Navigation – Plan du site

Michel et Michèle AUER, Encyclopédie internationale des photographes des débuts à nos jours, CD-Rom français-anglais compatible Macintosh et Windows, Neuchâtel, Éd. Ides et Calendes, diffusion Hazan, 1997, 1440 F.

Larry Schaaf

Texte intégral

1En 1985 paraissait l'Encyclopédie internationale des photographes, réalisée par les collectionneurs Michel et Michèle Auer. Mine de renseignements sur plus de 1600 photographes du monde entier, l'ouvrage puisait largement dans les archives privées des auteurs pour sa partie historique, et bénéficiait de leurs précieux contacts avec des photographes vivants pour la partie contemporaine.

2Après la parution de cette première version, les Auer se sont lancés dans la création d'une banque de données informatique qui comprend à ce jour près de 40000 entrées. C'est de ce matériau qu'est issue une nouvelle édition de leur encyclopédie, cette fois gravée sur CD-Rom, qui rassemble des notices détaillées sur plus de 3000 photographes, des notices succinctes sur 3000 autres, et près de 6000 illustrations. Le passage à ce nouveau support est tout à fait logique dans le cas d'un fonds documentaire d'une telle ampleur, car, si attaché soit-on à l'édition papier, celle-ci limite singulièrement, pour des raisons financières, la quantité des matériaux publiables. Un CD-Rom, en revanche, permet d'inclure beaucoup plus d'informations et de reproduire à moindres frais davantage d'illustrations en couleurs.

3Les aspects techniques ont été correctement résolus - considération importante dans ce domaine, où l'on se heurte souvent à des manipulations inutilement compliquées ou à des gadgets sans intérêt. En se servant d'un logiciel courant sur le marché, les auteurs ont réalisé un CD-Rom lisible sur la plupart des ordinateurs modernes. L'installation en est simple, et la consultation peut se faire en français comme en anglais. Ceux qui ne seraient pas habitués au fonctionnement des CD-Rom pourront regretter l'absence d'un mode d'emploi et s'impatienter par exemple, au bout de la deuxième ou de la troisième utilisation, de voir défiler la longue séquence introductive, seule section sonorisée. Mais il suffit d'actionner la barre d'espacement pour en interrompre le cours et passer directement au menu général et à ses différentes options : défilement d'images, glossaire des termes techniques, chronologie historique, notices biographiques des photographes, accessibles par l'intermédiaire d'une recherche par nom.

4Il est d'autant plus regrettable que le contenu n'ait pas fait l'objet d'un traitement à la hauteur du projet. Pour un lecteur anglophone, certaines difficultés proviennent manifestement de la traduction. Les principaux débouchés du marché de l'édition photographique se trouvant en Amérique, une version anglaise est essentielle à la bonne diffusion de cet ouvrage. Mais les erreurs de traduction y sont si nombreuses, si grossières, qu'on ne saurait les passer sous silence. Certaines se repèrent facilement, tant elles sautent aux yeux ; d'autres, plus épineuses, conduisent à des contresens factuels. En bref, la traduction nuit beaucoup au professionnalisme de l'ensemble.

5Mais plus graves encore sont les erreurs factuelles. Certes, il est inévitable que se glissent, dans pareille somme, des divergences de points de vue et, ici et là, quelques bévues. Mais dans le cas présent, la fréquence des erreurs est si grande qu'on finit par ne plus pouvoir se fier aux informations rapportées. Dans le glossaire technique, comment ne pas s'étonner de lire par exemple que le collodion humide "a rapidement été remplacé par les plaques au collodion sec" ? Si tel avait été le cas, une grande partie de la photographie du XIXe siècle que nous connaissons n'existerait pas. Il serait fastidieux de recenser toutes les erreurs de ce type, mais dans la mesure où les novices seront nombreux à se reporter à ce glossaire, ce ne serait sans doute pas trop exiger d'un ouvrage de référence que les termes techniques soient, au moins pour la plupart, correctement définis.

6Pour des raisons de compétence personnelle, on a jugé bon de choisir, parmi les nombreux photographes répertoriés, l'exemple de William Henry Fox Talbot. La première approximation apparaît dès la "chronologie historique", qui indique que Talbot aurait commencé ses recherches en 1835 (la date exacte est 1834). Suivent d'autres confusions : la seule photographie reproduite dans la partie biographique est en réalité une vue prise par son ami, le révérend Calvert R. Jones. Talbot aurait bénéficié en 1831, nous dit-on, d'une aide financière de la Royal Society pour ses travaux en physique et en mathématique. Or, il n'a jamais demandé ni obtenu de telles subventions (même si c'est bien en 1831 qu'il a été élu à la Society). La plus grande méprise concerne l'année 1833 : "Après s'être familiarisé avec les travaux de Herschel, de Humphry Davy et de Thomas Wedgwood, il part en Italie avec une chambre claire Wollaston et tente de photographier le lac de Côme, devenant ainsi (avec H. Bayard) le père de la photographie moderne avec le procédé négatif." Or, rien ne prouve que Talbot ait fait des recherches sur la photographie avant son voyage en Italie et, à bien y regarder, cette affirmation serait même contredite par ses propres déclarations et les propos de ses contemporains. Par ailleurs, il n'a jamais tenté de photographier le lac de Côme : au contraire, c'est précisément parce qu'il n'a pas réussi à crayonner le paysage à l'aide de la chambre claire qu'il s'est tourné vers la photographie. Enfin, c'est desservir et Talbot et l'inventeur français Hippolyte Bayard, esprit brillant et opiniâtre, que de leur attribuer à part égale la paternité du procédé négatif.

7Au mépris des ouvrages de référence, la bibliographie semble se fonder en grande partie sur la bibliothèque personnelle des auteurs, et est entachée de nombreuses coquilles et autres fautes de traduction, qu'on n'aura en général pas de mal à rectifier. Les omissions les plus graves concernent la biographie de Gail Buckland, Fox Talbot and The Invention of Photography (1980), ainsi que l'ouvrage de Hubertus von Amelunxen, Die Aufgehobene Zeit : Die Erfindung der Photographie durch William Henry Fox Talbot (1988). Ces deux jalons fondamentaux de la littérature critique constituent à la fois les études les plus sérieuses consacrées aux travaux de Talbot, ainsi que les recueils les plus précieux de ses photographies en reproduction. Enfin, le fonds le plus important de son oeuvre (riche de plus de 6000 négatifs et épreuves originales) ne se trouve plus au Science Museum de Londres, contrairement à ce qu'indique le CD-Rom, mais, depuis son transfert il y a dix ans, au National Museum of Photography, Film & Television de Bradford.

8S'il convient d'ajouter foi, pour l'essentiel, aux renseignements que les Auer ont recueillis au contact de photographes vivants, on s'aperçoit, au fil de vérifications effectuées ici et là, que les difficultés signalées à propos de Talbot ne sont pas isolées dans le cas des photographes anciens. Ainsi Robert Adamson aurait-il utilisé le procédé au collodion, alors qu'il est mort en 1848, plusieurs années avant son invention. Les choses ne vont guère mieux pour son associé David Octavius Hill, dont la rubrique "collections" passe sous silence le fonds incontournable de la Scottish National Portrait Gallery et celui de la bibliothèque de l'université de Glasgow (environ 500 négatifs originaux). La notice consacrée à sir John Herschel est illustrée par un cyanotype dont il n'est pas l'auteur, et sa fiche biographique mentionne que la Royal Astronomical Society de Londres aurait décerné une médaille d'or à son père après sa découverte d'Uranus en 1781 ; or, l'Astronomical Society n'a été créée qu'en 1820 et elle n'a pris le titre de Royal qu'en 1831. De plus, Herschel est à tort crédité d'avoir occupé les fonctions de président de la Royal Society en 1848 et celles de "directeur technique" de la Grande Exposition de 1851. Enfin, bien que son séjour au cap de Bonne-Espérance ait en partie coïncidé avec celui de Charles Piazzi Smyth, ce dernier ne lui a jamais servi d'assistant là-bas. C'est d'ailleurs en vain que l'on cherchera Smyth dans la liste alphabétique, jusqu'à ce que l'on s'avise qu'il a été malencontreusement classé sous la lettre de son second prénom, Piazzi. La notice ne mentionne pas non plus la seule biographie existante qui lui soit consacrée : The Peripatetic Astronomer : The Life of Charles Piazzi Smyth, de Hermann et Mary Brock (1988).

9Le nombre impressionnant de bourdes plus ou moins bénignes illustre le caractère problématique de la méthode employée par les auteurs, essentiellement basée sur la compilation de sources secondaires, et met sérieusement en cause l'utilité de cet ouvrage dit de référence, ainsi que ses prétentions à faire autorité. Malgré tout, on ne saurait qu'admirer et encourager l'effort qu'ont fourni les Auer pour rendre accessible au public la masse des informations qu'ils ont rassemblée. Il reste donc à espérer que cette édition de leur CD-Rom ne soit pas considérée comme définitive, et que les auteurs auront suffisamment d'énergie pour entreprendre une révision intégrale et des corrections minutieuses, en n'omettant pas de solliciter les compétences et l'avis de contributeurs extérieurs. Quiconque s'intéresse à la recherche dans le domaine de la photographie devrait se sentir dans l'obligation d'apporter son concours à une telle entreprise, tant il est vrai qu'un ouvrage de ce type répond à un besoin urgent.

Pour citer cet article

Référence électronique

Larry Schaaf, « Michel et Michèle AUER, Encyclopédie internationale des photographes des débuts à nos jours, CD-Rom français-anglais compatible Macintosh et Windows, Neuchâtel, Éd. Ides et Calendes, diffusion Hazan, 1997, 1440 F. », Études photographiques, 5 | Novembre 1998, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/172. consulté le 25 juillet 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques