Navigation – Plan du site

Graham Smith, “Light that Dances in the Mind”. Photographs and Memory in the Writings of E.M. Forster and his Contemporaries

François Brunet
Référence(s) :

Oxford, Peter Lang, “Cultural Interactions”, vol. 2, 2007, 257 p., 21 ill. coul., bibl., ind., £34.

Texte intégral

1Dans le foisonnement toujours croissant d’études consacrées aux rapports entre littérature et photographie, ce livre se distingue par un choix de corpus plutôt pointu et un point de vue à la fois original et modeste. Historien de l’art et de la photographie (il est le rédacteur en chef de la revue History of Photography) doué d’un fort penchant littéraire, Graham Smith aborde le rapport littérature / photographie à partir de l’un de ses hauts lieux – la fiction moderniste –, mais en y cherchant plutôt le terrain d’une expérience photographique qu’un laboratoire de formes littéraires. L’étude est focalisée autour du romancier anglais E.M. Forster, surtout connu en France pour les adaptations au cinéma de ses romans Howard’s End (1910) et A Passage to India (1924). La première partie, consacrée à l’analyse des multiples affleurements de la photographie dans la vie et l’œuvre de Forster, s’ouvre par un chapitre panoramique qui articule de façon suggestive le tropisme photographique du romancier et de ses contemporains au processus de popularisation de la photographie, incarné par le Kodak et sa banalisation dans l’expérience et le langage communs. Suivent une étude de la réflexion critique qui conduisit Forster à se démarquer de romanciers plus populaires (comme H. G. Wells ou S. Lewis) en qui il voyait les représentants d’une “esthétique du snapshot”, puis plusieurs chapitres consacrés à une série de scènes, disséminées dans les romans de Forster, dominées par des rencontres entre personnages et images photographiques – le plus souvent “imaginaires”. La deuxième partie se compose de quatre études sur quatre monuments modernistes – Henry James, Marcel Proust, Virginia Woolf, James Joyce – qui, sur fond d’excellentes synthèses sur les liens biographiques et littéraires de ces auteurs avec photographies et photographes, confirment chez chacun d’entre eux toute l’importance de cette expérience de la photographie.

2Cette importance avait souvent été indiquée et même étudiée – surtout par des monographies – sans que ni la spécificité ni l’unité du moment moderniste ne soient vraiment examinées à fond. Or, si la relative modestie du corpus choisi par Smith tranche avec les visions plus panoramiques d’autres auteurs, ce rétrécissement du sujet s’accompagne d’un double et salutaire élargissement du point de vue. À la différence notable de Nancy Armstrong, Jennifer Green-Lewis ou Helen Groth, Graham Smith choisit de dépasser les frontières nationales qui encadrent encore trop fréquemment la réflexion littéraire sur la photographie, en Grande-Bretagne mais aussi en France. Si l’on peut regretter la place trop réduite de l’Allemagne dans ce paysage moderniste (Thomas Mann ou Franz Kafka ne sont que brièvement évoqués), on doit se féliciter que Proust et James, les deux principaux non-Britanniques du corpus, se trouvent ainsi rapprochés d’un ancrage et d’une postérité anglais, ou anglo-irlandais, aussi pertinents et même considérables pour l’un que pour l’autre. De plus, là où quantité d’études récentes ont défendu une lecture “épistémologisante” ou communicationnelle du lien littérature / photographie, érigeant les protocoles ou le régime sémiotique de la photographie en modèles “transmédiaux”, Smith adopte une approche plus “externaliste”, plus pratique, voire sociale, en s’intéressant plutôt aux événements, tant biographiques que fictionnels. C’est ainsi, en particulier, que la popularisation de la photographie vers 1900 est présentée dans le prologue, de manière très juste, comme le terrain d’une expérimentation moderniste caractérisée non seulement par la présence mais aussi par la pratique de la photographie – et la représentation de cette pratique – chez les écrivains considérés (en particulier Virginia Woolf). Ce propos peut sembler modeste, et Smith ne craint pas, d’ailleurs, d’avouer sa perplexité devant certaines énigmes herméneutiques, chez le James Joyce de Finnegans Wake par exemple. Il n’empêche pas son auteur, cependant, de dégager des régularités d’ordre formel, la plus importante étant la tendance partagée par tous les auteurs considérés à insérer dans leurs récits des “photographies imaginaires” qui, le plus généralement, servent à interroger non pas un rapport à la réalité mais un régime de mémoire. Cette critique (ou cette esthétique) de la mémoire, qui unit un Forster au “modèle” proustien, apparaît comme un trait moderniste par excellence, qui s’oppose au roman réaliste plus populaire. Elle relie du même coup le corpus ainsi mis en lumière par Graham Smith aux exégèses plus tardives et plus connues de Walter Benjamin, Susan Sontag ou Roland Barthes, ici remarquablement recontextualisées. On peut ainsi saluer dans ce livre un travail original et rigoureux d’historien de la photographie sur un domaine jusqu’ici livré le plus souvent à des analyses plus étroitement littéraires.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Graham Smith, “Light that Dances in the Mind”. Photographs and Memory in the Writings of E.M. Forster and his Contemporaries », Études photographiques, 22 | septembre 2008, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1513. consulté le 30 mars 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle