Navigation – Plan du site

La Lumière (1851-1860), intr. Gilbert Beaugé, Marseille, Jeanne Laffitte, 1996, 2 vol., 2160 p., ill. NB, ind., 3600 F.

Emmanuel Hermange

Texte intégral

1La réédition du premier périodique français consacré à la photographie, l'hebdomadaire La Lumière, était un projet caressé par plusieurs éditeurs spécialisés. Grâce à l'éditeur marseillais Jeanne Laffitte, nous disposons désormais d'un reprint d'une qualité irréprochable des dix premières années de cette revue, période où elle est dirigée par le critique Ernest Lacan. Le soutien d'institutions aussi diverses que le Museum of Modern Art de New York, la National Gallery of Canada ou la Biblioteca Nazionale Centrale Vittorio Emmanuele II à cette entreprise prouve que La Lumière est aujourd'hui pleinement reconnue comme ce monument du XIXe siècle, qui restitue dans toute son ampleur la pensée, l'imagination, la complexité des débats et la variété de la littérature suscitées par l'émergence de la photographie, au croisement de l'art et de la science.

2C'est pourquoi il faut regretter la faiblesse de l'introduction rédigée par Gilbert Beaugé, chercheur au CNRS, qui semble découvrir son objet d'étude au cours de la rédaction même de son texte, tant celui-ci recèle d'approximations.L'auteur ne fait que pointer certains enjeux de LaLumière sans en approfondir aucun, alors que l'espace réservé à cette production l'aurait permis.S'il évoque la mise en oeuvre d'une critique spécifique à la photographie, l'apport sans doute le plus essentiel du journal, ce n'est que pour indiquer "qu'il faudra bien un jour [en] inventorier les figures et les ressources". Il en va de même pour le rôle important joué par La Lumière dans d'autres domaines : la pédagogie, les échanges avec l'étranger, etc. La description du journal et de son contexte, trop souvent limitée à de longues énumérations, remplace l'articulation de ces deux éléments. Une analyse plus approfondie du contexte par le filtre du journal aurait en effet permis de comprendre davantage l'émulation et l'inflexion cruciales d'un organe de presse dans la formation d'un champ d'activité, avec ses enjeux scientifiques, culturels et idéologiques.

3Au surplus, de nombreuses erreurs émaillent le texte.N'en retenons ici que deux : à partir du compte rendu d'une séance de la Société héliographique paru en 1852, Gilbert Beaugé suppose l'association encore en activité à cette date, alors que ce texte est extrait d'un compte rendu déjà publié le 4 mai 1851 - et que tous les historiens s'accordent à situer la disparition de la Société héliographique le 29 octobre 1851, date du dernier numéro publié sous son égide. Autre erreur d'inattention difficilement explicable : "Il paraîtra encore une dernière gravure [...] sans qu'aucun tirage original soit jamais édité", note Gilbert Beaugé à propos des modes d'illustration employés dans l'hebdomadaire - qui fut pourtant le premier périodique au monde à insérer, le 22 juillet 1855, une épreuve photographique dans chacun de ses exemplaires.Si l'on ajoute à ces erreurs de nombreuses coquilles typographiques, traduisant une rédaction effectuée à la hâte, on est en droit de se demander s'il était bien nécessaire d'ajouter au monument La Lumière une si frêle béquille.

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Hermange, « La Lumière (1851-1860), intr. Gilbert Beaugé, Marseille, Jeanne Laffitte, 1996, 2 vol., 2160 p., ill. NB, ind., 3600 F. », Études photographiques, 2 | Mai 1997, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/131. consulté le 28 juin 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques