Navigation – Plan du site

Regard sur la France

Edward Steichen entre Paris et New York
Kristen Gresh
p. 64-73

Texte intégral

1En 1929, la création du Museum of Modern Art de New York (MoMA) répondait à la volonté d’exposer des œuvres d’avant-garde visant à mettre en valeur le travail des artistes contemporains. Dans cette perspective, le MoMA devient un lieu prestigieux de diffusion de la photographie du XXe siècle. Edward Steichen (1879-1973), nommé conservateur pour la photographie en 1947, donne à la photographie française une place particulière qui le distingue de son prédécesseur, Beaumont Newhall, puisant ses sources d’inspiration lors de ses nombreux voyages en France. Cette politique originale mérite d’être analysée au regard des relations transatlantiques puisque Steichen a joué un rôle de médiation essentiel entre la France et les États-Unis.

2Lorsque Steichen arrive au MoMA, il se distingue de Newhall qui se concentrait davantage sur la reconnaissance artistique du médium. Après avoir été invité à organiser deux expositions sur la guerre, “Road to Victory” en 1942 et “Power in the Pacific” en 1945, Steichen prend la direction du département de Photographie en 1947. Fort de son expérience militaire et de sa pratique de photojournaliste, il bouleverse l’institution en usant du médium comme d’un moyen de communication, provoquant le départ de Newhall. En 1949, l’exposition “The Exact Instant” comprend ainsi trois cents photographies de presse, encadrées dans les pages des magazines où elles avaient été publiées, conservant ainsi leur contexte d’origine.

Une attention particulière : Steichen au MoMA et la photographie française

  • 1 Il y a lieu toutefois de rappeler que, peu avant l’arrivée de Steichen au MoMA, une grande rétrospe (...)

3Cette pratique est empreinte d’un goût pour l’Europe et en particulier pour la France. Cet attachement à la France et la liberté dont il jouit dans le choix de ses projets lui permettent de donner la dimension qu’il souhaite à l’intégration de la photographie européenne au MoMA1.

  • 2 Entre le 21 mai 1951 et le 5 décembre 1951, il y a eu un minimum de 23 lettres échangées entre les (...)
  • 3 Cette annonce apparaît un an avant la création du programme international du MoMA en 1952, qui a po (...)
  • 4 « High time for us to realize that the genius of France also finds its expression in photography », (...)
  • 5 Lettre d’E. Steichen à H. Cartier-Bresson, 21 mai 1951, The MoMA Archives (CUR #497), New York.

4Steichen s’appuie sur ses liens personnels avec la France pour sa première exposition de la photographie française, “Roots of French Photography”, produite en 1949. Deux ans plus tard, il tente d’organiser une exposition de photographie contemporaine française et reprend contact avec Henri Cartier-Bresson qu’il a rencontré à New York peu auparavant. En mai 1951, ils entament une importante correspondance2. Steichen y évoque son souhait d’organiser des expositions internationales3 et il lui semble naturel de commencer par la photographie française : « Il est temps que nous nous rendions compte que le génie de la France trouve aussi son expression dans la photographie4. » Le conservateur demande à Cartier-Bresson de choisir de quatre à six photographes français, exprimant son souhait d’y inclure Brassaï. Il fait également savoir qu’il a vu des images « stimulantes5 » de Robert Doisneau et d’Édouard Boubat, mais lui laisse le choix dans l’appréciation des photographes.

  • 6 Ibid.

5La confiance qu’il accorde à Cartier-Bresson est exceptionnelle et repose sur l’estime qu’il lui porte et la connaissance de son travail diffusé par l’agence Magnum qui commercialise les images de nombreux photographes français aux États-Unis6.

  • 7 Lettre d’H. Cartier-Bresson à E. Steichen, 2 juin 1951, The MoMA Archives, New York.
  • 8 «We think also that an exhibition including the work of these men could not properly bee (sic) call (...)
  • 9 Pour plus d’informations sur ce mouvement, voir M. de Thézy, La Photographie humaniste: 1930-1960. (...)

6L’exposition intitulée “Five French Photographers” réunit Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Izis (Israël Bidermanas) et Willy Ronis7. Au cours de sa préparation, Cartier-Bresson explique qu’il pense, comme Brassaï, « qu’une exposition comprenant le travail de ces hommes ne peut pas à proprement parler s’intituler “Photographie contemporaine française”. Il s’agit avant tout d’un “témoignage humain” (ou tout autre nom…) qui ne représente que notre vision particulière8 ». Brassaï et Cartier-Bresson souhaitent se démarquer de la photographie française contemporaine, soulignant la notion de témoignage dans leurs images. En intitulant l’exposition “Five French Photographers”, Steichen respecte la particularité de ces auteurs et contribue à la définition d’un mouvement qu’on appellera par la suite « la photographie humaniste9 ». Cette exposition donne aux Américains une idée de cette « vision particulière ».

  • 10 L’exposition “Five French Photographers : Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau, Ronis, Izis”était pre (...)

7“Five French Photographers” connaît un grand succès que confirment la version itinérante de l’exposition et les cinquante-trois pages dédiées à l’exposition dans le US Camera Annual de 195310. À ce propos, Steichen écrit :

  • 11 « There runs through their divergent personalities and styles a deep undercurrent of unity based on (...)

« À travers leurs personnalités et leurs styles très différents, se manifeste une profonde unité, certes sous-jacente, fondée sur une attention collective et évidente portée à l’aspect humain des choses, des moments, et des lieux représentés11. »

  • 12 «Together, the pictures give American photo­graphers not only a vivid impression of French life but (...)

8Dans le New York Times, lejournaliste et critique de photographie Jacob Deschin écrit : « Dans leur ensemble, les images ne donnent pas uniquement aux photographes américains une idée vivante de la société française mais présentent aussi l’inspiration originale d’un groupe de photographes, qui travaillent avec acharnement pour transmettre ce qu’ils voient, directement, sans fioritures ni recours aux effets de “choc”12. » L’évocation de sujets simples et quotidiens est une nouveauté pour le public américain. Le journaliste Deschin affirme que ces scènes parfois banales, comme un chat sous un porche ou une femme qui marche sous la pluie, peuvent se révéler extraordinaires.

  • 13 «He told me that the show was a big success and I want to thank you for it – it is you who bring th (...)

9Henri Cartier-Bresson écrit à Steichen : « [Capa] m’a dit que l’exposition était un grand succès et je veux vous en remercier. C’est vous qui stimulez tant le public que les photographes en donnant à la photographie une bonne direction et en communiquant votre enthousiasme à tout le monde13. » Cette première exposition sera suivie par d’autres manifestations révélant l’importance majeure accordée aux photographes français, qui disposent de peu de lieux d’exposition dans leur pays.

Le point d’orgue des échanges transatlantiques : “The Family of Man”

10En 1955, Steichen monte « The Family of Man », une exposition, ambitieuse et mythique, de 503 photographies (choisies parmi plus de 2 000 000) par 273 photographes du monde entier qui a six versions itinérantes qui ont été exposées dans 37 pays y compris la France.

  • 14 «A large photographic exhibition we are planning to show here at the Museum and as a circulating ex (...)

11Dans une lettre de juin 1952, Steichen écrit à Cartier-Bresson et lui présente son projet : « […] une grande exposition photographique que nous allons montrer ici et de façon itinérante en Europe. Le thème général de l’exposition sera la famille de l’homme… Je crois que ce projet vous intéressera et je tiens beaucoup à avoir vos idées et vos conseils sur le projet14. » Cartier-Bresson est l’un des premiers photographes à qui Steichen annonce son grand projet, même si le titre n’est pas encore précisé explicitement. Plus tardivement, Steichen correspond avec d’autres photographes tels Izis, Doisneau et Boubat, ce dernier n’a d’ailleurs pas figuré dans “Five French Photographers”.

12En 1952, suite aux projets d’agrandissement du département de Photographie du MoMA et dans le cadre de la préparation de “The Family of Man”, Steichen part en Europe pour y recueillir des images. Cartier-Bresson reste l’un de ses interlocuteurs les plus importants et l’un des seuls étrangers à être sollicités. À ce moment-là, Steichen entretient surtout des rapports avec des photographes américains comme Dorothea Lange ou Wayne Miller.

  • 15 Steichen a aussi écrit par avance aux amis américains qui vivaient à Paris à l’époque y compris Pau (...)

13De nombreuses années après son premier voyage, ce séjour est l’occasion de renforcer ses liens avec la France. Il écrit à plusieurs photographes avant de quitter New York, notamment aux « five french photographers15 ».

14Steichen arrive en Europe le 22 septembre 1952. Il s’établit à Paris pour effectuer ses principales démarches. Il y reçoit son courrier et y passe plus de temps que dans les autres villes (Zurich, Stockholm, Amsterdam, Munich, Londres, etc.). Contrairement à Newhall venu en 1936 rencontrer surtout des collectionneurs pour son exposition “Photography 1839-1937”, Steichen cherche à entrer en contact avec différents photographes, célèbres ou inconnus. Il espère trouver des images pour illustrer le thème de la « famille de l’homme ».

  • 16 Sur cette période, voir J. Smith, Edward Steichen, The Early Years, New York, Princeton University (...)

15Steichen s’appuie sur le soutien administratif et financier du musée et notamment de René d’Harnoncourt, le directeur du MoMA. Ce dernier écrit une lettre de recommandation à Jean Cassou, directeur du musée d’Art moderne de Paris. Dans cette lettre, d’Harnoncourt rappelle à son confrère que Steichen a été l’un des premiers à introduire l’École de Paris aux États-Unis16. En plus du soutien du MoMA, Steichen bénéficie d’autres avantages comme le fait d’avoir vécu à Paris, d’y avoir rencontré plusieurs photographes et de parler le français.

  • 17 Willy Ronis, entretien avec l’auteur, enregistrement audio, Paris, 9 nov. 2001. Ronis et Cartier-Br (...)
  • 18 Image de Ronis dans E. Steichen, The Family of Man, cat. exp., New York, Museum of Modern Art, Maco (...)
  • 19 Willy Ronis, entretien avec l’auteur, enregistrement audio, le 9 nov. 2001, Paris.

16Steichen rencontre Willy Ronis qu’il contacte dès son arrivée17. L’image que Steichen choisit pour “The Family of Man” est une photographie du fils de Ronis jouant avec un petit avion – soit une photographie de famille, exposée dans la section dédiée spécifiquement aux enfants18. Le conservateur encourage Ronis à envoyer plus d’images mais celui-ci déclare aujourd’hui avoir été trop timide pour le faire19. Avec le recul, il avoue qu’il ne connaissait pas le rôle de Steichen à l’époque :

  • 20 Ibid.

17« […] par la suite, en apprenant la véritable stature de cet homme, c’est-à-dire sa stature de photographe, d’artiste photographe par certains côtés historien de la photographie, et de chef respecté du département photographique du MoMA, j’ai été très vexé de l’avoir reçu comme un monsieur que l’on reçoit poliment – on reçoit normalement poliment quelqu’un qui vous demande d’être reçu. Et on s’est écrit ensuite et puis ça en est resté là20. »

  • 21 Ibid. Dans l’entretien, Ronis se rappelle l’exposition “Five French Photographers” à travers une pu (...)
  • 22 D’ailleurs, dans cette perspective, Steichen a organisé l’exposition “Contemporary American Photogr (...)

18Le photographe explique qu’après la guerre, la quantité de travail et le nombre de photographes en France était tel que la connaissance de photographes étrangers s’avérait peu probable pour les photographes français21. De plus, les moyens de diffusion internationale de la photographie étaient peu développés. Steichen sert donc de médiateur entre l’Europe et les États-Unis22.

  • 23 Sabine Weiss, entretien avec l’auteur, enregistrement audio, 7 déc. 2001, Paris. Images de S. Weiss (...)
  • 24 Images de Brassaï, The Family of Man, p. 90, 115, 128, 159, 164 et images de Doisneau, p. 10 (2), 1 (...)

19À Paris, Steichen rencontre également Sabine Weiss, qui pense qu’il a eu son nom par Charles Rado, fondateur de l’agence Rapho Guillemette. Steichen choisit trois de ses photographies23 et, au total, il sélectionne treize images de l’agence Rapho – y compris celles de Brassaï et de Doisneau24.

  • 25 Steichen reçoit des lettres à Magnum Photos Paris ainsi qu’au bureau de Time-Life à Paris. Envelopp (...)

20Steichen exploite également les réseaux d’autres agences, notamment Magnum Photos où il se rend de façon régulière pendant son séjour25. La politique de la coopérative permet aux photographes de travailler avec une certaine liberté, sans les contraintes d’une publication et sans éditeur. Les images qui résultent de cette façon de travailler sont souvent des images engagées et semblent correspondre à ce que Steichen recherche. “The Family of Man” présente quarante photographies de l’agence Magnum, dépassant ainsi largement la représentation des autres agences.

  • 26 La visite de Steichen à Réalités est documentée dans une lettre tardive du photographe Jean-Philipp (...)
  • 27 Images, dans The Family of Man, de Boubat, p. 191 ; Doisneau, p. 10 (2) ; 12, 99, 104 ; Brassaï, p. (...)

21Steichen rencontre également des éditeurs et des photographes de publications comme Réalités et Point de vue26 ainsi que Paris-Match et Plaisirs de France, qui présentent d’abondantes illustrations. Steichen y voit un style de photographie fondé sur l’expérience de la guerre qui n’en demeure pas moins optimiste sur l’avenir. Des photographes comme Boubat, Doisneau ou Brassaï travaillent pour ces magazines27. Empreintes d’une même sensibilité commune à la vie quotidienne, ces photographies représentent pour Steichen une tendance typique de la photographie française qu’il cherche à faire connaître au public américain.

  • 28 Lettre de B. Newhall à E. Steichen, fév. 1956, Edward Steichen Archive, The MoMA Archives, New York
  • 29 Lettre d’Izis à Steichen, 1954 et lettre non datée d’É. Boubat à Steichen, Edward Steichen Archive, (...)
  • 30 Les photographies d’H. Cartier-Bresson se trouvent dans le catalogue The Family of Man sur les page (...)

22Les rencontres entre Steichen et ces photographes français renforcent les liens entre le monde photographique de New York – y compris celui du MoMA – et les photographes français d’après-guerre. Beaumont Newhall écrit à Steichen que ses amis français sont enchantés de l’avoir rencontré28. Cartier-Bresson, Izis et Boubat ont également exprimé leur enthousiasme dans leurs lettres29. Cartier-Bresson fournit dix photographies de son travail, une démarche exceptionnelle lorsque l’on sait que la majorité des 273 photographes présents dans “The Family of Man” n’avaient qu’une ou deux images incluses dans l’exposition30. Au total, il y a 31 photographies françaises sur les 503 images qui composent l’exposition, soit presque un tiers de la photographie européenne y figurant.

  • 31 Compte rendu de réunion, le 29 oct. 1953, Edward Steichen Archive, The MoMA Archives, New York. Sel (...)
  • 32 Compte rendu, réunion au MoMA, 29 oct. 1953, Edward Steichen Archive, The MoMA, New York.
  • 33 « […] tender simplicity, a sly humor, a warm enthusiasm… and convincing aliveness », Steichen cité (...)
  • 34 L’exposition a été présentée en France et a rencontré un franc succès auprès du grand public. Paral (...)

23De retour aux États-Unis, Steichen présente “The Family of Man” comme « un miroir de la vie31 »aux photographes et la rédaction des magazines. Il explique alors que la recherche de photographies sur le thème de la vie quotidienne reste une entreprise malaisée. Selon Steichen, les Français sont « les seuls photographes qui ont photographié de façon approfondie la vie quotidienne ». Il cherche des images sur la « quotidienneté » (everydayness), qu’il décrit comme « la beauté des choses qui remplissent nos vies32 ». Ce style de photographie française se distinguerait du reste de la photographie européenne. Steichen y voit « une simplicité tendre, un humour rusé, un enthousiasme chaleureux… et une vivacité convaincante33 ». Pour lui, les douze photographes français présents dans “The Family of Man” montrent de l’humanité et de la compassion dans leur travail, éléments qui semblent importants dans sa conception de la famille. Ces images sont un modèle d’inspiration pour Steichen. Il les promeut afin d’orienter sa recherche d’images pour “The Family of Man” et vise plus généralement à influencer la photographie américaine34.

24La France est certainement le pays européen le mieux représenté dans les expositions photographiques du MoMA organisées par Steichen, “Roots of French Photography”(1949), “Newly Acquired Photographs by Stieglitz and Atget” (1950), “Five French Photographers” (1952), “Post­war European Photography” (1953), “Language of the Wall : Parisian Graffiti Photographed by Brassaï” (1956).

25En 1953, Steichen organise une exposition intitulée “Post-War European Photography”, dont la dimension philosophique a pu lui servir dans la création de “The Family of Man”. De nombreuses images de photographes français y figurent et reprennent l’idée d’universalisme :

  • 35 « This exhibition presents a cross-section of work by post-war European photographers. These men an (...)

« “Post-War European Photography” représente un échantillon du travail de photographes européens d’après-guerre. Ces hommes et femmes montrent d’une façon convaincante que la photographie de leur temps dépasse les frontières et les différences de langues afin de devenir un médium universel d’expression35. »

  • 36 E. Steichen, The Family of Man, 1955.

26Ce commentaire se rapproche du concept qui détermine “The Family of Man” consistant à avancer que la photographie s’apparente à un langage universel36.

  • 37 US Camera Annual 1953, p. 9.

27La visite de Steichen en Europe est fondamentale non seulement pour lui mais également pour de nombreux photographes européens. Exposer des images dans “Five French Photographers”, “Post-War European Photography” et plus tard “The Family of Man” donnera à plusieurs d’entre eux la première occasion de voir leurs images montrées hors de leur pays ou de l’Europe. En outre, l’exposition de leurs œuvres dans un lieu prestigieux comme le MoMA est un honneur et une véritable marque de légitimation de leur travail. Le soutien actif de Steichen à la photographie française le conduit d’ailleurs à déclarer, en 1953, que la France est « une autre île de force dans le domaine de la photographie moderne37 ».

28Son action en tant que conservateur consiste à puiser son inspiration en France avec pour conséquence de diffuser largement la photographie française aux États-Unis. Certes, la presse américaine de l’époque publie certaines images de photographes français. Toutefois, dans les musées, c’est surtout l’action de Steichen qui permet de mettre en valeur la photographie française dans les années 1950. Il tente alors d’encourager ses compatriotes américains à reconnaître le travail des photographes français et à s’en inspirer.

  • 38 Lettre de H. Cartier-Bresson à E. Steichen, datée du 2 juin 1951, The MoMA (CUR #497), New York.

29Steichen passe du statut de passeur indépendant à celui de passeur institutionnel via son poste au MoMA. L’exposition “The Family of Man” est en quelque sorte l’aboutissement de ses échanges transatlantiques, et de l’affirmation identitaire de Steichen. À l’appui de la « vision particulière » et du « témoignage humain »38, c'est-à-dire du style français qui enchante Steichen, les images françaises imprégneront un nouveau style sur la photographie américaine qui est la « street photography » à venir.

Notes

1 Il y a lieu toutefois de rappeler que, peu avant l’arrivée de Steichen au MoMA, une grande rétrospective sur l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson est organisée par Beaumont et Nancy Newhall. Cartier-Bresson était déjà un nom connu des Américains, surtout après un article du journal The New York Times en 1946 qui annonçait que le photographe n’était pas mort pendant la Seconde Guerre mondiale alors que l’exposition avait été présentée comme posthume. Voir A. Sire, “Histoire d’un album”, dans Scrapbook Photographies 1932-1946, Steidl, 2006, p. 13.

2 Entre le 21 mai 1951 et le 5 décembre 1951, il y a eu un minimum de 23 lettres échangées entre les deux hommes. Cette correspondance semble être archivée uniquement au MoMA. Au cours de cette recherche, la Fondation Henri Cartier-Bresson constate qu’ils ne possèdent pas de lettres (à part un télégramme de 1947) entre H. Cartier-Bresson et E. Steichen.

3 Cette annonce apparaît un an avant la création du programme international du MoMA en 1952, qui a pour but de promouvoir des échanges artistiques entre pays, voir dans ce numéro, L. Barrère, p. 44-64.

4 « High time for us to realize that the genius of France also finds its expression in photography », lettre d’E. Steichen à H. Cartier-Bresson, 8 juin 1951, The MoMA Archives (CUR #497), New York.

5 Lettre d’E. Steichen à H. Cartier-Bresson, 21 mai 1951, The MoMA Archives (CUR #497), New York.

6 Ibid.

7 Lettre d’H. Cartier-Bresson à E. Steichen, 2 juin 1951, The MoMA Archives, New York.

8 «We think also that an exhibition including the work of these men could not properly bee (sic) called Contemporary French Photography, it is a selective “témoignage humain” (or an other name…) and represents only our special trend», lettre d’H. Cartier-Bresson à E. Steichen, 2 juin 1951, The MoMA Archives (CUR #497), New York.

9 Pour plus d’informations sur ce mouvement, voir M. de Thézy, La Photographie humaniste: 1930-1960. Histoire d’un mouvement en France, Paris, Contrejour, 1992 ; Laure Beaumont-Maillet, Françoise Denoyelle et Dominique Versavel, 1945-1968. La photographie humaniste. Autour d’Izis, Boubat, Brassai, Doisneau, Ronis…,cat. exp., Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006, Cahiers de la photographie, “Les photographes humanistes : Doisneau, Boubat, Izis et les autres”, vol. 9, 1983.

10 L’exposition “Five French Photographers : Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau, Ronis, Izis”était presentée au MoMAdu 19 déc. 1951 au 24 fév. 1952. Voir Jacob Deschin, “The Work of French Photographers”, New York Times, 23 déc. 1951, p. X14. Le US Camera Annual 1953 comprend une sélection de photographies de l’exposition sous le titre révisé, “Four French Photographers : Brassaï, Doisneau, Ronis, Izis”. Le nombre réduit des contributeurs est expliqué dans une introduction par l’éditeur Tom Maloney comme étant dû à un « manque de contact avec H. Cartier-Bresson – un contributeur à US Camera Annual depuis son tout premier numéro » (« lack of contact with Henri Cartier-Bresson – a US Camera contributor from the very first number »). T. Maloney (dir.), US Camera Annual 1953, New York, US Camera Publishing Corporation 1952, p. 8. Suite à cette publication, cette exposition est souvent et erronément appelée “Four French Photographers”.

11 « There runs through their divergent personalities and styles a deep undercurrent of unity based on a collective and forthright emphasis on the human aspect of the things, moments and places portrayed », E. Steichen, “Four French Photographers”, US Camera Annual 1953, New York, US Camera Publishing Corporation 1952, p. 9.

12 «Together, the pictures give American photo­graphers not only a vivid impression of French life but also the new inspiration of a body of photographers who work earnestly to communicate what they see, directly without flourishes or recourse to the “shock appeal” », J. Deschin, “The Work of French Photographers”, art. cit.

13 «He told me that the show was a big success and I want to thank you for it – it is you who bring the stimulant as well to the public as to the photographers by keeping photography in its right perspective and by communicating your enthusiasm to everyone »,lettre de H. Cartier-Bresson à E. Steichen, 23 janv. 1952, The MoMA Archives (CUR #497), New York.

14 «A large photographic exhibition we are planning to show here at the Museum and as a circulating exhibition in Europe. The general theme of this exhibition will be the family of man… I believe this project will appeal to you and I am particularly anxious to have your ideas and your counsel on the matter », lettre d’E. Steichen à H. Cartier-Bresson, 16 juin 1952, Edward Steichen Archive, MoMA, New York.

15 Steichen a aussi écrit par avance aux amis américains qui vivaient à Paris à l’époque y compris Paul Strand (1890-1976) et l’écrivain Jerome Mellquist (1906-1963). Lettres de Steichen à Strand, le 16 sept. 1952, et de Steichen à Mellquist, le 17 sept. 1952, Archives du MoMA, New York.

16 Sur cette période, voir J. Smith, Edward Steichen, The Early Years, New York, Princeton University Press and The Metropolitan Museum of Art 1999 ; E. Steichen, A Life in Photography, Garden City, New York, Doubleday 1963 ; Anne McCauley, “Introducing Modern Art to America”, in Modern Art and America: Alfred Stieglitz and his New York Galleries, Washington DC, National Gallery of Art, 2000, p. 55-70.

17 Willy Ronis, entretien avec l’auteur, enregistrement audio, Paris, 9 nov. 2001. Ronis et Cartier-Bresson sont les deux seuls photographes français – sur les cinq exposés dans “Five French Photographers” – vivants au moment de cette recherche. Ronis était le seul disponible pour un entretien prolongé.

18 Image de Ronis dans E. Steichen, The Family of Man, cat. exp., New York, Museum of Modern Art, Maco Magazine Corporation, 1955, p.44.

19 Willy Ronis, entretien avec l’auteur, enregistrement audio, le 9 nov. 2001, Paris.

20 Ibid.

21 Ibid. Dans l’entretien, Ronis se rappelle l’exposition “Five French Photographers” à travers une publication dans US Camera Annual 1953 et se souvient de la visite de Steichen chez lui, au début des années cinquante. Ronis ne se rappelle pas si Steichen lui a parlé des deux expositions en même temps. En revanche, après vérification des voyages de Steichen en Europe, il apparaît que celui-ci n’est pas allé en Europe pour préparer l’exposition “Five French Photographers” mais uniquement pour “The Family of Man”, en 1952.

22 D’ailleurs, dans cette perspective, Steichen a organisé l’exposition “Contemporary American Photography” au musée d’Art moderne de Paris en 1956.

23 Sabine Weiss, entretien avec l’auteur, enregistrement audio, 7 déc. 2001, Paris. Images de S. Weiss, The Family of Man, p. 105, 158 et 188 dans les parties thématiques : “danse”, “expression religieuse” et “magie de l’enfance” (aussi cité dans Témoignages et Documents, Centre national audiovisuel de Luxembourg, Luxembourg, 1995).

24 Images de Brassaï, The Family of Man, p. 90, 115, 128, 159, 164 et images de Doisneau, p. 10 (2), 12, 99, 104. Les images de Brassaï figurent dans les sections “nourriture”, “jeux adultes”, “relations”, “expression religieuse” et “adolescents”. Les cinq images de Doisneau sont dans les parties consacrées aux “amoureux”, à la “musique folklorique” et la “danse”.

25 Steichen reçoit des lettres à Magnum Photos Paris ainsi qu’au bureau de Time-Life à Paris. Enveloppes dans l’archive de Steichen, The MoMA, New York.

26 La visite de Steichen à Réalités est documentée dans une lettre tardive du photographe Jean-Philippe Charbonnier qui regrette de ne pas y avoir rencontré Steichen en 1952. Lettre de J.-Ph. Charbonnier à E. Steichen, 11 fév. 1953, Edward Steichen Archive, The MoMA, New York.

27 Images, dans The Family of Man, de Boubat, p. 191 ; Doisneau, p. 10 (2) ; 12, 99, 104 ; Brassaï, p. 90, 115, 128, 159, 164.

28 Lettre de B. Newhall à E. Steichen, fév. 1956, Edward Steichen Archive, The MoMA Archives, New York.

29 Lettre d’Izis à Steichen, 1954 et lettre non datée d’É. Boubat à Steichen, Edward Steichen Archive, The MoMA, New York.

30 Les photographies d’H. Cartier-Bresson se trouvent dans le catalogue The Family of Man sur les pages 16, 64, 87, 90, 130, 156, 158, 170, 174 et 187. Elles se situent dans les sections suivantes : “mariage”, “terre”, “travail des femmes”, “nourriture”, “relations”, “expression religieuse”, “révolte”, “gouvernement”, “magie de l’enfance“. Les thèmes mentionnés sont traduits des thèmes recueillis dans les archives de l’exposition au MoMA.

31 Compte rendu de réunion, le 29 oct. 1953, Edward Steichen Archive, The MoMA Archives, New York. Selon ce compte rendu, les participants étaient : Jerry Mason (éditeur, Argosy), Eliot Elisofon (photographe), John Morris (Magnum), W. Eugene Smith (photographe), Gordon Parks (photographe), Philippe Halsmann (photographe), Arthur Rothstein (photographe, Look), Bernard Quint (mise en page, Life), Walker Evans (photographe), Edward Steichen, et N. Thayer (assistante de Steichen).

32 Compte rendu, réunion au MoMA, 29 oct. 1953, Edward Steichen Archive, The MoMA, New York.

33 « […] tender simplicity, a sly humor, a warm enthusiasm… and convincing aliveness », Steichen cité par J. Deschin, “The Work of French Photographers”, New York Times, 23 décembre 1951, p. X14.

34 L’exposition a été présentée en France et a rencontré un franc succès auprès du grand public. Parallèlement, Roland Barthes a dressé un sévère diagnostic de l’exposition dans Mythologies.

35 « This exhibition presents a cross-section of work by post-war European photographers. These men and women create a persuasive argument that today’s photography overrides frontiers and language differences to become a universal medium of expression »,US Camera Annual 1954, p. 9.

36 E. Steichen, The Family of Man, 1955.

37 US Camera Annual 1953, p. 9.

38 Lettre de H. Cartier-Bresson à E. Steichen, datée du 2 juin 1951, The MoMA (CUR #497), New York.

Pour citer cet article

Référence électronique

Kristen Gresh, « Regard sur la France », Études photographiques, 21 | decembre 2007, [En ligne], mis en ligne le 18 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1062. consulté le 27 avril 2017.

Auteur

Kristen Gresh

EHESS/Cral

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle