Navigation – Plan du site

Daniel CHALLE, Ulrike GAUSS, Henning WEIDEMANN, Eugène Cuvelier (cat. exp.), Stuttgart, Cantz, 1996, 159 p., 43 ill. coul., vignettes NB, 441 F.

Sylvie Aubenas

Texte intégral

1La découverte, dans les années 1980, de superbes tirages d'Eugène Cuvelier (1837-1900) a attiré l'attention sur ce photographe, fils d'Adalbert Cuvelier (1812-1871), marchand d'Arras, lui-même peintre et photographe amateur, ami de Corot et de Delacroix, et membre du cercle de Barbizon. Conçue dans ce riche contexte, l'oeuvre d'Eugène est exceptionnelle par son abondance, sa sensibilité, l'originalité de la vision. Elle est constituée de tirages sur papier salé particulièrement soignés, aux tonalités très variées, allant du noir profond au rouge orangé. Un premier hommage avait été rendu en 1991 à cet artiste dans l'exposition organisée à la Bibliothèque nationale de France, "Les photographes de Barbizon", et Daniel Challe lui avait consacré un chapitre dans le catalogue.

2Ce nouveau livre accompagne une très importante exposition organisée à Stuttgart grâce à la ténacité du collectionneur Rolf Mayer et de Daniel Challe. Le Metropolitan Museum de New York et le musée d'Orsay la reprennent, sous forme de "dossier". Pour un photographe considéré comme de second plan et en tout cas peu connu, il s'agit d'une véritable consécration.

3À l'heureuse initiative d'Ulrike Gauss, conservateur du musée de Stuttgart, l'ouvrage présente le catalogue raisonné de l'oeuvre d'Eugène Cuvelier : effort banal pour la gravure ou la peinture, mais rarissime pour la photographie du XIXe siècle. Toutes les oeuvres connues sont reproduites en vignette, et la technique de chaque tirage connu est indiquée - mais hélas, non les lieux de conservation. Néanmoins, ce sera là un instrument de travail désormais indispensable. Les 43 pleines pages couleur en font aussi un beau livre respectueux des tons subtils des originaux.

4Pour que ce catalogue ne fût pas seulement pratique et beau, mais une véritable monographie, il aurait encore fallu sur Cuvelier, les Cuvelier et leur cercle, un travail plus fouillé que la première approche de Daniel Challe en 1991. On pouvait espérer ici cette étude plus ample, mais la place considérable consacrée au texte tient surtout au fait qu'il est présenté simultanément en trois langues. L'étude de Daniel Challe, intitulée "Eugène Cuvelier ou le légendaire de la forêt" [sic], reprend les éléments biographiques déjà fournis en 1991, sans apporter de nouvelles précisions. Bien plus que Cuvelier, point de départ tôt oublié, ce qui l'occupe est un essai sur les oeuvres et les sentiments inspirés par la forêt au cours des siècles. Défilent en désordre le Mérovingien Sigebert III, saint Bernard, les Pères du désert, Champaigne, Poussin, Hölderlin, Hugo, les encyclopédistes, Abraham, Goethe, Virgile, etc. Si l'érudition, servant à éclairer un sujet, est toujours bienvenue, ce déluge vient plutôt ici masquer le manque d'informations sur l'objet principal de l'ouvrage. Certes, le sujet de prédilection d'Eugène Cuvelier, la forêt de Fontainebleau, vient à point pour flatter les nostalgies sylvestres que l'on attribue volontiers au public allemand, mais est-ce vraiment ce genre d'évocation que l'on s'attend à trouver dans un catalogue monographique ? N'aurait-il pas mieux valu, quitte à diversifier les auteurs, saisir cette occasion unique de poursuivre la recherche sur Eugène Cuvelier lui-même, si mal connu ? Pourquoi le rôle du père n'est-il pas abordé ? Son oeuvre, magnifique, très différente mais proche par la sensibilité, éclaire certainement celle d'Eugène. Pourquoi taire des problèmes aussi passionnants que l'attribution respective des photographies, dont les signatures, A. C. et E. C., ne concordent pas toujours, quant aux thèmes et quant aux dates ? Une luxueuse plaquette de 16 pages intitulée Eugène Cuvelier, rédigée par Malcolm Daniel et éditée en 1996 par le Metropolitan Museum of Art - étape de l'exposition, mais non responsable du catalogue - a tenté de réparer en partie ces manques. Malgré cela, et même si le volume de Cantz est évidemment à recommander aux spécialistes pour l'iconographie et le catalogue raisonné, c'est une occasion manquée.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aubenas, « Daniel CHALLE, Ulrike GAUSS, Henning WEIDEMANN, Eugène Cuvelier (cat. exp.), Stuttgart, Cantz, 1996, 159 p., 43 ill. coul., vignettes NB, 441 F. », Études photographiques, 2 | Mai 1997, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/137. consulté le 24 novembre 2017.

Auteur

Sylvie Aubenas

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques