Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 PaoloCostantini, ItaloZannier, L’insistenza dello sguardo. Fotografie italiane, 1839-1989, Florence (...)

1Dans un catalogue rétrospectif sur la photographie italienne auquel ils avaient travaillé ensemble, comme souvent, Italo Zannier, le professeur de Paolo Costantini, donnait rendez-vous au lecteur pour l’année 2039, bicentenaire de l’invention de la photographie1. Hélas, Paolo ne sera pas au rendez-vous : il nous a quittés, dans la fleur de l’âge, après avoir vaillamment lutté, des années durant, contre un cancer, travaillant jusqu’au bout avec acharnement. Cet historien chevronné de l’architecture puis de la photographie s’est tu, alors qu’il avait encore tant à nous dire.

2Paolo Costantini avait débuté par un diplôme d’études supérieures en histoire de l’architecture, soutenu à l’Institut universitaire d’architecture de Venise, en 1985. Cet intérêt pour l’architecture se doublait d’une grande curiosité pour la photographie, précieux auxiliaire de l’art monumental, qui devait le mener à devenir plus tard le conservateur chargé des collections photographiques au Centre canadien d’architecture de Montréal, de 1995 à 1997 – deux années durant lesquelles, en dépit de sa maladie, il avait pu, sous la direction de Phyllis Lambert, mener à bien une politique ambitieuse d’acquisitions, d’expositions et de publications.

3Dès 1986, Paolo avait publié un catalogue consacré aux daguerréotypes français collectionnés par le critique et historien d’art Ruskin, à Venise dans les années 1840. L’exposition, qui se tint au Palazzo Fortuny à Venise et au musée Alinari à Florence, fut une révélation pour les historiens de la photographie.

4Le paysage urbain de l’Italie, sa traduction par la photographie et le rôle joué par les historiens d’art dans l’étude du médium – à une époque [p. 131] où ce dernier n’est pas encore considéré sérieusement comme un art – tel est le faisceau de préoccupations qui animeront désormais, à quelques exceptions près, l’ensemble des recherches de Paolo Costantini.

  • 2 P. Costantini, “Lamberto Vitali, Italian Photohistorian”, History of Photography, n° 3, vol. 2, aut (...)

5En effet, même s’il a fait quelques incursions dans le domaine de la photographie étrangère, avec les expositions, accompagnées de catalogues, consacrées à Edward Weston (à Venise et Florence en 1990), à Edward Steichen (“Edward Steichen : la collezione della Royal Photographic Society”, à Milan en 1993) ou à la photographie du Bauhaus (à Venise en 1993), Paolo a pris avant tout comme champ d’exploration et d’enseignement – à Milan, Pise et Udine, ou aux Etats-Unis – l’histoire de la photographie italienne, dans la tradition de Lamberto Vitali, Piero Becchetti et Italo Zannier. Mais, à la différence de Becchetti, qui privilégie les “primitifs” de la photographie, et comme Zannier ou, dans une certaine mesure, comme Lamberto Vitali, auquel Paolo venait de consacrer un article très élogieux dans le numéro d’automne 1997 de la revue History of Photography2, il montre le désir d’appréhender cette histoire de ses débuts jusqu’à l‘époque contemporaine.

  • 3 P.Costantini, I.Zannier, Cultura fotografica in Italia. Antologia di testi sulla fotografia, 1839-1 (...)

6Un de ses premiers travaux, en 1985, en collaboration avec Zannier, est une anthologie, Cultura fotografica in Italia. Antologia di testi sulla fotografia, 1839-19493. Puis il consacre une exposition à “Venezia nella fotografia dell’ottocento” au Palazzo Fortuny, à Venise, l’année suivante. Il reviendra sur ce thème dans un article consacré à Carlo Naya en 1992 (pour le bulletin de la University of Michigan Museum of Art) où il montre comment Naya (1816-1882), l’un des plus grands photographes ayant travaillé à Venise, renouvelle, par ses compositions ou ses thèmes, comme l’“aqua alta” ou Venise au coucher du soleil, la vision de la ville.

  • 4  P.Costantini, Luigi Ghirri-Aldo Rossi.Des choses qui ne sont qu’elles-mêmes (cat. exp.), Montréal, (...)

7Paolo Costantini devait être l’un des principaux artisans d’une importante manifestation que le musée d’Orsay, le Centre canadien d’architecture de Montréal et le Metroplitan Museum de New York avaient projeté de mettre sur pied, concernant les relations entre le paysage italien et la photographie, thème qu’il avait intitulé dans ses notes : “De l’énigme à la réalité”. Tout récemment, il avait organisé une série de manifestations sur les liens entre photographie et architecture contemporaine en Italie. Citons notamment, en 1996 : Luigi Ghirri-Aldo Rossi : des choses qui ne sont qu’elles-mêmes4. On y voit que Ghirri (1943-1992), qui avait entrepris depuis 1981 “ une topographie symbolique de la plaine padane ”, interprète l’architecture d’Aldo Rossi et notamment le cimetière de Modène sous divers angles et diverses lumières, de façon à [p. 132] “ mettre en crise les stéréotypes de la photographie ” et à dialoguer avec l’architecte, qui se trouvera à son tour marqué par l’expérience de Ghirri.

  • 5 Id., “L’Esposizione internationale di fotografia artistica”, in coll., Torino 1902, le arti decorat (...)
  • 6 Id., “La Fotografia artistica” (1904-1917). Visione italiana e modernita, Turin, Bollatti Boringhie (...)
  • 7 Coll., La Trieste dei Wulz.Volti di una storia. Fotografie 1860-1980, Florence, Alinari, 1989.

8Pour revenir à l’histoire de la photographie italienne, Paolo Costantini s’est particulièrement interessé au moment de la prise de conscience de celle-ci comme forme d’expression artistique et comme école, lors de l’organisation de l’exposition internationale de Turin en 1902, dont Edoardo de Sambuy fut l’organisateur pour la section photographique italienne. Costantini a été amené à étudier “l’Esposizione internationale di fotografia artistica”, dans le catalogue Torino 19025, après avoir commencé par décrire l’étape suivante, celle de la création de la revue pictorialiste La Fotografia artistica6. En 1989, déjà, il avait participé à un ouvrage sur La Trieste dei Wulz7: une dynastie de photographes dont le plus beau joyau est la futuriste Wanda Wulz, immortalisée par son autoportrait en surimpression avec un museau de chat. En 1997, Paolo Costantini préface l’imposante monographie accompagnant une exposition consacrée à Turin à Mario Gabinio (1890-1930). De façon caractéristique, le titre de la préface n’est autre que “Dal paesaggio alla forma”.

  • 8 Heinrich Schwarz, David Octavius Hill (1802-1870).Der Meister der Photographie, Leipzig, Insel V., (...)
  • 9 Id., Arte e fotografia. Precursori e influenze (traduit de l’allemand et présenté par P.Costantini) (...)
  • 10 Aaron Scharf, Art and Photography [1968], Londres, Penguin Books, 1983; Van Deren Coke, The Painter (...)

9Non content de se spécialiser dans la photographie italienne, Paolo Costantini a aussi voulu faire connaître en Italie les grands textes de la critique internationale. Ainsi a-t-il traduit plusieurs articles écrits par l’historien d’art d’origine pragoise, installé aux États-Unis pendant la dernière guerre, Heinrich Schwarz (1894-1974). Ce dernier fut un précurseur et consacra en 1931 à David Octavius Hill et à son collaborateur Robert Adamson la première monographie dans laquelle l’oeuvre d’un photographe est étudiée en tant qu’expression artistique8. Les textes de Schwarz édités et préfacés par Costantini, qui y joint une bibliographie de l’auteur9, portent essentiellement sur la “vision photographique” qui remonte bien avant la mise au point matérielle du médium au XIXe siècle, et peut se situer dès la Renaissance, grâce à l’utilisation de la camera obscura. Ces articles de Schwarz, publiés en partie après sa mort, anticipent l’ouvrage d’Aaron Scharf Art and Photography, publié en 1968 et devenu un classique, ou les recherches d’un Van Deren Coke10.

10Il est impossible de parler de tous les travaux de Paolo Costantini dont l’activité fut inlassable, mais à côté de ses dons intellectuels et de sa sensibilité artistique, il ne faut pas oublier sa personnalité humaine, enthousiaste, loyale, rayonnante, celle d’un vrai gentilhomme.

11** En collaboration avec Italo Zannier

Bibliographie

Travaux de Paolo Costantini

a) Monographies

· La Fotografia artistica, 1904-1917. Visione italiana e modernità, Turin, Bollati Boringhieri, 1990.

· Strand. Luzzara, Milan, Clup, 1989*.

· Cultura fotografica in Italia. Antologia di testi sulla fotografia, 1839-1949, Milan, Angeli, 1985**.

b) Préfaces

· Robert Adams, La bellezza in fotografia. Saggi in difesa dei valori tradizionali, Turin, Bollati Boringhieri, 1994.

· Heinrich Schwarz, Arte e fotografia, precursori e influenze, Turin, Bollati Boringhieri, 1992.

c) Catalogues d'exposition (sélection)

· Venezia-Marghera. Fotografia e trasformazioni nella città contemporanea, Milan, Charta, 1997.

· Luigi Ghirri-Aldo Rossi. Things Which Are Only Themselves, Montréal, Centre canadien d'architecture/Milan, Electa, 1996.

· La Fotografia al Bauhaus, Venise, Marsilio, 1993.

· Edward Steichen. La collezione della Royal Photographic Society, Milan, Charta, 1993.

· Linea di Confine della Provincia di Reggio Emilia. Laboratori di Fotografia (série de catalogues : Guido Guidi, Olivo Barbieri, Lewis Baltz, Michael Schmidt, John Davies, Stephen Shore), Reggio Emilia, 1991-1997.

· Paolo Gioli, Florence, Alinari, 1990**.

· Edward Weston, Florence, Alinari, 1990.

· L'insistenza dello sguardo. Fotografie italiane, 1839-1989, Florence, Alinari, 1989**.

· Paparazzi. Fotografie, Florence, Alinari, 1988**.

· Luci ed Ombre. Gli Annuari della fotografia artistica italiana, 1923-1934, Florence, Alinari, 1987**.

· Dialectical Landscapes. Nuovo paesaggio americano, Milan, Electa, 1987.

· I Dagherrotipi della collezione Ruskin, Venise, Arsenale/Florence, Alinari, 1986**.

· Venezia nella fotografia dell'Ottocento, Venise, Arsenale, 1986**.

d) Articles et essais (sélection)

· "An Archaelogist's Vision", Viewing Olmsted. Photographs by Robert Burley, Lee Friedlander and Geoffrey James, Montréal, Centre canadien d'architecture, 1996.

· "The Library of the Architect", Casabella, série d'articles publiés entre 1996 et 1997.

· "A Minimal Adventure", Aperture, ("Immagini italiane"), n° 132, été 1993.

· "Note a margine del fondo fotografico Supino", Il tempo dell'immagine. Fotografi e società a Bologna. 1880-1980, Turin, Seat, 1993.

· "I congressi fotografici nazionali, luoghi dello scambio intellettuale", Segni di luce. La fotografia italiana dall'età del collodio al pittorialismo, vol. II, Ravenne, Longo, 1993.

· "Vedute e Dettagli", The Photography of Carlo Naya, The University of Michigan Museum of Art, Ann Arbor, Michigan, 1992.

· "La presenza dell'immagine fotografica", Daniele Calabi, architetture e progetti. 1932-1964, Venise, Marsilio, 1992.

· "Fotografia e architettura. Contributi recenti", Casabella, n°593, septembre 1992.

· "Occhio artificiale. Sull'Italia riflessa nelle lamine di Daguerre", Segni di luce. Alle origini della fotografia in Italia, Ravenne, Longo, 1992.

· "Exactitude and Multiplicity. Rule Without Exception", The Work of Lewis Baltz, Des Moines, Des Moines Art Center, 1990.

· ""A Truth that Art cannot achieve". The Scientific Environment in Venice and the First Inquiries into Photography (1839-1846)", Shadow and Substance. Essays on the History of Photography in Honor of Heinz K. Henish, Bloomfield Hills, The Amorphous Institute Press, 1990.

· "About Spaces. Beyond the Landscape", Casabella, n° 560, septembre 1989.

· "From the inside onto the outside. The photography of Luigi Ghirri", Luigi Ghirri. Italian Landscape, Milan, Electa, 1989.

· "Nuovi criteri di verità. Fotografie e scienze d'osservazione", Il Veneto e l'Austria. Vita e cultura artistica nelle città venete. 1814-1866, Milan, Electa, 1989.

· "Una rivoluzione nell'arte del disegno", Venezia Arti 2, Bulletin of the Departement of History of Art (L'ingresso della fotografia nella produzione d'immagine di Venezia), University of Venice, 1988.

e) Conférences récentes

· "Portrait et figure dans la photographie et les arts visuels", colloque "Autour de Nadar", musée d'Orsay, Paris, 8 et 9 septembre 1994.

· "Le metamorfosi del ritratto", XXXVI Corso internazionale di alta cultura, Fondation Cini, Venise, 31 août 1994.

* En collaboration avec Luigi Ghirri.

** En collaboration avec Italo Zannier.

Notes

1 PaoloCostantini, ItaloZannier, L’insistenza dello sguardo. Fotografie italiane, 1839-1989, Florence, Alinari, 1989.

2 P. Costantini, “Lamberto Vitali, Italian Photohistorian”, History of Photography, n° 3, vol. 2, automne 1997, p. 244-247. Voir également : id., “Lamberto Vitali. Ein moderner Historiker der Fotografie”, Photogeschichte, 17eannée, n°64, 1997, p. 19-25.

3 P.Costantini, I.Zannier, Cultura fotografica in Italia. Antologia di testi sulla fotografia, 1839-1949, Milan, Angeli, 1985.

4  P.Costantini, Luigi Ghirri-Aldo Rossi.Des choses qui ne sont qu’elles-mêmes (cat. exp.), Montréal, Milan, Centre canadien d’architecture-Electa, 1996.

5 Id., “L’Esposizione internationale di fotografia artistica”, in coll., Torino 1902, le arti decorative internazionali del nuovo secolo (cat. exp.), Turin, Fabbri, 1994.

6 Id., “La Fotografia artistica” (1904-1917). Visione italiana e modernita, Turin, Bollatti Boringhieri, 1990.

7 Coll., La Trieste dei Wulz.Volti di una storia. Fotografie 1860-1980, Florence, Alinari, 1989.

8 Heinrich Schwarz, David Octavius Hill (1802-1870).Der Meister der Photographie, Leipzig, Insel V., 1931 : ouvrage largement mis à contribution par Walter Benjamin dans sa “Petite histoire de la photographie” (Études photographiques, n°1, novembre 1996, p. 8).

9 Id., Arte e fotografia. Precursori e influenze (traduit de l’allemand et présenté par P.Costantini), Turin, Bollati Boringhieri, 1992.

10 Aaron Scharf, Art and Photography [1968], Londres, Penguin Books, 1983; Van Deren Coke, The Painter and the photograph, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1964.

Pour citer cet article

Référence électronique

Francoise Heilbrun, « Paolo Constantini (1959-1997) », Études photographiques, 4 | Mai 1998, [En ligne], mis en ligne le 09 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/162. consulté le 20 septembre 2017.

Auteur

Francoise Heilbrun

Françoise Heilbrun est conservatrice en chef au musée d’Orsay.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle