Navigation – Plan du site

John Szarkowski, L’Œil du photographe

Jean Kempf
Référence(s) :

Milan, 5 Continents, 2007, trad. de l’anglais par L.-É. Pomier,156 p., 156 ill, bichromie, 35 €.

Texte intégral

1Excellente initiative de la part des éditions 5 Continents (http://fivecontinentseditions.com) que cette version française (et italienne) d’un des livres clefs de l’histoire de la photographie américaine. Reproduction quasiment à l’identique des éditions de 1966 et de 1980, ce volume au prix très abordable (35 €) présente une traduction (qui aurait pu être un peu meilleure et surtout plus fluide, mais qui reste passable) de l’essai fondateur de la pensée de John Szarkowski sur la photographie, ainsi que la série des images dans une qualité d’impression bien supérieure aux éditions d’origine.

2Szarkowski (1925-2007), un peu photographe à ses heures, est surtout un grand conservateur qui, par sa position centrale au MoMA et la durée de son mandat (1962-1991), non seulement a structuré ce qui s’est vu et fait aux États-Unis en matière de photographie, mais surtout a établi une conception de la photographie qui a duré au moins trois décennies. Il est aujourd’hui commun de dénoncer l’autorité parfois un peu dictatoriale que celui-ci a exercée sur le champ. Mais cette critique, quoique justifiée, doit aussi nous inciter à nous (re)plonger dans son travail. Car Szarkowski, contrairement à bien des conservateurs, a produit des ouvrages qui ne sont pas des catalogues d’exposition (bien que fondés sur des expositions “repères”) mais de vraies expressions théoriques formulées à travers une présentation des images. L’Œil du photographe est donc à regarder autant qu’à lire. Véritable présentation manifeste, autant que musée imaginaire, cette collection d’images est remarquable par son ampleur et la version française nous permet de la (re)découvrir, avec un plaisir renouvelé, quarante ans après sa parution.

3Les deux clefs de la théorie szarkowskienne se trouvent dans la référence (au début des remerciements) à John Kouwenhowen et dans l’avant-dernière phrase de l’introduction: «Comme tout organisme vivant, la photographie est née entière» («born whole» terme central que l’on aurait peut-être dû rendre par «née d’un bloc»). Kouwenhoven est un historien d’art américain qui a introduit dans les années 1940 le concept de «vernaculaire» pour expliquer la spécificité de l’art américain par ses rapports très proches avec l’artisanat et le fonctionnel. Une large part de la démonstration de cet ouvrage est précisément la présence centrale dans l’histoire du médium de photographies faites par des anonymes ou des non professionnels. Là résidait pour Szarkowski la richesse et l’originalité du médium, ce qui le conduira d’abord à collectionner et à montrer de nombreuses images provenant de circuits non professionnels, à “découvrir” des photographes qu’il qualifiait de «primitifs», comme O’Sullivan ou Lartigue, ou à promouvoir ceux qui, parmi les artistes, avaient le plus fortement intégré la notion même de vernaculaire. En premier lieu Walker Evans, qui, pour lui, était le développement ultime d’un primitivisme totalement conscient et maîtrisé, mais aussi Friedlander et Winogrand pour leur esthétique de l’instantané, et Eggleston pour ses travaux à partir d’un médium alors plutôt “amateur” qu’“artistique”: la couleur.

4Quant à l’idée que la photo était un objet né d’une pièce et qu’il appartenait aux photographes de se l’approprier pièce par pièce, c’est bien sûr une sorte d’auto-métaphore de la photographie elle-même (arrachée d’une pièce au monde) par rapport à la peinture (construite). Cela le conduisit souvent à déshistoriciser les images au profit de la photographie. Son historicité fut donc plutôt celle de la découverte que de l’invention et plutôt celle d’une temporalité spécifique que d’une histoire sociale des signes. En cela, il érigeait bien sûr l’image photographique en objet même de la photographie (attitude typiquement moderniste). Cela ne l’empêche pas, dans ce premier ouvrage, d’ouvrir le débat autour des deux plus belles questions de la pratique photographique: si le point de vue, le temps, et le cadrage (on aurait ici aussi préféré le «cadre» pour rendre le mot «frame») sont devenus un peu banals, «la chose [en elle-]même» et «le détail» restent encore aujourd’hui de magnifiques questions pour tout photographe.

5On le voit, les prémisses szarkowskiennes ont depuis été remises en cause (parfois par Szarkowski lui-même vers la fin de sa carrière) dans leur aspiration à l’universalité (par “photographie”, Szarkowski entend un type de photographie bien particulier), mais L’Œil du photographe  reste un grand moment de l’histoire de la photographie et surtout d’une histoire de la photographie respectueuse des photographes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Kempf, « John Szarkowski, L’Œil du photographe », Études photographiques, 21 | decembre 2007, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1603. consulté le 26 juillet 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle