Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

Droit de réponse au compte-rendu par M. Poivert de La Photographie (2005) d’André Rouillé.

Texte intégral

1Dans le numéro 17 (novembre 2005) d’Études photographiques, Michel Poivert a rendu compte de mon essai La Photographie, entre document et art contemporain paru chez Gallimard en janvier 2005. Le point de vue se veut critique. Ce qui est évidemment légitime, d’autant plus que la critique peut être stimulante pour la réflexion et le débat. Mais à la condition d’être talentueuse, vive et généreuse, de viser juste et d’aller au cœur des enjeux et du propos de l’ouvrage. Autant de conditions qui font malheureusement défaut au texte de Michel Poivert.

2Son papier fielleux s’embourbe dans l’évocation de fausses continuités avec mes travaux antérieurs, dans de tatillonnes mentions d’oublis supposés de tel livre (alors que 400 sont cités) ou de tel artiste décrété incontournable (sans dire que près de 500 sont mobilisés). Bref, l’enseignant peine à jouer au critique. Un essai n’est pas un mémoire de maîtrise !

3En réalité, son propos est ailleurs: disqualifier. Qu’il suffise pour s’en convaincre de rappeler ici sa conclusion : «À l’issue de la lecture de ce long texte qui ne peut jouer le rôle de manuel (le plus modeste, mais clairement présenté, La Photographie dans l’art contemporain de Charlotte Cotton chez Thames et Hudson sera bien plus utile aux étudiants), on se dit que l’édition française en matière d’histoire de la photographie peine encore à distinguer les véritables enjeux.»

4On a les conclusions que l’on peut! Quant à celle-ci, qui ne brille pas par son élégance, elle confirme avec une implacable éloquence que Michel Poivert, du haut de sa chaire d’enseignant en histoire de la photographie, ne s’est pas aperçu que le livre paru dans la collection Folio/Essais (Gallimard) n’est pas une «histoire de la photographie», ni un «manuel» dont la vocation première serait d’être «utile aux étudiants». C’est un essai de 700 pages qui déborde de beaucoup les limites étroites de l’usage pédagogique, de la photographie, de son histoire. Un essai consacré au deux tiers, à l’art contemporain.

5Poivert ignore-t-il qu’une réflexion sur la photographie adossé à son histoire ne se confond pas nécessairement avec une histoire de la photographie? Sait-il qu’après avoir publié livres et articles, soutenu une thèse et dirigé une revue dans les proximités de l’histoire de la photographie, j’ai éprouvé le besoin d’élargir mes horizons de pensée et d’action. Au lieu de se retourner, comme il le fait, vers ma période de la revue La Recherche photographique, achevée depuis plus de dix ans, a-t-il songé à considérer ce que mes réflexions d’aujourd’hui doivent à l’expérience que je mène quotidiennement depuis quatre ans au sein du site internet paris-art.com.

6Décidément, le ton sentencieux masque mal l’étroitesse du propos, et un bien dérisoire réflexe corporatiste de défense d’une minuscule chasse gardée sur une discipline aux frontières aussi fragiles que désuètes.

7Que Michel Poivert se rassure, je ne le gênerai pas de sitôt dans son petit monde monochrome de l’histoire de la photographie. Ni n’encombrerai les colonnes sagement sépia de sa revue. Je cherche des horizons plus colorés, plus dynamiques, plus ouverts.

8Aussi la photographie ne peut-elle être pour moi qu’un passage, un point d’observation, un lieu d’expérience, un outil de compréhension de phénomènes qui l’incluent et heureusement la dépassent: l’art contemporain, les images, les médias, le numérique, la politique culturelle, etc. Une large part du monde aujourd’hui que j’explore au sein d’une équipe passionnée en inventant chaque jour le site internet paris-art.com qui, avec ses 150000 visiteurs par mois (550000 pages vues), est le premier site francophone consacré à l’art contemporain et la photographie. On y trouve même, avec beaucoup d’autres choses, les publications de Michel Poivert. Parce que nos regards, nos pensées et nos attitudes s’efforcent d’être aux dimensions du monde en devenir.

Pour citer cet article

Référence électronique

André Rouillé, « Droit de réponse  », Études photographiques, 18 | Mai 2006, [En ligne], mis en ligne le 21 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1502. consulté le 22 juillet 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques