Navigation – Plan du site

Herbert MOLDERINGS, Umbo (Otto Umbehr, 1902-1980), Düsseldorf, Richter Verlag, 1995, 384 p., ill. NB, bibl., ind., annexes.

Arno Gisinger

Texte intégral

1Umbo est considéré comme l'un des grands inventeurs de la "nouvelle photographie" allemande des années vingt. Accompagnant la grande rétrospective consacrée à ce photographe en 1995-1996, résultat d'un long et minutieux travail de recherche, l'ouvrage d'Herbert Molderings confirme cette place privilégiée. Rappelons à cet égard que le mythe Umbo repose, pour l'essentiel, sur quelques années d'une production avant-gardiste prolifique (entre 1927 et 1933), et que ce fonds, comprenant quelque 60000 négatifs et presque tous les tirages de cette époque, a été détruit lors d'un bombardement de Berlin en 1943. Cette perte marquera pour Umbo une rupture définitive dans une carrière déjà en déclin après la pratique d'un photojournalisme médiocre sous le régime national-socialiste. En 1975, au moment de sa redécouverte par une nouvelle génération d'historiens de l'art, on estimait qu'il ne restait qu'une centaine de tirages originaux de sa production d'avant-guerre. Tentant l'impossible, la reconstitution d'une oeuvre à la fois légendaire et pratiquement inexistante, Herbert Molderings a retrouvé 350 images au cours de ses recherches dans le monde entier, et rassemblé nombre de documents ou récits inconnus sur la vie de ce "bohème fainéant" de la photographie. Illustré de reproductions en deux tons, le livre retrace dans un excellent texte biographique l'errance d'un artiste fragile, qui renonce à plusieurs reprises à toute perspective de carrière. Le lecteur découvre ainsi les différentes étapes d'une vie complexe et difficile : une enfance marquée par la mort précoce de sa mère, la volonté de création artistique et le refus d'une vie bourgeoise ; la rupture avec le père, le bref passage au Bauhaus et l'influence de Johannes Itten ; la vie de bohème dans le Berlin des années vingt, l'amitié avec Paul Citroen qui le sauve de la misère en le poussant vers la photographie ; le développement d'un nouveau type de portrait et la description photographique de la ville ; puis la gloire apportée par l'année 1929, à la fois grâce à la présence marquée de ses oeuvres dans l'exposition "Film und Foto" et dans le célèbre manifeste de Werner Gräff, Es kommt der neue Fotograf ; la collaboration à l'agence Dephot, le travail pour Signal (revue de propagande de la Wehrmacht) ; enfin, au début des années 1950, le retour à Hanovre et la perte de toute énergie créatrice dans une Allemagne en reconstruction.

2Loin d'être l'apologie ou la glorification d'une vie d'artiste, l'ouvrage d'Herbert Molderings essaie néanmoins de réhabiliter Umbo à travers certains éléments de datation, comme la question de l'invention du gros plan dans le portrait photographique. On regrettera que la partie consacrée à la période suivant l'arrivée des nazis au pouvoir soit nettement moins représentée que celle des années vingt - l'absence d'images donnant l'impression que l'auteur a souhaité éviter la question brûlante de la position de l'artiste face au régime totalitaire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Arno Gisinger, « Herbert MOLDERINGS, Umbo (Otto Umbehr, 1902-1980), Düsseldorf, Richter Verlag, 1995, 384 p., ill. NB, bibl., ind., annexes. », Études photographiques, 2 | Mai 1997, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/142. consulté le 28 avril 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques