Navigation – Plan du site

Une étape du déclin

La SFP pendant la Seconde Guerre mondiale
Françoise Denoyelle

Texte intégral

1Le 3 janvier 1939, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, en présence d'Albert Lebrun, président de la République, le duc de Gramont, président de la Société française de photographie et de cinématographie (SFPC1), Georges Potonniée, président du comité du centenaire, et Paul Valéry prononcent les discours célébrant l'anniversaire du premier siècle de la photographie 2(fig. 1. Allocution d'A. de Gramont pour la célébration du centenaire de la photographie à la Sorbonne. Assis à la tribune, Paul Valéry (3e à partir de la droite) ; en face, au premier rang des auditeurs, le président Albert Lebrun (2e à partir de la gauche), photographie SAFRA, 1939.). C'est la dernière manifestation d'envergure internationale organisée à l'initiative de la SFPC. Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne, et le 3 septembre, la France entre en guerre contre l'Allemagne. Accélérant la désorganisation d'une association à la gloire passée, le conflit mondial représente l'une des étapes d'un lent et irrésistible déclin, qui manifeste les profondes transformations du champ photographique depuis le début du XXe siècle.

L'entrée en guerre

2Malgré la multiplication des turbulences internationales depuis l'Anschluss, en mars 1938, les responsables de la Société sont surpris par l'entrée en guerre. Lors de sa réunion du 18 avril 1939, le conseil d'administration s'interroge bien sur les mesures à prendre “pour mettre les collections et archives de la SFPC à l'abri d'une destruction en cas d'hostilités3”.Demaria suggère de transporter en lieu sûr les documents les plus précieux, mais aucune décision n'est prise concernant l'ensemble des collections. Les menaces de conflit sont présentes à l'esprit des administrateurs: lors de la séance du 20 juin, alors que l'Union internationale des photographes amateurs demande à la Société de participer à la prochaine exposition qui se tiendra à Munich, ils répondent assez sèchement, et sans autre commentaire, “qu'il n'y a pas lieu de prendre part à cette manifestation”. Toutefois, pour l'essentiel, l'ordre du jour ne traduit que la routine des activités habituelles. Augmentation de la redevance versée aux sociétés affiliées, radiation de 43 membres n'ayant pas versé leur cotisation, prix de location des salles: la banalité des sujets traités semble être une manière d'exorciser le danger, [p. 87] de poursuivre une vie harmonieuse dans un univers préservé des joutes politiques par le rempart de la science et de la technique.

3Deux semaines après la mobilisation, le 12 septembre 1939, Armand de Gramont réunit le conseil pour faire le point. Selon Léopold Lobel, Auvillain, avant son départ aux armées, a procédé à la mise en lieu sûr des collections d'objets précieux, et fait transférer la bibliothèque dans les caves de l'immeuble. Le personnel de la SFPC est licencié, et le conseil se préoccupe de trouver à chacun un nouvel emploi. La conjoncture, au début de la guerre, soulève chez nombre de Français une vague d'interrogations mêlée d'inquiétude face à une situation confuse. La France “entre dans la guerre à reculons, les yeux tournés vers la paix4.” Les administrateurs n'échappent pas à cet état d'esprit et se quittent sur un: “Étant donné les circonstances, le conseil décide d'attendre les événements.” Sept mois s'écouleront avant qu'ils puissent à nouveau se réunir.

4Le 23 avril 1940, le duc de Gramont, de passage à Paris, organise une nouvelle réunion afin de prendre les mesures “propres à donner un regain d'activités” à la Société. Deux priorités s'imposent: faire rentrer l'argent; assurer la publication du Bulletin. Le paiement des cotisations, déjà problématique avant la guerre, est désorganisé et aléatoire. De nouvelles modalités sont décidées, qui exemptent notamment les mobilisés et, pour répondre aux difficultés économiques rencontrées par de nombreux adhérents, les laissent libres de payer tout ou partie de son montant. Quant au Bulletin, l'idée de faire paraître un ou deux numéros avant les vacances montre à quel point les membres du conseil évaluent mal la gravité de la situation et l'ampleur des difficultés qu'ils vont devoir affronter. Pour l'heure, ils veulent croire que la “drôle de guerre” débouchera sur la paix, et [p. 88] comptent bien participer au Congrès international de photographie qui doit se tenir à Rome en 1942. Édouard Belin promet de rédiger une communication sur la transmission des photo-télégrammes entre Buenos Aires et Paris et le conseil envisage sans sourciller d'“augmenter l'intérêt [des] réunions par la projection de films de guerre”.

5Le 10 mai 1940 commence l'offensive allemande. Le gouvernement quitte la capitale le 10 juin. Quatre jours plus tard, les troupes allemandes sont à Paris. Entre le 10 et le 14 juin, plus de deux millions de personnes désertent la région parisienne, et du 15 au 20 juin, au moins six millions de Français abandonnent leur domicile et sont jetés sur les routes. L'armistice est signé le 25 juin et, le 10 juillet, l'Assemblée nationale accorde les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. La SFPC, qui compte alors 751 membres, voit ses adhérents dispersés dans une France coupée en deux par la ligne de démarcation. Prisonniers de guerre, évacués, partis sans laisser d'adresse, les membres de la Société mettront beaucoup de temps à reprendre contact avec le 51 de la rue de Clichy.

6Après la débâcle, de Gramont et Auvillain tentent de remettre sur pied un embryon d'activité. Le conseil se réunit le 30 juillet et décide que “le secrétariat sera ouvert en permanence à partir du 1er août”, ce qui équivaut à une reprise officielle des activités. La réalité s'avère plus chaotique. Ingénieur chimiste, membre de la SFP depuis 1927 où il donne des cours de photographie depuis 1932, Robert Auvillain, mobilisé en 1939 et affecté à la section photographique de l'armée de l'air, rentre à Paris fin juillet 1940. C'est lui qui “assure la survie de la SFPC, dont l'existence est mise en danger en cette période trouble5”. La volonté de faire redémarrer la machine est patente: le salon d'art photographique qui aurait dû avoir lieu en octobre 1939 sera organisé “dès que possible”. “Dès que possible”, le Bulletin devra reparaître. “Dès novembre”, Auvillain reprendra ses cours. Des obstacles en tous genres apparaissent, mais ils sont perçus comme des ennuis passagers (“ Les circonstances rendant impossibles momentanément les séances du soir, les réunions auront lieu le dimanche”). Après la réunion du 30 juillet, Auvillain se retrouve seul dans son bureau de la rue de Clichy. Sur les tables sont encore disposées les photographies envoyées du monde entier pour le salon de photographie de 1939. Les collections sont restées dans les caves ­ contrairement aux affirmations de Lobel, rien n'a été mis en caisse.

7Le 8 octobre 1940, le conseil prend enfin la mesure de l'ampleur des difficultés et des contraintes nouvelles occasionnées par l'occupation. Neuf membres sont morts, dont Mattey et Fardel, beaucoup, comme Demaria, n'ont pas reçu la convocation qui leur a été adressée. Surtout, les autorités tardent à répondre aux démarches entreprises pour organiser les séances et les cours: l'ordonnance du 9 septembre réglemente (ce qui revient à interdire) la projection de films dans les clubs et les associations. Toute forme de réunion est soumise à autorisation, mais les demandes restent sans réponse ou se voient opposer une fin de non-recevoir. Suite à une demande d'autorisation [p. 89] déposée en novembre 1940 et restée sans suite, deux nouveaux dossiers sont soumis en février 1941 au préfet de police et au chef de l'administration allemande. L'autorisation ne sera finalement accordée qu'en mai 19416. Le 28 juin, devant une assistance nombreuse, la SFPC reprend officiellement et pour la première fois depuis le 1er septembre 1939 ses activités publiques. Privée de Bulletin, la Société ne peut reprendre contact avec l'ensemble de ses membres. Paul Montel, dans Photo-Cinéma7, fait état de la réunion mais, dès le mois de décembre, refuse de faire paraître le programme, faute de place8. Quoique l'ancien président de la Société, Louis Lumière, se voie accorder le grand cordon de la Légion d'honneur en 1941 des mains du maréchal Pétain, on constate que la SFPC ne bénéficie plus d'aucun d'appui influent.

Les difficultés financières

8La guerre survient alors que les difficultés assaillent la Société. Acquis en 1904, l'immeuble du 51, rue de Clichy (fig. 2. L'hôtel de la rue de Clichy dans les années 1910.), s'est révélé être une charge particulièrement lourde. Dès 1928, le montant des travaux nécessaires à son entretien s'élève à 100 000 francs, soit l'équivalent de presque deux années de cotisations. La Société immobilière photographique (SIP), filiale de la SFP créée en 1904 pour gérer l'immeuble et encaisser les loyers9, doit se procurer cette somme par le biais d'un emprunt hypothécaire avec amortissement en trente ans. Loin de régler les problèmes de fonctionnement, cet emprunt sera l'une des causes du déficit de 49000 francs constaté en 1931, alors que les conséquences de la crise de 1929 ont affaibli les finances de la Société et provoquent des dissensions au sein du conseil d'administration quant à la conduite à tenir pour résorber le déficit. Lors de la séance du 12 juin 1931, alors que le président Paul Heilbronner “est surpris d'apprendre la situation critique dont il vient d'être rendu compte”, M.de la Valette constate que “le fonctionnement de notre Société donne lieu à deux ambiances très différentes: l'une toute scientifique, artistique et technique, où la Société évolue sous la haute et savante direction de son président, l'autre toute financière et administrative où le président du conseil d'administration assume la charge de veiller aux affaires et aux intérêts matériels de la Société.” La dichotomie structurelle des institutions de la SFPC révèle les faiblesses d'une organisation séparant un président d'honneur, toujours membre de l'Institut, et le président du conseil.Tant que la Société a joui de revenus confortables nécessaires à des activités de haut niveau, le partage des honneurs, des charges et des responsabilités s'est opéré de façon satisfaisante, mais, avec les difficultés, les antagonismes se manifestent au-delà d'une courtoisie de bon aloi.

9En 1931, Paul Gaumont propose de se séparer de l'immeuble, par cession d'une partie de ses actions10. L'offre faite à la compagnie d'assurance La Séquanaise, dont les locaux sont mitoyens, est refusée et l'affaire provisoirement classée. Dès cette époque, la Société traverse une crise financière grave. Les 1065 adhérents de décembre 1931 ne sont plus que 958 en mars 1932. Seuls 200 d'entre eux ont réglé leur cotisation, [p. 90] 100 en sont exemptés, 658 sont en retard. Beaucoup ne paieront pas. Descendu à 734 en 1934, le nombre des sociétaires s'établit à 707 membres au 1er janvier 1939. Si l'effectif officiel reste à peu près stable pendant la durée du conflit, c'est en partie à cause de la récupération des adhésions des membres du Club 24 x 36 et du Stéréo-club de Paris, qui n'ont pu obtenir l'autorisation de se réunir, en partie parce que le conseil diffère l'enregistrement des démissions et des radiations. En 1942, sur 778 adhérents répertoriés, seuls 532 ont payé leur cotisation, 219 sont en zone libre ou partis sans laisser d'adresse, 10 sont prisonniers de guerre. Si l'on y ajoute la dévaluation du franc, ainsi que l'impossibilité d'augmenter le montant des cotisations faute de pouvoir réunir une assemblée générale à cet effet11, on constate le tarissement de cette ressource par rapport au budget global de la SFPC.

10À la date du 1er avril 1940, son déficit s'élève à 40000 francs. Pendant toute la durée du conflit, les administrateurs attendent de la réalisation du legs Monpillard la solution de leurs problèmes financiers. Membre éminent de la Société, spécialiste de microphotographie, Fernand Monpillard, décédé en 1937, a légué sa fortune à la SFPC. Mais les lenteurs administratives de l'enregistrement de cette libéralité font qu'à la veille de la guerre, rien n'est encore réglé. L'occupation compliquant encore les transactions immobilières, l'association n'est même pas en mesure d'évaluer les sommes qui lui reviennent, alors que l'argent lui fait cruellement défaut: il faudra attendre novembre 1945 pour voir la réalisation du legs, soit 242139 francs. Dans l'intervalle, afin de percevoir la taxe d'apprentissage et des subventions des chambres syndicales de la photographie, la Société demande au service de l'artisanat, au ministère de la Production industrielle et du Travail, l'autorisation d'organiser des cours de perfectionnement pour les techniciens, artisans et ouvriers des industries photographiques. La réponse est favorable, mais ne se traduit pas par [p. 91] des retombée financières importantes. L'association fait alors appel à ses membres influents dans la profession pour récolter des fonds. Le duc de Gramont, pour l'Optique de précision, M. Lair, pour Kodak-Pathé, et M. Trarieux, pour Lumière, rassemblent 30000 francs. En 1941, le déficit s'est encore alourdi, et s'élève à 50000 francs. Cette fois, la Société fait appel à l'ensemble des industriels et commerçants de la photographie et du cinéma. La souscription recueille 57000 francs12. Mais les problèmes subsistent: en décembre 1942, une nouvelle demande d'aide permet de récolter 75000 francs ­ montant insuffisant puisque l'exercice de 1943 se soldera par un déficit de 44000 francs. En février 1944, le comité d'organisation de l'optique et des industries de précision et l'Académie des sciences (section Laussedat), attribuent chacun 20000 francs, complétés par un don de 25000 francs de Kodak-Pathé. C'est donc essentiellement grâce au soutien de la profession, sous l'impulsion du duc de Gramont, que la SFPC a pu faire face à ses obligations pendant la durée du conflit.

11Paradoxalement, la guerre a pour effet de suspendre certains des problèmes les plus urgents. Les travaux à effectuer dans l'immeuble devenu vétuste, différés faute d'argent, ne sont plus à l'ordre du jour, puisque la Société n'a pratiquement plus d'activités. La suppression du Bulletin, à partir d'août 1940, constitue objectivement une autre économie notable. L'interruption, faute d'autorisation administrative, de la publication de l'organe essentiel de la Société, régulièrement assurée depuis 1855, n'est certes pas admise de gaieté de coeur. En juin 1941, le conseil enregistre à nouveau le refus des autorités d'accorder une autorisation de publication, et décide la diffusion d'un calendrier mensuel ronéotypé, sous le titre de Petite chronique mensuelle. Au même moment, la Fédération française des sociétés de physique 13octroie à la SFPC une subvention de 1000 francs pour l'édition de son Bulletin mais, lors de sa séance du 10 février 1942, le conseil doit encore une fois constater qu'en raison de la pénurie de papier et faute d'autorisation, aucune publication n'est possible. De nouvelles démarches entreprises en octobre 1943 restent pareillement sans écho. Le 3 novembre 1944, après la libération de Paris, une demande d'autorisation est effectuée auprès du ministère de l'Information, mais aucune publication scientifique ne reçoit l'autorisation de paraître. Ce n'est qu'en 1947 qu'un mince Bulletin trimestriel revoit le jour, l'espace de trois numéros. En juin 1948, l'ancienne Petite chronique mensuelle devient Chronique mensuelle, et fait dès lors office de bulletin. Ce n'est qu'en mai 1951, après une interruption de douze ans, que reparaît le Bulletin de la SFPC. Faute de moyens, son contenu s'est considérablement appauvri, accueillant la plupart du temps un calendrier, complété de comptes rendus succincts d'expositions et de manifestations ainsi que de notices nécrologiques.

Les activités de la Société

12Dès la fin des années 1920, la SFPC avait commencé à perdre de son influence et de son prestige. Le Salon international d'art photographique de 1932 est le dernier à voir la publication d'un luxueux catalogue de 48 planches [p. 92] en héliographie14. Certes, le président Albert Lebrun a inauguré le salon, mais les visiteurs, moins nombreux, ont boudé la publication. 760 albums sur les 1000 édités restent invendus, et le déficit s'élève à 8000 francs. Le prix élevé de l'ouvrage ne peut à lui seul expliquer cet échec. À la même époque, les albums Photographie, édités par les Arts et Métiers graphiques, sont encore plus chers et connaissent pourtant un franc succès. Reflet de la Nouvelle Photographie, ils séduisent les amateurs éclairés et les spécialistes, et rendent un peu plus obsolète la photographie pictorialiste défendue par la SFPC. Une “Étude publicitaire” de Laure Albin-Guillot, d'ailleurs assez médiocre, et une composition sans grand intérêt de Sougez 15(fig. 3. E. Sougez, “Les œufs dans la paille”, épreuve publiée dans le catalogue du Salon de 1932.), ne peuvent occulter la banalité voire la mièvrerie de “Mother and child” de Bernhard Metzger (fig. 4. B. Metzger, “Mother and child”, épreuve publiée dans le catalogue

13du Salon de 1932.) ou de “Follow me” d'Ellis Dudgeon. Le conseil d'administration n'analyse pas les raisons de cet échec. La Société s'enfonce dans une crise d'identité accompagnée de graves difficultés financières, mais aucune mesure sérieuse n'est envisagée, aucun débat de fond engagé. Lorsqu'en 1936, l'Union centrale des arts décoratifs organise l'Exposition internationale de la photographie contemporaine, elle ne fait appel à la Société que pour des aspects d'ordre historique. Hormis Laure Albin-Guillot, Emmanuel Sougez et François Tueffert, aucun photographe de la modernité n'appartient à la SFPC. Non sans malice, Germaine Krull aimait à rappeler qu'à son arrivée à Paris, elle était allée montrer ses “Fers” à la Société et qu'on lui avait expliqué qu'il fallait apprendre à tenir son appareil droit.

14Dans ce contexte, l'irruption du conflit mondial ne pouvait qu'accentuer la marginalisation de l'association. En novembre 1940, la poignée de responsables présents à Paris essaie tant bien que mal d'envisager un retour progressif à ses activités coutumières: cours, conférences, communications scientifiques, réunion générales des membres des différentes sections16, expositions, mise à disposition de la bibliothèque aux adhérents. Les entraves de l'administration française, les restrictions dues à l'occupation allemande, le manque de [p. 93] disponibilité des dirigeants et des membres de la Société rendent difficile voire impossible de reprendre l'ensemble des activités. Quelques cours de photographie sont donnés ce même mois, mais aucune réunion ne peut avoir lieu avant juin 1941. Pour retisser des liens entre l'association et ses adhérents, un concours interne est organisé. Le jury, constitué du duc de Gramont et d'Emmanuel Sougez, propose comme sujets les scènes d'intérieur et les natures mortes, pour se conformer aux interdictions de l'ordonnance du 16 septembre 1940 concernant la photographie en plein air17. Des obstacles de tous ordres font reporter la date de fin d'envoi des épreuves à octobre 1941. Les séances générales commencées en juin sont interrompues en novembre faute de charbon pour chauffer la salle. Une nouvelle réunion se tient cependant en décembre, mais la difficulté des contacts, en l'absence du Bulletin, maintient les activités à un niveau minimal. En janvier 1942, la Société répond favorablement à une demande de conférences sur des sujets photographiques, émanant du secrétariat d'État à l'Éducation nationale, pour les centres de jeunesse de la région parisienne18. En 1943, de Santeul, malade, réduit ses activités à la SFPC, et Sougez est pressenti comme président de la section d'art photographique. Il réforme l'année suivante son règlement, la rendant plus élitiste. Le 11 septembre 1943, le docteur Pizon, assisté de R. Beaulieu, crée la section technique. Elle a pour but d'exposer les divers procédés photographiques appliqués aux recherches scientifiques. Quant à la section des petits formats, elle se réunit deux fois par mois à partir de septembre 1941, sous la direction de Fernand Obaton. Le Club 24 x 36 est associé aux activités de la section, pour tourner l'interdiction de réunion décrétée à son encontre. Peu à peu, les séances générales reprennent l'après-midi, en raison du couvre-feu. La Société s'achemine vers l'organisation de cours, au détriment des communications scientifiques alors impossibles. En novembre 1944, seules trois sections se maintiennent: section scientifique, d'art photographique et de stéréoscopie. C'est donc la photographie qui permet à la Société de perdurer pendant les années d'occupation. Le cinéma, en revanche, s'avère source de difficultés et de complications importantes.

15Dès septembre 1940, il est interdit de produire des films d'amateur et de les projeter dans les clubs et des associations. Le 15 mai 1941, l'ensemble des activités du cinéma d'amateur est rattaché au Comité d'organisation de l'industrie cinématographique (COIC). Acher, président de la section cinéma d'amateur de la SFPC, doit lui faire parvenir la liste des membres et stipuler que le matériel des studios et celui de projection ne sont pas la propriété de la Société, mais sont mis à sa disposition. Le 8 décembre 1942, la demande est renouvelée pour la seule projection des films. L'autorisation est enfin accordée en janvier 1943: des films peuvent être projetés, à condition que leur sujet soit d'ordre technique et scientifique et qu'ils soient préalablement soumis à la censure. En décembre 1943, les membres du conseil dissertent sur la reprise de la section cinéma amateur et laissent entendre que des interventions [p. 94] accélèrent la prise en compte de leur dossier. Ces tractations se confirment lors de la séance du 8 février 1944, où sont simultanément annoncées l'autorisation de remettre en activité la section de cinéma d'amateur et l'attribution d'un don de 65000 francs de la profession permettant son fonctionnement19. Pourtant, en novembre 1944 la section n'a toujours pas redémarré. Ses activités ont donc été suspendues pendant toute la période de la guerre.

16Reste la sauvegarde du patrimoine de la Société. Mis à part plusieurs correspondances qui font état de l'intérêt des administrateurs pour les monuments consacrés aux pionniers de la photographie20, les comptes rendus du conseil entre 1939 et 1945 n'évoquent quasiment jamais la question. La dernière allusion date du 8 octobre 1940 (“ M. Clair demande que les collections restent dans les caves, les risques de bombardement étant à craindre”). Il faut noter qu'à cette époque, l'intérêt patrimonial du fonds ne se confond pas avec une valeur marchande, et que le souci de conservation, s'il existe, est loin de correspondre aux préoccupations actuelles21. Aucun document ne permet par ailleurs d'affirmer que les autorités d'occupation se sont intéressées à ce patrimoine.

17Pendant toute la guerre, la Société a sauvegardé son identité en maintenant un minimum d'activités. Aucune allusion ni prise de position n'est faite par rapport au gouvernement de Vichy. Probablement traversée par des courants de pensée très divers22, la SFPC a su conserver une stricte neutralité. Sa culture et sa tradition la maintiennent dans les seuls débats d'ordre scientifique et artistique. Son manque de coopération avec les institutions explique partiellement ses difficultés. Son président, [p. 95] le duc de Gramont, dont la société, l'Optique de précision, travaille pour les Allemands, mais qui prépare en secret le Foca, a sans nul doute d'autres préoccupations que la vie de l'association. Quant à Sougez, il ne semble pas non plus avoir favorisé l'activité de la Société, trop occupé lui aussi par le service photographique de L'Illustration.

La vente du 51, rue de Clichy

18Au lendemain de la guerre, les problèmes s'imposent avec d'autant plus d'acuité qu'ils ont été estompés pendant cinq ans. Malgré la régularisation des activités, la réalisation du legs Monpillard et de nouvelles adhésions, la situation financière de la SFPC reste plus que précaire. Alors qu'il devient patent que l'association ne bénéficie plus de son prestige passé (“ Notre Société est ignorée en haut lieu. M. Baron a reçu une communication téléphonique de la section des relations culturelles internationales du ministère des Affaires étrangères demandant ce qu'était cette compagnie française de photographie23”), des antagonismes entre les dirigeants apparaissent au grand jour. Le 14 mars 1946, pour la première fois, les membres du conseil d'administration ont à départager deux candidats à sa présidence: Édouard Belin et Léopold Lobel ­ avant que ce dernier ne retire finalement sa candidature. Un différend opposant Baron et Potonniée à propos de l'organisation d'un congrès de l'Union des sociétés photographiques de France se solde par la démission de Potonniée en octobre 1946.

19Les séances générales comme le Bulletin sont d'excellents révélateurs du déclin de la Société. Programmées chaque mois, les séances générales étaient le lieu privilégié des communications importantes éditées dans le Bulletin. Mais d'année en année, ces séances se font plus rares et le conseil d'administration est amené à improviser des programmes que ne sont plus en mesure de lui fournir les sections, dont l'activité ne s'est pas redynamisée après la guerre. Responsable du Bulletin, Auvillain ne peut dans ces conditions qu'éditer une bien piètre plaquette, dont les articles sans grand intérêt sont encore dévalués par “l'aspect austère et vieillot de la présentation qui ne correspond pas au goût du jour24”.

20En octobre 1947, le conseil décide de vendre l'immeuble sur rue, mal géré, pas entretenu, dont les travaux de réfection s'élèvent à plus d'un million de francs. Décision qui ne vaut pas effet: aucune condition statutaire n'est remplie (il n'y a même plus de bureau du conseil d'administration de la SIP, seule propriétaire de l'immeuble). Des projets plus ou moins grandioses sont évoqués pour transformer la grande salle, alors que la situation financière est de plus en plus alarmante. En juin 1948, il n'y a plus que 38000 francs en caisse et les factures à régler s'élèvent à 165000 francs. 375000 francs de cotisations restent à encaisser, mais personne ne s'interroge sur les causes de la mauvaise rentrée des adhésions. Auvillain suggère de transformer l'hôtel de la SFPC en Maison de la photographie. Le projet est assez léonin: il s'agit d'octroyer quelques salles aux chambres syndicales et aux groupements photographiques, moyennant quoi ils prendront en charge les travaux et l'entretien de l'immeuble. Évoqué en octobre 1948, [p. 96] le projet est adopté à l'unanimité en novembre alors qu'il est à peine ébauché. En mars 1949, il faut pourtant se rendre à l'évidence: “La proposition n'a pas connu un grand entrain. L'opération n'est qu'un replâtrage et la rue de Clichy n'est déjà plus au centre.”

21Alors qu'à Rochester est inaugurée le 9 novembre 1949 la George Eastman House, le projet de Maison de la photographie est abandonné. En octobre 1951, Baron brosse un tableau plutôt sombre de la situation: “Suite aux démissions, le nombre des sociétaires diminue d'une manière inquiétante, et parmi ceux qui restent et malgré des rappels successifs, beaucoup n'ont pas encore payé […]. Bientôt, on ne pourra plus payer même le personnel.” Trarieux propose de revenir au projet voté en octobre 1947: la vente de l'immeuble sur rue et de nouveaux aménagements dans l'hôtel. Comme les conditions élémentaires de sécurité ne sont plus remplies, le 13 mars 1952, le conseil décide la fermeture du grand atelier. Le mois suivant, les compteurs électriques doivent être déposés pour éviter les courts-circuits. Avec un déficit de près de 300 000 francs, la Société n'est pas en mesure de mettre en conformité le circuit électrique ni de refaire la toiture. Face à des travaux de l'ordre de dix millions de francs, le conseil décide pour la première fois de vendre l'ensemble des immeubles et de déménager momentanément à la Maison de la chimie. Le transfert a lieu le 10 novembre 1952. Le 11 décembre 1953, la SIP se réunit enfin pour voter la vente des immeubles25. Le 29 décembre 1954, la SFPC achète au 9, rue Montalembert un local de 110 m2 avec un sous-sol.

22En 1948, Auvillain présente au conseil un rapport détaillé sur les orientations récentes de la Société: “À une période encore récente, la SFPC comptait parmi ses membres tous ceux qui [p. 97] consacraient leur activité à la science, à la technique ou à l'art et tous les savants, techniciens ou artistes avaient à coeur de communiquer à leurs collègues par priorité le résultat de leurs travaux. Il n'en est plus de même de nos jours où un grand nombre d'auteurs de recherches ou d'inventions nouvelles semblent ignorer complètement l'existence de notre Société, et adressent leurs communications à d'autres organismes mieux adaptés, s'ils n'informent pas directement le public par voie de presse […]. Plus l'utilisation de la photographie s'étend, plus restreint est le rôle de la SFPC, qui n'est même plus à même d'informer ses membres. La publication du Bulletin est supprimée, les publications françaises et étrangères ne parviennent plus à notre bibliothèque, laquelle ne contient plus que des ouvrages anciens ou désuets. Il n'est jamais question dans nos séances générales de l'évolution de l'art photographique, et pourtant de nombreuses expositions sont organisées par des artistes réputés dont il serait vain de rechercher les noms sur la liste des membres26” Quoique ce bilan soit accompagné de nombreux exemples et suivi d'une série de mesures propres à redresser la situation, le compte rendu de la réunion stipule simplement: “Le conseil ne donne pas suite à cette proposition.”

23Les salons internationaux d'art photographique, eux aussi, témoignent d'un bilan peu encourageant. Les envois se raréfient: alors qu'ils étaient environ 2000 avant guerre, on ne compte que 30 Français sur un total de 132 en juin 1948. En 1951, aucun officiel ne vient inaugurer le salon. Amorcé avant la guerre, à la fois différé et accentué pendant l'Occupation, le déclin devient évident dans les années 1950. Gestionnaires peu compétents, les présidents successifs n'ont pas été secondés par le conseil d'administration, dont les membres se renouvellent peu. Les orientations passéistes en matière d'art n'ont pas permis de redonner un second souffle à la Société. Coupée des milieux d'avant-garde, elle ne s'est pas mieux insérée dans les courants humanistes de l'après-guerre. Le groupe des XV, tout comme le Salon national de photographie organisé par la Bibliothèque nationale dès 1946, laissent à l'écart la SFPC, en proie à des dissensions internes et à des problèmes financiers insurmontables. [p. 98]

24Françoise Denoyelle est maître de conférences à l'université Lille I et professeur d'histoire de la photographie à l'école Louis-Lumière. Elle a publié récemment La Lumière de Paris (2 vol., Paris, éd. L'Harmattan, 1997). [p. 99]

Notes

1 La SFP prend en 1929 le titre de Société française de photographie et de cinématographie. Le retour à l'ancienne dénomination s'effectuera en 1955.
2 Cf. Bulletin de la SFPC, 4e série, t. I, n°3, mars 1939.
3 Sauf mention contraire, les extraits cités sont reproduits des comptes rendus manuscrits des séances du conseil d'administration de la SFPC (CRCA, archives de la SFP), aux dates signalées dans le texte.
4 Selon l'expression citée par le général Beaufre, Le Drame de 1940, Paris, Plon, 1965, p. 199.
5 Jean Vivié, “In memoriam”, Bulletin de la SFP, janvier 1971, p. 2.
6 Autorisation n° 558 en date du 5 mai 1941, CRCA, 10 juin 1941.
7 Un très court article de onze lignes fait état de la réunion et annonce un compte rendu dans le numéro suivant. “Réouverture de la Société française de photographie et de cinématographie” donne quelques informations supplémentaires.
8 CRCA, 2 décembre 1941, p.161. La séance du 13 janvier 1942 fera état du même refus de publication du programme de la SFPC en raison du contingentement du papier. Il est à noter que P. Montel ouvrait en revanche très largement ses colonnes aux syndicats de photographes et au Comité national provisoire d'organisation de la photographie professionnelle dans Le Photographe.
9 Le capital de la SIP s'élève en 1938 à 250000 F, réparti sous forme de 250 actions dont 180 sont détenues par la SFPC, les autres par divers membres (Auvillain, Belin, Demaria, etc.) et des représentants de la profession (Fleury-Hermagis). Ses administrateurs sont membres de la SFPC. Celle-ci loue à la SIP ses locaux et reçoit, sous forme de dividendes, les loyers des commerces et appartements qu'elle n'occupe pas.
10 “M. Gaumont demande au conseil de l'autoriser à chercher une combinaison qui, par la cession de 140 actions de la SFP, lui assurerait pendant 50 à 99 ans la jouissance de l'hôtel et la disposition d'une annuité de 100000 F”, CRCA, 16 octobre 1931, p. 368.
11 Les statuts de la SFP lui font obligation de convoquer une assemblée générale extraordinaire pour procéder à la révision du montant des cotisations (fixé à 100 F depuis 1932). Or, la loi du 5 février 1941 interdit aux associations reconnues d'utilité publique de procéder à de telles réunions, en raison des difficultés de communication entre les deux zones. Pour la même raison, le conseil d'administration en place à cette date (président: duc de Gramont, vice-présidents: Belin, Potonniée, de Santeul, secrétaire général: Hachette, trésorier: Grieshaber) ne pourra être modifié jusqu'à la fin de la guerre, en dépit de quelques défections.
12 Les souscripteurs sont: Kodak-Pathé, Lumière, Guilleminot-Boesflug, Optique de précision de Levallois, Agfa-Photo, Ikonta, Cie Centrale Rousselot, Torchon-Lepage, Parra-Mantois, Debrie, L'Illustration, Pathé-Baby, Photo-Rep, Consortium-Photo, Delhumeau, As de Trèfle, Cliché Union, Harcourt, Plocq, Montel, Optica & Crumière.
13 Organisme mis en place par le gouvernement dans le cadre de la réorganisation de l'industrie et du commerce.
14 XXVIIe Salon international d'art photographique de Paris, Paris, SFPC, 1932.
15 Selon les termes du texte de présentation de Charles de Favernay, ces épreuves elles-mêmes semblent plus tolérées que revendiquées: “Mme Albin-Guillot s'est engagée dans la voie publicitaire. Nous avons d'elle en mémoire de si gracieuses compositions! Très éloigné de l'horizon qui nous est cher, M.Sougez, exécutant supérieur, nous fait voir “Les oeufs dans la paille” et des spirales de copeaux avec leurs moindres linéaments”, ibid., p. X.
16 En 1939, la SFPC comprend neuf sections: art photographique, atelier, cinéma d'amateur, couleur et stéréoscopie, d'excursions et de perfectionnement, section Laussedat, petit format, procédés mécaniques, section scientifique.
17 Cette ordonnance est modifiée le 18 décembre 1942 (ordonnance du Militärbefehlshaber in Frankreich, qui augmente les sanctions en cas d'infraction). La loi du 5 novembre 1943 reprend l'ensemble des dispositions concernant l'interdiction de photographier en plein air pour les Français. Elle sera abrogée par l'ordonnance du 8 décembre 1944.
18 Les chantiers de la jeunesse sont institués le 30 juillet 1940. Voir à ce sujet: “La photographie et les camps de jeunesse”, Photo-Cinéma, janvier 1941, p. 2.
19 Lumière offre 3 000 F, Bauchet 2000 F, Pathé-Baby 1000 F, et Tiranty 500 F (CRCA, 8 février 1944).
20 Dès octobre 1944, le conseil dresse un premier bilan après enquête auprès des maires des communes concernées. Le buste de bronze de Daguerre à Cormeilles-en-Parisis a été enlevé le 12 mai 1942. La Société signale qu'elle possède un buste de Daguerre qui pourrait servir de modèle pour la remise en place du monument disparu. Le maire de Bry-sur-Marne répond que le monument et le tombeau n'ont pas souffert et que le Diorama est toujours entreposé dans l'église, sans avoir été restauré. La statue de Niépce, à Chalon-sur-Saône, a été déboulonnée par les Allemands et se trouve à l'abri dans les ateliers de la ville. À Calais, le buste de Poitevin a été récupéré par le Groupement d'importation et de répartition des métaux. La mairie prévoit son remplacement par un buste de pierre dès qu'elle trouvera un financement. La SFPC possède une réplique en plâtre du buste qu'elle met à disposition de la ville. Enfin la mairie de Breteuil-sur Noye (Oise) ne répond pas au sujet de la statue d'Hippolyte Bayard.
21 Le compte rendu de la séance du 9 janvier 1941 témoigne de l'état d'esprit qui règne à cette époque: “M. Potonniée signale que diverses épreuves offertes autrefois par Ducos du Hauron à la Société manquent dans les collections et que, d'après les indications que lui a fournies Ducos du Hauron, certaines de ces épreuves se trouvaient entre les mains de M. Vidal au moment où il faisait un cours à l'École des arts décoratifs et avaient sans doute été emportées par lui.”
22 Le Bulletin de janvier-mars 1947 fait par exemple état de l'engagement dans la résistance des fils de Vanparys, membre de la section d'art photographique.
23 CRCA, 7 octobre 1946, p. 66.
24 CRCA, 10 avril 1947, p. 78.
25 Le futur acheteur, La Séquanaise, est entré dans le conseil d'administration de la SIP avant la vente. Les immeubles sont estimés à 20 millions de F (procès-verbal de l'assemblée générale extraordinaire de la SIP, archives de Paris). La SFPC, détentrice de 188 actions, reçoit dès octobre 1953 18,8 millions de la Séquanaise. Le 9 de la rue Montalembert est acheté pour 6,6 millions et 3 millions de travaux sont à entreprendre.
26 CRCA, 18 novembre 1948, p. 112.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Denoyelle, « Une étape du déclin », Études photographiques, 4 | Mai 1998, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://etudesphotographiques.revues.org/159. consulté le 24 mars 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques