Navigation – Plan du site

Denis PELLERIN, La Photographie stéréoscopique, Paris, Bibliothèque nationale de France, Paris, 1995, 120 p., 121 ill. NB, chronol., bibl., ind., invent., lunettes stéréoscopiques.

Michel Poivert

Texte intégral

1Comme le précise Bernard Marbot dans sa préface, cet ouvrage est le premier en France consacré à l'une des plus importantes inventions photographiques du siècle dernier. Le texte de Denis Pellerin n'est pas une thèse sur la stéréoscopie, mais une étude serrée et savante qui contient de manière synthétique une quantité impressionnante de problèmes historiques et esthétiques. Le sujet regorge en lui-même de problématiques unissant en un faisceau ténu des questions de physiologie, de technique, d'économie, etc. Entre l'origine scientifique de l'invention de l'Anglais Brewster et son immense fortune comme divertissement s'établit un large périmètre accueillant la question des rapports entre les dispositifs spectaculaires et le développement des savoirs au XIXe siècle. Le succès des paysages et des sites urbains a par exemple permis au bourgeois, non seulement de voyager dans son fauteuil, mais de s'offrir un supplément d'effet illusionniste en jouissant du relief offert par le stéréoscope. Le tourisme trouve là une de ses formes modernes en même temps que la géographie jouit d'un mode de vulgarisation. Entre le plaisir égoïste du stéréoscope et la tentation de la projection, tout est dit d'une dynamique de la vulgarisation scientifique qui culminera avec Flammarion. Denis Pellerin ne manque pas de faire le lien entre stéréoscopie et expérience de l'instantanéité: dès le début des années 1860, les appareils binoculaires permettent de fixer un mouvement, certains couples d'images montrant même deux mouvements dissemblables que le spectateur, en clignant alternativement des yeux devant le stéréoscope parvient à animer. L'évocation des images stéréoscopiques de spectacles d'Opéra enrichit encore les problématiques: la photographie substitue son dispositif d'atelier à celui de la scène pour produire une autre illusion, une manière d'ersatz de l'art total dont rêve alors Wagner, une conversion du drame musical en tableau vivant. Cette scénographie recluse à l'intérieur des frontières de l'atelier se prête admirablement aux mises en scènes, reconstituant ici la vie privée du bourgeois, flirtant ailleurs avec l'iconographie licencieuse. Tout cet univers se déploie au sein d'une véritable économie, et si l'entreprise est souvent familiale, les mises en scène nécessitent de vrais décorateurs. Notons enfin que le rôle officiel des portraits est évoqué à travers la question de la diffusion des effigies, mais aussi de la fonction critique des scènes de caricature. Comme il se doit dans une étude qui oblige l'auteur a resserrer la multiplicité des sujets, Denis Pellerin rappelle, comme autant de pistes à frayer, la multitude d'auteurs encore inconnus et qui révéleront plus encore l'ampleur de la "stéréoscopomanie" sous le Second Empire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Denis PELLERIN, La Photographie stéréoscopique, Paris, Bibliothèque nationale de France, Paris, 1995, 120 p., 121 ill. NB, chronol., bibl., ind., invent., lunettes stéréoscopiques. », Études photographiques, 1 | Novembre 1996, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/115. consulté le 17 octobre 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques