Navigation – Plan du site

Édouard POMMIER, Théories du portrait. De la Renaissance aux lumières, Paris, Gallimard, 1998, 508 p., 120 ill. NB, 290 F.

Pascale Dubus

Texte intégral

1Saluons la parution de Théories du portrait, qui vient confirmer le rôle capital de la théorie dans la genèse du genre à l'époque moderne. En effet, il est peu d'exemples de synthèse où l'esthétique du portrait soit abordée : les rares ouvrages traitant de l'évolution du genre à travers les âges consacrent principalement une histoire des styles. Une telle économie mérite réflexion. Outre les difficultés inhérentes à l'approche synthétique, il faut souligner le caractère extrêmement retors de l'objet étudié. Le portrait, parce qu'il renvoie à la question de l'identité, soulève de nombreux problèmes, à commencer par celui de sa définition. Dans ces conditions, l'élaboration d'une genèse des formes à l'écart de la réflexion théorique a pour conséquence un déni de la représentation, puisque figurer l'homme, c'est aussi le penser. L'ouvrage d'E. Pommier vient à point nommé nous rappeler l'urgence d'une réflexion théorique pour la compréhension du genre : en rassemblant une multitude de textes, dont certains d'une extrême rareté, l'auteur démontre la prégnance du discours esthétique pour l'histoire du portrait. Fruit d'une vaste enquête, l'ensemble du livre fait figure d'anthologie raisonnée. À partir d'un canevas chronologique, l'auteur organise une classification directement issue des idées maîtresses véhiculées par les textes, au sein de laquelle il cite et commente les sources, soit en prélevant quelques lignes, soit en livrant le document dans son intégralité. Grâce à cet ouvrage, l'historien comme le philosophe peuvent à présent accéder à une constellation de documents dûment référencés, et facilement accessibles grâce aux intitulés des chapitres et à l'index. Autant dire qu'E.Pommier a produit un véritable outil pour qui réfléchit sur le portrait : on n'y lit pas seulement des textes, on y puise surtout des idées et des problématiques susceptibles d'alimenter une méditation sur le genre du portrait, y compris pour la période contemporaine. On fera toutefois quelques réserves concernant l'usage de termes anachroniques ("genre" ou "hyperréaliste", à propos du portrait à la Renaissance), et l'on regrettera que l'appareil de notes, essentiellement limité aux sources, ne renvoie pas aux travaux contemporains cités dans la bibliographie générale.

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Dubus, « Édouard POMMIER, Théories du portrait. De la Renaissance aux lumières, Paris, Gallimard, 1998, 508 p., 120 ill. NB, 290 F. », Études photographiques, 5 | Novembre 1998, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/173. consulté le 21 septembre 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques