Navigation – Plan du site

Hélène PUISEUX, Les Figures de la guerre. Représentations et sensibilités, 1839-1996, Paris, Gallimard, 1997, 272 p., 62 ill. NB & coul., ind., bibl., 180 F.

François Robichon

Texte intégral

1Depuis quelques années, après un désintérêt total, l'iconographie historique et militaire commence à retrouver grâce auprès de l'université française. La guerre et ses représentations font souvent l'actualité télévisuelle et ne vont pas de soi. Il était urgent que l'on s'interroge sur leur fabrication et sur leur genèse. Paul Virilio avait ouvert la voie en 1984 dans Guerre et cinéma. Logistique de la perception, en posant que "l'histoire des batailles c'est d'abord celle de la métamorphose de leurs champs de perception". Porter l'analyse sur un champ plus vaste que le seul cinéma contemporain apparaît comme un louable effort pour comprendre les structures qui ont formé notre regard sur la guerre. Mais, disons-le tout de suite, cet ouvrage n'est pas à la hauteur de nos attentes. En effet, si l'auteur est spécialiste de l'histoire du cinéma et de la télévision, comme le montre la bibliographie de ses travaux, la peinture de batailles et la photographie lui sont étrangères.

2Ainsi, le livre s'ouvre sur un contresens, d'ailleurs largement répandu, dès l'illustration de couverture. Le "Rêve" d'Édouard Detaille n'est pas une scène de guerre mais de grandes manoeuvres, ce qui donne tout son sens à l'allégorie des gloires passées qui permettait aux contemporains de Detaille de croire en la revanche. On passerait volontiers sur cette broutille si l'ouvrage présentait une démonstration rigoureuse du postulat de l'image contemporaine : temps, cadrage et mouvement "qui dessinent un espace où se configurent, donc se pensent, les modes de représentation de la guerre". Or, pourquoi choisir la date de 1839, acte de naissance de la photographie, mais qui n'a aucune signification pour l'objet du livre ? Et quel rapport avec la galerie des Batailles de Versailles, inaugurée deux ans plus tôt, dont le propos n'est évidemment pas de représenter la guerre ? Après ces fondations bancales, l'auteur dresse une compilation des ouvrages et travaux repérés dans le cadre d'un séminaire de recherches de l'École pratique des hautes études ! On ne peut recenser les approximations et les erreurs tant elles sont nombreuses, sans parler des choix qui n'en sont pas.

3Ainsi à propos de la Crimée, Hélène Puiseux disserte sur le panorama de Langlois sans prendre en compte les photographies qu'il a réalisées avec Méhédin, à mon sens aussi intéressantes que celles de Fenton et de Robertson. La place accordée dans les analyses au journal L'Illustration est totalement exagérée, l'auteur ignorant complètement la lithographie et la gravure. Pourtant, dès 1832, Raffet avait réalisé le "film" du siège d'Anvers dans un album de lithographies. La production picturale de la guerre du Mexique est caricaturée sans être connue : l'affaire de Camerone, si chère à la Légion étrangère, a été immortalisée par le peintre Beaucé, envoyé en mission au Mexique et auteur de nombreux tableaux. Le chapitre consacré à la guerre de Sécession ne nous apprend rien de nouveau alors qu'il aurait été intéressant de mettre en parallèle les photographies avec les dessins et peintures dont les compositions et les thèmes sont, contrairement aux affirmations de l'auteur, nouveaux chez un artiste aussi connu que Winslow Homer, dessinateur pour Harper's Weekly.

4La guerre de 1870 se voit réduite, dans le domaine de la peinture, à Detaille et à Deneuville accompagnés d'un cortège d'erreurs de dates, de titres, etc. ("Les dernières cartouches" datent de 1873, la bataille de Champigny a eu lieu en décembre 1870 et non en août, le Philippoteaux auteur du panorama "La défense de Paris" en 1872 est bien le père et non le fils). Plus grave encore, la photographie de deux enfants tués lors de la Commune (fig. 41) est, cela crève les yeux, une scène de genre reconstituée alors qu'elle est présentée sur le même plan que la photo d'un vrai cadavre calciné. Et pas un mot sur la photographie du mouvement de Muybrigde et de Marey, qui a profondément modifié la représentation des actions guerrières dans les scènes de guerre après 1880.

5Le cinéma, qui ne fait que produire des fictions à ses débuts (Méliès réalisera un film reconstituant le tableau des "Dernières cartouches" d'Alphonse Deneuville en 1897), n'échappe pas aux contraintes de la représentation durant la Grande Guerre. C'est pourquoi elle n'a en rien limité la production - sans doute ignorée par l'auteur - des "croquis de guerre" reproduits durant tout le conflit dans tous les journaux illustrés, qui donnaient une idée de la vie des tranchées. C'est après le second conflit mondial que le film de guerre devient un genre en soi et l'analyse portant sur un corpus de plusieurs centaines de films montre bien la dimension épique de cette production. On la retrouve dans les images de la guerre du Golfe quand des pilotes américains résument leurs missions par : "On se serait cru dans un film de guerre." Mais la guerre "propre" n'existe pas, et la télévision amène des images où affleure l'horreur. Ce livre s'achève avec raison sur cette question centrale : où se situe l'impensable de la figuration de la guerre, son obscénité ? La question s'est posée à toutes les générations et pour toutes les techniques de représentation. Elle n'est pas propre à la télévision mais cette dernière, par le direct, la pose crûment.

6Alors que le sujet de ce livre est passionnant, car il renvoie à une réalité quotidienne difficile à regarder, on ne peut que se désoler de ses approximations et inexactitudes. Un panorama plus complet des figures de la guerre demanderait quelques séminaires supplémentaires.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Robichon, « Hélène PUISEUX, Les Figures de la guerre. Représentations et sensibilités, 1839-1996, Paris, Gallimard, 1997, 272 p., 62 ill. NB & coul., ind., bibl., 180 F. », Études photographiques, 5 | Novembre 1998, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/177. consulté le 29 mars 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques