Navigation – Plan du site

Gilles Mora, Beverley W. Brannan, Les Photographies de la FSA. Archives d’une Amérique en crise. 1935-1943

Jean Kempf
Référence(s) :

Paris, Seuil, 2006, 360, p. 460 ill. bichromie, 90 €

Texte intégral

1Gilles Mora publie le quatorzième volume de sa collection "L’Œuvre photographique" au Seuil avec un ouvrage, dont il est le co-auteur, sur les célèbres photographies de la Farm Security Administration. Après des monographies sur Walker Evans (Mora et Hill, 1993) et Dorothea Lange (Borhan, 2002) voici venu le temps de louer un grand moment collectif devenu, au fil des ans, un des repères les plus massifs de l’histoire de la photographie: la production de milliers d’images sur les États-Unis de la seconde moitié des années 1930 et du début de la Seconde Guerre mondiale par une agence chargée du secours aux populations rurales durement éprouvées par les crises climatiques et économiques de la fin des années 1920.

2L’ouvrage se présente sous la forme de trois grandes sections chronologiques (1935-1937, 1937-1942, 1942-1943) précédées d’un cadrage historique de Beverley Brannan, conservatrice à la Bibliothèque du Congrès et très fine connaisseuse technique de la collection, sur laquelle elle a déjà publié plusieurs ouvrages, et ponctuées par un essai de Gilles Mora sur la notion d’esthétique du documentaire. Chaque section est organisée par photographe, les auteurs ayant retenu pour chacune des périodes entre quatre et six photographes “représentatifs” pour lesquels ils proposent une série ou un reportage, puis une sélection de clichés remarquables. Une chronologie biographique des photographes et une bibliographie terminent l’ouvrage.

3Pour aller à l’essentiel, il s’agit d’un ouvrage grand public, et ce peut-être plus que d’autres volumes monographiques de la collection (tel l’excellent Walker Evans), qui constitue une sorte de compendium de l’œuvre de la Section historique de la FSA (le vrai nom de l’unité de production d’images). En tant que tel, le livre a des vertus, sans pour autant constituer un modèle du genre. On passera sur un prix prohibitif, que ni l’augmentation du prix du papier ni les droits de reproduction (les images étant ici libres de droit) ne peuvent expliquer. On gardera un silence pudique sur des "défauts" de fabrication, difficiles à excuser chez un éditeur de cette réputation et un produit de cette gamme. Plus gênant est le principe même d’organisation des parties historiques, qui privilégie la notion d’auteur, faussant pour le public non spécialiste une bonne appréhension de la nature profonde de la Section historique. Enfin, la volonté compréhensible de choisir souvent l’image la moins connue d’une série, conduit à passer à côté des "hauts lieux" de l’œuvre. Pour un ensemble cohérent, comme le reportage de Marion Post sur la cueillette du tabac, combien de manques importants (citons par exemple le reportage de la même Marion Post en Floride ou celui de Russell Lee à Chicago) qui donneraient de l’archive de la FSA une vision plus problématique. Ces ensembles et ces hauts lieux sont des points d’entrée nécessaires pour ceux qui voudraient découvrir ou redécouvrir ce morceau d’histoire de la photographie. Il reste l’introduction historique très efficace de Beverley Brannan qui replace bien les événements principaux et donne un bon rendu événementiel de l’opération.

4Dans son essai sur l’esthétique documentaire de la FSA, Mora revient inlassablement à l’obsession centrale de tout son travail critique: l’œuvre (le grand) et le génie (romantique) du photographe, et voit dans la FSA une matrice pour la photographie américaine de l’après-guerre. Cette lecture, qui pouvait apporter beaucoup à la compréhension intime de la création chez Walker Evans, est ici inopérante et va même, me semble-t-il, à contresens du travail effectué pendant presque huit ans par la Section historique. Mora n’utilise qu’assez peu les avancées théoriques de la recherche pour privilégier une poétique de son sujet. Je n’en veux pour preuve que l’absence du livre d’Olivier Lugon dans les propos et même la bibliographie. Or, Lugon répond en large part aux questions dont Mora déclare, dans son paragraphe conclusif, qu’elles restent à traiter. Au total un livre et une occasion manqués de faire ce que Roy Stryker appelait de ses vœux: un grand livre populaire et savant à la fois.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Kempf, « Gilles Mora, Beverley W. Brannan, Les Photographies de la FSA. Archives d’une Amérique en crise. 1935-1943 », Études photographiques, 20 | Juin 2007, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1833. consulté le 26 mai 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle