Navigation – Plan du site

Eric de Chassey, Platitudes. Une histoire de la photographie plate

François Brunet
Référence(s) :

Paris, Gallimard, coll. Art et Artistes, 2006, 250 p., 72 ill., ind., 29,50 €

Texte intégral

1Connu comme le spécialiste français du modernisme américain, l’historien de l’art Éric de Chassey développe ici plusieurs travaux antérieurs sur la photographie en une «histoire de la photographie plate», publiée par Gallimard dans la même collection que son livre précédent sur l’abstraction américaine. La lecture de cet ouvrage tend à démentir aussi bien la facétieuse modestie du titre que l’ambition du sous-titre: ce livre n’est pas plat, et son propos est moins historique que critique. La proposition avancée ici sur un ton légèrement provocateur est simple et claire: contrairement à une lecture traditionnelle qui voit le propre de la photographie dans la profondeur spatiale et sémantique de l’image, c’est, selon Éric de Chassey, la recherche de la platitude qui, dès le xixe siècle et jusqu’à la période actuelle, en a constitué la lignée formelle la plus marquante – au point que cette quête de platitude apparaisse comme la voie royale d’une exploration du “médium”. Éric de Chassey préfère à la notion plus orthodoxe de planéité celle, plus large, de platitude, à laquelle il donne une triple acception: «plat» signifie ici «frontal et sans profondeur, sans durée, sans intérêt ni narratif ni symbolique» (p. 211). La photographie plate, c’est ainsi non seulement celle qui aplatit toute perspective ou profondeur au profit d’une création réflexive de l’image comme image, sans point de fuite, souvent sans hors-champ; c’est aussi celle qui, explicitement ou non, refuse tout discours informatif ou symbolique sur le monde, ses beautés ou ses scandales, pour se cantonner dans la présentation ou la répétition de l’ordinaire, de l’infra-mince, et pour finir de l’abstrait. Comme on peut s’y attendre, les principaux jalons de la photographie plate se trouvent – après quelques aperçus sur Talbot et O’Sullivan et un prologue consacré à l’anthropométrie de Bertillon – dans la filière “documentaire”, de Paul Strand et surtout Walker Evans, véritable maître du plat, à Lewis Baltz, Andreas Gursky, Jean-Marc Bustamante, Thomas Ruff et Philippe Gronon, en passant par Martha Rosler et surtout Bernd et Hilla Becher, dont l’entreprise d’archivage architectural est peut-être le cœur de cible de Platitudes. Éric de Chassey reconnaît lui-même que ce corpus est fragmentaire. Et l’on pourra sans doute s’étonner que des œuvres conceptuelles comme celles de Bustamante ou de Gronon servent de point d’orgue à la démonstration, dans la mesure où elles peuvent sembler répéter des démarches “indicielles” montées en épingle à la fin des années 1970. C’est que le but principal de cette histoire strictement formaliste et “décontextualiste” semble bien être d’intégrer la photographie – ou plutôt une certaine lignée d’auteurs définis comme des régimes biographico-formels – à une généalogie étendue du modernisme, en la soustrayant du même coup, d’une part à la problématique des usages sociaux (ce qui, s’agissant au moins de Walker Evans, ne manque pas de faire question au regard des travaux d’Olivier Lugon ou de Jean Kempf), d’autre part à l’américanocentrisme qui a été traditionnellement associé dans l’historiographie spécialisée à une lecture moderniste du médium. Evans et Baltz, les principaux Américains du livre, sont ici vidés de tout contexte national. Plus généralement, la «demande de profondeur», incarnée aux débuts de la photographie par un Samuel Morse, n’est pas loin d’apparaître comme une idéologie américaine, face à laquelle l’esthétique de la platitude proposerait une critique «social-démocrate», implicitement présentée comme européenne, favorisant «la médiation et la confrontation libre» (conclusion, p. 210). Cette “thèse” reste cependant surtout implicite, tant il est vrai que c’est avant tout une généalogie formelle, opposée à toute lecture référentielle de l’image, qui fait la cohérence du propos. Ce propos, on l’aura compris, est donc à l’opposé de toute histoire sociale, culturelle ou institutionnelle et manifeste à nos yeux les limites bien connues de la critique formaliste. Mais il n’en constitue pas moins l’engagement intéressant d’un historien de l’art français dans une histoire de la photographie aujourd’hui encore tiraillée entre exégèses trop confidentielles et platitudes trop confortables.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Eric de Chassey, Platitudes. Une histoire de la photographie plate », Études photographiques, 20 | Juin 2007, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1793. consulté le 30 mars 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle