Navigation – Plan du site

Bates & Isabel Barrett LOWRY, The Silver Canvas. Daguerreotype Masterpieces from the J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Getty Museum, 1998, 256 p., 104 ill. NB & coul., éd. reliée : 80 $, distr. europ. Londres, Thames & Hudson, 50 £.

Larry Schaaf

Texte intégral

1En 1988, alors qu'on s'apprêtait à fêter le cent cinquantième anniversaire de la photographie, un colloque international réunissait à Cerisy-la-Salle une vingtaine de conservateurs, historiens et critiques autour du thème : "Les multiples inventions de la photographie". Toute latitude ayant été laissée aux invités quant au choix de leur approche, les communications couvraient un large éventail de sujets. Pourtant, vers le milieu du colloque, un auditeur s'avisa qu'aucun des participants n'avait choisi de parler de Daguerre !

2De fait, grande est la disproportion entre l'avidité avec laquelle les collectionneurs spécialisés recherchent des daguerréotypes, et la rareté des études savantes consacrées à leur inventeur. Son procédé a certes provoqué l'éblouissement et suscité une grande influence en son temps, mais ni lui ni ses adeptes immédiats n'ont su en expliquer la mise au point de façon convaincante. On ne possède qu'un faible nombre de documents, signalés dès les années 1840, et on n'en a guère découvert de nouveaux depuis. En outre, alors qu'il est peu d'ouvrages français qui puissent rivaliser avec l'excellent Paris et le daguerréotype (1989), force est de constater qu'une bonne partie des études fondamentales sur la question ont été publiées en anglais : le Daguerre de Helmut et Alison Gernsheim, qui date de 1956 mais n'a rien perdu de son utilité ; The Daguerreotype in America de Beaumont Newhall, paru en 1961, dix ans avant The Mirror Image : The Influence of the Daguerreotype on American Society, de Richard Rudisill ; ou encore The French Daguerreotypes, de Janet E. Buerger (1989). Plus récemment, le professeur John Wood s'est employé à actualiser toutes ces études : il a dirigé deux ouvrages collectifs : The Daguerreotype : A Sesquicentennial Celebration (1989) et America and the Daguerreotype (1991), et rédigé The Scenic Daguerreotype : Romanticism and Early Photography (1995). Enfin, on doit à M. Susan Barger et William B. White la première analyse en profondeur du mécanisme du daguerréotype dans The Daguerreotype : Nineteenth-Century Technology and Modern Science. Même si elle est loin d'être exhaustive, cette recension rapide suffit à indiquer le rôle majeur qu'ont joué les auteurs anglophones dans la recherche sur le daguerréotype.

3Dans ce contexte, on doit donc saluer avec intérêt le panorama plus international que proposent Bates et Isabel Barrett Lowry avec The Silver Canvas. Riche de quelque 2000 daguerréotypes, la collection du musée Getty a été constituée grâce aux efforts conjugués de sept collectionneurs privés, puis grâce à une politique inspirée d'acquisition. L'exposition récente "The Art of the Daguerreotype" en présentait une partie au public, et le livre de Bates et Isabel Barrett Lowry facilite désormais l'accès à une sélection représentative. Dans l'introduction de l'ouvrage, Weston Naef souligne à juste titre que "le musée possède un exemple de presque tous les sujets photographiés par les artistes du daguerréotype : des images réalisées à des fins pédagogiques ou d'expérimentation scientifique, des archives d'événements historiques, des vues d'objets aujourd'hui engloutis par les constructions modernes et, surtout, des portraits de célébrités qui se sont illustrées au siècle dernier dans les domaines artistique, littéraire, scientifique ou politique".

4Au coeur du livre figurent 80 daguerréotypes appartenant à la collection du musée, en grande partie inédits. C'est un vrai régal pour les yeux que de voir ainsi rassemblés une large panoplie d'exemples qui vont du portrait de Daguerre par Charles Meade (1848) jusqu'à l'époustouflante plaque du Crystal Palace de Londres prise par John Jabez Edwin Mayall en 1851, en passant par un tranquille autoportrait de Jean-Gabriel Eynard dans le forum romain. Certains travaux sont dus à des photographes dont on a perdu l'identité : ainsi une vue de la célèbre tour penchée de Pise datant d'environ 1854, la mystérieuse "Étude de rochers" attribuée à un Français, ou encore toute une galerie de portraits intéressants mais anonymes. On voit des écluses se construire sur un canal, une famille poser solennellement dans son jardin (peut-être s'agit-il d'ailleurs d'un autoportrait, tant l'inclinaison de la prise de vue contraste avec le cérémonial de la présentation), on assiste à la résurrection du Capitole tel que Washington le connaissait en 1846, au rassemblement de forces armées sur la place d'une ville, ou bien à l'étreinte de deux femmes nues surprises dans l'intimité.

5Les reproductions ont été soigneusement réalisées par le célèbre atelier Gardner Lithograph et, en règle générale, les originaux sont bien rendus. Mais on pourrait s'interroger sur le choix apparemment arbitraire qui a conduit à reproduire certaines images en couleurs et d'autres en noir et blanc - ces dernières faisant pâle figure à côté des autres, et paraissant inévitablement (quoique, j'en suis sûr, involontairement) revêtir moins d'importance aux yeux des auteurs. Sans doute ceux-ci auraient-ils gagné à envisager l'application de la bichromie à l'ensemble du livre, ou bien à généraliser l'emploi de la couleur pour obtenir de meilleurs résultats. En tête de chaque chapitre se détache, imprimé pleine page, un gros plan très agrandi de daguerréotype. Au premier abord, j'ai pensé que ce mode de présentation était à mettre au compte d'un graphiste rompu à la réalisation de beaux livres, mais en y réfléchissant, j'en ai compris la pertinence. Car cet effet de proximité renoue avec l'un des plus grands plaisirs qu'offre le daguerréotype : l'examen des plus infimes détails de l'image. C'est ainsi que chaque tête de chapitre retrouve et exalte cette tentation d'aller y voir de plus près, à laquelle on résiste mal quand on a un daguerréotype dans les mains.

6Bates et Isabel Barrett Lowry se sont fixé pour but légitime de "reconstituer les événements grâce à des comptes rendus de première main, non à des interprétations postérieures". Ils ont commencé leur collection de daguerréotypes en 1972. Bates Lowry est spécialiste d'histoire de l'art et de l'architecture, et ancien directeur de musée ; Isabel Barrett Lowry est chercheur et photographe, et a dirigé un organisme qui se consacre à l'art américain. En conjuguant leurs talents respectifs et en tirant parti de leurs nombreux contacts dans le milieu de l'art, ils ont atteint leur but et peuvent en être fiers.

7Intitulée "Les origines du daguerréotype", leur belle préface renouvelle l'interprétation des circonstances ayant présidé à l'invention du procédé. En prenant appui sur la correspondance des deux hommes (actuellement conservée en Russie), elle jette au passage une lumière salutaire sur les rapports entre Daguerre et l'infortuné Joseph Nicéphore Niépce. Non moins intéressant est le développement consacré à la formation et aux réalisations artistiques de Daguerre. Malgré la sévérité superflue des critiques adressées à son rival, l'inventeur Talbot, ainsi qu'aux Gernsheim, ce texte constitue l'une des contributions les plus fortes de tout le livre. Comme les autres textes, il est prolongé par un appareil critique très fourni qui révèle l'ampleur des sources utilisées. Jointes à la bibliographie (succincte), ces notes devraient inciter nombre de chercheurs à se lancer dans l'exploration des nouvelles pistes entrouvertes.

8Les daguerréotypes sont regroupés en six rubriques : "Le monde pose pour le soleil", "L'image dérobée au miroir", "La rétine artificielle", "Un intrus dans le royaume", "La saisie de l'éphémère" et "Un pays en transition". Chaque chapitre s'ouvre sur plusieurs pages de texte incorporant des illustrations, et se poursuit par une série de planches pleine page, chacune en regard d'une longue légende qui occupe en général toute une page, et inclut parfois des illustrations supplémentaires à l'appui de son propos. Les renseignements biographiques concernant les photographes sont concis mais remarquables.

9On relèvera, mais sans l'ombre d'un regret, que l'intérêt des auteurs pour l'histoire de l'art en général, et de l'architecture en particulier, s'impose avec plus de vigueur dans les légendes que dans l'équilibre du texte, de sorte qu'on a l'impression de regarder les trésors d'un collectionneur enthousiaste et cultivé en sa compagnie.

10Seul le dernier chapitre introduit un parti pris américain, qui s'accentue malheureusement dans la conclusion, intitulée "L'émergence d'une identité américaine". Cette optique étroite compromet le cosmopolitisme du texte et des exemples, donnant à penser que la note finale n'est pas étrangère à des considérations commerciales.

11Dans une utile postface, Michael Hargraves dresse la liste complète des daguerréotypistes représentés dans la collection du musée Getty, mentionnant pour chacun sa nationalité, ses dates de naissance et de mort et le nombre de ses oeuvres conservées.

12S'il fallait exprimer une mince réserve, ce serait pour déplorer la brièveté de l'ouvrage. Les auteurs ayant su parfaitement combiner leurs idées et leur énergie dans un domaine qui attend désespérément des études plus fouillées, je suis certain que leur recherche aurait pu donner lieu à un texte bien plus long sans délayage ni extrapolations indésirables. Sans doute la bibliographie eût-elle également gagné à être complétée. Espérons donc que ce livre inspirera d'autres chercheurs à poursuivre le travail à partir des fondations qu'il a jetées et du filon qu'il a mis à jour, pour notre plus grand profit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Larry Schaaf, « Bates & Isabel Barrett LOWRY, The Silver Canvas. Daguerreotype Masterpieces from the J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Getty Museum, 1998, 256 p., 104 ill. NB & coul., éd. reliée : 80 $, distr. europ. Londres, Thames & Hudson, 50 £. », Études photographiques, 5 | Novembre 1998, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/174. consulté le 20 septembre 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques