Navigation – Plan du site

La lumière pesée

Albert Londe et la photographie de l'éclair magnésique
Denis Bernard

Texte intégral

1"L'emploi de la lumière artificielle en photographie aura une importance capitale, car elle étendra considérablement son domaine en permettant de travailler n'importe où sans s'occuper ni de l'heure ni du temps. Le choix, dans chaque cas, de sources de lumière déterminées évitera toute incertitude dans l'appréciation du temps de pose, et l'on pourra opérer avec une précision qu'il est fort malaisé d'obtenir avec la lumière naturelle1." Extraites de la préface du dernier ouvrage d'Albert Londe, publié en 1914, cette affirmation témoigne d'une pratique de la photographie encore tributaire, en ce début de siècle, des variations et de l'intermittence de la lumière du jour. Un large éventail de prises de vue, selon les aléas de la saison, de l'heure ou des conditions atmosphériques, reste impossible à réaliser2. Dans ce cas, toute lumière artificielle représente théoriquement une alternative précieuse pour le photographe, libre d'agir lorsque la lumière diurne n'est plus active et là où elle ne pénètre pas.

2Deux types d'illuminants sont disponibles. L'électricité et le gaz d'éclairage dispensent une lumière régulière et continue. Les étincelles électriques, les préparations pyrotechniques et les photopoudres, à base d'aluminium ou de magnésium, fournissent au contraire un éclairage discontinu, intense et bref. Londe les définit ainsi: "Toutes les compositions comprises sous le nom de photopoudres produisent une vive lumière qui paraît de si courte durée, qu'on l'a comparée à celle de l'éclair, d'où la désignation d'éclair magnésique employée couramment3."

3Dès 1887, le photographe avait engagé un programme de recherches consacré à l'analyse des lumières artificielles, basé sur l'étude méthodique de l'éclair magnésique 4et sur une hypothèse de travail allant à l'encontre de l'idée reçue: "De même que l'on a étudié la durée de l'éclair naturel et que l'on a trouvé qu'il n'était pas aussi rapide qu'on le croyait, de même il était intéressant de rechercher si l'éclair magnésique est aussi rapide qu'on le supposait5." [p. 53]

Le dosage de la lumière

4Les deux qualités principales attendues des sources de lumières, qu'elles soient naturelles ou artificielles, sont l'actinisme et l'intensité. Lumière chimique, intensité graphique, lumière directe, diffuse ou dirigée, installations fixes ou portatives: l'ensemble des dispositifs et des procédures disponibles en 1895 est décrit dans l'ouvrage de référence du commandant Henri Fourtier6, qui cite à plusieurs reprises les travaux de Londe (fig.2. "Expérience sur la rapidité des photopoudres", planche de deux instantanés à l'éclair magnésique d'A. Londe, in H. Fourtier, Les Lumières artificielles en photographie, 1895, pl. IV. ).

5Les effets du flux lumineux sur les préparations sensibles sont au coeur des recherches: "Les préparations photographiques ordinaires sont réduites, en effet, énergiquement par les radiations bleues, violettes et ultra-violettes du spectre; elles sont beaucoup moins sensibles aux radiations vertes, jaunes et rouges. Toutes les sources de lumières riches en radiations bleues et violettes seront donc très actiniques au point de vue photographique [¤]. En dehors de l'actinisme propre d'une source de lumière artificielle, ce qui est capital au point de vue pratique, c'est son intensité, son pouvoir lumineux7." Le choix de Londe pour le magnésium tient justement aux propriétés du matériau: "Le magnésium est un métal blanc [¤] qui ressemble à l'argent, mais beaucoup plus léger [¤]. Chauffé à une température suffisante, il brûle en s'emparant de l'oxygène de l'air et produit une lumière éclatante, très riche en radiations actiniques8."

6Présent dans les préparations pyrotechniques (feux de Bengale, feux d'artifice, signaux de guerre et de marine9), le magnésium entre dans les formules des photopoudres vers 1887-1888. Sa fabrication par un procédé nouveau facilite son emploi et abaisse son coût de revient10. Il était jusque-là utilisé pur, sous forme de fil ou de ruban, brûlant dans des lampes spéciales, mais aussi projeté en poudre fine directement dans une flamme, et bientôt associé à d'autres produits. "Les préparations [photopoudres] ainsi désignées ne sont autre [p.54] chose que des préparations pyrotechniques, dans lesquelles le magnésium constitue l'éclairant, le comburant étant constitué, suivant les formules, par des produits divers, la plupart susceptibles de fournir instantanément la quantité d'oxygène qui est nécessaire pour brûler complètement le magnésium11."

7Mais toutes ces préparations ne sont pas sans danger et nécessitent d'extrêmes précautions pour être manipulées. Paradoxalement, compte tenu des conseils habituellement prodigués par Londe dans ses ouvrages, il ne cesse de dissuader le praticien de fabriquer lui-même ses mélanges, l'encourageant à se procurer les produits du commerce. Car, insiste-t-il, "tous les photopoudres sont de véritables explosifs dont la chaleur produit la brusque dissociation; il n'y a rien d'étonnant dans ces conditions que l'éclair se produise avec un certain bruit; avec quelques photopoudres on aura même une véritable détonation12".

8La déflagration qui accompagne l'éclair n'est pas le seul désagrément du procédé. La combustion du magnésium dégage un épais nuage de particules en suspension (magnésie), qui retombe sur les objets proches, provoque la toux, des intoxications, et le cas échéant de graves brûlures. La capture des fumées et la fiabilité des mélanges, le pouvoir éclairant et le poids de la charge sont soumis aux tests des chercheurs. Avant d'engager l'analyse méthodique de l'éclair, le photographe procède à des expériences complexes (fig. 3. et 4. A. Londe, "Jeanne d'Arc montant au bûcher", Hippodrome, essais aux éclairages combinés, plaques de projection, 7 x 7 cm, juillet 1887) : "M. Londe a fait à l'Hippodrome une suite d'expériences très intéressantes, pour déterminer la portée du photopoudre Dida, qu'il emploie journellement. [¤] Sur la grande piste de l'Hippodrome avaient été disposées de grandes mires circulaires espacées de 10 mètres en 10 mètres. En arrière et en dessus de l'appareil [de prise de vue] était le support où le photopoudre était brûlé, en augmentant chaque fois la charge. À 10 mètres de l'appareil, était dressée une autre petite chambre destinée à photographier l'éclair, et de l'autre côté de cette mire, placée en ce point, était disposé un groupe de machinistes dont l'image plus ou moins définie et complète devait donner d'utiles indications sur la valeur éclairante de la charge employée. [¤] Un autre appareil photographiait suivant une ligne oblique [p. 55] pour déterminer la portée latérale de l'éclair. La longueur suivant l'axe était de 115 mètres et, dans l'oblique, de 40 mètres13."

9Un point fondamental est acquis: "La portée ne croît pas en raison directe de la charge, et les très grosses charges ne donnent pas un effet d'une supériorité bien marquée [¤], si l'on veut augmenter le pouvoir éclairant, il y aura lieu de se servir de plusieurs charges14." Démontrant la limite du pouvoir éclairant des photopoudres, les essais de Londe conduisent à un constat décevant: "La reproduction d'intérieurs animés n'est donc devenue possible que depuis l'emploi du magnésium en poudre et encore faut-il que les modèles soient non pas immobiles mais tranquilles. On peut opérer sans les prévenir, mais la durée de combustion n'est pas encore suffisante pour les saisir pendant le mouvement. En un mot, avec l'éclair magnésique nous pouvons faire du petit instantané et non pas du grand instantané. [¤] Nous estimons en effet qu'il faudrait pouvoir poser au plus 1/10 de seconde pour les scènes de repos et descendre au 1/50 ou au 1/100 de seconde pour les scènes en mouvement et les ballets. Dans tous les essais que nous avons faits, nous n'avons jamais obtenu de résultats en dessous de 1/4 de seconde environ15."

10Londe ne rencontre pas plus de succès dans le cadre du service photographique de la Salpêtrière, qu'il dirige depuis 1884: "L'apparition brusque de cette lumière intense et extraordinairement vive peut amener, chez les malades, l'occlusion des yeux, une modification de la physionomie ou même un mouvement en arrière, par suite de la surprise ou de la frayeur [¤]. Mais chez certains malades, les [p.56] conséquences sont encore plus inattendues. Si nous avons à reproduire une hystérique, par exemple, la lumière du magnésium la plongera instantanément en catalepsie16."

En un éclair

11Un second mode d'analyse de l'éclair magnésique est déjà présent dans la photographie frontale de la gerbe lumineuse réalisée à l'Hippodrome: la lumière devient le sujet même de l'image. Dans ce face à face machine/éclair, Londe tire le portrait de cette lumière artificielle (fig. 10. A. Londe, planche d'analyses de photopoudres, séries chronophotographiques, 41 x 33,5 cm, v. 1902).

12L'enjeu principal de l'étude est la vérification des chiffres avancés par les fabricants: "D'après la croyance générale basée sur les opinions de certains auteurs et les affirmations des fabricants de photopoudre, la durée de combustion de ces compositions serait fort courte. La dénomination d'éclair magnésique n'a été du reste donnée au phénomène en question que parce que tout le monde paraissait être d'accord sur sa brièveté. Couramment, on voit annoncer des durées de combustion de l'ordre de 1/50 de seconde, de 1/80, et même de 1/125. Il était intéressant de vérifier ces affirmations, car la production d'un éclair, donnant réellement le 1/125 de seconde, permettrait des applications du plus haut intérêt. Il serait possible en effet d'obtenir dans ces conditions des instantanés d'une certaine rapidité, dans l'obscurité absolue et sans le secours de l'obturateur; l'instantanéité serait réalisée par l'instantanéité de la lumière17."

13Londe classe les photopoudres en deux catégories: les poudres à combustion lente et les poudres à combustion rapide. Le 7 juin 1901, il présente à la Société française de photographie "un appareil pour mesurer la durée de combustion des éclairs magnésiques18". Cet appareil reprend les caractéristiques du dispositif inventé pour l'étude de la vitesse et du fonctionnement des obturateurs (fig. 7. Appareil pour étudier la vitesse des obturateurs). L'image de la lumière est formée sur une plaque en mouvement. Le pinceau lumineux passant au travers d'une petite ouverture, animée par un diapason vibrant, inscrit une sinusoïde sur la surface sensible (fig. 8. Appareil pour la mesure de la vitesse de combustion des photopoudres). La longueur des tracés et la densité de l'empreinte fournissent de précieuses indications sur la durée totale et la durée utile du phénomène, autrement dit son rendement19. La fenêtre obturatrice, dans sa cinétique (période d'ouverture, de pleine ouverture et de fermeture), trouve son équivalent dans la phase d'allumage et dans la durée utile du pic lumineux de l'éclair. Le fonctionnement de l'obturateur et le phénomène de [p. 57] l'éclair seraient-ils comparables? Londe écrit, à propos du mécanisme de l'obturation: "[¤] nous constatons tout d'abord que l'impression laissée par la lumière apparaît très faible au début, pour augmenter ensuite d'intensité, atteindre un maximum puis décroître et disparaître en mourant20", et à propos de l'éclair: "Dans l'éclair magnésique, nous avons affaire à un phénomène d'intensité variable, qui part de 0 pour atteindre un maximum et revenir de même à 021."

14Dans les deux cas, les résultats sont liés à la parfaite connaissance de l'actinisme et de l'intensité de la lumière. Londe, au cours de la présentation de cet appareil, se propose de tester l'ensemble des préparations du commerce et se dit prêt à essayer tout échantillon disponible.

15Les chiffres obtenus confirment les prévisions. La plus lente des onze formules éclairantes essayées atteint 1/5 de seconde. La plus rapide, 1/20 de seconde. La conclusion est sans appel: "En admettant jusqu'à plus ample informé que le rapport de la durée utile à la durée d'action totale soit de 1/2 comme l'indique M. Houdaille, nous voyons de suite que nous sommes encore loin des chiffres annoncés22."

16Après avoir mesuré la durée de combustion de l'éclair, Londe utilise son fameux appareil de chronophotographie à 12 objectifs, réalisé en 189323. Le 4 avril 1902, lors d'une communication faite à la Société française de photographie, il propose de "renoncer pour l'instant à l'instantanéité sans le secours de l'obturateur", mais envisage de "chronophotographier certains phénomènes de courte durée à l'aide d'un seul éclair magnésique24".

17Deux mois plus tard, le 6 juin, dans le même lieu, il décrit un dispositif construit par Léon Gaumont qui va optimiser sa machine chronophotographique25: "Étant donné la faible durée du phénomène que nous voulions analyser, et qui ne devait être qu'une fraction plus ou moins courte de la seconde, nous avons dû établir un expéditeur de courant à grande vitesse26." Cet expéditeur à grande vitesse est un bâti en bois, composé d'un châssis inclinable qui porte un chariot coulissant (fig. 9. Expéditeur à grande vitesse pour la chronophotographie à l'éclair magnésique). Sur ce chariot sont disposés les contacts électriques reliés à chaque obturateur. L'agencement de ces contacts, leur espacement, et l'inclinaison du châssis qui décide de la vitesse de chute, définissent une véritable programmation de la durée globale des déclenchements et de l'intervalle entre chaque image.

18Dans le but d'étudier, en les comparant, le retard à l'allumage, l'actinisme, l'intensité, la forme de la gerbe et la présence éventuelle de projections des [p. 58] différents photopoudres, Londe règle le couple machine-expéditeur de la manière suivante: "Dans nos nombreuses expériences sur le sujet, nous avons adopté l'intervalle de 1/100 de seconde entre chaque épreuve, celle-ci ne posant elle-même que 1/200 de seconde. Notre série complète était donc obtenue en 12/100 de seconde soit à la cadence de 100 images à la seconde, résultat qu'aucun cinématographe ne saurait donner, en égard surtout de la dimension des épreuves qui ont 7 x 727." Avec cet appareillage, plusieurs séries chronophotographiques d'un homme sautant (fig. 1. Albert Londe, saut d'un tabouret, chronophotographie pendant la durée de l'éclair magnésique, 12/100 de seconde, poudre Ruggieri, détail d'une planche de tirages collés, 29,8 x 24,4 cm, v. 1905) et courant seront réalisées.

19Son programme est presque achevé. Ce 6 juin 1902, sa communication présentée à l'Académie des sciences et à la Société française de photographie s'intitule: "Photographie instantanée et [p. 59] chronophotographie pendant la durée de l'éclair28". Et pour résumer ses travaux, il écrira en 1911: "[¤] nous avons trouvé le premier que l'actinisme produit par l'éclair était tel que, pendant sa production, on pouvait réaliser non seulement un, mais plusieurs instantanés à l'obturateur29."

20Albert Londe, rassemblant ses résultats, invente un dispositif électrique, qui, à lui seul, contient l'enjeu de sa recherche. Il le présente le 13 juillet 1903, au cours de la Session du Havre de l'Union nationale30. Cette nouveauté technique fait coïncider les rendements de l'obturateur et de l'éclair. Deux lamelles métalliques souples, proches l'une de l'autre, sont reliées aux batteries produisant l'allumage de l'éclair (fig. 11. Obturateur Saturne avec dispositif d'avance à l'allumage). Elles sont montées directement sur l'obturateur, et plus précisément sur le passage d'une manette extérieure, qui accompagne la fenêtre obturatrice dans sa course. La manette, mise en mouvement au début de l'obturation, opère le contact des deux lamelles, ce qui déclenche l'éclair. La fraction de seconde du retard à l'allumage de l'éclair a lieu pendant la fraction de seconde du retard d'ouverture de l'obturateur. Autrement dit, Londe réussit à synchroniser l'obturateur et la lumière: "[¤] l'actinisme de l'éclair est tel que l'on peut exécuter pendant la durée de celui-ci un instantané à l'obturateur. La seule condition à réaliser est de n'opérer qu'au moment où l'actinisme est le plus considérable; il faudra donc pratiquement que l'obturateur ne fonctionne qu'un instant après l'allumage, de façon à travailler au moment le plus lumineux du phénomène31."

21La confrontation du fonctionnement des obturateurs avec le phénomène lumineux vient de donner à Londel'occasion d'observer en premier lieu leur retard caractéristique, puis d'évaluer ces retards en terme de temps, et en second lieu d'organiser l'ordre précis des déclenchements.

22Cette invention, il la réserve au portrait. Au cours de ses nombreuses expériences, il a observé le moment d'occlusion réflexe des paupières, soumises à l'éclat de l'éclair (fig. 5. A. Londe, planche d'analyses de photopoudres (détail), méthode des expositions fractionnées, séries chronophotographiques, v. 1902 ; fig. 6. A. Londe, analyse de l'occlusion des yeux par effet de l'éclair magnésique, 1e et 7e épreuve d'une série chronophotographique, in Bulletin de la SFP, 1902). "La réaction nerveuse s'effectuera pendant l'éclair lui-même, et les yeux des modèles apparaîtront fermés sur l'épreuve. Avec certains sujets plus impressionnables, l'occlusion des yeux n'est pas le seul phénomène qui se produise; les traits se contractent et la physionomie peut prendre l'aspect de la peur ou de l'épouvante. Dans ces conditions, l'immobilité du sujet est fort douteuse, et la photographie sera non seulement altérée comme ressemblance, mais manquera de netteté32."

23En réglant son dispositif de synchronisation électrique, Albert Londe réalise un portrait au bon moment, pendant l'effet de surprise auquel le modèle [p. 60] est soumis, juste avant la fermeture de ses paupières.

24L'étude complète, que Londe achève en 1905, sur l'éclair magnésique s'inscrit dans un champ de recherches plus vaste, qui ouvre sur les usages et les effets des lumières artificielles 33(fig. 14. A. Londe, "Feux d'artifice", tirage argentique d'après négatif sur verre au gélatino-bromure d'argent, 13 x 18 cm, 14 juillet 1887). S'il envisage la fondation d'une nouvelle pratique, avec ou sans l'obturateur, avec un seul ou plusieurs éclairs, il signale surtout les limites des travaux jusque-là réalisés et entrevoit de nouvelles applications34.

25Albert Londe aura donc démontré un point essentiel. Si la photographie instantanée n'est pas encore possible par l'éclair magnésique, elle l'est pendant sa durée. Il conclura en 1914: "En l'état actuel de nos connaissances, la durée de l'éclair magnésique est plus longue qu'on se l'imaginait, elle est même fort appréciable. La conception de l'instantanéité réalisée par la brièveté même de l'éclair ne repose sur aucune base solide. Tout n'est cependant pas dit dans cette voie, et nous avons tout lieu de croire que l'on arrivera à établir des poudres éclairantes brûlant en un temps suffisamment court pour que l'on puisse saisir le modèle en mouvement; ce jour-là seulement on aura obtenu l'instantanéité par l'éclair magnésique35."

26Le dispositif électrique de synchronisation de l'obturateur et de l'éclair que Londe invente en 1903, représente, dans sa pratique des lumières artificielles, son apport majeur.

27Mais au-delà de ce résultat ponctuel, la multiplicité de ses recherches ­ notamment celles sur l'utilisation simultanée des éclairages naturel et artificiel (fig. 3 et 4), qui préfigurent l'appui-flash ­ convoque une grammaire visuelle particulièrement subtile, dont l'interrogation reste encore à produire. Sur de nombreuses épreuves parvenues jusqu'à nous, seul le texte nous permet de conclure à l'emploi d'une source artificielle ­ témoignage de la parfaite maîtrise atteinte par Londe dans l'imitation de la lumière du jour. [p. 62]

Notes

1 Albert Londe, La Photographie à la lumière artificielle, Paris, Octave Doin & Fils Éditeurs, 1914, préface, p. XII.
2 "On n'empêchera pas que, pendant la nuit, tout travail est interdit, qu'au lever et au coucher du soleil, si certaines opérations sont encore possibles, en augmentant considérablement le temps de pose, d'autres, comme la photographie instantanée, sont irréalisables dans ces périodes où la lumière est notoirement insuffisante", ibid., p. XVII. Dans la seconde édition de La Photographie moderne (Paris, Masson, 1896, p. 243) figure un tableau intitulé: "Coefficients de pose à l'extérieur selon le jour de l'année, l'heure du jour et l'état du ciel". Les chiffres sont donnés pour les coefficients d'éclairage sous la latitude de Paris et montrent bien que, malgré des poses prolongées, toute prise de vue est impossible la moitié de l'année.
3 A. Londe, La Photographie à la lumière¤, op. cit., p. 73.
4 A. Londe présente dans la revue La Nature (t. II, 1889, p. 218) un dispositif d'inflammation des photopoudres. Il s'agit de sa première participation à l'ensemble des contributions pour l'étude des lumières artificielles. "Nous proposons en 1889 d'enfermer la charge de photopoudre destiné à produire l'éclair magnésique dans un morceau de papier nitrifié dit papier Bengale et d'enflammer celui-ci au moyen d'un fil de fulmicoton. Le papier Bengale en brûlant développe une chaleur considérable qui enflamme à coup sûr la charge de photopoudre, puis, comme il ne laisse pas de résidus solides, il ne peut nullement former écran à la lumière produite. Ce procédé des plus simples et des plus sûrs est maintenant employé de façon courante", écrira-t-il en 1911 (Notice sur les titres et travaux scientifiques de M.Londe, Paris, Gauthier-Villars et Masson, p. 66).
5 Id., La Photographie à la lumière¤, op. cit., p. 73.
6 Cf. Henri Fourtier, Les Lumières artificielles en photographie, Paris, Gauthier-Villars, 1895. Des expériences et des vérifications, réalisées en commun par Fourtier et Londe, méritent un développement tout particulier sur l'évolution des dispositifs et des procédures ayant conduit aux choix des appareillages portatifs. La Photographie à l'éclair magnésique de Londe, paru dix ans plus tard, en 1905, est un prolongement des expérimentations et des essais de 1895 dont l'ouvrage de Fourtier propose la trame.
7 A. Londe, La Photographie à la lumière¤, op. cit., p. 1-2.
8 Ibid., p. 20.
9 "Depuis longtemps on emploie pour la composition des feux de Bengale, des feux d'artifice, des signaux de guerre et de marine, des compositions dites pyrotechniques qui produisent une lumière éclatante", ibid., p. 15. Pas plus que Fourtier (op. cit., p. 9), Londe ne fournit ni l'origine ni une datation précise de l'emploi de ces préparations.
10 Les dates sont signalées par Josef Maria Eder dans son livre La Photographie à la lumière du magnésium, traduit d'après un texte inédit par Henry Gauthier-Villars, paru en 1890 (p. 4-5). Le magnésium en poudre connaît un "nouvel essor vers 1887 et 1888 grâce au procédé électrolytique" qui permet de l'obtenir. Les travaux de Gaedicke et A. Miethe à Berlin sont datés de 1887 en ce qui concerne la réalisation de mélanges magnésifères à combustion rapide, nommés lumière-éclair (Blitzlicht). Cf. pour la même référence A. Londe, La Photographie moderne, 2e éd., op. cit., p. 739. De son coté, H. Fourtier (op. cit., p. 60) indique la réduction du prix du magnésium, favorisée par la fabrication industrielle. En 1868, le fil rond de magnésium pour lampes est vendu 1,5 franc le gramme. Vingt ans plus tard, le gramme de magnésium en poudre est vendu 0,10 franc. En 1894, le même produit ne coûte plus que 0,045 franc le gramme.
11 A. Londe, La Photographie à la lumière¤, op. cit., p. 37.
12 Ibid., p. 105.
13 H. Fourtier, op. cit., p. 138-139.
14 Ibid., p. 140-141.
15 A.Londe, La photographie moderne, 2e éd., op. cit., p. 138 et 756, note 18.
16 A. Londe, "Contributions à l'étude des lumières artificielles en photographie", Bulletin de la Société française de photographie (ci-dessous: BSFP), séance du 5 février 1892, p. 102 (repris par H. Fourtier, op. cit., p. 91-92). Londe conclura à la supériorité des photopoudres sur les lampes à magnésium pur.
17 A. Londe, La Photographie à l'éclair magnésique, Paris, Gauthier-Villars, 1905, p. 19-20.
18 Id., BSFP, 1901, p. 344-347.
19 Cf. ibid., p. 346. Le dispositif de mesure de la vitesse et du fonctionnement des obturateurs est décrit dans la première édition de La Photographie instantanée (Paris, Gauthier-Villars, 1886, p. 37-39), et sera repris dans la première édition de La Photographie moderne (Paris, Masson, 1888, p. 135).
20 Id., La Photographie moderne, 2e éd., op. cit., p. 138.
21 Id., La Photographie à l'éclair¤, op. cit., p. 29. L'interprétation et l'analyse des résultats obtenus par Londe et ses collègues, tant pour les obturateurs que pour l'éclair magnésique, dépend d'un critère très important: celui de la sensibilité réelle des surfaces sensibles disponibles sur l'ensemble de la période. En effet, Londe le reconnaît lui-même quelques lignes plus loin: "Plus la rapidité de la plaque sera grande, plus les traces laissées par la méthode Houdaille ou la nôtre seront importantes; les chiffres trouvés seront donc d'autant plus forts que la sensibilité de la plaque sera plus grande."
22 Ibid., p. 24.
23 Cette machine contient douze petites chambres juxtaposées. Douze images de 7 x 7 cm sont enregistrées sur une plaque de 24 x 30 cm. Chaque chambre est munie d'un système objectif-obturateur indépendant. Le déclenchement des prises de vue est soit produit en série, électriquement, soit laissé libre, à la décision de l'utilisateur. Cf. Denis Bernard, André Gunthert, L'Instant rêvé. Albert Londe, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1993, p. 203-215.
24 A. Londe, BSFP, séance du 4 avril 1902, p. 232.
25 Ibid., p. 347-351.
26 Id., La Photographie à l'éclair¤, op. cit., p. 35-36.
27 Id., Notice sur les titres et travaux¤, op. cit., p. 69 et 72.
28 Id., BSFP, séance du 6 juin 1902, p. 425-431; Comptes rendus de l'Académie des sciences, t. CXXXIV, n°22, 1902, p. 1301.
29 Id., La Photographie à l'éclair¤, op. cit., p. 78.
30 Id., communication faite à la Session du Havre de l'Union nationale à la séance du 13 juillet 1903, reproduite in BSFP, 1904, p. 55-63.
31 Id., Notice sur les titres et travaux¤, op. cit., p. 73-74. Londe poursuit: "On aura d'autant plus de facilité à réaliser cette condition que la composition sera plus lente. Pour exécuter la photographie instantanée pendant l'éclair magnésique, il faudra donc employer des poudres lentes et n'opérer que 2 à 3 centièmes de seconde après l'allumage. Nous avons fait disposer sur un obturateur Londe et Dessoudeix et sur un Saturne de Leroy un dispositif d'allumage réglable à volonté qui permet d'enflammer la charge avec l'avance à l'allumage reconnue nécessaire. La photographie instantanée pendant la durée de l'éclair magnésique est donc acquise désormais."
32 Id., La Photographie à l'éclair¤, op. cit., p. 30. Londe poursuit en note: "On sait que les sujets hystériques tombent en catalepsie sous l'influence d'une lumière vive; l'éclair magnésique produira ce phénomène tout comme l'éclair naturel. Lorsque l'on aura affaire à des modèles très impressionnables et particulièrement nerveux, il sera préférable de s'abstenir d'opérer à la lumière artificielle." D'autre part, Londe précise dans le même ouvrage (p. 32): "Avec les compositions lentes, ou les yeux seront totalement fermés, ou ils seront en quelque sorte brouillés, la pupille n'ayant plus le même éclat. Si l'on nous passe l'expression, on dirait des yeux blancs. La raison de cet aspect particulier de l'image photographique est très simple. Avec une composition lente voici ce qui se passe: les yeux du modèle sont ouverts au début de l'expérience, puis ils se ferment progressivement jusqu'à l'occlusion complète."
33 Celles-ci seront présentées dans son dernier livre, La Photographie à la lumière¤, op. cit., dans lequel l'éclair magnésique et ses diverses possibilités occupe une place centrale. Londe passe en revue chaque étape qui conduit à la visibilité de l'image par l'usage d'une lumière spécifique. Du développement au tirage par contact, de l'agrandissement à la projection de plaques positives, de la reproduction d'autochromes à la transformation de l'image dans le corps de l'imprimé, sans oublier les différents systèmes d'éclairages disponibles au théâtre et au cinéma.
34 Ces applications doivent tenir compte de la réduction de la durée de l'éclair, de la fabrication de compositions de grand actinisme et de durée illimitée, enfin de la mise au point de moyens efficaces pour capturer les fumées et au mieux, espère-t-il, des compositions sans fumée. Cf. id., La Photographie à l'éclair¤, op. cit., p. 92-93. À noter l'une des applications possibles: "Le jour où l'on obtiendra des photographies de grand actinisme et réellement de courte durée, on pourra réaliser dans l'obscurité absolue la photographie instantanée et la chronophotographie sur fond noir sans le secours de l'obturateur et par l'instantanéité de la lumière." Ibid., p. 92.
35 Id., La Photographie à la lumière¤, op. cit., p. 81.

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bernard, « La lumière pesée », Études photographiques, 6 | Mai 1999, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://etudesphotographiques.revues.org/188. consulté le 29 mars 2017.

Auteur

Denis Bernard

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques