Navigation – Plan du site

Françoise HEILBRUN, Michael PANTAZZI, Album de collages de l'Angleterre victorienne, Éditions du Regard/Réunion des musées nationaux, Paris, 1997, 104 p., 84 pl. coul., ind., 150 F.

Michel Poivert

Texte intégral

1Donner au catalogue la forme même de l'objet exposé comble le visiteur de l'exposition proposée l'hiver dernier au musée d'Orsay. L'album de Georgiana Berkeley y était présenté de manière à nous faire découvrir, en 108 planches (dont 51 reproduites dans le catalogue), une des belles curiosités de l'histoire de la photographie du siècle dernier : un ensemble de découpages, de collages, de coloriages, de peintures et de dessins, le tout agencé en saynètes, médaillons, éventails et autres compositions formant un florilège truculent de figurines costumées auxquelles leur portrait photographique, détouré et ajusté, donne un caractère amusant, parfois grotesque mais aussi sensible et poétique. Les ruptures d'échelle, les mélanges de points de vue que dicte la réunion de photographies découpées d'origines diverses, composent des illustrations irréalistes, où le visage de tel ou telle se retrouve serti dans le contour d'une carte à jouer, d'un lampion, d'une bulle de savon soufflée par l'embouchure d'une pipe d'enfant, etc. À quoi avons-nous affaire ? À un divertissement photographique, une pratique familiale et aristocratique, reprise à la fin du XIXe siècle sous la forme populaire des "récréations photographiques", dont les photo-clubs assureront ensuite la survivance. Ce schéma n'est toutefois pas celui retenu par Françoise Heilbrun qui préfère déceler, dans la pratique originale de l'aristocratie victorienne, un avant-courrier des photomontages d'avant-garde. Ces jeunes femmes "s'emparèrent de ciseaux, colle et pinceaux et, au sens ou allait le concevoir plus tard Raoul Hausmann, se mirent à pratiquer des photomontages". L'auteur s'appuie ici sur les propos du dadaïste, rappelant l'effet déclencheur que produisirent sur lui les lithographies coloriées et surmontées de la photographie du visage d'un jeune conscrit que l'on rencontrait dans les foyers d'avant-guerre. Georgiana Berkeley "anticipe" même, selon Françoise Heilbrun, certains collages de Max Ernst (qui, on le sait, puisa dans les gravures de la seconde moitié du XIXe siècle). Certes, les divertissements du siècle dernier peuvent apparaître comme un réservoir de formes pour les avant-gardes, mais l'exercice doit échapper à la tentation d'un récit des origines qui inverse la flèche du temps. C'est pourquoi l'auteur prend le soin de nuancer son propos : "Rien de commun cependant dans la démarche entre l'occupation paisible de ces jeunes femmes distinguées, la découverte révolutionnaire mais bien ancrée dans le réel des dadaïstes et l'hallucination que vécut Max Ernst." La conception strictement moderniste de la photographie du xixe siècle, si elle a contribué dans la dernière décennie à légitimer la présence du médium au sein des musées, fait nécessairement place aujourd'hui à une vision plus nuancée.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Françoise HEILBRUN, Michael PANTAZZI, Album de collages de l'Angleterre victorienne, Éditions du Regard/Réunion des musées nationaux, Paris, 1997, 104 p., 84 pl. coul., ind., 150 F. », Études photographiques, 5 | Novembre 1998, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/180. consulté le 28 mars 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques