètement, mais leur présence devient insistante lorsqu'on découvre qu'ils sont au nombre de onze, formant une véritable broderie sur le tissu végétal, un portrait de groupe sous forme de composition naturalisée.

27Fig. 10. Johannès Joseph Lagarde, "Tronc de vieux châtaigniers entre Comeiras et Canaguières", plaque de verre, 18 x 13 cm, septembre 1904.

28Fig. 11. Johannès Joseph Lagarde, "Pins de Salzmann. Aigoual/Gorges du Tarn", plaque de verre, 18 x 13 cm, 12-19 avril 1909.

29La présence de cet arbre à cette altitude est un défi que le photographe a représenté par un cadrage central, renforcé par un jeu d'obliques, qui dramatise sa solitude.

30Fig. 12. Combres (attr.), sans titre, plaque de verre, 18 x 13 cm, s.d.

31Ce tronc malade est une photographie quasi médicale, sobre et nette.

32Fig. 13. Johannès Joseph Lagarde, "Rocher du Saint-Guiral", plaque de verre, 18 x 13 cm, mai 1904.

33Aucune présence ne vient humaniser le bloc minéral, ni attester de la dimension de cette montagne, que l'on pourrait confondre avec un gros caillou photographié de près ­ conférant à cette image un pittoresque paradoxal.

34La conservation médiocre de la plaque a maculé le ciel comme le centre de l'image, où une tache permet difficilement de distinguer la végétation de mousses.

35Fig. 14. Combres (attr.), "La Colombière", plaque de verre, 18 x 13 cm, s. d.

36Le déséquilibre de cette image est produite par un défaut de cadrage, venant renforcer le mouvement des herbes et des feuillages agités par le vent. Erreur ou jeu du photographe?

37Fig. 15. Johannès Joseph Lagarde, "Sortie de Bramabiau", plaque de verre, 18 x 13 cm, avril 1903.

38C'est une grande curiosité géologique que la rivière du Bonheur disparaissant du plateau pour ressurgir par cette faille, que Martel photographie deux ans plus tard. Pris d'assez près pour que la cascade puisse être l'objet de l'image, le Bramabiau offre sa double cascade, une dans l'ombre de la roche, l'autre en pleine lumière. Cependant, le minéral domine. Traité comme une chair, il est parcouru par les compagnons de Lagarde, plus nombreux qu'il n'y paraît d'emblée, et qui précisent l'échelle. Si on compare cette photographie, sans doute l'une des premières de ce site, à d'autres plus tardives, on peut être sensible au parti pris du botaniste, qui délaisse le spectaculaire, privilégiant au contraire l'intimité du minéral où s'accrochent les broussailles.

39Fig. 16. Johannès Joseph Lagarde, "Larzac, paysage dolomitique avec maigres pâturages entre les rochers, environs de Caylar", plaque de verre, 13 x 18 cm, avril 1903.

40Ce site fait partie des rares à ne pas avoir subi de transformation. La pâleur extrême, la netteté de détails font de ce paysage sublunaire un cliché extraordinaire de Lagarde.

41Fig. 17. Johannès Joseph Lagarde, "Gorges du Tarn: sortie des Détroits", plaque de verre, 13 x 18 cm, 12-19 avril 1909.

42Fig. 18. Johannès Joseph Lagarde, "Vue de Saint-Sauveur-des-Pourcils (Gard)", plaque de verre, 13 x 18 cm, avril 1903.

43Quatre vues sont consacrées à Saint-Sauveur-des-Pourcils, village composé d'une église et de trois maisons autour desquelles tourne le photographe. Ce cliché en contre-plongée donne l'idée de l'austérité de l'hiver cévenol. Marquant le point de départ d'une campagne photographique systématisée qui occupera le botaniste pendant plusieurs années, cette image placée en incipit du cahier d'inventaire joue le rôle d'introduction à un type particulier de paysage, qui comprend la notion d'habitat. Selon Flahault, "Le sol rend témoignage sur les populations qui vivent au contact avec lui".

44Fig. 19. Johannès Joseph Lagarde, "Chantier au Susquet", plaque de verre, 13 x 18 cm, avril 1903.

45Le cliché représente des ouvriers travaillant à la construction d'une route dont le tracé permet le désenclavement du site. Ici, le photographe prête attention aux hommes qui semblent se fondre dans la courbe de la terre, bagnards entravés, ployant sous l'oeil de leurs gardes. La distance évite toutefois une trop forte dramatisation.

46Fig. 20. Johannès Joseph Lagarde, "Volcan des Églasines (gorges du Tarn) entre route des Gorges et falaises du causse Méjean", plaque de verre, 18 x 13 cm, 12-19 avril 1909.

47Dominé par le bloc de rochers, ce paysage ne laisse pas deviner le volcan situé à mi-pente. Par son premier plan, la composition donne une impression de tranquillité. La qualité des détails insiste sur le minéral, aujourd'hui envahi par le végétal.

48Fig. 21. Johannès Joseph Lagarde, "Sous-bois sur sol granitique dans la vallée de Cazebonne à 900 m d'altitude. À gauche: Aspidium filix-foemina, Fraxinus, Corylus, derrière le rocher: hêtre et Sarothamnus scoparius, à droite: Rumex, Dactylis glomerata, hêtre, Sorbus", plaque de verre, 13 x 18 cm, mai 1904.

49La légende atteste de la spécialité botanique de l'auteur de l'image. Pourtant, la mise en scène qui place le personnage (Lagarde lui-même?) dans une attitude studieuse, bloc et crayon à la main, pas tout à fait au centre de l'image, mais en pleine lumière, n'est-elle pas essentiellement photographique? La fleur située juste devant la boutonnière témoigne d'un souci du détail, mais aussi d'un sens de l'humour qui caractérisent pleinement le botaniste.

50Fig. 22. Anonyme, "Mimosa leptophylla", plaque de verre, 24 x 18 cm, après 1890.

51Le sujet de cette plaque, une planche d'herborisation épinglée maladroitement à un mur, trois branches auxquelles sont accolées trois cosses, est peu représenté dans l'état actuel de la collection. Malgré la netteté des feuilles, la reconnaissance peut-elle fonctionner aussi bien que par le dessin? La pleine plaque exhibe le montage de guingois coupant l'étiquette ­ détail incitant à penser qu'il s'agit d'un raté.

Notes

1 Cf. Patrick Matagne, "La géographie botanique naturaliste en France au XIXe s.", Bull. Hist. Epistém. Sc. Vie, 1995, 2 (1), p. 23-31.
2 Cf. Michel Denizot, "Historique de l'institut de Botanique", VIIe Centenaire des universités de l'académie de Montpellier, 1289-1989, Montpellier, Éd. univ. de Montpellier, 1992.
3 Cf. Caroline Fieschi, Photographie et Botanique en France de 1839 à 1914, thèse de l'École des chartes, 1995.
4 Cf. Constant Puyo, Comment composer un paysage, Paris, 1925.

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie-Dominique Denhez , « Entre flore et paysage », Études photographiques, 6 | Mai 1999, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://etudesphotographiques.revues.org/191. consulté le 25 mai 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques