Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Cf. André Rouillé, La Photographie en France. Textes et controverses : une anthologie, 1816-1871, P (...)
  • 2 Id., “Droit de réponse”, voir ci-dessous, p. 155-156. Le compte rendu de Michel Poivert a été publi (...)

1C’est toujours un plaisir de publier un nouvel auteur. Sauf dans un cas. Quand il nous en est fait obligation. Éditeur d’une magistrale anthologie qui a largement contribué à relancer l’historiographie photographique française au début des années 19901, André Rouillé faisait tout naturellement partie des contributeurs que ces colonnes ont vocation à accueillir. Nous ne nous attendions pas à ce que son premier article pour Études photographiques prenne la forme d’un droit de réponse au compte rendu par Michel Poivert de son récent ouvrage, La Photographie, paru en 2005 chez Gallimard2.

2En 18 numéros, Études photographiques a publié 170 notes de lecture de 66 auteurs et traducteurs, rendant compte de 178 ouvrages. C’est la première fois qu’on nous oppose un tel commandement. Fallait-il que l’article soit particulièrement injurieux, particulièrement malhonnête ? Chacun en jugera. Je ne souhaite pas ici discuter du fond – non seulement parce que nos lecteurs sont suffisamment armés pour évaluer les arguments respectifs des deux chercheurs, mais parce que je m’interdis de trancher entre leurs approches, toutes deux par principe également respectables. En revanche, il me paraît nécessaire de questionner la méthode.

  • 3 André Rouillé, lettre recommandée avec accusé de réception du 7 janvier 2006, adressée au directeur (...)

3Le droit de réponse est un dispositif légal qui permet à une personne physique ou morale de se défendre sans avoir recours à la justice. Estimant que les propos de Michel Poivert « dépassent de la façon la plus flagrante le cadre du légitime droit à la critique », et « portent atteinte à [ses] intérêts intellectuels3 », André Rouillé nous a intimé par lettre recommandée d’avoir à nous conformer aux dispositions en vigueur. Celles-ci nous font obligation de publier dans la même rubrique, sans aucune modification de contenu, le texte portant défense. Le refus d’insertion est considéré comme un délit correctionnel, passible de 3 750 euros d’amende.

4Ces dispositions ont été imaginées pour protéger les personnes de la puissance de la presse, en corrigeant une situation de communication asymétrique. Il est très exceptionnel qu’on y recoure dans le contexte des publications scientifiques. Non que le monde savant soit exempt de toute forme de dispute : bien au contraire, la controverse y est un mode d’intervention permanent, une arme décisive pour l’établissement de la vérité et le progrès des connaissances. Dans ce cadre, une communication répond à une autre, un chercheur à son homologue, un argument à son opposant, dans une situation parfaitement symétrique, jusqu’à épuisement du débat.

5Dans une période qui s’interroge sur la pertinence de soumettre l’histoire à la voix des tribunaux, était-il raisonnable, était-il juste de mobiliser les moyens du droit dans le contexte qui est le nôtre ? Outre qu’on voit mal une revue savante se prévaloir d’un régime de comptes rendus dont la règle serait de plaire aux auteurs des ouvrages, cet acte comminatoire met par définition fin à toute forme de dialogue. Devant l’obligation légale, nulle discussion : on s’y soumet, sans choix possible.

  • 4 http://www.paris-art.com.

6Une telle conception de l’interlocution, de la part d’un auteur qui s’est désormais installé dans la position de critique d’art, peut surprendre. Pourtant, même sur le site Paris-art.com, où il publie ses éditoriaux4, chacun constatera qu’à la différence des environnements recourant aux technologies récentes, il est impossible de répondre par un commentaire à un article. Dans l’un et l’autre cas est entretenue une même situation de communication, qui n’est pas celle du dialogue à armes égales. Nous ne discuterons pas avec André Rouillé, puisqu’il nous l’interdit. Nous dirons juste, avant de nous taire, combien nous trouvons cette situation regrettable.

Notes

1 Cf. André Rouillé, La Photographie en France. Textes et controverses : une anthologie, 1816-1871, Paris, Macula, 1989.

2 Id., “Droit de réponse”, voir ci-dessous, p. 155-156. Le compte rendu de Michel Poivert a été publié dans le n° 17 d’Études photographiques, novembre 2005, p. 159-162 (consultable en ligne : http://etudesphotographiques.revues.org/document764.html).

3 André Rouillé, lettre recommandée avec accusé de réception du 7 janvier 2006, adressée au directeur de publication d’Études photographiques.

4 http://www.paris-art.com.

Pour citer cet article

Référence électronique

André Gunthert, « No comment », Études photographiques, 18 | Mai 2006, [En ligne], mis en ligne le 17 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1362. consulté le 22 juillet 2017.

Auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle