Navigation – Plan du site

La France vue du sol

Une histoire de La Mission photographique de la Datar (1983-1989)
Vincent Guigueno
p. 96-119

Notes de la rédaction

Chercheur au Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (LATTS), Vincent Guigueno enseigne à l’École nationale des ponts et chaussées. Il a publié Jean Epstein, cinéaste des îles (éd. Jean-Michel Place) en 2003 et L’Historien et le Film (Gallimard, Folio histoire) avec Christian Delage en 2004.

Texte intégral

  • 1 Paysages photographies : La Mission photographique de la Datar, travaux en cours 1984-1985, Paris, (...)
  • 2 Sur ce contexte, voir Gaëlle Morel, “Entre art et culture. Politique institutionnelle et photograph (...)
  • 3 Je remercie Isabelle Couzon qui m’a facilité l’accès aux documents récemment versés par la Datar au (...)

1Entreprise dynamique et volontaire, suscitant rapidement l’intérêt – savamment orchestré – des professionnels de la photographie et du paysage, la Mission photographique de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar) a laissé derrière elle des milliers de tirages contacts, deux mille épreuves, partiellement accessibles sur les postes numérisés de la Bibliothèque nationale de France, ainsi que deux livres rapidement épuisés, Paysages photographies1. La place de la Mission dans un champ photographique alors en pleine recomposition – création de la Fondation nationale (1978), d’une mission au ministère de la Culture (1981), du Centre national (1982) et de l'école d'Arles (1982) – a déjà fait l’objet de quelques travaux2. En revanche, ses relations avec l’administration dont elle porte le nom, la Datar, sont moins connues, à l’exception des récits donnés par les acteurs eux-mêmes, en particulier les deux patrons de la Mission, Bernard Latarjet et François Hers. Ce versant de l’histoire peut aujourd’hui être éclairé à la lumière de documents récemment versés aux Archives nationales3.

  • 4 Bernard Latarjet, “Questions sur la Mission photographique de la Datar”, Photographies, Bulletin n° (...)
  • 5 Cet article est l’aboutissement d’une démarche engagée dans le cadre du séminaire « Images contempo (...)

2L’intérêt de la Datar pour la photographie est expliqué dans un supplément de la revue Photographies. Cette administration « organise le territoire et tente d’en maîtriser les transformations : il faut donc le connaître, être capable de le représenter. Il était naturel qu’elle fasse appel, en complément de ses informations traditionnelles, au mode de représentation spécifique à l’espace qu’est la photographie4 », écrit Bernard Latarjet. Un premier paragraphe montrera que cet appel à la photographie “piétonne” – la photographie aérienne est absente du projet – n’a rien de naturel : il constitue une rupture dans le regard des aménageurs. La lecture des archives de la Datar permet de mieux comprendre le fonctionnement interne de la Mission, qui constitue le deuxième point examiné dans cet article. Enfin, la Mission voulait être une contribution à la renaissance d’une culture du paysage, en choisissant « les artistes qui entretiennent avec l’espace la relation la plus nécessaire : les photographes ». Le photographe aurait un pouvoir singulier : révéler un territoire à celui qui contemple son œuvre. La conclusion reviendra sur le sens de cette croyance partagée aujourd’hui par de nombreuses administrations et collectivités5.

Une brève histoire visuelle de l’aménagement du territoire

  • 6 Sur la genèse de l’aménagement du territoire, voir Marc Desportes et Antoine Picon, De l’espace au (...)
  • 7 Cf. Patrice Caro, Olivier Dard et Jean-Claude Daumas (dir.), La Politique d’aménagement du territoi (...)
  • 8 Sur la naissance de l’aménagement du territoire au sein du ministère de l’Urbanisme, voir Benoît Po (...)

3Quels sont les chapitres d’une histoire visuelle du territoire qui permettraient de mieux saisir la profonde originalité de la Mission des années 1980 ? Si les racines de l’aménagement plongent profondément dans l’histoire nationale, l’apparition d’une politique spécifique, portée par l’administration, remonte à la crise des années 1930 et au régime de Vichy, avec la création en 1943 de la Délégation générale à l’équipement national6. L’idée d’un espace français mieux ordonné, où se répartissent harmonieusement les hommes et les activités, séduit les urbanistes, les géographes, les ingénieurs et le courant régionaliste7. À la Libération, les architectes, engagés dans les grands chantiers de la reconstruction, voient dans l’aménagement du territoire un « urbanisme pris au sens large et véritable du terme », comme l’écrit Raoul Dautry dans la préface du livre de Jean-François Gravier, Paris et le désert français, publié en 19478.

  • 9 Après avoir travaillé pour les actualités Éclair Journal, Leenhardt a fondé en 1934 une société de (...)
  • 10 Survol de la France, La Documentation française, 1972.

4En 1958, Sydney Jézéquel et Roger Leenhardt, producteur et critique de cinéma de la revue Esprit, réalisent une adaptation de ce manifeste des aménageurs9. Après avoir illustré par de brèves monographies urbaines la désertification rurale (Gourdon), la croissance urbaine anarchique (Goussainville) et le développement harmonieux des activités économiques (Cholet), les réalisateurs emmènent le spectateur dans un survol de la France : « Prenons de la hauteur [dit le commentaire]. C’est à l’échelle de la France entière que se pose le problème dont nous venons de voir des exemples particuliers : l’aménagement du territoire. » L’ombre de l’avion à partir duquel la séquence est filmée s’imprime alors sur une succession de prés, de bois et de villages, tandis que la musique devient symphonique, aérienne. Penser l’aménagement, c’est prendre de la hauteur, au propre comme au figuré, regarder la France d’en haut pour mieux apprécier son harmonieuse géographie. Dans les années 1970, le Hudson Institute d’Hermann Kahn organise de longs survols de la France, où des chercheurs et des aménageurs, à la limite de la transe, “rêvent” le territoire10. C’est ainsi que pouvait naître l’idée de construire un aéroport international au cœur du Limousin, afin de mieux relier cette région au Texas et au marché mondial de la viande bovine.

  • 11 Le Corbusier, Aircraft, Londres, The Studio, 1935.

5L’utilisation de l’image comme preuve de l’anarchie des villes et des territoires est une rhétorique ancienne. Dès les années 1930, Le Corbusier, impressionné entre autres par les exploits des escadrilles de Mussolini, écrit une apologie de la « civilisation » aérienne qui annonce un monde nouveau : « La vue d’oiseau nous a donné le spectacle de nos villes et du pays qui les environne et ce spectacle est indigne […]. Nous avons maintenant, par l’avion, la preuve enregistrée par la plaque photographique, que nous avons raison de vouloir changer les choses de l’architecture et de l’urbanisme11. » Mutatis mutandis, les aménageurs étendent ce discours à l’ensemble du territoire.

  • 12 Olivier Guichard, Aménager la France, Paris, Laffont, 1965. Baron du gaullisme, O. Guichard (1920-2 (...)
  • 13 Duclair est un charmant village de Seine-Maritime, célèbre pour sa recette de canard au sang. Frédé (...)

6Les technocrates survolent donc la France en avion, « ou mieux en hélicoptère », écrit Olivier Guichard en 196512. En lisant les mémoires de hauts fonctionnaires chargés de l’aménagement, il est frappant de noter que la scène constitue bien souvent un moment clef de l’histoire d’un grand chantier national. Le vol du général de Gaulle et de Paul Delouvrier (fig. 3) commentant le désordre de la banlieue parisienne appartient à la petite mythologie de l’histoire de l’urbanisme. Ils ne sont pas les seuls à contempler le pays par ce truchement. Dans son histoire de l’aménagement de la Basse-Seine, Frédéric Saunier raconte que Olivier Guichard emmena Paul Delouvrier faire un tour en hélicoptère : « L’heure n’était plus aux promenades en bateau au fil de l’eau, le territoire moderne n’était désormais visible que d’en haut : l’Alouette à turbine détrônait le canard de Duclair. » La descente de la Seine en bateau, telle qu’elle a été codifiée dans les récits de voyage du xviiie siècle, ne constitue plus désormais le préalable à l’action technique13. Quelles ont été les conséquences sur les pratiques de la planification, urbaine et territoriale, de la disponibilité d’engins aéronautiques permettant de voir ce que les cartes montraient depuis longtemps ? Nul doute que l’avion et l’hélicoptère participent d’une culture visuelle où le regard domine la carte et le paysage vu du ciel.

  • 14 Pierre Racine, Mission impossible ? L’aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon, Mid (...)
  • 15 Ibid, p. 28.
  • 16 Jean Cuisenier, Le Tourisme balnéaire en Languedoc-Roussillon, Centre de sociologie européenne, jui (...)

7Ce regard en surplomb serait vain s’il n’embrayait pas sur l’action. Pierre Racine a donné son nom à la célèbre mission d’aménagement des stations balnéaires du Languedoc-Roussillon. Arrivant à son poste, il se moque d’un collègue qui « à pied ou au volant de sa vieille 2 CV, visite les lieux dans des conditions pittoresques, se perdant parfois dans les marécages14 ». L’incontournable Olivier Guichard lui « demande de visiter avec lui le littoral en hélicoptère […]. Le survol donnait une vue saisissante de l’ampleur de l’action à mener dans cette région où l’eau et la terre se mêlent constamment15 ». En compulsant les brochures de la Mission Racine, on observe que les vues aériennes jouent un rôle essentiel dans la construction d’une rhétorique de la beauté des sites souillés par la présence de campeurs dits “sauvages”. Le rapport entre photographies et aménagement prend un tour plus opérationnel quand  « les abris de camping sauvage [sont] dénombrés par l’intermédiaire de photographies aériennes prises un jour dit, à savoir le 19 août 1966 ». Pas moins de 7 248 abris, qui accueillent 145 000 campeurs pour la saison. L’ennemi photographié, les sociologues, sous la conduite de Jean Cuisenier et Guy Barbichon, peuvent se déployer sur le terrain pour interroger les « sauvages16 ».

  • 17 Dominique Gauthey, “Les archives de la reconstruction (1945-1979)”, Études photographiques, n° 3, n (...)

8La photographie “piétonne” trouve sa place dans les pratiques visuelles de la Reconstruction et des trente glorieuses, selon des modalités bien différentes du travail commandé par la Datar dans les années 1980. Dominique Gauthey a étudié l’histoire du fonds photographique du ministère du Logement, constitué entre 1945 et 197917. Ce considérable effort iconographique montre comment une relation s’établit entre un médium (cartes, plans, photographies) et l’emboîtement des échelles géographiques, du local au national. « Dans cette reconquête du territoire des villes d’après-guerre, explique Gauthey, l’image photographique devient une arme tactique au service d’une visée stratégique. La vue aérienne établit la carte des opérations alors que les plans de détail, biopsies dans le tissu urbain, constituent autant de preuves pour convaincre chacun de mener cette juste guerre. » Les 320 albums photographiques, outre la fierté politique et professionnelle qui pouvait s’attacher à des opérations d’urbanisme qualifiées aujourd’hui de « hontes de la République », montrent la résonance locale d’une politique nationale du logement. Rien de tel dans la Mission de la Datar. La photographie n’est pas chargée d’apporter la preuve d’un plan d’ensemble. Au contraire, elle permet sérieusement de douter de son existence, passée et présente.

  • 18 Amy Dahan et Dominique Pestre (dir.), Les Sciences pour la guerre. 1940-1960, Paris, Éditions de l’ (...)
  • 19 Jean-Paul de Gaudemar intitule le cliché “Laminoirs et planches à voile”.

9Dans cette brève histoire visuelle de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, la photographie, terrestre et aérienne, renvoie à une vision quasiment militaire de l’espace. Cette référence n’est pas seulement métaphorique ou lexicale puisque bon nombre d’outils de planification territoriale sont des applications de la science pour la guerre18. Au début des années 1980, la bataille de la Reconstruction est finie. L’heure n’est plus à l’équipement, mais aux mutations, terme qui désigne pudiquement de violentes restructurations transformant des pans entiers du pays en friches. Vides de tout personnage – à l’exception des clichés de Despatin et Gobelli et de Dominique Auerbacher –, les photographies de la Datar constituent une sorte de paysage après la bataille. Devant le chaos visuel qu’elles présentent, peut-on croire que ce paysage est le résultat d’un grand plan mis en œuvre depuis les années 1940 ? Le monde frontal de l’objectif s’accorde mal avec le regard vertical de l’aménageur, comme le montre un cliché de Gabriele Basilico pris à Boulogne-sur-Mer, où des véliplanchistes s’élancent dans les vagues sur fond d’usine sidérurgique19 (fig. 5). Les frontières nettes des zones industrielles ou de loisirs se dissolvent dans la perspective de ce paysage de bord de mer. L’échelle spatiale des projets d’aménagement ne peut être appréciée d’un seul regard. En parcourant les terminaux de Fos-sur-Mer, l’automobiliste perd ses repères : quelle est la hauteur de l’usine Solmer ? Quelle est la taille du minéralier qui embouque le chenal de Fos ? Bien avant la venue de Lewis Baltz pour le compte de la Datar (fig. 8), les photographes du port autonome de Marseille, formés dans la reconnaissance aérienne militaire, ont mitraillé les espaces nus de la Crau, afin de documenter la naissance de cette immense zone industrialo-portuaire (voir fig. 6 et 7). En faisant délibérément appel à la seule photographie “piétonne”, François Hers et Bernard Latarjet refusent la manière la plus “naturelle” de regarder et de photographier le territoire : depuis le ciel. Raymond Depardon fait un discret clin d’œil à ce genre photographique dans le volume publié en 1989 en insérant le négatif d’un cliché IGN des environs de Villefranche-sur-Saône.

La Mission comme pratique de l’aménagement

  • 20 Une note du 1er mars 1985 précise la ventilation des tirages entre l’entrée (1 grand tirage), l’esc (...)

10Le nom de la Datar est désormais associé à une entreprise artistique majeure des années 1980. Au siège de l’avenue Charles-Floquet, de nombreux tirages de sa Mission photographique ornent le hall d’accueil, les salles de réunion et les bureaux20. Les clichés de Gabriele Basilico et de Sophie Riestelhueber qui accueillent le visiteur ne sont pas d’une franche gaieté. Or, le discours volontariste et optimiste de l’aménagement est fondé sur l’ordre, l’équilibre et l’harmonie du territoire français. N’est-il pas contredit par les images produites par la Datar elle-même ? La Mission ruine l’idée que la photographie “piétonne” puisse traduire visuellement l’aménagement du territoire. Comment une opération aussi subversive a-t-elle été possible dans un lieu réputé technocratique ? La Mission photographique de la Datar n’est pas une documentation visuelle des politiques d’aménagement du territoire. La production de ces images, comme le stipule le comité interministériel du 18 avril 1983, est un acte d’aménagement, qui s’inscrit dans les modes de fonctionnement propres à la Datar.

  • 21 Elie Cohen, L’État brancardier. Politiques du déclin industriel (1974-1984), Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)
  • 22 Un collègue des Ponts m’a rapporté une anecdote, vécue pendant une grand-messe de la Datar organisé (...)
  • 23 AN 20040212, article 3.

11Sept ans de giscardisme ont coupé le cordon entre la Datar et sa fondation gaullo-pompidolienne. Avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, l’aménagement du territoire reprend des couleurs grâce à la décentralisation. Mais l’État, comme l’écrit Elie Cohen, devient le brancardier des territoires malades de la crise économique21. La Datar est une administration parmi d’autres dans ce combat qui révèle chaque jour les étroites marges de manœuvre de l’État. Le temps des grandes batailles est passé et la guérilla anti-crise est sans doute moins exaltante pour les chargés de mission de la Datar, surtout quand les anciens leur rappellent que l’aménagement n’est plus ce qu’il était22. Sauf peut-être dans le cas de la Mission. Il est en effet frappant de constater qu’elle reproduit dans le champ culturel des modes de fonctionnement qui furent ceux de la Datar “d’antan”, celle d’Olivier Guichard ou de Jérôme Monod : opération “commando” d’un petit groupe d’individus déterminés ; volonté de se placer au-dessus des ministères qui pourraient revendiquer le projet, ici la Culture, qui est soigneusement tenue à distance ; lien direct avec le plus haut niveau politique. Lancée par Jacques Attali, la Mission reçoit le soutien de Gaston Defferre, ministre chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire (1984-1986), même après que ce dernier eût découvert les photographies prises par Holger Trülzsch dans sa ville de Marseille. Ce lien privilégié avec la cité phocéenne devait se pérenniser grâce à un projet de photothèque à la Vieille Charité, finalement abandonné23.

  • 24 AN 860566, articles 1 à 4, papiers déposés par Bernard Latarjet, chargé de mission à la Datar.

12L’histoire de la Mission est intimement liée au tandem constitué par François Hers et Bernard Latarjet, l’artiste et le technocrate. Elle naît d’une initiative de ce dernier, « père de la révolution [des images] » selon une note manuscrite du petit groupe de réflexion qu’il constitue en 1983. Latarjet se qualifie volontiers de « péquenot-crate » : ingénieur du Gref, son activité de haut fonctionnaire est alors tournée vers le développement du monde rural. Il s’occupe en particulier des « contrats de pays », une nouvelle entité territoriale dont le nom archaïsant évoque la longue durée de l’espace français24. Sur une feuille de papier à petits carreaux, Latarjet et ses collègues divisent les “sujets” de l’enquête photographique en trois catégories : les archétypes du territoire, « reprenant bravement des sujets de politiques Datar (la métropole, le littoral, les réseaux de transport) », ses dégradations, dont « la liste dépasserait la page », et les facteurs d’innovation. Une liste de dix-sept programmes est arrêtée, dont certains seront réalisés (les bords de mer, le territoire vu des voies ferrées, les portraits de Français), d’autres abandonnés (le paysage de nuit, par exemple).

  • 25 “Protocole d’accord entre la Mission photographique de la Datar et les photographes”, Paysages phot (...)
  • 26 Séminaire EHESS du 22 mars 2004, cf. note 5.
  • 27 Olivier Perrin, La Fondation nationale de la photographie, Lyon, Aléas, 2001, p. 32.
  • 28 AN 20040212, article 1.

13Officiellement présentée le 25 janvier 1984 lors d’une conférence de presse de Bernard Attali, la Mission assume un rôle d’avant-garde administrative et artistique, méfiante vis-à-vis du marché et des institutions liées à la photographie qui se développent dans les années 1980. Seule exception : la Fondation nationale de la photographie, qui joue un rôle logistique en servant de support aux relations contractuelles entre la Mission et les photographes. Son président est signataire du “protocole d’accord” avec l’artiste25. Elle embauche également les personnes qui gèrent la Mission au quotidien. Sur le plan artistique, on note au sein de l’équipe des photographes de 1984 la présence de Despatin et Gobelli, boursiers de la Fondation en 1983, et de Pierre de Fenoyl, son premier directeur. Enfin François Hers raconte que Bertrand Eveno, président en exercice, l’a recommandé à Bernard Latarjet pour exercer la direction artistique du projet26. Ce dernier est depuis avril 1983 le représentant de la Datar au conseil d’administration de la Fondation. Olivier Perrin souligne le rôle joué par la Datar dans la création de la Fondation : au milieu des années 1970, dans le cadre de sa politique de développement culturel des métropoles régionales, elle soutient le projet d’aménagement du “château Lumière” porté par la mairie de Lyon. Elle joue un rôle décisif dans l’obtention des crédits nécessaires à l’installation de la Fondation, bientôt rejointe par l’institut Lumière27. La visibilité du tandem Fondation/Mission n’échappe pas à Latarjet. Afin de parer à d’éventuelles manifestations de mauvaise humeur, un groupe de pilotage est constitué. La Fondation, le ministère de la Culture et le Centre national y sont représentés. Ce groupe ne joua aucun rôle concret28.

  • 29 Elvire Perego, “Raymond Depardon”, Paysages photographies (1989), op. cit., p. 680-681.

14L’autonomie de la Mission s’exprime surtout dans le choix des photographes. Elle veut nettement se démarquer du milieu professionnel des agences de photo-journalisme. Raymond Depardon, fraîchement défroqué, représente cette mouvance au sein de la Mission. D’après la notice biographique du volume de 1989, Depardon « ressent la nécessité d’affirmer son autonomie et sa dimension de créateur, dont il a déjà pris conscience dans ses premiers courts métrages. La publication de Notes en 1979 marque la rupture ». Son œuvre devient « intime, expérimentale »29. Cette rhétorique de la rupture revient régulièrement sous la plume de l’auteure de ces notices, Elvire Perego : « Christian Meynen a ressenti en 1979, lors d’un voyage en Écosse et en Irlande, la nécessité de rompre avec le reportage traditionnel » ; Hervé Rabot, « après un bref passage à l’agence Viva, rompt avec la tradition du reportage social » ; Sophie Ristelhueber, « malgré la conscience aiguë des mutations de la photographie, utilise la pratique du reportage ». Le mot « mission » prend ici son sens religieux : le projet est un chemin de rédemption, individuel et collectif, pour les photographes, qui doivent abjurer le reportage pour se consacrer à l’art. Outre les convertis, le choix se porte surtout sur des photographes dont l’œuvre n’a jamais été contaminée par les formes triviales de la production d’images liées au territoire et au paysage : le reportage, la vue aérienne.

  • 30 AN 20040212, article 1.
  • 31 « Puis-je me permettre une petite remarque ? J’ai eu par hasard, sous les yeux, votre récent rappor (...)
  • 32 AN 20040212, article 2.
  • 33 AN 20040212, articles 4, 5 et 6.

15Refusant de céder au marché et aux milieux professionnels organisés, la Mission ne veut pas être prisonnière d’artistes reconnus par le ministère de la Culture. Ainsi, aucun des artistes suggérés par Robert Delpire, directeur du Centre national de la photographie, n’est retenu30. Une lettre de reproches signée par Jean Dieuzaide ne produit pas plus d’effets31. Alors que des listes de noms circulent, Hers et Latarjet se retranchent derrière une série de critères – l’âge, l’expérience, la nationalité – garantissant la diversité du regard dans l’unité du projet. Il est incontestable qu’ils font un pari sur de jeunes photographes – et pas seulement au sens de l’âge – ayant très peu produit. Une relation directe et forte s’établit entre le tandem Hers/Latarjet et les heureux élus, en particulier le noyau dur constitué par les treize premiers missionnaires. « J’étais là, bien tranquille dans mon troisième âge, les tarets de la sénilité rongeant insensiblement ma carcasse et tu es venu avec ton inventaire en projet – alors je m’affole, je perds mon crayon, j’égare mon lorgnon, dois-je feindre la maladie pour m’échapper ? », écrit Robert Doisneau à François Hers32. Le caractère discrétionnaire du choix des premiers missionnaires se confirme d’une saison à l’autre, tandis que les propositions de collaboration affluent à la Mission. Simple lettre ou dossier plus fourni, plusieurs dizaines de candidatures refusées constituent trois épais dossiers dans ses archives33. Des photographes, français et étrangers, ont été alertés par la Lettre de la Datar, la presse, généraliste ou spécialisée, ou par la rumeur, qui se propage par exemple aux Rencontres d’Arles. En 1986, Christian Milovanoff, l’un des treize premiers missionnaires, reçoit les candidats à Paris.

  • 34 Olivier Guiton, Gabriele Basilico. Le littoral, INA/FR3, 1989. La collection comporte douze films d (...)
  • 35 AN 20040212, article 2, lettre du 19 mars 1984.

16Pour François Hers, qui se présente comme « artiste conceptuel », la mission elle-même, et pas seulement sa production publique, est une œuvre, depuis la rédaction du contrat du photographe jusqu’aux expériences de conservation sur vidéodisque. Tandis que Latarjet occupe le terrain administratif et joue le rôle du commanditaire, il se concentre sur son objectif : organiser la solitude des photographes face à l’espace. Gabriele Basilico met en scène cette situation dans un petit film tourné pendant ses pérégrinations sur le littoral français34. Après une longue errance dans des espaces industrialo-portuaires, contrarié par la lumière froide de ses sujets, il se réfugie dans une cabine téléphonique pour exprimer son désarroi. Tout le dispositif est conçu pour mettre en avant la singularité des démarches artistiques engagées. « Nous cherchons des photographes qui au travers de la Mission ne font que continuer une œuvre personnelle », écrit François Hers à Alain Ceccarroli, un ancien dessinateur de l’Équipement converti à la photographie, auteur d’un projet sur le paysage autoroutier35. Ceccarroli travaillera finalement sur les plages du débarquement en Normandie et le désert des Agriates, en Corse, où fut en partie tourné Le Jour le plus long.

  • 36 AN 20040212, article 2.
  • 37 Paysages photographies (1989), op. cit., p. 86.
  • 38 Raymond Depardon, La Ferme du Garet, Actes Sud, 1997, p 258.
  • 39 Le ministère de la Culture lui a récemment octroyé une confortable dotation pour conduire son proje (...)

17Le parcours de Raymond Depardon est exemplaire de cette volonté d’éviter à tout prix l’illustration thématique. Officiellement engagé pour travailler sur la vie rurale selon le contrat qui le lie à la Mission, il poursuit, avec la bénédiction de celle-ci, un autre projet. « Je travaille depuis quelque temps à un espace plus personnel lié à mon enfance avec un matériel de prise de vue différent. J’y rencontre beaucoup de difficultés, de déception », écrit-il36. Dans le livre testament de la Mission, il est précisé que « les cahiers ont été composés par les artistes eux-mêmes pour présenter un état de leurs recherches ou les choix qu’ils ont été amenés à faire37 ». Depardon adjoint à ses clichés en couleurs des photographies en noir et blanc de la ferme familiale et de ses parents. Cette publication marque une étape importante dans la préparation de son autobiographie, La Ferme du Garet. Il y rapporte ainsi le moment de la Mission : « Je travaillais pour la mission photographique de la Datar. C’était un bon prétexte pour revenir à la ferme du Garet ! J’avais même un abonnement au TGV. J’apprenais à me servir de la 20 x 25 couleur38. » Cette démarche personnelle a pourtant contribué à asseoir durablement sa position sur le marché de la représentation photographique du territoire39.

  • 40 Gaëlle Morel écrit que le ministère de la Culture finance « en partie » la Mission (“Entre art et c (...)
  • 41 Paysages photographies (1985), op. cit., p. 470.
  • 42 L’article 3 du versement AN 20040212 comprend un dossier “conservation du fonds 1984-1988” qui mont (...)

18La Mission a utilisé les méthodes de travail de la Datar, jouant le rôle d’un mécène exigeant sur la manière de travailler des photographes, en particulier le temps passé sur le terrain. En revanche, elle n’est pas regardante sur l’éventuelle concordance entre le résultat produit et les thématiques de l’aménagement du territoire. Ce grand écart est aujourd’hui critiqué par Jean-François Chevrier, qui fut pourtant l’un des thuriféraires de la Mission. « La Mission photographique de la Datar, écrit-il, a été une conjonction entre une conception planificatrice et globalisante du territoire national, d’une part, et une surévaluation de la libre créativité du photographe-auteur, d’autre part, avec toutes les dérives formalistes qui s’ensuivent inévitablement. » C’est parce que la Datar est technocratique qu’elle a pu accepter la politique artistique conduite par François Hers et Bernard Latarjet en toute indépendance. Celle-ci a un coût : 2,5 millions de francs pour la Datar en 1984, sur un budget total de 3,5 millions auquel le ministère de la Culture cotise très symboliquement40. Autre coût indirect, l’archivage de la Mission. L’article 7 du contrat avec les photographes stipule que « durant le temps de son existence, [la Mission] conserve et gère le patrimoine qu’elle constitue », puis qu’elle le « répartira par des dépôts dans des institutions publiques habilitées à les recevoir41 ». Les archives montrent que ces institutions ne se bousculent pas pour récupérer le fonds. Les longs articles de la Mission consacrés aux conditions techniques de conservation sur vidéodisque – car dans ce domaine aussi elle veut innover – n’évoquent pas cette question institutionnelle qui la ramène vers l’administration culturelle “classique”, la Datar, administration tournée vers l’action, ayant une faible culture de l’archive, écrite ou photographique42.

  • 43 Ce court-circuit entre les deux missions est analysé par Anne de Mondenard, “La Mission héliographi (...)

19Si l’archivage de la Mission est problématique, sa production éditoriale est un succès incontestable. Dans une lettre du 16 mai 1983, François Hers évoque la Mission héliographique comme modèle de commande publique, mais également comme événement photographique marquant de l’année 1980. La Mission de la Datar doit prendre une forme “prestigieuse”, en publiant de beaux livres et en organisant des expositions. La transformation de la Mission en mythe de l’histoire de la photographie est déjà présente43. L’effet d’attente est créé en avril 1984 avec la publication du premier supplément de la revue Photographies, tiré à 4 500 exemplaires (fig. 11). Dévoilant les clichés des treize premiers missionnaires, la revue décrit le fonctionnement de la Mission et les attentes de ses commanditaires. La moitié du tirage du bulletin est réservée à une clientèle ciblée : directions régionales à l’Action culturelle (50 exemplaires chacune), préfectures, directions départementales de l’Agriculture et de l’Équipement, députés et sénateurs (1 000 exemplaires). En juin 1984, un devis est demandé pour un livre de synthèse de 496 pages et un livre de poche de 144 pages (fig. 12 et 13). À peine commencée, la Mission planifie déjà sa fin.

La Mission comme politique du visible

  • 44 Cf. Olivier Lugon, Le Style documentaire, Paris, Macula, 2002.

20En décembre 1985, la Mission organise une exposition au palais de Tokyo. 450 photographies de tous formats « sont présentées sous Plexiglas sur le bas des pupitres, et accrochées sans cadre ni marie-louise sur le haut des pupitres et sur les murs ». La Mission se présente comme un work in progress, au caractère partiel et provisoire, affichant des « travaux au cours » qui suscitent un vif intérêt. Prévue jusqu’à la fin de janvier 1986, l’exposition est prolongée de deux mois. L’exégèse des clichés commence, car il ne fait pas de doute que l’ensemble ainsi constitué fait sens. Mais lequel ? Les hésitations sur le titre même de l’opération méritent d’être soulignées. Elle est initialement baptisée “Le territoire des Français” ou “Les Français dans leur territoire en 1984”, deux expressions qui évoquent un travail photographique des années 1930, Das Land des Deustches, une référence qui n’est jamais mentionnée44. Au moment de cette exposition et du livre qui l’accompagne, les mots « Français » et « territoire » disparaissent du vocabulaire de la Mission au profit du couple Paysages/Photographies. Ce déplacement sémantique indique dans quel champ les photographies de la Mission trouvent le plus d’écho. De nombreux auteurs commentent l’impact des images exposées ou publiées sur la notion de paysage. Dans un paragraphe intitulé « Mort du paysage ? » de son Court Traité, Alain Roger écrit :

  • 45 Alain Roger, Court Traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997. Voir également le texte d’Augustin Be (...)

21« Je suis […] très impressionné par le volume Paysages photographies naguère publié par la Datar. Ce bilan des années 1980 est symptomatique : peu de paysages ruraux, ou “naturels”, mais, en revanche, une prédilection insistante pour la décrépitude : décharges, gravats, terrains vagues, banlieues ouvrières, cités sinistrées, usines désaffectées, etc. Même les dunes sont souillées de déchets. Paysages du dé, de la déception, de la déjection. Faut-il imputer aux responsables de l’ouvrage une volonté délibérée de dé-payser, de dé-paysager, au sens violent, brutalement défectif, du préfixe45 ? »

  • 46 Cette coupure est une différence fondamentale avec les travaux photographiques de la Farm Security (...)

22La critique paysagère est foisonnante, mais la parole officielle est en revanche plus difficile du côté de la Datar. Les premiers textes officiels établissaient des diagnostics sur l’état du territoire et de la photographie en France. Ils dévoilaient un dispositif et des attentes. Il s’agit désormais de commenter les résultats obtenus et de dire en quoi ils atteignent les objectifs fixés par le comité interministériel de 1983. Indépendante de l’environnement culturel du début des années 1980, la Mission a également pris une large autonomie par rapport à la maison mère, dont elle ne partage pas les locaux de l’avenue Charles-Floquet. Les spécialistes des politiques publiques d’aménagement n’ont pas été associés au travail des photographes sur le terrain46. Il y eut, en amont et en aval, des séjours sur le terrain, des rencontres informelles entre chargés de mission, chercheurs et photographes. Bernard Latarjet annonce cette concertation en 1984. Dans le livre final de la Mission, il soutient qu’elle a fonctionné : « Comme en toute recherche, nous avons alterné les phases collectives d’analyse et de confrontation avec les travaux de terrain, par définition solitaires. Dès l’origine, nous avons associé aménageurs, architectes, géographes, artistes et historiens d’art dans une réflexion commune sur les paysages, ses transformations, son appréhension, ses rapports avec l’art. » Mais ces rencontres ont-elles permis d’instaurer un dialogue ? Il semble bien que les principaux, voire les seuls, interlocuteurs des photographes furent Hers et Latarjet.

  • 47 Paysages photographies (1985), op. cit., p. 11.
  • 48 Ibid, p. 12.
  • 49 AN 20040212, article 1.

23Gaston Defferre écrit dans la préface du premier volume que son « rôle s’est borné à regarder les premières photos et à insister pour que l’ensemble soit un reflet exact de la France de notre époque, vue par ces artistes modernes que sont les photographes47 ». Le ton est nettement moins compréhensif chez Jacques Sallois, ancien directeur du cabinet de Jack Lang et successeur de Bernard Attali à la tête de la Datar. Trouvant la première cuvée trop descriptive, il insiste pour qu’« en 1985, associant à nos choix géographes et sociologues […], l’objectif soit plus directement fixé sur les transformations les plus récentes : déclin et conversion des paysages industriels traditionnels, apparition de zones nouvelles d’activités de haute technologie, mutations urbaines48 ». Sallois joint cette liste de lieux en mutation à une « note aux photographes » du 31 juillet 1985, dans laquelle il insiste sur « l’exigence documentaire » qui ne doit pas être sacrifiée aux ambitions plastiques de la Mission. « Je vous demande de suivre précisément ces orientations. J’y attacherai la plus grande attention au fur et à mesure de l’état d’avancement de vos travaux dont je souhaite que vous me rendiez compte régulièrement », écrit-il49. D’après François Hers, cette note ne fut jamais transmise aux intéressés et l’on peine à voir la réorientation thématique, que Sallois appelle de ses vœux, entre la première saison et les suivantes.

  • 50 Paysages photographies (1989), op. cit., p. 55.
  • 51 Ce concept est forgé dans les années 1970 par le géographe Armand Frémont. Dans le cas de la Datar, (...)

24Les conditions de production, qui isolent les photographes des chargés de mission, ne furent guère favorables à l’écriture de textes accompagnant les images. Il faut saluer la performance de Jean-Paul de Gaudemar dans le catalogue final, qui s’attelle bravement à cette difficile mission : trouver des thèmes évoquant l’aménagement du territoire pour classer le travail des photographes. Les clichés de Lewis Baltz à Fos montreraient « la naissance de l’usine mobile », Christian Milovanoff donnerait à voir « le crépuscule de l’écrit-papier » ou « la tech­­nologie dans la pinède ». Quant aux paysages urbains dévastés de Jean-Louis Garnell, ils témoignent de « la ville saisie par l’esprit d’entreprise ». Le texte exprime moins un jugement esthétique que les espoirs et l’optimisme de l’aménageur. Pour de Gaudemar, la photographie dévoile les qualités des territoires, dressant le portrait « d’une France tiraillée entre des disponibilités et des résistances, entre des qualités d’où peuvent naître des vitesses nouvelles, qui concrétisent un rapport inattendu de l’espace court de la localité au temps long de la mutation50 ». La photographie rendrait donc visibles des qualités qui ne se manifesteraient pas sous la forme de textes, de chiffres ou de cartes. Pour Jean-Paul de Gaudemar, « le territoire réel lui échappe, que les représentations à sa disposition, chiffres, rapports administratifs, projets politiques, cartes en tout genre… cachent la misère de sa connaissance ». Le regard du photographe dévoilerait un « territoire réel » qui ne lui serait plus accessible par des méthodes de représentation comme les systèmes d’information géographique (SIG), qui allient cartographie et base de données. On sent ici poindre une méfiance vis-à-vis des représentations numériques du territoire, à laquelle répondrait l’approche plus subjective des « espaces vécus51 ». L’aura dont bénéficie la photographie chez les aménageurs et les urbanistes, sa rassurante proximité avec le territoire ou la ville “réelle” est peut-être le symptôme d’une crise des représentations de l’espace.

  • 52 Paysages photographies (1985), op. cit., p. 13.
  • 53 B. Latarjet, “Questions sur la Mission photographique de la Datar”, art. cit., p. 3.
  • 54 Voir par exemple R. Depardon, Pointe du Raz, Paris, Marval, 1991, publié dans le cadre d’un program (...)
  • 55 Florent Charvolin et Philippe Veitl, “L’esthétique et l’objectivité. Parti pris esthétique et stand (...)
  • 56 Cf. Anne Fortier Kriegel, L’Avenir des paysages de France, Paris, Fayard, 2005.

25 « Aménager le territoire, maîtriser ses mutations, c’est d’abord apprendre à le voir. L’œil du photographe nous y aide », écrit Jacques Sallois en 198552. L’un des objectifs fixés à la Mission photographique de la Datar était d’exercer le regard des Français face à leur territoire. Pour Bernard Latarjet, la motivation principale de la mission « est de nourrir un mouvement nécessaire en faveur du paysage. La Datar a appris en effet que la qualité des espaces de la vie quotidienne détermine chaque jour davantage les choix que font les Français de leurs lieux d’habitation et de travail. Elle est donc au cœur de l’aménagement du territoire53 ». Opération à court terme, programmée sur trois ans, elle devait influencer d’autres institutions publiques. Le Conservatoire du littoral, une émanation de la Datar, accueillera des photographes sur ses sites dans l’esprit de la Mission54. Il s’agissait de frapper vite et fort et non de mettre en place un observatoire photographique du territoire, piloté par la Datar. À défaut de rendre visible une politique – l’aménagement du territoire –, la Mission photographique de la Datar met en mouvement une politique du visible : la photographie paysagère d’État. En 1989, une administration au nom orwellien, le bureau des Paysages (ministère de l’Environnement), lance son Observatoire photographique, qui revendique l’héritage de la Mission de la Datar, en particulier la relation contractuelle directe entre l’administration et des professionnels55. La Mission constitue un moment essentiel de l’invention de l’État “voyeur”, qui, grâce à son bureau ou à son « pôle interministériel du paysage », devient le spectateur nostalgique d’un territoire national dont la beauté serait en péril56. La concomitance entre l’idolâtrie des autorités publiques pour les paysages et la montée du discours de la proximité n’est sans doute pas fortuite.

  • 57 Jean-Pierre Gilson, Territoires de France, Paris, Marval, 2002.
  • 58 J.-P. Gilson avait essuyé un refus de la Mission pour un projet sur « les races animales domestique (...)
  • 59 La présentation de l’exposition est archivée sur le site internet du Sénat (www.senat.fr/evenement/ (...)
  • 60 Les travaux d’Alex McLean (L’Arpenteur du ciel, Textuel, 2003) montrent que le paysage photographiq (...)

26L’idée que le photographe révèle le “territoire réel” a fait son chemin parmi les élites françaises depuis les années 1980. Pendant l’hiver 2002-2003, des clichés de Jean-Pierre Gilson sont accrochés sur les grilles du jardin du Luxembourg57. L’exposition s’intitule “Territoires de France”. L’auteur, photographe à l’université de technologie de Compiègne, est sans doute l’un des meilleurs spécialistes du genre58. Voici en quels termes la Haute Assemblée justifie son soutien au projet : « Maison des collectivités locales, assemblée des territoires, le Sénat avait vocation à soutenir et à présenter cette ode à la “France vue du sol”59. » La France “d’en haut” veut regarder le territoire au ras du sol, tandis que la France “d’en bas” aime le contempler d’en haut, le public plébiscitant aujourd’hui un genre que la Mission jugeait ringard et sans perspective artistique60.

Notes

1 Paysages photographies : La Mission photographique de la Datar, travaux en cours 1984-1985, Paris, Hazan, 1985. Paysages photographies ; en France les années quatre-vingt, Paris, Hazan, 1989.

2 Sur ce contexte, voir Gaëlle Morel, “Entre art et culture. Politique institutionnelle et photographie en France, 1976-1996”, Études photographiques, n° 16, p. 33-40. Sur l’histoire de la Mission, Christophe Mauberret, La Mission photographique de la Datar, maîtrise d’histoire de l’art, Université Paris I, 2000.

3 Je remercie Isabelle Couzon qui m’a facilité l’accès aux documents récemment versés par la Datar aux Archives nationales (AN), Fontainebleau, en particulier les cartons du versement 20040212, qui décrivent le fonctionnement de la Mission photographique.

4 Bernard Latarjet, “Questions sur la Mission photographique de la Datar”, Photographies, Bulletin n° 1, 1984, p. 3-5.

5 Cet article est l’aboutissement d’une démarche engagée dans le cadre du séminaire « Images contemporaines et sciences sociales » organisé à l’EHESS par Christian Delage et André Gunthert. Nous avions accueilli François Hers pendant la séance du 22 mars 2004, intitulée « Images et territoires : la mission photographique de la Datar ». Bernard Latarjet a bien voulu m’accorder un entretien le 1er avril 2003. Son accueil bienveillant a contribué à la bonne fin du projet. L’iconographie doit beaucoup au patient travail et aux recherches de Thierry Gervais, en particulier pour les vues aériennes de Cergy et de Fos-sur-Mer. Dominique Lemaistre (Fondation de France) a retrouvé et prêté une rare “photo de famille” (voir fig. 9) de la Mission. Je remercie Christian Delage et André Gunthert pour leurs constants encouragements, ainsi que les membres du comité de rédaction de la revue pour les remarques qui ont permis d’approfondir une première version de cet article.

6 Sur la genèse de l’aménagement du territoire, voir Marc Desportes et Antoine Picon, De l’espace au territoire, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1997. Pour son histoire contemporaine, voir Pierre Deyon et Armand Frémont, La France et l’aménagement de son territoire (1945-2015), Éditions locales de France, 2000.

7 Cf. Patrice Caro, Olivier Dard et Jean-Claude Daumas (dir.), La Politique d’aménagement du territoire. Racines, logiques et résultats, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

8 Sur la naissance de l’aménagement du territoire au sein du ministère de l’Urbanisme, voir Benoît Pouvreau, Un politique en architecture. Eugène Claudius-Petit (1907-1989), Paris, Éditions du Moniteur, 2005.

9 Après avoir travaillé pour les actualités Éclair Journal, Leenhardt a fondé en 1934 une société de production de courts métrages, les Films du compas.

10 Survol de la France, La Documentation française, 1972.

11 Le Corbusier, Aircraft, Londres, The Studio, 1935.

12 Olivier Guichard, Aménager la France, Paris, Laffont, 1965. Baron du gaullisme, O. Guichard (1920-2004) a été chef de cabinet du Général entre 1951 et 1958. Cette fidélité lui vaut la direction de la Datar (1963-1967), puis plusieurs portefeuilles ministériels (l’Éducation nationale, l’Équipement, la Justice) dans les gouvernements Chaban-Delmas, Messmer, Chirac et Barre. Maire de La Baule (1971-1995), député pendant trente ans (1967-1997), il fut également un notable influent de la Loire-Atlantique.

13 Duclair est un charmant village de Seine-Maritime, célèbre pour sa recette de canard au sang. Frédéric Saunier, “De la maternité à l’orphelinat : l’aménagement de la basse vallée de la Seine”, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 73, juillet-septembre 2003, p. 53-67.

14 Pierre Racine, Mission impossible ? L’aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon, Midi Libre, 1980, p. 25.

15 Ibid, p. 28.

16 Jean Cuisenier, Le Tourisme balnéaire en Languedoc-Roussillon, Centre de sociologie européenne, juin 1967.

17 Dominique Gauthey, “Les archives de la reconstruction (1945-1979)”, Études photographiques, n° 3, nov. 1997, p. 102-120.

18 Amy Dahan et Dominique Pestre (dir.), Les Sciences pour la guerre. 1940-1960, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005. Voir également Jennifer S. Light, From Warfare to Welfare, John Hopkins University Press, 2003.

19 Jean-Paul de Gaudemar intitule le cliché “Laminoirs et planches à voile”.

20 Une note du 1er mars 1985 précise la ventilation des tirages entre l’entrée (1 grand tirage), l’escalier (14), la salle de réunion Gérard-Weill (5), les rotondes (4) et les bureaux (10) (AN 880188).

21 Elie Cohen, L’État brancardier. Politiques du déclin industriel (1974-1984), Paris, Calmann-Lévy, 1989.

22 Un collègue des Ponts m’a rapporté une anecdote, vécue pendant une grand-messe de la Datar organisée dans les années 1980 à La Baule, sur les terres d’Olivier Guichard. Alors que le délégué du moment finissait son discours sur l’action de l’administration que Guichard avait créée, ce dernier reprit la parole non point pour féliciter son successeur mais pour dire : « Allons manger le gigot. »

23 AN 20040212, article 3.

24 AN 860566, articles 1 à 4, papiers déposés par Bernard Latarjet, chargé de mission à la Datar.

25 “Protocole d’accord entre la Mission photographique de la Datar et les photographes”, Paysages photographies (1985), op. cit., p. 461-474.

26 Séminaire EHESS du 22 mars 2004, cf. note 5.

27 Olivier Perrin, La Fondation nationale de la photographie, Lyon, Aléas, 2001, p. 32.

28 AN 20040212, article 1.

29 Elvire Perego, “Raymond Depardon”, Paysages photographies (1989), op. cit., p. 680-681.

30 AN 20040212, article 1.

31 « Puis-je me permettre une petite remarque ? J’ai eu par hasard, sous les yeux, votre récent rapport où j’ai pu constater que vous aviez déjà choisi les photographes pour le premier semestre. Je suis d’accord aussi pour faire travailler les photographes étrangers, d’autant que certains me paraissent très valables ; pourquoi ne pas avoir choisi cependant de jeunes Français, qui tout de même, seraient heureux de faire quelque chose pour leur pays ? Pardonnez-moi, nous avons été plusieurs à penser ainsi », lettre de Jean Dieuzaide, 2 février 1984 (AN 20040212, article 4).

32 AN 20040212, article 2.

33 AN 20040212, articles 4, 5 et 6.

34 Olivier Guiton, Gabriele Basilico. Le littoral, INA/FR3, 1989. La collection comporte douze films d’un format court (9’) réalisés pendant le travail des photographes de la Mission. Dans Fermes familiales, Raymond Depardon s’interroge sur la relation réputée “naturelle” entre photographie et territoire : alors qu’il installe sa chambre sur un pont, le TGV passe et disparaît. Quel est ce territoire vu par les photographes ? En 2003, au moment des quarante ans de la Datar, l’hypothèse d’une poursuite de la Mission vingt ans après fut envisagée par son vibrionnant délégué, Jean-Louis Guigou. Bernard Latarjet lui suggéra de lancer une Mission cinématographique, les technologies numériques ayant fait baisser les coûts de production audiovisuelle à un niveau raisonnable par rapport au budget consacré à la photographie en 1983.

35 AN 20040212, article 2, lettre du 19 mars 1984.

36 AN 20040212, article 2.

37 Paysages photographies (1989), op. cit., p. 86.

38 Raymond Depardon, La Ferme du Garet, Actes Sud, 1997, p 258.

39 Le ministère de la Culture lui a récemment octroyé une confortable dotation pour conduire son projet de portrait photographique de la France. Cf. “Depardon, arpenteur politique de l’Hexagone”, Le Monde, 26 février 2004.

40 Gaëlle Morel écrit que le ministère de la Culture finance « en partie » la Mission (“Entre art et culture. Politique institutionnelle et photographie en France, 1976-1996”, art. cit., p. 65). En 1984, sa contribution s’élève à 100 000 francs, soit moins de 3 % du budget.

41 Paysages photographies (1985), op. cit., p. 470.

42 L’article 3 du versement AN 20040212 comprend un dossier “conservation du fonds 1984-1988” qui montre bien les difficultés rencontrées sur le sujet. D’une manière plus générale, avant le travail minutieux engagé par Isabelle Couzon, il n’existait aucun inventaire des archives de la Datar.

43 Ce court-circuit entre les deux missions est analysé par Anne de Mondenard, “La Mission héliographique : mythe et histoire”, Études photographiques, n° 2, mai 1997, p. 61.

44 Cf. Olivier Lugon, Le Style documentaire, Paris, Macula, 2002.

45 Alain Roger, Court Traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997. Voir également le texte d’Augustin Berque “Les mille naissances du paysage”, in Paysages photographies (1989), op. cit., p. 21-49.

46 Cette coupure est une différence fondamentale avec les travaux photographiques de la Farm Security Administration, souvent invoqués comme précédent historique. Cf. O. Lugon, Le Style documentaire, op. cit.

47 Paysages photographies (1985), op. cit., p. 11.

48 Ibid, p. 12.

49 AN 20040212, article 1.

50 Paysages photographies (1989), op. cit., p. 55.

51 Ce concept est forgé dans les années 1970 par le géographe Armand Frémont. Dans le cas de la Datar, la méfiance vis-à-vis des nouvelles technologies est levée : il suffit pour s’en convaincre de naviguer dans sa base de données cartographiques, “L’observatoire des territoires” (www.territoires.gouv.fr).

52 Paysages photographies (1985), op. cit., p. 13.

53 B. Latarjet, “Questions sur la Mission photographique de la Datar”, art. cit., p. 3.

54 Voir par exemple R. Depardon, Pointe du Raz, Paris, Marval, 1991, publié dans le cadre d’un programme d’accueil de photographes intitulé “Invitations aux Rivages”.

55 Florent Charvolin et Philippe Veitl, “L’esthétique et l’objectivité. Parti pris esthétique et standardisation dans les usages administratifs de la photographie de paysage”, in C. Méadel, V. Rabeharisoa (dir.), Représenter, Hybrider, Coordonner, Paris, École des mines de Paris, 1996, p. 73-76.

56 Cf. Anne Fortier Kriegel, L’Avenir des paysages de France, Paris, Fayard, 2005.

57 Jean-Pierre Gilson, Territoires de France, Paris, Marval, 2002.

58 J.-P. Gilson avait essuyé un refus de la Mission pour un projet sur « les races animales domestiques en voie de disparition », AN 20040212, article 4.

59 La présentation de l’exposition est archivée sur le site internet du Sénat (www.senat.fr/evenement/territoires_france/). Deux ans avant l’exposition “Territoires de France”, “La Terre vue du ciel par Yann Arthus-Bertrand” avait accueilli près de deux millions de spectateurs devant les grilles du Sénat (www.senat.fr/evenement/arthusbertrand.html).

60 Les travaux d’Alex McLean (L’Arpenteur du ciel, Textuel, 2003) montrent que le paysage photographique aérien est une forme esthétique et savante, qui nourrit le dialogue entre géographie et paysage.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Guigueno, « La France vue du sol », Études photographiques, 18 | Mai 2006, [En ligne], mis en ligne le 17 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1432. consulté le 24 juillet 2016.

Auteur

Vincent Guigueno

École nationale des ponts et chaussées

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle