Navigation – Plan du site

Alain FLEIG, Rêves de papier. La photographie orientaliste, 1860-1914, Neuchâtel, Éd. Ides et Calendes, 1997, 177 p., ill. NB, 290 F.

Paul-Louis Roubert

Texte intégral

1Cet ouvrage largement illustré propose de faire le point sur un épisode bien particulier de l'exploration photographique de l'Orient : son exploitation commerciale par des artistes résidants. De 1860 à 1914, pour faire face à la demande européenne, un certain nombre de photographes élisent en effet domicile au Caire, à Constantinople ou dans le Maghreb, et alimentent l'Occident en albums, cartes postales de scènes caractéristiques et autres "types d'Orient" faisant la part belle à la mise en scène d'un exotisme de pacotille. À quelques exceptions près, les images présentées, dues à Antonio Beato, Bonfils, Arnoux, Geiser, Lehnert et Landrock, etc., sont extraites des collections de Michel Auer et Alain Fleig. Celui-ci est également l'auteur d'un long texte d'introduction, présentation historique et stylistique de ce corpus.

2Se défendant de produire un ouvrage à visée universitaire ou muséale, Alain Fleig semble vouloir s'exonérer de toute analyse critique. Pourtant, même si l'existence du volume n'est due qu'au "désir et au plaisir", les images présentées ne sont pas sans poser quelques questions sur les complaisances du regard colonialiste, débat que l'auteur résume à une mystérieuse attraction pour l'altérité. Passons sur la discussion à propos de "la proximité qui éloigne et la distance qui rapproche" ou la question de l'art en photographie pour constater qu'Alain Fleig, emporté par son amour pour ces images, fasciné par leurs contradictions et leur "mensonge", manque de recul et éprouve des difficultés à constituer l'appareil critique que demande une telle imagerie.

3L'iconographie propose quelques beaux inédits bien reproduits, mais dans l'ensemble, le matériel semble s'épuiser de lui-même, et les dernières séries de cartes postales, illustration d'un regard complaisant porté sur des adolescents prépubères, ne forment pas une conclusion des plus heureuses pour un ouvrage qui nous promettait de dégager du regard orientaliste "une vision poétique et une soif de l'Autre indéniable".

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Louis Roubert, « Alain FLEIG, Rêves de papier. La photographie orientaliste, 1860-1914, Neuchâtel, Éd. Ides et Calendes, 1997, 177 p., ill. NB, 290 F. », Études photographiques, 3 | Novembre 1997, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/147. consulté le 25 mai 2017.

Auteur

Paul-Louis Roubert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques