Navigation – Plan du site

Arago, l’invention de la photographie et le politique

Anne McCauley

Notes de la rédaction

La version originale de cet article est parue dans Daniel P. Younger (éd.), Multiple Views. Logan Grant Essays on Photography, 1983-1989, University of New Mexico Press, Albuquerque, 1991, sous le titre “François Arago and the Politics of the French Invention of Photography”. La rédaction remercie l’éditeur pour avoir autorisé la publication de sa traduction française.

Texte intégral

“ On verra que la plupart des machines ne se bornent pas à suppléer simplement le travail de l’homme, et qu’elles donnent un produit réellement nouveau en donnant une perfection nouvelle. ”

Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique (1803).

“ En général, on commet une bien grave erreur lorsque l’on s’imagine que les théories des savants sont indépendantes des principes communs qui régissent les sociétés humaines. ”

L. C., “Variétés...”, Le National, 18 avril 1839.

  • 1  Henri Gaucheraud, “Beaux-Arts. Nouvelle Découverte”, La Gazette de France, 6 janvier 1839, p. 1.

1Le 6 janvier 1839, un long article consacré à une “ nouvelle découverte ” faisait la une du quotidien parisien légitimiste, La Gazette de France : “ Nous annonçons une importante découverte de notre célèbre peintre du Diorama, M. Daguerre. Cette découverte tient du prodige. Elle déconcerte toutes les théories de la science sur la lumière et sur l’optique, et fera une révolution dans les arts du dessin1. ” Daguerre s’était servi d’une chambre noire dans laquelle il avait placé “ une pièce de cuivre nue ” ; après l’avoir exposée trois minutes au soleil, il avait retiré le métal “ couvert d’un dessin ravissant ”. Selon l’auteur de l’article, Henri Gaucheraud, “ il ne s’agit plus que d’une courte opération matérielle de lavage, je crois, et voici que le point de vue qui a été conquis en si peu de momens [sic] reste invariablement fixé et que le soleil le plus ardent ne peut plus rien pour [le] détruire. ”

  • 2  Gaucheraud omet de mentionner la couche d’argent qui recouvrait la plaque de cuivre, ainsi que les (...)

2Gaucheraud avait travaillé à partir d’un communiqué de presse rédigé par François Arago avant son annonce officielle à l’Académie des sciences, le 7 janvier, et il avait donc quelque peu déformé le procédé [p. 7] de Daguerre2. Mais il semble avoir eu sous les yeux quelques clichés, et on lui doit le premier compte rendu jamais publié sur l’image photographique. “ La nature en mouvement, observait-il, ne peut pas se reproduire, ou ne le pourrait du moins que très difficilement par le procédé en question. Dans une des vues du boulevard dont j’ai parlé, il est arrivé que tout ce qui marchait ou agissait n’a pas pris place dans le dessin. [...] La nature morte, l’architecture, voilà le triomphe de l’appareil que M. Daguerre veut appeler de son nom, le Daguerotype [sic]. ” Il avait même pu étudier une araignée morte, placée dans un microscope solaire. Dans l’ensemble, concluait Gaucheraud, les images ressemblaient plus à des mezzo-tinto qu’à des gravures, mais elles les surpassaient en exactitude.

3Cette annonce constituait l’amorce d’une série d’événements, en grande partie orchestrés par François Arago, qui visaient à faire de Daguerre le principal inventeur de ce procédé stupéfiant. La chronologie reprise dans la plupart des histoires de la photographie (du premier discours d’Arago devant l’Académie le 7 janvier, en passant par la remise en cause de l’invention par William Henry Fox Talbot à la fin du même mois, jusqu’à la proposition soumise le 15 juin à la Chambre des députés d’accorder une pension à Daguerre et au fils de son associé défunt, Nicéphore Niépce) sert habituellement à confirmer à la fois l’extrême enthousiasme suscité par les premières photographies et l’appropriation un rien chauvine de l’invention par la France. La photographie elle-même, en tant que combinaison de découvertes chimiques et d’instruments bien connus d’aide au dessin, est définie comme une nouvelle étape dans la quête perpétuelle de la vérité mimétique. Son invention simultanée dans plusieurs pays européens est rapidement expliquée par le climat de positivisme, d’industrialisation et de démocratisation dans lequel un nombre croissant de consommateurs, épris d’ici et maintenant, auraient été demandeurs de représentations plus fidèles et moins coûteuses du monde matériel.

  • 3  Citons, entre autres études qui tentent de définir le climat social où naissent certaines inventio (...)

4Même si ces théories globales de l’apparition de la photographie sont dans l’ensemble admissibles, un examen historique plus approfondi du contexte où s’est élaboré le succès de Daguerre permet de mieux éclairer les valeurs dont on investissait à l’époque le nouveau procédé. Comme pour toutes les technologies, le présent article fera apparaître que l’image qu’on se faisait de la photographie correspondait à des programmes sociaux et politiques bien précis. Loin d’être politiquement neutre, elle [p. 8] faisait partie intégrante d’une idéologie, d’un système de pensée qui préconisait un ordre social particulier. Non que Daguerre (pas plus que Niépce, Talbot ou n’importe quel inventeur de la photographie) se soit jamais perçu, lui ou sa petite cuisine chimique, comme “politique”. Mais sa propre définition de la question supposait la conscience de certains besoins, qu’il fallait bien que d’autres personnes partagent pour autant que son invention devînt publique. L’élément crucial dans la compréhension d’un changement technologique est la manière dont les conditions extérieures, loin du laboratoire ou du cabinet de physique, contraignent ou facilitent la “naissance” d’une découverte. C’est sur ces conditions que je ferai porter ici l’essentiel de l’investigation3.

5La figure clé dans la naissance publique de la photographie est sans conteste François Arago (1786-1853). Astronome, mathématicien, homme politique, vulgarisateur, savant de réputation internationale, il était en 1839, ainsi qu’on le présente dans les histoires de la photographie, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences et représentant du peuple à la Chambre des députés, où il siégeait sur les bancs des “républicains”. Aussi se trouvait-il dans une position idéale pour requérir la reconnaissance publique envers Daguerre (et Niépce). Son rôle de pionnier dans le lancement de la photographie a rarement été questionné, et ses motivations paraissent transparentes : en tant que scientifique ayant participé lui-même à des expérimentations optiques, il était tout naturel qu’il fût impressionné par la découverte capitale de Daguerre, et qu’il cherchât à attirer les honneurs de l’État sur une invention majeure (ainsi que l’histoire devait le confirmer) acclamée de tous. Son rejet de la réclamation d’antériorité de Talbot semble être un effet du nationalisme français et le succès de sa démarche d’indemnisation atteste de sa popularité en tant quéminent scientifique.

  • 4  Parmi les travaux biographiques effectués sur Arago, mentionnons : Maurice Daumas, Arago (1786-185 (...)

6L’engagement d’Arago auprès de Daguerre et le rôle qu’il joua dans cet épisode ne sont nullement aussi évidents ni aussi faciles à évacuer que peuvent le suggérer les mentions sommaires de l’historiographie photographique. Faute d’une biographie moderne de cette personnalité remarquable, il est difficile de reconstituer ses divers intérêts ou d’avoir une vision globale de ses réalisations scientifiques et politiques4. Mais on peut, je pense, se faire une idée assez juste des principes qui le guident en lisant attentivement ses écrits, discours et autres sources primaires décrivant son comportement. [p. 9]

7En tant que savant, Arago se distingua très jeune en se rendant en 1806 en Espagne avec Jean-Baptiste Biot, à la demande du Bureau des longitudes, pour effectuer la mesure du méridien terrestre – base du futur système métrique. Ce service rendu à la nation lui valut un siège à l’Académie des sciences à l’âge précoce de vingt-trois ans. C’est sous l’Empire et la Restauration qu’il effectuera ses principales recherches scientifiques, sur la polarisation de la lumière, le rapport entre magnétisme et électricité, la photométrie, les raisons des rigueurs climatiques extrêmes et la nature des comètes. Vers 1830 – date à laquelle il succède à Fourier au titre de secrétaire perpétuel de la section de mathématique de l’Académie – il semble changer d’orientation pour s’intéresser davantage à des questions de sciences appliquées, à la vulgarisation d’idées scientifiques et à la politique.

  • 5  René Audubert, Arago et son temps, Paris, 1953, p. 15.
  • 6  Histoire et Prestige de l’Académie des sciences, 1666-1966, Paris, Conservatoire national des arts (...)

8Lépanouissement tardif d’Arago dans le rôle d’éducateur du peuple est probablement aussi important pour notre étude que ses contributions à la physique ou à l’astronomie. Nommé professeur à l’École polytechnique en 1809, il ne commence à dispenser ses propres cours d’astronomie qu’en 18135. Opposé à l’enseignement doctrinaire du grec et du latin, Arago pensait que la science pratique devait faire partie de l’instruction de toutes les classes. Avec le renversement des Bourbons en 1830 et l’établissement de ce qui paraissait d’abord être une monarchie constitutionnelle plus “libérale”, il semble avoir développé ses idées sur l’éducation publique. Il fut le premier à inviter la presse aux séances de l’Académie, dont les délibérations furent ensuite régulièrement exposées dans les journaux. Il inaugura également, en 1835, la publication hebdomadaire des comptes rendus de l’Académie des sciences6. À l’Observatoire de Paris, dont il était le directeur, il fit construire un amphithéâtre où il prononça des conférences publiques de 1841 à 1846. Au même moment, il publiait plusieurs ouvrages d’accès aisé, parmi lesquels Des comètes (1835), Leçons d’astronomie (1835) et Astronomie populaire (conférences publiées à titre posthume en 1854-1857).

  • 7  Laffitte fut en partie responsable du soutien organisé en faveur du duc d’Orléans pour le faire él (...)

9C’est dans leur dimension de vulgarisation scientifique que les activités d’Arago présentent un lien avec ses opinions politiques. Opposé à la restauration des Bourbons, il ne commence à jouer un rôle actif dans la vie politique qu’après la Révolution de juillet 1830. D’abord partisan de Louis-Philippe, il est élu député dans sa circonscription natale de Perpignan cette même année. Mais comme son ami, le banquier Jacques Laffitte, il perd bientôt la moindre illusion sur la ligne politique [p. 10] du roi et prend la tête, en 1832, de l’opposition républicaine, aux côtés de Laffitte et d’Odilon Barrot7. Même s’il n’existait pas alors de véritable système de partis politiques en France, et que des querelles internes divisaient les républicains, ce terme désignait habituellement ceux qui considéraient que le gouvernement de Louis-Philippe avait été nommé à titre provisoire par les parlementaires, et qui envisageaient l’acheminement progressif du pays vers l’accomplissement des idéaux de 1789. Parmi les buts qu’ils poursuivaient, figuraient le suffrage universel masculin, la liberté de la presse, la liberté d’association et le soutien à d’autres mouvements révolutionnaires en Pologne, en Belgique et en Italie.

  • 8  Gabriel Perreux, Au temps des sociétés secrètes, Paris, 1934, p. 54. Cette association comptait en (...)
  • 9  J. Mavidal, E. Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860, Paris, 1911, 2e série, t. 87, p. 7 (...)
  • 10  Aux côtés d’Arago, le mathématicien, physicien et astronome Jean-Baptiste Biot (1774-1862) avait é (...)

10Avant de faire triompher un État libre, représentatif et égalitaire, il fallait atteindre un objectif : l’éducation des masses. Arago contribua à fonder plusieurs sociétés nouvelles ostensiblement vouées à l’instruction publique, mais qui servaient également de lieux de ralliement à l’opposition. Il devait occuper les fonctions de vice-président de l’Association pour l’instruction gratuite du peuple (fondée en 1832 et reconstituée en [p. 11] janvier 1833), qui devint plus tard la Société pour l’éducation libre du peuple8. Partageant la devise de Bacon : “ Savoir, c’est pouvoir ”, Arago tenta, dès le début des années 1830, de dispenser un nouveau cours public sur l’astronomie, la météorologie et les phénomènes physiques élémentaires, dans l’esprit des cours organisés par la Société. Même après que Lafayette eût intercédé en sa faveur, Guizot, ministre de l’Instruction publique, refusa de lui donner son autorisation sous prétexte – comme Arago le déclara non sans véhémence lors d’un débat à la Chambre en 1834 – que “ M. Lafayette et moi, nous appartenons à une opinion politique qui ne sympathise pas avec la marche du gouvernement actuel9 ”. LÉtat devinait que l’éducation scientifique pouvait véhiculer une forte charge politique ; l’Académie des sciences dans son ensemble était même considérée avec une certaine suspicion, un grand nombre de ses membres étant des républicains avoués10.

  • 11  Arago appartenait vraisemblablement à l’une des sociétés secrètes les plus radicales, la Société d (...)
  • 12  Louis Blanc et Arago entretenaient des relations amicales, même si le second se montra plus conser (...)

11Malgré le soutien indéfectible qu’il apportait aux idées républicaines11, Arago ne prônait nullement le renversement du gouvernement (contrairement à Auguste Blanqui) ni l’abolition de la propriété privée. Selon Louis Blanc, son ami et son allié politique, c’était un homme qui possédait plus de fougue que de persévérance et qui était prêt à sacrifier davantage à une passion du moment qu’à un but à long terme12. Mais comme un grand nombre de républicains, il était largement influencé par les écrits de Saint-Simon et défendait avec insistance l’intervention de l’État dans la politique industrielle. La doctrine du laisser-faire des économistes anglais classiques conduisait à des taux de chômage et à des niveaux de concurrence inacceptables ; du point de vue d’Arago, l’intervention de l’État, sous le patronage d’industriels, d’artistes et de savants comme lui, était nécessaire pour faciliter la transition entre la production manuelle et la production mécanique, et il devait encourager toutes les formes de progrès pour voir s’améliorer, au bout du compte, les conditions de vie de toutes les classes.

12C’est dans un éloge du Britannique James Watt, l’un des inventeurs de la machine à vapeur, que l’on peut trouver la déclaration la plus cohérente d’Arago sur l’importance de l’industrialisation pour le progrès de l’humanité. Le texte comporte une courte section intitulée “Des machines considérées dans leurs rapports avec le bien-être des classes ouvrières”, ajoutée après les commentaires suscités par la première version du discours, lue à l’Académie le 8 décembre 1834. Arago commence par reprendre l’argument bien connu, selon lequel “ ces merveilleuses [p. 12] combinaisons mécaniques, que nous sommes habitués à admirer dans la régularité et l’harmonie de leurs mouvements, dans la puissance et la délicatesse de leurs effets, ne seraient que des instruments de dommage ”. Les détracteurs des machines voulaient les détruire pour donner du travail aux ouvriers. Mais, répliquait-il, la machine n’est qu’un outil de plus ; et qui oserait nier la valeur de la charrue ou de la pelle ? La machine permettait en fait de réduire les coûts de production, d’augmenter la demande de biens et d’accroître la valeur de la production dans son ensemble. Le nombre d’ouvriers grandissait même, soutenait-il en se fondant sur l’exemple de l’invention des presses d’imprimerie, qui avait porté le nombre d’employés de quelques centaines à plusieurs milliers. Arago mentionnait aussi le développement récent de la gravure sur acier, qui permettait de tirer 100000 exemplaires à partir d’une seule planche, contre 2000 avec les anciennes plaques de cuivre. Le moindre coût de revient augmentait d’autant le nombre d’acheteurs.

  • 13  François Arago, “Des machines considérées dans leurs rapports avec le bien-être des classes ouvriè (...)

13Arago examinait ensuite la situation en Grande-Bretagne. Il dégageait les machines de toute responsabilité dans la création de l’impopulaire Poor Tax (1834) et niait que la diminution des prix et l’augmentation du niveau de vie qui en résulteraient puissent entraîner un accroissement néfaste de la population, comme l’avait prévu Malthus. Même s’il ne fallait pas exclure un risque de chômage temporaire après l’introduction des machines, cela signifiait que l’État devait limiter le travail des enfants et interdire l’exploitation des ouvriers poussés à accepter de plus bas salaires. En tout état de cause, Arago encourageait les gens à ne pas se révolter contre les machines13.

14Il n’est pas difficile de découvrir les raisons qui poussèrent Arago à plaider avec tant de subtilité en faveur de la machine en 1834. Dans une note ajoutée au texte tel qu’il fut repris dans ses OEuvres complètes, il déclare :

  • 14  Id., OEuvres complètes, op. cit., 1854, t. 1,
    p.431-432, n. 1.

“ En écrivant ce chapitre, il m’a semblé que je pouvais user sans scrupule de beaucoup de documents que j’ai recueillis, soit dans divers entretiens avec mon illustre ami lord Brougham, soit dans les ouvrages qu’il a publiés lui-même ou qui ont paru sous son patronage. Si je m’en rapportais aux critiques que plusieurs personnes ont imprimées depuis la lecture de cette biographie, en essayant de combattre l’opinion que les machines sont nuisibles aux classes ouvrières, je me serais attaqué à un vieux préjugé sans consistance actuelle, à un véritable fantôme. [...] Malheureusement, des lettres que de braves ouvriers m’adressent fréquemment, soit comme académicien, soit comme [p. 13] député, malheureusement les dissertations ex professo et assez récentes de divers économistes ne me laissent aucun doute sur la nécessité de dire encore aujourd’hui, de répéter sous toutes les formes, que les machines n’ont jamais été la cause réelle et permanente des souffrances d’une des classes les plus nombreuses et les plus intéressantes de la société14. ”

  • 15  A. Jardin, A.-J. Tudesq, op. cit., t. 1,
    p.140-141.

15En 1834, Arago s’inquiétait de voir la France suivre le chemin que l’Angleterre avait déjà emprunté, tant du point de vue de la politique sociale que de celui des réactions ouvrières. Même si l’industrialisation française accusait un certain retard sur les manufactures anglaises, le pays s’était offert un avant-goût du luddisme à la suite de la révolution de 1830. Des manifestations avaient eu lieu à Paris et dans plusieurs centres industriels, où les ouvriers réclamaient de meilleurs salaires et où des machines avaient été détériorées. En 1831, les ouvriers des soieries lyonnaises s’étaient révoltés, et l’année 1834 avait été perturbée par de longues grèves et par des appels à la formation de syndicats, à Paris comme à Lyon15.

  • 16  Cette revue a paru de 1839 à 1842 : elle représentait les opinions de l’aile gauche des républicai (...)
  • 17  Si cette section de l’éloge de Watt fut publiée en 1839, ce fut aussi, sans aucun doute, pour réag (...)

16En janvier 1839, le premier numéro de La Revue du progrès, fondée par Louis Blanc et Arago, rééditait son plaidoyer en faveur de la machine16. Encore une fois, l’occasion était bien choisie : le mécontentement des ouvriers était grand et l’économie stagnait. Même si la crise n’était pas aussi profonde qu’en 1837, des journaux de diverses obédiences politiques se firent l’écho, en 1839, de nombreuses faillites et du fort taux de chômage. Le National, journal républicain publié avec l’appui d’Arago, annonça le 5 avril qu’il ouvrait une souscription pour les chômeurs puis, le 9 avril, commenta l’aggravation de la “ crise commerciale ” et les difficultés qui surgissaient de toutes parts. Le 15 juin, le journal révéla que “ la plus affreuse misère travaille en ce moment parmi les ouvriers de l’imprimerie lithographique : on assure que plus de 1200 se trouvent en ce moment sans travail ”. Le 28 novembre, La Gazette de France énumérait encore, au nombre des fléaux, “ crise industrielle et commerciale, temps d’arrêt dans la production et la consommation, resserrement des capitaux, misère profonde dans les classes inférieures, mécontentement... ”. Dans ces circonstances, Arago dut bien sentir qu’il fallait rassurer les dirigeants de mouvements socialistes militants, comme Constantin Pecqueur ou les adeptes de l’économiste Sismondi, et leur répéter que les machines n’étaient pas à l’origine de l’appauvrissement du peuple17. [p. 14]

  • 18  Il est difficile de savoir à qui Arago pensait s’adresser lors de sa première lecture du discours (...)
  • 19  C’est de toute évidence la thèse centrale de l’utilitarisme qui avait fourni à Brougham sa formule (...)

17De façon significative, Arago déclare s’être inspiré à de nombreuses reprises d’Henry Brougham, figure éminente du mouvement libéral britannique, réformateur social, utilitariste, scientifique amateur – et francophile, qui passait une partie de l’année à Cannes et partageait avec Arago un grand nombre d’opinions. En 1826, il avait contribué à la fondation de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge, qui publiait des livres à l’attention des ouvriers et cherchait à éliminer toute dissension violente grâce à la promotion du “ savoir utile ”. En 1831, Brougham faisait paraître The Working Man’s Companion. The Results of Machinery, Namely, Cheap Production and Increased Employment, Exhibited, principale source de l’intervention d’Arago. En se fondant sur l’histoire de l’imprimerie pour illustrer l’accroissement de la production grâce à la machine, Brougham mentionnait aussi la gravure sur acier, dont il disait qu’elle pouvait produire 20000 exemplaires (100000, selon Arago). Puis, en s’adressant explicitement à l’ouvrier18, il plaçait les machines dans la continuité des outils traditionnels et rapportait tous les progrès de la civilisation à l’activité commerciale. Même si de nouvelles machines pouvaient entraîner un chômage temporaire, la diminution du prix des marchandises entraînerait une consommation et un confort accrus : “ Vous apprendrez désormais qu’il est absolument inutile de lutter contre ce progrès de la société, qui tend à nous rendre tous plus à l’aise, plus instruits, plus vertueux et, par conséquent, plus heureux19. ”

  • 20  Arago, selon un inventaire de sa bibliothèque effectué après sa mort en 1853, possédait les ouvrag (...)
  • 21  J.-B. Say, Traité d’économie politique [1803], Paris, Calmann-Lévy, 1972, p. 85-86.
  • 22  Ibid., p. 83, n. 1.

18La principale source d’inspiration pour Arago comme pour Brougham n’était autre que l’ouvrage de l’économiste français Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique (1803), qui défendait la machine20. En reprenant l’exemple familier de l’imprimerie, Say avançait un argument qu’Arago n’avait pas aperçu : la machine ne se contentait pas de se substituer au travail humain, elle permettait de fabriquer de nouveaux produits plus parfaits : “ Des peintres pourraient exécuter au pinceau les dessins qui ornent nos indiennes, nos papiers pour tentures ; mais les planches d’impression, mais les rouleaux qu’on emploie pour cet usage, donnent aux dessins une régularité, aux couleurs une uniformité que le plus habile artiste ne pourrait jamais atteindre21. ” Pour alléger les difficultés qui provenaient au départ de l’introduction des machines, Say recommandait que le gouvernement mît en oeuvre des programmes de travaux d’utilité publique qui emploieraient les ouvriers inoccupés et développeraient la colonisation22. [p. 15]

  • 23  La critique au vitriol que rédigea Théophile Thoré sur le journal républicain Le National, en 1840 (...)
  • 24  Lancée en 1834, la Revue républicaine publia des articles de Thoré, Louis Blanc, Étienne Arago, De (...)
  • 25  Hte. D., “Des machines et de leurs influences sur la production et les salaires”, Revue républicai (...)

19Pour bien comprendre la promotion de Daguerre par Arago, il faut replacer le soutien qu’il apporta de façon plus générale au progrès industriel dans la perspective du programme républicain des années 183023. On trouve des échos anticipés de son article dans la Revue républicaine24, qui avait précédé La Revue du progrès, et vigoureusement pris position pour le contrôle étatique de l’application des machines et de la distribution des richesses. Selon l’auteur d’un article paru en 1835 et intitulé “Des machines et de leurs influences sur la production et les salaires”, les machines permettaient d’augmenter les bénéfices, ce dont les ouvriers devaient profiter. La misère de l’époque était due à la réduction des salaires et à l’application de piètres lois servant les intérêts des seuls propriétaires terriens. Pour remédier à ces maux, il convenait de tenir les nouveaux prix en bride afin qu’ils baissent lentement25.

  • 26  Helmut et Alison Gernsheim mentionnent dans leur biographie le nom des personnes contactées par Da (...)
  • 27  Daguerre et Isidore Niépce avaient signé un contrat le 13 juin 1837, dans lequel ils s’engageaient (...)

20Lorsque l’artiste et entrepreneur Louis Daguerre fit part à Arago de sa nouvelle invention à la fin de l’année 1838, le savant était tout disposé à s’enthousiasmer pour des images réalisées par une machine, permettant une économie de travail et d’argent. La raison pour laquelle le peintre s’était tourné vers les membres de l’Académie (parmi lesquels siégeaient Biot, Jean-Baptiste Dumas et Alexander von Humboldt), vers des artistes comme Paul Delaroche et Henri Grevedon, ou encore vers le conservateur du musée du Louvre, Alphonse de Cailleux, était compréhensible26. En 1838, Daguerre avait tenté en vain de vendre pour [p. 16] 200000 francs l’invention dont il partageait la paternité avec Niépce, puis de trouver des souscripteurs prêts à débourser 1000 francs chacun pour devenir actionnaires du procédé27. Aucun acquéreur ne se présentant, malgré la publication d’une annonce, Daguerre entreprit alors un mode de sollicitation plus personnel.

21S’il décida d’aborder les membres de l’Académie des sciences pour leur faire part d’une invention qui possédait un potentiel commercial certain, mais dont on ne comprenait pas bien le mode d’action, c’est probablement à cause de l’implication de plus en plus grande de cette institution dans les activités commerciales et les sciences appliquées – plutôt que dans les sciences pures. Il n’était pas rare que l’on fît appel à Arago et à ses pairs pour effectuer toute une série d’études, depuis les causes des explosions des machines à vapeur jusqu’aux meilleures méthodes pour extraire le sucre de la betterave. C’était alors le célèbre chimiste Joseph Gay-Lussac qui dirigeait les verreries de Saint-Gobain à Chauny. Sans doute n’y avait-il rien d’exceptionnel à ce qu’un fabricant ou un inventeur sollicite l’aval d’un académicien, si l’on en juge par la parodie de Balzac racontant la chute tragique de César Birotteau dans son roman éponyme (1838). Birotteau, parfumeur honnête mû par une ambition démesurée, fait fortune en se faisant assister de M. Vauquelin, chimiste et membre illustre de l’Académie des sciences qui l’a aidé à concevoir une nouvelle lotion cosmétique. Plus loin, le héros retourne voir Vauquelin et lui demande conseil à propos d’une nouvelle huile capillaire. La confrontation entre le bourgeois rusé et le grand scientifique prend un tour comique, celui-ci se répandant en explications jargonneuses tandis que l’autre espère simplement son aval :

“ Croyez-vous que l’Académie royale des sciences voudrait approuver... ?

  • 28  Honoré de Balzac, César Birotteau, La Comédie humaine, Paris, 1977, t. 6, p. 128.

— Oh! Il n’y a pas là la moindre découverte, dit Vauquelin. D’ailleurs, les charlatans ont tant abusé du nom de l’Académie que vous n’en seriez pas plus avancé. Ma conscience se refuse à regarder l’huile de noisette comme un prodige28. ”

22Même si l’on peut penser que l’invention de Daguerre était effectivement une sorte de prodige, sa position sociale devait être comparable à celle de Birotteau.

  • 29  Pour une description de ces partis et la formation d’une coalition, cf. J. P. T. Bury,
    R. P. Tombs(...)

23La série des démarches entreprises en 1839 par Arago révèle un fin tacticien, passé maître dans l’art d’adapter une ligne d’action aux circonstances. Pour comprendre ces différentes étapes, il faut les replacer [p. 17] dans le contexte chaotique des événements politiques de cette année-là. Sans doute a-t-il décidé de promouvoir l’invention de Daguerre en raison de la formation, à la fin de l’année 1838, d’une nouvelle alliance qui regroupait, au sein de l’opposition, les républicains (qu’il dirigeait), les légitimistes et plusieurs autres groupes comprenant Odilon Barrot (la gauche dynastique, comme on l’appelait), Adolphe Thiers (le centre gauche) et Guizot (les “doctrinaires”)29. Ce groupe, connu sous le nom de la Coalition, se donnait pour objectif d’ébranler la puissance du gouvernement, dirigé à l’époque par Molé, pair mis en difficulté à la Chambre des députés et porte-parole du roi. Malgré des divergences idéologiques majeures et surtout de graves conflits de personnes, les factions opposées de la Coalition s’étaient unies dans le but de limiter la prérogative royale. Le jour où Arago annonça l’invention de Daguerre à l’Académie, les députés de la Coalition passèrent pour la première fois à l’offensive à la Chambre, en répondant au discours du roi qui ouvrait traditionnellement chaque session. Même si Arago ne prenait jamais la parole (il représentait l’aile gauche de l’opposition et laissait les personnalités plus centristes, comme Guizot et Thiers, exposer leurs arguments communs), il n’en fut pas moins encouragé par les attaques portées contre le roi et le gouvernement : contre la tiédeur de sa politique étrangère, contre sa volonté de maintenir la paix à tout prix et contre l’affaiblissement de l’alliance passée avec l’Angleterre. Au terme d’un débat de douze jours, Molé obtint une mince majorité de 221 voix contre 208 et démissionna. La Chambre fut dissoute par le roi le 31 janvier et de nouvelles élections furent prévues pour le mois de mars.

  • 30  Le National, 1er mars 1839, p. 2.

24La Chambre ne siégeant pas, Arago divisa son temps entre les séances de l’Académie et la campagne électorale. Il ne pouvait continuer à solliciter le soutien du gouvernement en faveur de Daguerre puisque, de fait, il n’y avait plus de gouvernement. Mais l’occasion idéale se présenta de faire élire davantage de républicains aux élections de mars. Le 26 février, Arago prononça un discours vibrant lors de la réunion électorale du 12e arrondissement de Paris (quartier situé autour du Panthéon, l’un des plus radicaux de la ville). Tout en niant son appartenance à la Coalition ainsi que de prétendus liens amicaux avec Thiers et Guizot, il n’en défendit pas moins leurs thèses sur la politique étrangère : “ Si je repousse, pour mon compte, toute pensée de guerre, je déclare avec la même franchise que je ne veux pas de la paix à tout prix ; que la guerre pourra me paraître, dans certaines [p. 18] circonstances, nécessaire, indispensable. Naguère le peuple anglais était l’allié sincère de la France ; sa sympathie s’affaiblit avec une déplorable rapidité30. ” À la fin du mois de mars, Arago accompagna Jacques Laffitte dans un déplacement électoral à Rouen pour consolider le soutien à la cause républicaine.

25Les élections de mars marquèrent une autre défaite pour le roi et les partisans de Molé, qui perdirent la mince majorité fraîchement acquise. Arago fut brillamment réélu à Perpignan. Le maréchal de Castellane, officier de Napoléon qui vivait à Perpignan et professait des opinions politiques conservatrices, observa dans son Journal que les élections avaient provoqué quelques troubles :

  • 31  Journal du maréchal de Castellane, 1804-1862, Paris, 1897, 3e éd., t. 3, p. 187-188. Sur la popula (...)

“ M. Arago a été élu à Perpignan. [...] Dans la soirée, une quarantaine de polissons suivant deux hommes qui portaient des torches ont crié : “Vive Arago !” Dans une rue du faubourg Saint-Mathieu, à laquelle on a donné en 1830 le nom de rue Arago, il y a eu illumination ; [...] on y a exposé une lithographie de M. Arago, couronné de laurier, ayant à sa droite le buste de l’empereur Napoléon, à sa gauche celui du duc de Reichstadt [le fils de Napoléon, mort en 1832] ; si l’Empereur avait pu revenir, il aurait été bien étonné de se voir en faction avec son fils pour faire honneur à M. Arago31. ”

  • 32  Cf. J. P. T. Bury, R. P. Tombs, op. cit., p. 61.
  • 33  Ce gouvernement ne se maintint en réalité que jusqu’au 22 février 1840, date à laquelle Thiers fut (...)

26Malgré la défaite des forces de Molé, la Coalition ne fut pas capable de s’emparer efficacement du pouvoir et Louis-Philippe ne réussit pas à former de gouvernement en avril ni en mai. Le 1er avril, la presse communiqua la nomination d’un nouveau ministère. La situation, pourtant, était instable, Thiers ayant accepté de diriger un gouvernement dans des conditions que ni Guizot ni le roi n’approuvaient32. À Paris, seul le début d’un soulèvement violent dirigé par Blanqui et Barbès le 12 mai contraignit à la formation d’un gouvernement d’urgence dont Soult prit la tête. Tout en représentant la victoire du roi sur la Coalition, ce gouvernement était attaqué par la presse et n’avait guère de partisans ni de programme précis33.

  • 34  H. et A. Gernsheim, op. cit., p. 98.
  • 35  La première loi sur les pensions datait du 3 août 1790 et avait permis d’économiser 12 millions de (...)
  • 36  Le 9 septembre 1830, Boissy d’Anglas proposa l’abrogation d’une loi de 1817 qui fixait l’attributi (...)

27Pendant l’été mouvementé de l’année 1839, Arago s’employa à faire voter une loi accordant une pension annuelle et viagère de 6000 francs à Daguerre et de 4000 francs à Isidore Niépce, en récompense de la contribution de son père. Helmut Gernsheim décrit cette loi comme “ sans précédent, non seulement en France mais dans n’importe quel pays34 ”. La formule est exagérée, mais l’attribution d’une pension à un [p. 19] inventeur était tout à fait inhabituelle. Cette récompense était fréquemment accordée à des fonctionnaires du gouvernement ou des militaires partant à la retraite. Plus rarement, une prime spéciale était versée à d’anciens généraux et à leur famille, ou à des victimes de troubles politiques. En réponse à l’accroissement de l’armée sous l’Empire et à la générosité de la Restauration envers les plus fidèles serviteurs de l’État, les représentants de la monarchie de Juillet se chargèrent d’interrompre ce qu’ils percevaient comme une inacceptable ponction du budget. Une loi votée le 11 septembre 1807 permettait au gouvernement d’accorder aux “grands fonctionnaires” de l’État, à leurs veuves et à leurs enfants, une pension annuelle dont le montant pouvait s’élever jusqu’à 20000 francs. Cette attribution était liée à certaines conditions : le récipiendaire devait s’être réellement distingué par les services qu’il avait rendus mais aussi avoir vraiment besoin de cet argent35. En 1816, plus de 24 millions de francs par an étaient ainsi consacrés au chapitre des pensions. Un an plus tard, la somme représentait un sixième du montant total des recettes. En 1832, on était passé à plus de 85 millions de francs. Entre septembre 1830 et février 1832, la Chambre discuta âprement un projet visant à amender la loi et à refermer cette “ plaie de l’État36 ”.

  • 37  Arago prit la défense de Grimpé dans un discours qu’il prononça le 13 mai 1835 (cf. ibid., t. 96, (...)
  • 38  Ibid., t. 109. p. 345-346 et 729.

28Il existait aussi des pensions spéciales, occasionnellement versées à des personnes qui n’étaient ni fonctionnaires ni militaires. C’est ainsi, par exemple, que la Chambre accorda à la comtesse de Lipona (Caroline Murat) une pension viagère peu de temps avant sa mort, en 1839. Mais l’idée d’en accorder à un inventeur était cependant peu courante. Des récompenses honorifiques avaient été décernées à des savants célèbres qui occupaient de hautes fonctions au sein d’institutions publiques, comme le botaniste Jussieu et le naturaliste Cuvier (dont les veuves recevaient l’une et l’autre une rente annuelle de 6000 francs). Mais entre 1830 et 1839, on n’avait voté l’attribution de primes spéciales quau bénéfice de deux inventeurs : Émile Grimpé et Edmé David. Le premier avait conçu un système pour industrialiser la production des barillets de fusil en diminuant notablement leur coût de revient. Attentive au plaidoyer d’Arago en sa faveur, et à l’argument que cette invention ferait économiser 54780 francs par an à l’État, la Chambre vota le 21 avril 1836 l’achat du procédé pour la somme de 130000 francs37. Edmé David inventa en 1810 un nouveau type de poinçon empêchant la contrefaçon de pièces d’or et d’argent. Il proposait de vendre son [p. 20] invention à lÉtat pour la somme de 50000 francs, mais le ministère répondit en 1817 en lui offrant 16200 francs et un poste à l’hôtel de la Monnaie à Paris, moyennant un salaire annuel de 2400 francs. David accepta le poste, qu’il occupa jusqu’à ce que la maladie l’oblige à prendre sa retraite en septembre 1835. LÉtat lui offrit alors 3000 francs et la gérance d’un bureau de tabac, qu’il refusa. Une loi fut débattue et adoptée le 18 avril 1837, qui lui accordait une pension viagère de 2400 francs, non pas, disait-on, sous la forme d’une retraite de fonctionnaire mais à titre de compensation pour son invention – qui rapportait quelque 200000 francs par an38.

29Ces deux cas étaient très différents de ce que proposait Arago pour Daguerre et Niépce. Le procédé de Daguerre produisait des images intéressantes et plus exactes, mais l’État n’avait pas la moindre possibilité d’en tirer des bénéfices financiers directs. Si les primes accordées à Grimpé et David avaient eu pour motivation évidente le profit commercial de leurs inventions, Arago devait dans ce cas précis trouver d’autres arguments pour expliquer l’attribution d’une somme annuelle de 10000 francs à la photographie. C’est à cette tâche qu’il s’attela soigneusement pendant la première moitié de l’année 1839.

  • 39  Il est vrai que Daguerre lui-même écrivait le 28 avril 1838 à Isidore Niépce : “Quant à moi, je co (...)
  • 40  Cité par E. Halévy, op. cit., t. 1, La Jeunesse de Bentham 1776-1789, p. 137.
  • 41  J.-B. Say, op. cit., liv. 2, chap. 7, p. 373.
  • 42  J.-B. Biot, “Détails historiques sur Flamsted” [1836], repris dans Mélanges scientifiques et litté (...)

30En réalité, Arago proposait de récompenser pour services rendus à la nation un homme qu’il présentait sous les traits d’un scientifique désintéressé, ayant sacrifié noblement son temps et son argent à une cause supérieure39. L’idée que l’État devait se substituer à la libre entreprise pour encourager l’invention faisait partie du programme républicain et s’inspirait des écrits de saint-simoniens et d’utilitaristes anglais. Jeremy Bentham, habituellement méfiant à l’égard des inventions d’État, reconnaissait qu’“ il est des cas où, dans l’intérêt du public considéré en général, il peut être au pouvoir du gouvernement de provoquer soit la production soit la diffusion de telle ou telle portion du savoir, qui, sans l’initiative du gouvernement, ou n’aurait pas été produite ou n’aurait pas été divulguée40 ”. C’est à l’État, pensait-il, qu’incombe la tâche d’encourager l’étude des sciences utiles, de décerner des prix à des découvertes, de rendre publics des systèmes employés dans l’industrie et de protéger les inventeurs contre le plagiat. Say insistait encore davantage sur le devoir où se trouvait l’État de soutenir des savants qui consacraient de longues heures à leur travail, pour une maigre contrepartie financière : “ Ainsi tous les peuples assez éclairés pour comprendre de quelle utilité sont les travaux scientifiques, ont-ils toujours, par des [p. 21] faveurs spéciales et des distinctions flatteuses, dédommagé les savants du peu de profits attachés à l’exercice de leur industrie, à l’emploi de leurs talents naturels ou acquis41. ” Jean-Baptiste Biot, bras droit d’Arago dans la promotion de Daguerre, en était arrivé à une conclusion similaire en 1836, même si le recours à l’État prenait chez lui une tournure plus pragmatique qu’idéaliste : “ l’expérience a montré, quand [les gouvernements] savent y lire, que maintenant la science est une cause de production, une source de richesse, un instrument de pouvoir. Les monarchies habiles et bien conduites en développent ainsi les plus nobles applications dans leur propre intérêt42. ”

  • 43  La discussion soulevée par Le National est sur ce point typique : “Ainsi, on peut se demander : de (...)
  • 44  Prosper Mérimée, lettre à Albert Stopfer du 14 août 1841, Correspondance générale, Paris, 1942, t. (...)

31Au moment de son premier communiqué de presse, avant le 7 janvier, Arago était certain que, malgré le caractère inhabituel de la démarche, la proposition d’accorder une pension à Daguerre correspondait à la mission qui était à ses yeux celle de l’action gouvernementale, et qu’elle avait des chances d’être approuvée, y compris dans le climat d’instabilité politique qui régnait alors. L’autre possibilité principale – faire breveter l’invention – était inacceptable d’un point de vue idéologique plutôt que pratique. Selon le raisonnement qu’il présenta à la presse, un brevet était impensable en raison de la trop grande simplicité du procédé43. Pourtant, comme devaient le découvrir de nombreux pionniers de la photographie, celui-ci était tout sauf simple. Prosper Mérimée s’en plaignait en 1841 : “ Je suis plus qu’à moitié découragé du daguerréotype, car on m’a montré hier des vues de Damas et de Saint-Jean-d’Acre si laides que cela ressemble tout à fait à Pantin. On me dit en outre qu’il faut un mois d’exercice pour apprendre à tirer parti de l’instrument44. ” Le procédé était peut-être simple comparé au dessin, mais il était certainement plus complexe que les procédures couvertes par la plupart des brevets d’invention.

  • 45  En 1839, les lois françaises en vigueur sur les brevets d’invention dataient de 1790 et 1791, mais (...)
  • 46  Louis Blanc, Organisation du travail, op. cit., p. 86.
  • 47  Michel Chevalier, dans un ouvrage nettement postérieur (1878) mais reprenant des idées qu’il défen (...)
  • 48  J. Mavidal, E. Laurent, op. cit., t. 95,
    p. 755, débat ayant eu lieu à la Chambre le 13 mai 1835.

32Si les brevets se heurtaient à l’hostilité de nombreux républicains, c’est qu’ils bénéficiaient à un petit groupe d’individus, et non au bien de tous, et entraînaient une compétition injuste45. Dans son influent ouvrage, Organisation du travail, Louis Blanc définissait les lois sur les brevets comme contribuant à aggraver la condition ouvrière. Déplorant l’environnement conflictuel du capitalisme incontrôlé, où les grosses entreprises volent le travail aux petites et les condamnent à fermer, il en appelait à la fin des monopoles et à la création de coopératives d’ouvriers. Dans ce contexte, les brevets ne servaient qu’à renforcer le monopole : “ Dans le système d’association et de solidarité, plus de brevets [p. 22] d’invention, plus d’exploitation abusive. L’inventeur serait récompensé par l’État, et sa découverte mise à l’instant même au service de tous46. ” Le saint-simonien Michel Chevalier réclamait lui aussi l’abolition des brevets, sous prétexte qu’ils constituaient une entrave à la liberté47. En 1835, Arago lui-même devait exprimer ses doutes quant aux brevets, expliquant que dans la plupart des cas, les inventions n’avaient pas de valeur et que les inventeurs naïfs perdaient l’argent qui avait servi à payer les droits d’inscription48.

33La réponse de La Gazette de France, journal légitimiste, à la proposition d’Arago est significative et confirme la forte connotation politique du débat. Un article anonyme accuse ce type de récompense nationale d’être inapproprié et brosse un tableau cynique de l’égoïsme et de la corruption du gouvernement :

“ Mais les récompenses nationales ne peuvent être décernées que par le principe monarchique représentant la nation, ou par une assemblée d’origine nationale. Nos chambres voudront-elles faire ce cadeau à la France et à l’Europe ? C’est au moins douteux.

“ Il n’y a rien là de la politique, rien qui puisse donner une voix de plus à un ministère. La comtesse de Lipona a eu cent mille francs de rentes sur le trésor de France, par des considérations qui sont ici sans influence. M. Daguerre est un artiste placé en dehors des luttes des partis. Ses oeuvres ne sont ni de la coalition ministérielle, ni de la coalition parlementaire. On dit que M. Arago doit porter la parole pour le daguerréotype ; c’en sera peut-être assez pour que le juste milieu vote contre. C’est pitié, pourtant, que la lumière, l’optique et le dessin aient affaire avec le compte rendu, le tiers-parti et les doctrinaires. [...] Si du moins on pouvait fixer un système et un ministère comme M. Daguerre fixe les images ! Mais tout est fugitif et insaisissable dans la chambre obscure du palais Bourbon. ”

  • 49  A., “Beaux-Arts”, La Gazette de France, 19 février 1839, p. 2.

34L’article poursuivait en proposant de résoudre le problème par une souscription49.

  • 50  Cf. H. et A. Gernsheim, op. cit., p. 27-28.

35Loin de se laisser intimider, Arago élabora le raisonnement qu’il soumettrait à la Chambre pour faire voter l’attribution d’une pension à l’inventeur de la photographie. Il lui fallait d’abord établir que Daguerre était un homme de génie qui avait apporté des contributions substantielles à l’État français pendant longtemps. Depuis qu’il avait inventé le Diorama en 1822, le grand public le connaissait comme un maître du [p. 23] trompe-l’oeil, un artiste doué qui divertissait les foules en leur présentant d’étonnants effets d’éclairage et en recréant visuellement des orages de montagne et de mystérieuses chapelles. En 1825, le nouveau roi, Charles X, l’avait décoré de la Légion d’honneur : le prétexte en était un médiocre tableau de la chapelle d’Holyrood exposé au Salon cette année-là – il s’agissait plus vraisemblablement de récompenser un spectacle du Diorama commémorant les efforts du duc d’Angoulême (le fils du roi) pour rendre le trône d’Espagne au despote Ferdinand VII50. Bien que ce sujet politique ne lui valût aucun crédit aux yeux du gouvernement orléaniste, Daguerre jouissait au moins, en 1839, dans l’imagination du public, de la réputation d’“ artiste ” – opinion qu’il s’était lui-même employé à diffuser par voie de presse.

  • 51  Heinz Buddemeier a retrouvé des réactions dans la presse de l’époque qui montrent l’opposition éta (...)
  • 52  “Nouvelles diverses”, La Gazette de France, 11 mars 1839, p. 3. On retrouve ces expressions reprod (...)

36Reste qu’on avait du mal à le considérer comme un artiste sérieux. Il exposait rarement au Salon et ne se situait pas au même niveau que les membres de l’Académie des beaux-arts, qui plaçait la peinture d’histoire et les sujets religieux largement au-dessus de son illusionnisme populaire et facile. Les allusions à “ ce grand artiste ” qui émaillent les coupures de presse de l’année 1839 ressemblent à autant d’efforts pour orienter l’opinion du public, mais ne reflètent guère celle de [p. 24] l’establishment artistique51. Par exemple, lorsqu’un incendie détruisit le Diorama de Daguerre le 8 mars 1839 (accident bienvenu pour établir la nécessité d’une pension), plusieurs journaux déplorèrent la disparition des tableaux, “ vivement sentie par tous les artistes, et par tous les hommes de goût et par le public. Loeuvre de M. Daguerre n’était pas la spéculation isolée d’un artiste au milieu de ses concitoyens, c’était un monument dont Paris s’enorgueillit et que les arts français étaient fiers d’avoir fondé52. ”

  • 53  D. et Jsph G., “Académie des sciences”, Le National, 11 décembre 1839, p. 1.
  • 54  “Invention de M. Daguerre”, ibid., 11 janvier 1839, p. 2.
  • 55  “Académie des Sciences”, ibid., 27 février 1839, p. 1.

37Pour obtenir le soutien de la communauté scientifique, on multiplia les références aux années d’expérimentation de Daguerre et on souligna les contributions du nouveau médium à la science naturelle et à la spectroscopie. Arago dut néanmoins faire preuve d’une certaine prudence, car certains milieux ne ménageaient pas leurs critiques à l’égard [p. 25] de l’intérêt de l’Académie pour le développement technologique aux dépens de la recherche désintéressée. De fait, après le vote de la pension à Daguerre et Niépce, les journalistes chargés des rubriques scientifiques du National ravalèrent l’Académie au rang d’institution moribonde : “ LAcadémie sommeille : toutes les belles activités scientifiques qui semblaient devoir continuer longtemps encore la gloire de cette illustre assemblée s’éteignent prématurément, les unes dans des fonctions professorales qui n’étaient pas faites pour elle ; les autres, dans des fonctions politiques pour lesquelles elle n’était point faite, la plupart dans les loisirs d’une vieillesse anticipée. ” LAcadémie passait son temps “ en d’insignifiants rapports, en stériles lectures, en vains débats de priorité53 ”. Pour prévenir l’accusation selon laquelle l’Académie devait attacher son nom à de véritables découvertes scientifiques, Arago commença par évoquer l’utilité du procédé de Daguerre dans l’analyse photométrique de la lumière lunaire54. Les rapports suivants présentés à l’Académie à propos des expériences effectuées par Daguerre en 1826 et en 1834 sur les phénomènes de phosphorescence suggéraient qu’il avait procédé à des expérimentations contrôlées sans envisager un but commercial55.

  • 56  J.-B. Biot, “Sur les effets chimiques”, Journal des Savants, mars 1839, p. 182. Biot, secondé par (...)

38Biot s’adressa directement à la communauté scientifique dans deux articles parus en mars et en avril dans Le Journal des Savants. Dans le premier, intitulé “Sur les effets chimiques des radiations, et sur l’emploi qu’en a fait M. Daguerre, pour obtenir des images persistantes dans la chambre noire”, il commence par décrire les merveilleux dessins de Daguerre, tout en se défendant significativement d’importuner les lecteurs de la revue par un tel sujet : “ Quelque remarquables que fussent ces productions, si la perfection du dessin en faisait le seul mérite, peut-être n’aurions-nous pas songé à en entretenir les lecteurs du Journal des Savants, ou du moins ce ne serait pas l’auteur de cet article qui devrait en rendre compte. Mais le procédé par lequel on les obtient, quoique resté secret dans ses détails, est essentiellement fondé sur un effet chimique dont on a déjà plusieurs exemples. ” Ces inventions, remarque ensuite Biot, “ n’ont pas pu être le résultat fortuit d’un heureux hasard ” ; Daguerre a passé quatorze ans de sa vie à se pencher “ sur la diverse sensibilité des substances impressionnables, sur leurs affections propres pour tel ou tel élément de la radiation totale, sur les modifications apportées à leur sensibilité par les agents chimiques ”. Et le savant de conclure : “ Nous n’avons aucune hésitation à dire que la publication de ses procédés ne [p. 26] pourra manquer d’enrichir la chimie et la physique moléculaire, d’une foule de résultats aussi féconds qu’inattendus56. ”

  • 57  Le National du 9 mars 1839 mentionne la visite d’étrangers au Diorama.
  • 58  Talbot montra ses travaux pour la première fois à la suite d’une conférence de Michel Faraday à la (...)
  • 59  Jules Pelletan, “Feuilleton de la Presse”, La Presse, 13 février 1839, p. 2.
  • 60  Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, t. 8, 4 février 1839, p. 172.

39Naturellement, l’attribution d’une pension nationale impliquait que le bénéficiaire eût honoré son pays. Dans le cas de Daguerre, on ignorait ses véritables sympathies politiques, mais Arago put soutenir que le Diorama s’était déjà attiré les éloges de potentats étrangers et que le nouveau procédé faisait l’objet d’offres internationales57. La question du nationalisme prit d’autant plus d’importance que Talbot révéla soudain, dans des lettres envoyées à Biot et à Arago le 29 janvier, qu’il était l’auteur d’un procédé concurrent58. Certes, ni Arago ni Daguerre n’avaient prévu qu’un Anglais viendrait contester la primeur française de l’invention, mais la missive de Talbot, écrite avec tout le sérieux d’un homme d’affaires, ajouté à son statut de gentleman et de scientifique amateur, demandait une réponse. Immédiatement, et pour la première fois, Arago esquissa l’historique de la collaboration entre Niépce et Daguerre depuis 1829, et déclara que Niépce avait commencé ses travaux en 181459. Il insista également, lors de la séance de l’Académie du 4 février, sur le fait que Daguerre avait déjà montré son procédé à tout le monde : “ Français, Anglais, Allemands, Italiens, Russes, se trouvaient journellement réunis dans son cabinet60. ”

  • 61  Alexandre Walewski remarque la faillite de l’entente dans son ouvrage L’Alliance anglaise (Paris, (...)

40Que Talbot soit anglais rendait d’autant plus facile d’apprécier la découverte de Daguerre en termes nationalistes. La Grande-Bretagne avait considéré d’un oeil inquiet la révolution de 1830, mais les promesses de paix faites par Louis-Philippe avaient suffisamment rassuré les Anglais pour qu’ils reconnaissent la légitimité du nouveau gouvernement le 31 août suivant. Après l’entente cordiale du début de la décennie, certaines tensions devaient apparaître en 1838-1839, à la suite des politiques étrangères et commerciales des deux pays61. Malgré les tentatives du duc de Broglie pour décourager le protectionnisme, les négociations échouèrent à nouveau en 1839. Les Français réagirent en accusant les Britanniques de vouloir étrangler la production industrielle française, déjà inférieure à la leur :

  • 62  “France, Paris, 26 octobre”, Le National, 27 octobre 1839, p. 1.

“ Le commerce d’un peuple et sa politique ne sont pas, en effet, deux choses qui se puissent séparer à volonté l’une de l’autre. De deux nations industrielles, la plus forte sur mer et sur terre cherche toujours à primer sa rivale en production, sur les marchés du monde. [...] LAngleterre, il est banal de le répéter, tant cela est incontestable, l’Angleterre est la nation du monde [p. 28] la plus égoïste, la plus avide. [...] On chercherait en vain dans ses actes une pensée de civilisation, de fraternité humaine : elle ne pense et n’agit qu’en vue de ses intérêts commerciaux et industriels62. ”

41Le plus grand danger vint néanmoins de la crise déclenchée au Moyen-Orient pendant l’été 1839. En 1832, Mahomet Ali, pacha égyptien et allié des Français, avait envahi la Syrie et menacé Constantinople ; la signature d’un traité en 1833 avait momentanément apaisé le conflit, mais la Russie avait promis son appui au sultan ottoman en cas de nouvelles invasions. En 1839, le sultan provoqua une crise, qui se conclut par une défaite des Turcs en Syrie face aux armées du fils de Mahomet Ali. La France, craignant l’intervention de la Russie, convoqua un sommet des puissances européennes à la fin du mois de juin. LAngleterre, dirigée par Palmerston, voulait protéger ses intérêts commerciaux au Moyen-Orient (y compris sa voie d’accès en Inde) mais aussi bouter les Égyptiens hors de Syrie. Après une entremise de la Russie (qui voulait rompre l’alliance franco-britannique), les Britanniques proposèrent de n’accorder à Mahomet Ali que le sud de la Syrie, proposition qui fut rejetée par les Français. À la fin de l’année 1839, les relations entre les deux pays étaient tendues et la crise se prolongea jusqu’en 1841.

  • 63  Cette délégation comprenait John Herschel, James Watt (fils de l’inventeur), Robinson (secrétaire (...)
  • 64  “Exposé des motifs et projet de loi présentés par M. le ministre de l’Intérieur (séance du 15 juin (...)

42La promotion du daguerréotype en tant qu’idée française ne doit pas être attribuée seulement à un nationalisme personnel et agressif d’Arago. Mais il lui fallait répondre au défi de Talbot. Il s’y employa en soulignant d’abord l’ampleur des services depuis longtemps rendus à la France par Daguerre, puis en répercutant les commentaires élogieux qu’il avait glanés auprès d’une délégation anglaise en visite à Paris au mois de mai63. À mesure que les relations avec l’Angleterre se détérioraient, un sentiment populaire d’anglophobie envahit le débat, poussant le ministre Duchâtel à conclure en ces termes son discours du 15 juin, dans lequel il soumettait aux députés le projet de loi sur les pensions : “ Nous espérons, Messieurs, que vous approuverez, et le motif qui a dicté cette convention, et les conditions sur lesquelles elle repose. Vous vous associerez à une pensée qui a déjà excité une sympathie générale, et vous ne souffrirez pas que nous laissions jamais aux nations étrangères la gloire de doter le monde savant et artiste d’une des plus merveilleuses découvertes dont s’honore notre pays64. ”

  • 65  Louis Blanc, op. cit., chap. 5, p. 50.

43Il n’est pas pour autant exclu qu’Arago, républicain par principe hostile à la mollesse de la politique de Louis-Philippe, ait ressenti une [p. 29] aversion particulière à l’égard de l’Angleterre. En l’absence de déclarations explicites de sa part sur la question, nous pouvons à nouveau nous tourner vers Louis Blanc, qui fit une critique impitoyable de l’Angleterre dans son Organisation du travail. LAngleterre illustrait à merveille les excès de la libre concurrence et d’une production débridée en direction des marchés étrangers : “ Nul n’ignore enfin le mal que son avidité a fait à la France. ” Le système économique anglais avait pour conséquence intolérable de concentrer la richesse aux mains d’aristocrates qui contrôlaient toute l’industrie. La décision de s’emparer de la Syrie procédait en réalité de la tentative de Palmerston d’ouvrir le Moyen-Orient aux marchés britanniques. Bref, la concurrence économique conduirait à une “ guerre à mort entre la France et l’Angleterre65 ”. Arago partageait sans doute en grande partie ces opinions.

  • 66  H. et A. Gernsheim (op. cit., p. 95, note) citent ce qui constitue selon eux la première mention d (...)
  • 67  Victor Cousin, Cours de philosophie. Introduction à l’histoire de la philosophie, 1re leçon [1828] (...)

44Le dernier groupe que devait apaiser Arago pour obtenir un consensus autour de la photographie était formé par les artistes, qui pouvaient craindre d’être remplacés par le nouveau médium. Dans les premiers comptes rendus sur la photographie, il n’est personne, à ma connaissance, qui ait affirmé que la photographie était en soi un art. Le célèbre cri : “ La peinture est morte à dater de ce jour ! ”, attribué à Delaroche, n’aurait pu en réalité être prononcé par quiconque66. Lesthétique qui dominait restait celle de Victor Cousin et de ses partisans, plaçant la créativité humaine au-dessus de la nature : “ La nature n’avait fait que des choses, c’est-à-dire des êtres sans valeur ; l’homme a métamorphosé les choses, et, en leur donnant sa forme, y a mis au moins l’empreinte de sa personnalité, les a élevées à des simulacres de liberté et d’intelligence, et par là leur a communiqué une partie de la valeur qui réside en lui67. ” Ainsi la beauté de l’art était-elle supérieure à la beauté de la nature, les fondements du génie reposant dans l’imagination de l’individu, non dans le talent de l’imitateur.

  • 68  La Gazette de France, 6 janvier 1839, p. 1.
  • 69  A., “Beaux-Arts”, art. cit., p. 1 (le rédacteur confond Apelle et Zeuxis,opposé à Parrhasios dans (...)
  • 70  Le National, 11 janvier 1839, p. 2.

45Arago multiplia les déclarations pour assurer aux artistes que leur talent (contrairement à celui, disons, des tisserands) ne serait pas menacé par les nouvelles images mécaniques. Le 7 janvier, il leur prédit : “ Vous verrez combien vos crayons et vos pinceaux sont loin de la vérité du Daguerotype [sic]. Que le dessinateur et le peintre ne se désespèrent pas cependant ; les résultats de M. Daguerre sont autre chose que leur travail et dans bien des cas ne peuvent le remplacer68. ” Selon un auteur anonyme qui évalua l’impact de la photographie sur les beaux-arts, il y [p. 31] aurait toujours de la place “ pour le génie, pour l’invention, pour l’habileté, pour le talent. Le Daguerrotype [sic] ne fera pas des tableaux d’histoire, des batailles et de grandes scènes ; il ne tiendra pas la palette et le pinceau ; nous avons vu que tout ce qui a mouvement lui échappe. Il ne modèle pas des figures en relief. [...] Les oiseaux ne viendront pas béqueter les raisins de M. Daguerre comme ceux d’Apelle et de Pharrasius [sic]69 ”. Au contraire, le support de la photographie ne pourrait qu’améliorer l’art en fournissant des études aux artistes. D’après le discours d’Arago du 7 janvier, Paul Delaroche trouvait que “ de pareils dessins peuvent donner, même aux plus habiles peintres, d’utiles leçons sur la manière dont on peut, au moyen de l’ombre et de la lumière, exprimer non seulement le relief des corps, mais la teinte locale. Le même bas-relief en marbre et en plâtre sera différemment représenté dans les deux dessins, de sorte qu’on dira au premier abord celui qui est l’image du plâtre70 ”. En poursuivant le raisonnement qu’il avait amorcé dans son éloge de Watt, Arago rejeta l’idée selon laquelle le procédé pourrait mettre les peintres dans une situation plus difficile que celle où s’étaient retrouvés les graveurs lorsque les presses d’acier avaient remplacé les plaques de cuivre : “ Tout ce qui en est résulté, c’est qu’on a eu des gravures dans une foule d’ouvrages où l’on n’en avait pas auparavant. ”

  • 71  Jules Lechevalier, “Questions politiques dans l’intérêt de l’art et des artistes”, Revue du progrè (...)
  • 72  O., “Salon de 1839”, La Gazette de France, 4 mai 1839, p. 2.
  • 73  Bien qu’il n’existe pas encore d’étude sociologique sur la situation sociale des artistes pendant (...)

46Plusieurs précédents sous la monarchie de Juillet avaient rendu artistes et critiques particulièrement méfiants envers tout ce qui évoquait la production industrielle et la dégradation de leurs talents. Les saint-simoniens s’étaient déjà plaints de ce que l’art, dans la société contemporaine, se réduisait à un travail de manoeuvre et qu’il perdait le statut supérieur qui était le sien71. À l’autre bout de l’échiquier politique, un critique légitimiste du Salon de 1839 déplorait que “ la société actuelle [veuille] des jouissances promptes et surtout économiques. [...] Lart, de son côté, a voulu se populariser, et, comme la littérature, le théâtre, la typographie et l’industrie, il a cherché des procédés expéditifs et faciles72 ”. Compte tenu de la précarité dans laquelle se trouvaient les artistes (ils étaient confrontés à un mécénat en perte de vitesse pour la grande peinture d’histoire et à une invasion de procédés industriels permettant de reproduire la sculpture et la peinture), il n’est pas étonnant qu’Arago ait choisi de répondre à leurs préoccupations73.

  • 74  Voir par exemple “Mission de l’art. Avenir des artistes”, Revue républicaine, n° 1, 1834; Victor S(...)
  • 75  Étienne Arago, “La République et les artistes”, Revue républicaine, n° 2, 1834, p. 23.

47S’il atténuait le risque d’un impact négatif de la photographie sur les artistes, c’est qu’il croyait sincèrement à l’infaillibilité du progrès et au besoin qu’avaient les républicains de réconcilier les artistes avec l’État [p. 32] égalitaire qui allait triompher. La presse républicaine des années 1830 regorge d’avertissements donnés aux artistes pour qu’ils s’adressent aux masses et prônent dans leurs oeuvres le progrès et l’harmonie sociale74. Le frère d’Arago, Étienne, publia en 1834 un manifeste intitulé La République et les Artistes, qui attaquait violemment la doctrine de l’art pour l’art et proclamait que tout art véritable naît à des époques républicaines et véhicule des idées sociales. D’après lui, Aloys Senefelder représentait sous ce rapport un artiste idéal. Même s’il vivait dans un régime monarchique, ce pauvre musicien bavarois “ à qui l’argent manquait pour faire graver sa musique, inventait la lithographie, ouvrait, sans s’en douter, une large voie à l’art du dessin, et rendait facile l’infinie reproduction des oeuvres de nos peintres75 ”. De nouvelles techniques, telles la lithographie et sans doute la photographie, faisaient connaître l’art et la nature à un plus large public, amélioraient ses goûts et son niveau d’instruction et réduisaient les désagréments liés au travail manuel.

  • 76  Charles Blanc, “Beaux Arts. Gravure. La Madone de l’Arc et les moissonneurs”, Revue du progrès, 15 (...)
  • 77  Il serait révélateur de connaître la réaction d’Arago face à cette attaque voilée qui s’en prenait (...)

48Malgré la campagne de presse organisée pour vendre le daguerréotype à diverses franges de la population, il restait quelques sceptiques. Parmi eux, Charles Blanc, frère de Louis, alors âgé de vingt-six ans, qui avait étudié la gravure avec Luigi Calamatta. Dans un article publié en février 1839, il introduisait un argument qu’il allait répéter durant les quarante années à venir : “ Qui empêchera M. Daguerre de faire de ce miroir une gravure ? Oh ! si la chimie nous envahit, je crains bien que tous les mystères ne s’en aillent, et la poésie avec eux. Fasse Dieu que l’art ne se confonde pas un jour avec la science. [...] Ce qu’il y a au fond des inventions modernes, c’est toujours ce grand mot : tout le monde. Ce mot, qu’est-ce autre chose que la démocratie ? Dans l’attente de ce noble avenir, remercions et encourageons les graveurs76. ” Blanc ne voyait aucune raison de mettre en faillite ceux qui s’étaient déjà engagés à populariser l’art afin de promouvoir la science – en l’espèce, il s’opposait au programme fixé par les directeurs de la revue77.

  • 78  “Feuilleton de la Presse. Découverte de M. Daguerre”, La Presse, 24 janvier 1839, p.1.
  • 79  Jules Pelletan, “Variétés. Daguerréotype”, La Presse, 24 août 1839, p. 3.
  • 80  É. de Girardin avait tué en duel le rédacteur en chef du National, A. Carrel. Le 16 juin 1838, il (...)

49D’autres réserves apparurent concernant les qualités qu’on attribuait à la photographie, notamment dans les pages de La Presse, le journal à succès et à grand tirage qu’avait fondé Émile de Girardin en 1836. En janvier 1839, un chroniqueur suggéra que la photographie pourrait menacer les artistes dans la représentation des figures humaines, quand bien même le procédé n’était pas encore en mesure de produire des portraits78. Après que furent révélés les détails de la technique le 19 août, Jules Pelletan, journaliste chargé des sujets scientifiques, manifesta sa [p. 33] déception devant le coût important et la complexité du procédé – Daguerre, prédisait-il, en serait le seul utilisateur. C’était pourtant une bénédiction que d’avoir affaire à un support si peu pratique : “ Lart réduit à un simple calque de la nature aurait perdu le charme et le prestige de ses plus charmants caprices, tandis que le Daguerréotype n’ayant qu’une application coûteuse, difficile et minutieuse, restera dans les ateliers et dans les cabinets de physique comme un précieux instrument d’études79. ” En l’occurrence, il n’est pas impossible que Pelletan ait été influencé à la fois par l’hostilité connue du journal à l’égard du groupe associé au National, par sa sympathie pour le camp de Molé, et par les investissements qu’Émile de Girardin avait effectués à titre privé dans son physionotrace, en juin 183880.

50Pour autant, dans l’ensemble, le daguerréotype s’attira des réactions extrêmement positives. Après la formation d’un nouveau gouvernement en mai, les événements se succédèrent sans accroc. Le 14 juin, Duchâtel, ministre de l’Intérieur, signa un accord avec Daguerre et Niépce fixant les termes de la pension. Le lendemain, on donna lecture du projet de loi devant les députés, aux cris de : “ Très bien, très bien. ” La presse observa que Daguerre avait été élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur le 17 juin, et le 18, une commission dirigée par Arago fut mise en place à la Chambre des députés pour examiner l’invention.

  • 81  “Faits divers”, Le National, 7 juillet 1839, p. 2.
  • 82  Cette chronologie est sensiblement différente de celle qu’établissent H. et A. Gernsheim. Selon eu (...)

51Avec un remarquable empressement, Arago déposa son rapport à la Chambre le mercredi 3 juillet, mais sans en faire lecture. Duchâtel, en sa qualité de président de la Chambre, déclara qu’il serait imprimé et distribué, puis demanda qu’une discussion se tînt le samedi suivant. Le samedi, on ne souffla mot de la pension, mais plusieurs clichés, parmi lesquelles “ une tête de Jupiter Olympien, une vue des Tuileries, une vue de Notre-Dame et plusieurs vues d’intérieurs ”, furent exposées dans une salle adjacente81. Le vote eut lieu le 9 juillet à la Chambre des députés, sans discussion préalable, et la loi fut adoptée par 237 bulletins contre 3. Le 17 juillet, la Chambre des pairs entama une procédure semblable, la commission d’examen étant dirigée par Gay-Lussac. Le dernier vote, de pure forme, eut lieu le 30 juillet et entérina la décision des députés82.

  • 83  La timidité dont fit preuve Daguerre lors de la séance du 19 août montre que le titre de gloire re (...)

52La victoire d’Arago, culminant dans son ultime révélation du secret de Daguerre à l’Académie le 19 août83 (fig. 1. “Arago annonce la découverte de Daguerre, dans la séance publique de l’Académie des sciences du 10 août 1839 [sic]”, illustration fantaisiste de E. Thomas pour “La photographie” de L. Figuier (1869)), représentait le triomphe des valeurs républicaines autant que de la découverte technologique. En profitant des divisions du corps législatif et des tensions [p. 34] franco-britanniques, il put hausser l’artiste du Diorama au rang de héros national. En calmant les craintes tout à la fois des artistes et des scientifiques, il suscita un raz-de-marée dans l’opinion populaire et posa en principe l’extension des applications à toutes les composantes de la société. Enfin, il remplit le but que s’étaient assigné les républicains : remplacer par des primes d’État les brevets monopolistiques qui encourageaient la compétition.

  • 84  Cit. in J.-F. Dupont, “De la doctrine du progrès continu”, Revue républicaine, 1834,
    n° 2, p. 373.

53Plus généralement, la vigoureuse promotion de Daguerre par Arago correspondait bien à son idée que le progrès industriel préparait la voie d’un état démocratique idéal. Comme le proclamait Pierre Leroux, ancien saint-simonien et père du socialisme démocratique, l’objectif était de “ faire converger de plus en plus la science, l’art et la politique vers un même but ; introduire de plus en plus dans la science, comme dans l’art, comme dans la politique, la notion du changement, du progrès, de la succession, de la continuité, de la vie84. ” Le daguerréotype, qui promettait en outre de mécaniser la fabrication des images, d’abaisser le prix de revient et de faire accéder un plus large public à des informations exactes, représentait une étape dans l’acheminement vers la société égalitaire et juste qu’Arago appelait de ses voeux.

54(Traduit de l’anglais par Frédéric Maurin)

Notes

1  Henri Gaucheraud, “Beaux-Arts. Nouvelle Découverte”, La Gazette de France, 6 janvier 1839, p. 1.

2  Gaucheraud omet de mentionner la couche d’argent qui recouvrait la plaque de cuivre, ainsi que les étapes de la sensibilisation et du développement. En comparant son compte rendu avec d’autres récits publiés ailleurs, mais seulement après la séance de l’Académie, on s’aperçoit qu’Arago avait fait parvenir d’avance à la presse le texte de sa conférence. On lit par exemple, dans l’article couvrant la réunion de l’Académie des sciences et paru dans Le National à la date du 9 janvier : “M. Arago annonce que M. Daguerre, peintre du Diorama, vient de faire une découverte qui déconcerte les théories de la science, et qui est appelée à faire révolution dans les arts du dessin.” On retrouve aussi dans les deux articles les mêmes termes employés pour décrire les images produites par Daguerre, possédant “toutes ses nuances de jours, d’ombres et de demi-teintes”.

3  Citons, entre autres études qui tentent de définir le climat social où naissent certaines inventions et théories : Thomas Kuhn, La Révolution copernicienne (trad. de l’anglais par A. Hayli) Paris, 1973; Morris Berman, Social Change and Scientific Organization. The Royal Institution, 1799-1844, Londres, 1978; Stephen Shapin, Simon Shaeffer, Leviathan and the Air-Pump. Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton, 1985.

4  Parmi les travaux biographiques effectués sur Arago, mentionnons : Maurice Daumas, Arago (1786-1853). La jeunesse de la science [1943], Paris, 2e éd. augm., 1987; Horace Chauvet, François Arago et son temps, Perpignan,1954; coll., “François Arago” (actes de colloque), Cahiers de l’université de Perpignan,
n° 2, 1987. Sur l’aspect politique de sa carrière, on consultera notamment Henry Aragon, La Vie politique de François Arago, Toulouse, 1924. L’autobiographie d’Arago, Histoire de ma jeunesse [1854] a été republiée en 1985 chez Christian Bourgois, assortie d’un choix de textes. Ses écrits ont été regroupés après sa mort par son élève J.-A. Barral en 13 volumes d’OEuvres complètes (Paris, Leipzig, 1854-1862), mais il n’existe aucune édition de sa correspondance.

5  René Audubert, Arago et son temps, Paris, 1953, p. 15.

6  Histoire et Prestige de l’Académie des sciences, 1666-1966, Paris, Conservatoire national des arts et métiers, 1966, p.181.

7  Laffitte fut en partie responsable du soutien organisé en faveur du duc d’Orléans pour le faire élire roi après le renversement de Charles X. Il dirigea ensuite le nouveau gouvernement du 2 novembre 1830 au 12 mars 1831 (pour davantage de renseignements sur Laffitte et sur la formation de l’opposition, cf. André Jardin et André-Jean Tudesq, La France des notables, Paris, 1973,
t. 1, p. 121-124; Charles Marchal, Souvenirs de J. Laffitte racontés par lui-même, Paris, 3 vol., 1844).

8  Gabriel Perreux, Au temps des sociétés secrètes, Paris, 1934, p. 54. Cette association comptait environ 3000 membres en 1833, parmi lesquels soixante députés. En juin 1832, le frère d’Arago, Étienne, participa à la fondation de l’Association pour la liberté de la presse, qui professait également des idées républicaines.

9  J. Mavidal, E. Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860, Paris, 1911, 2e série, t. 87, p. 711. Lors de la séance parlementaire du 21 mars 1834, Arago prit part à un débat pour modifier la loi sur le droit de s’assembler qui menaçait la formation d’associations scientifiques. Il affirma que ses conférences publiques attiraient 2000 personnes et qu’il avait demandé la construction d’un plus grand amphithéâtre. Lorsque Lafayette plaida en sa faveur auprès de Guizot, le ministre lui répondit : “Je ne veux pas que les agents de votre opinion se fassent des amis dans la classe ouvrière.”

10  Aux côtés d’Arago, le mathématicien, physicien et astronome Jean-Baptiste Biot (1774-1862) avait été un ardent républicain pendant l’époque bonapartiste et continuait à nourrir sous Louis-Philippe pareilles convictions, quoiqu’il n’en fît pas étalage. Flourens, le physiologiste, secrétaire perpétuel de la section de physique à l’Académie des sciences et élu député en 1838, a également été présenté comme un républicain (cf. A. Jardin, A.-J. Tudesq, op. cit., t. 1, p. 224).

11  Arago appartenait vraisemblablement à l’une des sociétés secrètes les plus radicales, la Société des droits de l’homme, fondée en 1832-1833. Cette association, inspirée par des idées jacobines et socialistes ainsi que par les écrits d’Henri de Saint-Simon, comptait un grand nombre d’adeptes dans les Pyrénées-Orientales et plus de 300 militants dans la seule ville natale d’Arago, Perpignan (cf. ibid., t. 2, p. 56).

12  Louis Blanc et Arago entretenaient des relations amicales, même si le second se montra plus conservateur et plus modéré que le premier pendant les années 1830. Après 1840, lorsque l’opposition républicaine se fit plus virulente, Arago se rangea davantage, semble-t-il, à la position de Blanc. Dans le discours qu’il prononce devant les députés en mai 1840, où il soulève la question d’une réforme électorale, ses idées se rapprochaient de celles développées par Louis Blanc dans son livre Organisation du travail, Paris, 1841 (cf. infra). Louis Blanc a brossé ce portrait physiognomonique d’Arago : “Sa stature imposante, son oeil étincelant sous de grands sourcils mobiles, la constante altération de ses traits, son profil aquilin, le rayonnement de son front, tout exprimait en lui l’intelligence dans la force et je ne sais quelle propension violente au commandement.” (L. Blanc, Histoire de dix ans, Paris, 1846, t. 5, p. 256-259).

13  François Arago, “Des machines considérées dans leurs rapports avec le bien-être des classes ouvrières”, La Revue du progrès, janvier 1839, p. 15-23.

14  Id., OEuvres complètes, op. cit., 1854, t. 1,
p.431-432, n. 1.

15  A. Jardin, A.-J. Tudesq, op. cit., t. 1,
p.140-141.

16  Cette revue a paru de 1839 à 1842 : elle représentait les opinions de l’aile gauche des républicains. Appartenaient aussi au comité de rédaction Théophile Thoré, Charles Blanc (frère de Louis), Louis Reybaud, Luigi Calamatta, Alexandre Decamps et Félix Pyat. Étienne Arago y écrivait des chroniques théâtrales et d’autres éminents républicains, comme le sculpteur David d’Angers et Godefroy Cavaignac, y firent paraître des articles.

17  Si cette section de l’éloge de Watt fut publiée en 1839, ce fut aussi, sans aucun doute, pour réagir aux nombreuses études sociologiques qui paraissaient sur la classe ouvrière à la fin des années 1830, et qui brossaient des tableaux sordides des conditions de vie. En 1833, M. Rubichon publia une étude comparée des conditions de vie en France et en Angleterre, dans laquelle il concluait qu’au fil du processus d’industrialisation, les moyens de subsistance avaient baissé d’un cinquième en Angleterre (Du mécanisme de la société en France et en Angleterre, Paris, 1833). En 1835, le docteur Villermé entreprit une étude séminale sur les conditions de travail, dans laquelle il montra que l’industrialisation était un admirable phénomène mais que les crises économiques provoquaient d’épouvantables difficultés. En 1838, l’Académie des sciences morales et politiques (récemment reconstituée en 1832) ouvrit un concours du meilleur essai sur la définition de la misère. Le vainqueur, Eugène Buret, publia ses découvertes en 1840 dans un livre qui pourfendait les théories économiques classiques et soutenait Les Nouveaux Principes de Sismondi. Pour Buret, toute machine qui permettait de réduire les coûts était bonne en soi, mais elle avait pour conséquence immédiate de remplacer les ouvriers. Par suite, les structures familiales disparaissaient au profit de grosses usines où s’effectuait une nette séparation des capitalistes et des ouvriers, et les valeurs morales déclinaient. Tout comme Sismondi, il pensait qu’on ne pouvait pas développer la production à l’infini, et il préconisait en conclusion les sociétés de bienfaisance et d’assistance mutuelle, le progrès de l’instruction et l’accroissement des économies personnelles, la proportionnalité de l’impôt sur le revenu et le libre-échange (E. Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, Paris, 1840).

18  Il est difficile de savoir à qui Arago pensait s’adresser lors de sa première lecture du discours en 1834. Nul doute que les membres de l’Académie n’avaient pas besoin de s’entendre dire qu’il ne fallait pas casser les machines... Quant au lectorat de La Revue du progrès, il se composait de bourgeois républicains et de membres de l’intelligentsia,
plutôt que d’ouvriers.

19  C’est de toute évidence la thèse centrale de l’utilitarisme qui avait fourni à Brougham sa formule, selon laquelle un plus grand nombre de personnes devraient profiter d’un plus grand confort et d’un plus grand bonheur : “Cette Action est la meilleure, qui offre le plus grand Bonheur au plus grand Nombre” (pour une histoire des idées de Bentham et de l’utilitarisme en Grande-Bretagne, cf. Elie Halévy, La Formation du radicalisme philosophique [1901], Paris, nouvelle éd., 3 vol., 1995).

20  Arago, selon un inventaire de sa bibliothèque effectué après sa mort en 1853, possédait les ouvrages d’un grand nombre d’économistes politiques anglais, ainsi que de certains penseurs sociaux français. Parmi ceux-ci figuraient le Traité d’économie politique de Jean-Baptiste Say, Reflection on the Decline of Science in England de Charles Babbage (1830), Philosophy of Manufacturers d’Ure (1835), les Essays d’Adam Smith (1799), le Cours de philosophie d’Auguste Comte, ainsi que d’autres écrits d’A. Barbet sur la réforme politique, ou encore du baron Dupin sur l’application dans les arts de l’industrie et de la science
(cf. Catalogue des livres composant la bibliothèque de M. François Arago, Paris, 1854).

21  J.-B. Say, Traité d’économie politique [1803], Paris, Calmann-Lévy, 1972, p. 85-86.

22  Ibid., p. 83, n. 1.

23  La critique au vitriol que rédigea Théophile Thoré sur le journal républicain Le National, en 1840, contient des renseignements intéressants au sujet des sources de la théorie économique des républicains. Il accusa les journalistes de cet organe d’être ignares en matière d’économie politique et de se contenter de faire l’apologie de Say par écrit. Il révéla également que le journal représentait l’idéal démocratique de la moyenne bourgeoisie, plutôt que les idées républicaines de la classe ouvrière, et qu’il faisait preuve de grande modération dans la promotion de l’organisation sociale (La Vérité sur le parti démocratique, Bruxelles, 1840, 2e éd.).

24  Lancée en 1834, la Revue républicaine publia des articles de Thoré, Louis Blanc, Étienne Arago, Decamps, de l’avocat J.-F. Dupont, de Raspail, Cavaignac, Marast, et même du nationaliste italien Joseph Mazzini.

25  Hte. D., “Des machines et de leurs influences sur la production et les salaires”, Revue républicaine, 1835, n° 5, p. 7-26.

26  Helmut et Alison Gernsheim mentionnent dans leur biographie le nom des personnes contactées par Daguerre, mais sans citer leurs sources (L. J. M. Daguerre, New York, 1968, 2e édition, p. 81).

27  Daguerre et Isidore Niépce avaient signé un contrat le 13 juin 1837, dans lequel ils s’engageaient à annoncer l’ouverture d’une souscription publique entre le 15 mars et le 15 août 1838 (cf. Toritchan P. Kravets [éd.], Documenti po istorii izobretenia fotografii, Leningrad, 1949, p. 451-452).

28  Honoré de Balzac, César Birotteau, La Comédie humaine, Paris, 1977, t. 6, p. 128.

29  Pour une description de ces partis et la formation d’une coalition, cf. J. P. T. Bury,
R. P. Tombs, Thiers, 1797-1877 : A Political Life, Londres, 1986, p. 59 sq.; A. Jardin, A.-J. Tudesq, op. cit., t. 1, p. 151-156; Louis Girard et al., La Chambre des députés en 1837-1839, Paris, 1976.

30  Le National, 1er mars 1839, p. 2.

31  Journal du maréchal de Castellane, 1804-1862, Paris, 1897, 3e éd., t. 3, p. 187-188. Sur la popularité de Napoléon pendant la monarchie de Juillet et le recours à toute une iconographie visant à perpétuer le mythe napoléonien, cf. Michael Marrinan, Painting Politics for Louis-Philippe, New Haven, 1988
(4e partie). À la date du 27 septembre 1840, Castellane note dans son journal que les partisans d’Arago, à Perpignan, sont pour la plupart des bourgeois sans distinction
particulière.

32  Cf. J. P. T. Bury, R. P. Tombs, op. cit., p. 61.

33  Ce gouvernement ne se maintint en réalité que jusqu’au 22 février 1840, date à laquelle Thiers fut en mesure d’organiser l’opposition avant de prendre la tête d’un nouveau gouvernement le 1er mars de la même année.

34  H. et A. Gernsheim, op. cit., p. 98.

35  La première loi sur les pensions datait du 3 août 1790 et avait permis d’économiser 12 millions de francs pour les pensions militaires. La nouvelle loi stipulait que les pensions militaires ne devaient pas hausser les revenus du bénéficiaire au-dessus de leur niveau précédent. Un résumé de l’histoire des pensions fut présenté à la Chambre des députés le 7 février 1832 (cf. J.Madival, E.Laurent,  op. cit., t. 75).

36  Le 9 septembre 1830, Boissy d’Anglas proposa l’abrogation d’une loi de 1817 qui fixait l’attribution des pensions (cf. ibid., t. 74, p. 669 sq. pour ce qui concerne les débats sur la question en février 1832).

37  Arago prit la défense de Grimpé dans un discours qu’il prononça le 13 mai 1835 (cf. ibid., t. 96, p. 65, et t. 102, p. 367).

38  Ibid., t. 109. p. 345-346 et 729.

39  Il est vrai que Daguerre lui-même écrivait le 28 avril 1838 à Isidore Niépce : “Quant à moi, je compte moins que jamais sur le résultat financier. Toutes les personnes que je consulte me disent la même chose, qu’elles ne voient pas comment on pourra en tirer un bon parti; aussi je vous avoue que ce qui me donne encore courrage [sic] c’est l’honneur du procédé qui malgré les difficultés de l’exploiter n’en sera pas moins un des plus beaux travaux du siècle.” (Cit. in T. P. Kravets, op. cit., p. 460.)

40  Cité par E. Halévy, op. cit., t. 1, La Jeunesse de Bentham 1776-1789, p. 137.

41  J.-B. Say, op. cit., liv. 2, chap. 7, p. 373.

42  J.-B. Biot, “Détails historiques sur Flamsted” [1836], repris dans Mélanges scientifiques et littéraires, Paris, 1858, p. 292.

43  La discussion soulevée par Le National est sur ce point typique : “Ainsi, on peut se demander : de quelle utilité sera cette découverte pour le public? Mais il y a une autre question qui n’est pas aussi facile à résoudre, c’est celle-ci : de quelle utilité sera la découverte pour l’inventeur qui l’a poursuivie pendant de longues années, qui l’a cherchée au moyen d’essais coûteux et en négligeant des travaux profitables à sa fortune? Prendre un brevet n’est pas chose praticable; car le
procédé est tellement simple et exige si peu d’apprêts, qu’une fois connu il serait impossible d’empêcher qu’il ne fût employé frauduleusement par presque tous ceux qui en auraient besoin. Ouvrir une souscription comme l’avait fait autrefois Mesmer lorsqu’il communiqua à 100 personnes, payant chacune 100 louis, les secrets du magnétisme animal, c’est un moyen que quelques personnes avaient rêvé, mais que M. Daguerre n’emploiera certainement pas, ce qui d’ailleurs à notre époque pourrait bien ne pas avoir de succès. Le moyen qui semble le plus naturel pour récompenser l’auteur d’une aussi belle découverte, celui qui est le plus digne de lui et du pays, c’est que le gouvernement lui achète son secret pour le rendre public.” “Invention de M. Daguerre”, Le National, 11 janvier 1839, p. 2. Aucun journal, à ma connaissance, ne mentionne le fait que Daguerre avait en réalité tenté d’ouvrir une souscription, mais en vain.

44  Prosper Mérimée, lettre à Albert Stopfer du 14 août 1841, Correspondance générale, Paris, 1942, t. 2, p. 112.

45  En 1839, les lois françaises en vigueur sur les brevets d’invention dataient de 1790 et 1791, mais elles ne fonctionnaient pas bien aux yeux de nombreuses personnes. Pour obtenir un brevet, il suffisait de déposer un dossier (consistant en une description de l’appareil, documents à l’appui), de payer la somme exigée (500 francs pour un brevet de cinq ans, 1000 francs pour dix ans, 1500 francs pour quinze ans) et de s’engager à faire un usage pratique de l’invention. Comme
l’État ne garantissait pas l’originalité du brevet, il incombait aux inventeurs concurrents de soumettre directement le litige, le cas échéant, aux tribunaux. Une nouvelle loi sur les brevets entra en application le 9 octobre 1844, mais elle ne fit que modifier le mode de paiement et d’autres subtilités du texte, sans toucher à l’idée essentielle (cf. H. Truffaut, Guide pratique des inventeurs et des brevets contenant le texte ou l’analyse des lois en vigueur sur les brevets d’invention, Paris, 1844).

46  Louis Blanc, Organisation du travail, op. cit., p. 86.

47  Michel Chevalier, dans un ouvrage nettement postérieur (1878) mais reprenant des idées qu’il défendait depuis les années 1830, invoqua le cas de Daguerre et Niépce pour démontrer que les brevets étaient artificiels, étant donné que les inventions n’étaient pas uniques. Tout en se gardant bien de remettre en cause la contribution de Daguerre, il soutint qu’“il y a de bonnes raisons de croire qu’à la même époque, d’autres personnes s’occupaient, non sans succès, de résoudre le même problème [la galvanoplastie]”. (Les Brevets d’invention examinés dans leurs rapports avec le principe de la liberté du travail et avec le principe de l’égalité des citoyens, Paris, 1878, p. 45-47.) On trouve confirmation du fait que les brevets d’invention étaient défendus par les intérêts commerciaux dans un opuscule imprimé par J. B. A. Jobard en 1844 et consacré au comte de Mélus, gouverneur de la Société générale pour favoriser l’industrie nationale. Jobard s’y fait l’avocat des brevets à vie et prône un traitement de la propriété intellectuelle en tous points équivalent à celui de la propriété foncière (Nouvelle Économie sociale, ou Mono
autopole
, Paris, 1844).

48  J. Mavidal, E. Laurent, op. cit., t. 95,
p. 755, débat ayant eu lieu à la Chambre le 13 mai 1835.

49  A., “Beaux-Arts”, La Gazette de France, 19 février 1839, p. 2.

50  Cf. H. et A. Gernsheim, op. cit., p. 27-28.

51  Heinz Buddemeier a retrouvé des réactions dans la presse de l’époque qui montrent l’opposition établie entre l’art véritable et l’illusionnisme du diorama, lequel flattait les goûts les plus vils des masses. Cf. les articles du Globe et du Journal des artistes reproduits dans son ouvrage Panorama, Diorama, Photographie, Munich, 1970, p. 181-186. Il n’en reste pas moins que le roi Louis-Philippe s’intéressait au Diorama de Daguerre et qu’il se rendit à l’inauguration du spectacle reconstituant “Le 28 juillet 1830, à l’Hôtel de Ville”. Le choix des sujets n’était évidemment pas étranger aux goûts du parti politique dominant du moment (cf. M. Marrinan, op. cit., p. 53).

52  “Nouvelles diverses”, La Gazette de France, 11 mars 1839, p. 3. On retrouve ces expressions reproduites à l’identique dans Le National du 9 mars. Arago faisait apparemment partie, en compagnie du maire du Ve arrondissement, des personnalités qui assistèrent à l’incendie.

53  D. et Jsph G., “Académie des sciences”, Le National, 11 décembre 1839, p. 1.

54  “Invention de M. Daguerre”, ibid., 11 janvier 1839, p. 2.

55  “Académie des Sciences”, ibid., 27 février 1839, p. 1.

56  J.-B. Biot, “Sur les effets chimiques”, Journal des Savants, mars 1839, p. 182. Biot, secondé par le fils d’Edmond Becquerel, réalisa aussi des expériences pour déterminer les effets que provoquaient des lumières de différentes couleurs émises par divers matériaux en combustion sur le papier de Daguerre, qui était semblable au papier sensibilisé de Talbot (cf. Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, t. 8, 25 février et 4 mars 1839).

57  Le National du 9 mars 1839 mentionne la visite d’étrangers au Diorama.

58  Talbot montra ses travaux pour la première fois à la suite d’une conférence de Michel Faraday à la Royal Institution le 25 janvier, rédigea les lettres en français, puis lut un texte devant la Royal Society le 31 janvier, dont la Literary Gazette se fit l’écho dans son numéro du 2 février.

59  Jules Pelletan, “Feuilleton de la Presse”, La Presse, 13 février 1839, p. 2.

60  Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, t. 8, 4 février 1839, p. 172.

61  Alexandre Walewski remarque la faillite de l’entente dans son ouvrage L’Alliance anglaise (Paris, 1838). Voir aussi A. Jardin, A.-J. Tudesq, op. cit., t. 1, p. 187.

62  “France, Paris, 26 octobre”, Le National, 27 octobre 1839, p. 1.

63  Cette délégation comprenait John Herschel, James Watt (fils de l’inventeur), Robinson (secrétaire de la Royal Society d’Edimbourg), Forbes (professeur de physique), Brisbane et Pentland. Selon la rumeur, Herschel se serait exclamé, à cette occasion, que les images de son ami Talbot étaient “un jeu d’enfant”, comparées à celles de Daguerre (cf. La Gazette de France, 30 mai 1839, p. 2 et Le National, 29 mai 1839, p. 1).

64  “Exposé des motifs et projet de loi présentés par M. le ministre de l’Intérieur (séance du 15 juin 1839)”, cit. in Louis Jacques Mandé Daguerre, Historique et Description des procédés du daguerréotype et du Diorama, Paris, Alphonse Giroux & Cie, 1839, p. 4.

65  Louis Blanc, op. cit., chap. 5, p. 50.

66  H. et A. Gernsheim (op. cit., p. 95, note) citent ce qui constitue selon eux la première mention de cette formule par Gaston Tissandier dans Les Merveilles de la photographie (Paris, 1874, p. 62, au cours d’un passage d’ailleurs hautement fantaisiste sur la divulgation de l’invention). Je n’ai retrouvé aucune source primaire confirmant que Delaroche ait tenu de tels propos. Mais ce qu’il aurait dit sur le daguerréotype (à savoir, que les artistes pourraient en tirer des leçons) contredit qu’il ait pu craindre que ce même procédé ne tuât la peinture.

67  Victor Cousin, Cours de philosophie. Introduction à l’histoire de la philosophie, 1re leçon [1828], Paris, Fayard, 1991, t. 1, p. 24. Sur la théorie esthétique de Victor Cousin, cf. Frederick Will, Flumen historicum. Victor Cousin’s Aesthetic and its Sources, Chapel Hill, 1965.

68  La Gazette de France, 6 janvier 1839, p. 1.

69  A., “Beaux-Arts”, art. cit., p. 1 (le rédacteur confond Apelle et Zeuxis,opposé à Parrhasios dans le célèbre épisode des raisins).

70  Le National, 11 janvier 1839, p. 2.

71  Jules Lechevalier, “Questions politiques dans l’intérêt de l’art et des artistes”, Revue du progrès social, 1834, vol. 1, p. 453.

72  O., “Salon de 1839”, La Gazette de France, 4 mai 1839, p. 2.

73  Bien qu’il n’existe pas encore d’étude sociologique sur la situation sociale des artistes pendant la monarchie de Juillet, des preuves préliminaires indiquent qu’ils étaient déjà en butte au type de pressions que l’on associe plus souvent au Second Empire. Les critiques des divers salons des années 1830 commentaient fréquemment la sévérité des juges et (sous la plume des journalistes de gauche) les effets négatifs d’un parrainage bourgeois, par opposition à un mécénat étatique. En 1840, les artistes adressèrent une pétition à la Chambre des députés dans laquelle ils soulignaient les difficultés qu’ils traversaient : “De nos jours, un artiste n’est rien, il ne peut rien être que par l’exposition publique de ses ouvrages dans la galerie du Louvre. [...] La position des artistes est sans exemple dans tout le reste de la société; un médecin, un avocat sont médecins et avocats pour leurs académies et leurs écoles, pour le gouvernement, pour le public, pour tout le monde enfin, après avoir donné certaines preuves de science et de capacité; mais les peintres ne sont jamais peintres, les sculpteurs, les architectes, ne sont jamais sculpteurs, jamais architectes, aux yeux du jury d’admission, qui peut remettre chaque année en question leur talent.” (G. Laviron, “De la pétition des artistes à la Chambre des députés”, L’Artiste, n° 1, 1840, p. 375-378).

74  Voir par exemple “Mission de l’art. Avenir des artistes”, Revue républicaine, n° 1, 1834; Victor Schoelcher, “Salon de 1835”, Revue de Paris, n° 15, 1835, p. 330, et n° 16, p. 49-50. Un autre chroniqueur républicain du Salon de 1834 distinguait deux tendances dans l’art contemporain : l’art à but social (dogmatique) et l’art pour l’art (éclectique). L’éclectisme se définissait comme une importation allemande née du protestantisme et était soutenu par ceux qui règnent aujourd’hui sur l’art et la politique. Les éclectiques pensaient que seules des personnalités hors du commun faisaient de l’art et étaient en mesure de le juger, tandis que les républicains soulignaient la mission éducative des artistes qui devaient s’adresser au peuple (Revue républicaine, 1834, n° 1, p. 123-127).

75  Étienne Arago, “La République et les artistes”, Revue républicaine, n° 2, 1834, p. 23.

76  Charles Blanc, “Beaux Arts. Gravure. La Madone de l’Arc et les moissonneurs”, Revue du progrès, 15 février 1839, p. 14.

77  Il serait révélateur de connaître la réaction d’Arago face à cette attaque voilée qui s’en prenait à la fois à la chimie et à Daguerre, et qui émanait de son propre camp. L’imprimerie, de par la position médiane qu’elle occupait entre l’art et l’industrie, s’avérait tout particulièrement menacée par la photographie. Les ouvriers typographes étaient connus pour leur activisme au sein des mouvements républicains et, regroupés en association, ils avaient besoin d’être rassurés sur leur sort et de ne pas craindre d’être remplacés par les nouvelles technologies. À la fin du mois de décembre 1838, Arago déposa à la Chambre une pétition en faveur de 700 ouvriers typographes qui demandaient la révision des règles fixant la vente des livres. Sans doute a-t-il donc été particulièrement sensible à leurs inquiétudes (“Faits divers”, Le National, 3 janvier 1839, p. 2).

78  “Feuilleton de la Presse. Découverte de M. Daguerre”, La Presse, 24 janvier 1839, p.1.

79  Jules Pelletan, “Variétés. Daguerréotype”, La Presse, 24 août 1839, p. 3.

80  É. de Girardin avait tué en duel le rédacteur en chef du National, A. Carrel. Le 16 juin 1838, il s’associa à Frédéric Sauvage pour exploiter le physionotrace que celui-ci avait inventé, instrument mécanique qui servait à dessiner des portraits. La photographie menaçait bien évidemment tout succès financier de cette invention (cf. Pierre Pellissier, Émile de Girardin, Paris, 1985, p. 136).

81  “Faits divers”, Le National, 7 juillet 1839, p. 2.

82  Cette chronologie est sensiblement différente de celle qu’établissent H. et A. Gernsheim. Selon eux, le rapport d’Arago fut lu le 3 juillet et les députés votèrent le même jour. Ils attribuent aussi à la Chambre des pairs le scrutin de 237 bulletins contre 3 (cf. les comptes rendus des débats parlementaires de cette époque dans J. Mavidal et E. Laurent, op. cit., t. 125-127). Un entrefilet paru dans L’Artiste prétendit que les trois boules noires trouvées dans l’urne à la Chambre des députés s’y étaient glissées par erreur et que le projet de loi avait en réalité été adopté à l’unanimité des votants (“M. Daguerre”, L’Artiste, 1839, n° 3, p. 181).

83  La timidité dont fit preuve Daguerre lors de la séance du 19 août montre que le titre de gloire revient plus à Arago qu’à lui-même. Bien qu’Arago ait excusé son absence en invoquant un mal de gorge, la nervosité de Daguerre face à la foule se relève dans certaines descriptions ultérieures des manifestations publiques qu’il a organisées les 7, 11 et 14 septembre. Le journaliste du National prétend que pour sa première apparition, Daguerre s’est contenté de faire fonctionner la machine sans fournir d’explications : “On sentait qu’une sorte de timidité, que l’embarras qu’on éprouve lorsqu’on n’a point acquis l’habitude de parler en public, le rendaient un peu avare d’explications.”

84  Cit. in J.-F. Dupont, “De la doctrine du progrès continu”, Revue républicaine, 1834,
n° 2, p. 373.

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne McCauley, « Arago, l’invention de la photographie et le politique », Études photographiques, 2 | Mai 1997, [En ligne], mis en ligne le 12 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/125. consulté le 28 mars 2017.

Auteur

Anne McCauley

Anne McCauley est professeur au département d’art de l’université de Massachusetts à Boston. Spécialiste des premiers temps de la photographie, elle est l’auteur de A. A. E. Disdéri and the Carte-de-visite Portrait Photograph (Yale University Press, 1985) et Industrial Madness. Commercial Photography in Paris, 1848-1871 (Yale University Press, 1994). [p. 35]

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle