Navigation – Plan du site

Portrait de famille au naturel

Les mutations de la photographie familiale
Irène Jonas

Résumé

Depuis la fin des années 1960, la photographie familiale a connu de profonds changements, à l’image des mutations de la famille qu’elle immortalise. Trois tendances majeures sont repérables: l’apparition de nouveaux moments photographiés, plus intimes, la réduction importante de photos de groupes ou d’adultes au profit d’images centrées sur l’enfant et son évolution et la disparition progressive de la photographie posée pour des prises de vue saisies sur le vif. L’apparition du numérique semble aujourd’hui accentuer ces tendances et soulève de nouvelles questions dont celles du nombre phénoménal de photos réalisées, du tirage papier et donc de leur sélection pour la constitution d’albums. La photographie numérique familiale s’éloignerait-elle alors de sa fonction de gardienne de la mémoire pour devenir un acte social de communication d’émotions? Si au soulagement de beaucoup le numérique et l’informatique libèrent des espaces anciennement occupés par les négatifs et les tirages papiers, quelle est la destinée des images numériques à long terme et quelle place auront-elles dans la mémoire familiale?

Texte intégral

Fig. 1. Amateur anonyme, au trampoline, tirage chromogène, 11,5 x 9,5 cm, 1986, coll. part.

  • 1 Cf. Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, M (...)

1En 1965 paraît Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, magistrale enquête dirigée par Pierre Bourdieu, qui dresse un état des lieux des pratiques photographiques de l’après-guerre1. Pourtant, alors que la description proposée se distingue par son caractère fortement anhistorique, dès la fin des années 1960, la photographie familiale connaît une profonde mutation. Le nombre d’images s’accroît fortement, de même que l’éventail des sujets enregistrés. La manière de photo­graphier change également: la prise de vue “sur le vif” remplaçant progressivement la photographie posée.

  • 2 Les verbatim sont extraits d’une recherche en cours sur la photographie familiale menée auprès de t (...)

«C’est difficile de prendre les gens sans qu’ils posent. Si tu peux te cacher pour prendre une photo, c’est bien, tu peux prendre les gens sans qu’ils posent, donc ça, c’est difficile de prendre les gens sans qu’ils te voient. On avait acheté un téléobjectif pour pouvoir les prendre de loin2

2Cette transformation de l’esthétique de la photographie de famille est encou­ragée par les avancées techniques et l’apparition sur le marché de nouveaux matériels destinés au grand public. Mais ce processus ne peut être analysé sans prendre en compte les évolutions de la structure et des comportements familiaux de la période. Reflet de l’histoire des familles, la photographie familiale ouvre aussi à la dimension d’une histoire de la famille, à laquelle elle est indissolublement liée.

La naissance de la photographie affective

  • 3 Louis Roussel, La Famille incertaine, Paris, Odile Jacob,1989, p. 111.

3Dès le début des années 1970, au cycle de vie traditionnel succède la possibilité de mener une vie délibérément féconde ou stérile en dehors de l’institution matrimoniale, mais également l’éventualité de passer par différents modèles au cours de sa vie3. Cette diversité de schémas familiaux et ce foisonnement de situations nouvelles ne seront pas sans incidence sur les stéréotypes régissant les images de la famille. Deux tendances majeures sont repérables: l’apparition de nouveaux moments photographiés, plus intimes, et la diminution de photos de groupe ou d’adultes avec enfants, au profit d’images centrées sur l’enfant et son évolution. Alors que les relations semblent davantage relever du choix des acteurs que de l’obligation juridique, religieuse ou morale, on voit apparaître dans la photographie de famille des moments jusque-là inédits. La pendaison de crémaillère dans le premier appartement du jeune couple remplace ou précède les photos de mariage, la mère enceinte et l’accouchement se substituent ou jouxtent celles du baptême, une fête entre amis occupe une place aussi importante que les réunions familiales, la nudité qu’elle soit pendant la grossesse, l’allaitement, ou pendant des vacances n’est plus proscrite.

4Jusque dans les années 1970, à quelques variantes près, un même modèle familial s’imposait à la plupart des groupes sociaux: l’institution demeurait la règle. Si quelques libertés étaient admises, le mariage n’en restait pas moins la condition obligée de la vie commune et de la fécondité. Dans ce contexte, rien ne pouvait être photographié en dehors de ce qui devait être photographié, c’est-à-dire les grands moments institutionnalisés (cérémonies) ou socialement reconnus (fêtes, vacances) de la vie familiale.

Fig. 2. Amateur anonyme, groupe d’amis sur la plage, tirage gélatino-argentique, 11 x 6,5 cm, 1943, coll. part.

5Néanmoins, entre l’époque des premiers congés payés et la fin des années 1960, ce que la photographie familiale commence à laisser voir est un désir, encore hésitant, de fixer et de montrer une réalité familiale dont les clichés réalisés par des professionnels ne semblent plus à même de rendre compte. La diffusion du modèle de la famille moderne, l’irruption du sentiment amoureux ainsi qu’un rapport à l’enfant résolument éloigné du simple souci de la survie avaient déjà commencé à modifier l’image que les familles avaient d’elles-mêmes. Cette double inspiration de recherche du bonheur dans le respect de l’institution était à la famille ce que la recherche des moments intimes et heureux était à la photographie dans le respect de la mise en scène. La reconnaissance et l’affirmation de l’affectivité dans la famille donnait ainsi une allure bien moins solennelle aux clichés familiaux. Photos qui, certes, continuaient de fixer des conduites socialement réglées et approuvées, mais qui s’étaient élargies à bien d’autres domaines que les cérémonies. C’est désormais moins des rôles sociaux que le partage d’un moment qui se donne à lire dans les images.

6À la fin des années 1960, si les photographies posées continuent de marquer les occasions exceptionnelles, visites de proches, vacances ou solennité d’un événement de la vie familiale, d’autres images prises sur le vif visent à retenir l’expression d’un instant de forte intimité.

«Un baptême… L’anniversaire, les dîners avec la famille, Noël, c’est important aussi mais pas plus l’un que l’autre, on fait des photos quand on a envie d’en faire, je note des expressions des enfants qui sont rigolotes. Ça ne m’embêterait pas plus que ça de rater un anniversaire.»

7Si les photos traditionnelles se perpétuent, elles ne revêtent pas la même signification pour tous. Pour certains, leur sens reste lié à la symbolique de l’événement qu’elles fixent, pour d’autres, elles constituent un passage obligé et tendent à devenir une simple formalité Ainsi, la différence ne résiderait pas entre ceux qui continuent de réaliser des photos traditionnelles et ceux qui, de façon volontariste, privilégieraient la photo affective, mais entre ceux pour qui les photos tradition­nelles et les cérémonies qu’elles fixent ont une valeur intrinsèque, et ceux pour qui elles sont retenues au même titre que n’importe quel moment ordinaire.

La représentation de l’enfant

  • 4 Laurence Gavarini, La Passion de l’enfant, Paris, Denoël, 2001, p. 109.

8Dans la foulée des événements de 1968 qui accélèrent brutalement le processus de libéralisation familiale, le rapport à l’enfant se modifie radicalement grâce à la contraception qui fait de lui un enfant désiré avant la conception, mais aussi grâce à la diffusion de pédagogies nouvelles qui le reconnaissent dès son plus jeune âge comme une personne. «C’est un fait acquis au début des années 1980 et qui va se renforcer au cours des années 1990: le bébé est paré d’un apanage de “compétences” à éveiller, de “dons” à stimuler4

9Depuis les années 1980, tout a basculé: les parents cherchent à distinguer leur mode de prise de vue de celui de la génération précédente, qui ne leur apporte pas la “réalité” de leur enfant et n’en donne pas une image “vraie”.Pour comprendre cette rupture, il est nécessaire d’appréhender tant les nouvelles manières d’être en famille que le renouvellement du rôle de l’enfant. Au cours du xixe siècle, avec l’apparition des vaccins et des pratiques d’hygiène qui permettront un recul de la mortalité infantile, une sensibilité nouvelle s’est développée à son égard. Toutefois, même si l’enfant est de moins en moins vécu comme un pré-adulte inachevé, son existence est encore étroitement liée au groupe. Les photographies nous montrent cette double inscription de l’enfant comme individu – mais faisant partie d’une famille institutionnelle, au sein de laquelle les rôles sont distribués à l’avance.

Fig. 3. Amateur anonyme, « Maman et papa montent le portique », tirage gélatino-argentique, 9 x 8,5 cm, 1962, coll. part.

  • 5 L. Roussel, L’Enfance oubliée, Paris, Odile Jacob, 2001.

10Lorsque l’enfant est photographié en famille, il prendra la pose tout aussi sérieusement que ses aînés, souvent perdu dans une masse d’adultes car, dans cet univers de devoirs, de classements ordonnés, les enfants intériorisent rapidement les règles communes. La distinction plus nette entre enfant et adulte, la sentimentalisation de l’enfance n’empêchent pas que l’autorité des parents continue de se donner comme la manifestation d’un ordre transcendant subi par tous5. L’obéissance enfantine qui se lit sur les photographies n’apparaît pas comme une soumission frustrante, mais comme une allégeance aux conditions même de la vie familiale.

11Si les transformations de la famille se développent différemment dans le temps selon les classes sociales, l’affectivité et l’intimité finiront néanmoins de s’immiscer dans l’ensemble des familles dans la seconde moitié du xxe siècle. Contrairement aux anciennes photographies où les enfants figuraient comme emblèmes de la descendance, les clichés se mettent à montrer ces petits personnages dans leurs activités et leur monde enfantin.

12Cette tendance ne cessera de croître, en se concentrant sur ce qu’ils ont d’unique, de rare ou d’attachant. Et s’il leur est encore demandé de regarder l’objectif pour être saisi dans leur activité, mais en coopérant à l’acte photographique, ce n’est plus pour longtemps. Bourdieu avait déjà remarqué que les photographies d’adultes et de groupes familiaux diminuaient au profit d’images où l’enfant apparaissait seul. Cette tendance ne cessera de s’affirmer; la représentation de l’enfant tendra à occuper la plus grande surface, au détriment du contexte dans lequel il se trouve. Les photographies d’enfant dépouillent au maximum le décor de ses aspects signifiants pour ne plus donner d’importance qu’à la représentation enfantine.

«Là par exemple, tous ces portraits, c’était un soir où elle était allongée devant la télé, je la trouvais complètement lumineuse, alors j’ai fait deux pellicules. Elle avait un regard, quelque chose de vraiment fort.»

  • 6 Irène Théry, Le Démariage, Paris, Odile Jacob, 1996.

13Privatisé, mis au centre de l’intimité psychique de ses parents, l’enfant grandit à l’écart de tout projet social, devient preuve vivante de l’amour des conjoints, incarne les désirs et les choix des parents et est considéré comme une valeur en soi6. Alors que la morale, les contraintes et les sanctions laissent place à une éducation soucieuse de favoriser le “moi” unique et merveilleux de l’enfant, la photographie va se centrer sur lui, sur les étapes de son développement et l’éclosion de ses comportements. Dans cette course à saisir chacune de ses évolutions, l’enfant est photographié seul, à son insu, clos dans le narcissisme d’une image dont la mise au point se concentre sur l’expression de son épanouissement.

«à chaque fois qu’il avait une nouvelle tenue on le prenait en photo, un bonnet, une grimace, la première soupe, le premier petit plat à la cuillère où il en a partout.»

L’adieu au “petit oiseau va sortir”

Fig. 4. Amateur anonyme, trois enfants au parc, tirage gélatino-argentique, 11 x 8,2 cm, 1957, coll. part.

14La nouvelle ligne de conduite qui se dessine dans les années 1970 est désormais d’éviter de réaliser une photographie de famille évoquant les pesanteurs du rite à l’ancienne et la sujétion à la pose. Elle s’impose dans les années 1980 et ne cessera de s’affirmer jusqu’à aujourd’hui. La qualité relationnelle du couple devenant la principale exigence et l’épanouissement de l’enfant étant au centre des préoccupations, la pose est désormais vécue comme un dispositif risquant de donner à l’entourage une idée fausse de l’histoire familiale.

«Cette photo est une des photos de Paul que je préfère, dans la main il a des prunes qu’il avait volées, on lui avait interdit d’en manger parce qu’elles n’étaient pas mûres, il sait très bien qu’on l’a pris en flagrant délit et ça… Tu vois sa tête… Il y a une petite histoire, et c’est ça que j’aime bien, moi ça me remet tout de suite dans l’ambiance…»

15Des photographies de famille, on attend qu’elles soient une sorte d’espion dans la maisonnée et des sujets photographiés qu’ils n’aient pas conscience de la présence de l’appareil photo et soient pris au dépourvu. Aucune photographie si sophistiquée ou bien cadrée soit-elle ne donnera autant de satisfaction que celle que procure le cliché d’un moment familial, d’une attitude ou d’une expression saisis dans le feu de l’action.

«à mon mariage, à un moment où Augustin avait la tétine et ma mère voulait absolument lui faire retirer cette tétine de la bouche, parce que, sur les photos ça ne fait pas beau. Je lui fais: “Mais laisse-le, s’il a la tétine, il a la tétine, ça fait partie de lui à ce moment-là, il a la tétine et on lui garde.” Moi c’est des choses qui me paraissent normales… je suis tout le contraire, j’aime bien prendre comme ça et puis voilà. Ça donne ce que ça donne, mais c’est naturel… Ma mère, ça la choque.»

16Les nouveaux principes implicites de la photographie familiale sont ainsi de tout faire pour éviter que le sujet ne soit engagé dans le seul comportement de se faire photographier. Il doit être saisi sur le vif, dans une activité délibérément indépendante de la prise de vue. On exige de lui qu’il reste naturel et ne participe plus à une action dont il devient plus objet que sujet. Surprendre le sourire spontané, photographier sans être vu et être photographié sans s’en rendre compte sont les nouvelles règles du jeu.

«Cette photo, je l’adore, parce qu’elle retrace exactement la surprise de mon fils au moment où je suis arrivée, lui avait fait une partie de la nuit dans son berceau et s’était réveillé au petit matin, il s’était rendormi avec nous, pas moi j’étais allée dans le jardin et au moment où j’arrive, il était complètement surpris de se réveiller dans notre lit… Avec mon mari comme je le connais, difficile d’émerger… ça j’aime bien plus que la photo où le bébé est beau. C’est vraiment lui au moment où j’ai fait la photo.»

17Le naturel est désormais à l’ordre du jour et la photo volée la seule qui puisse en rendre compte. La volonté d’enregistrer sur le vif s’inscrit dans un contexte où une importance essentielle est accordée aux sentiments. En décalage avec le fonctionnement réel des familles, la photographie traditionnelle semble caduque parce qu’inapte à en rendre le vécu.

«Ces photos-là sont mes préférées, c’est une ambiance, on est là un soir par terre avec les enfants. Les moments les plus forts c’est quand on ne fait pas attention à nos attitudes, c’est comme quand on chahute, quand on raconte une histoire au lit, ça se fait comme ça.»

18Les images du bonheur familial paraissent plus authentiques si elles n’ont pas l’apparence que confèrent un bon éclairage, une composition soignée, une pose frontale et un regard tourné vers l’objectif. En adoptant un profil esthétiquement bas, les images de la famille passent pour plus vraies, dénuées de toute manipulation. Et lorsqu’une photographie possède indéniablement des qualités esthétiques, un bon cadrage, une lumière qui pourrait laisser supposer une mise en scène, les témoins s’empressent de préciser que celle-ci n’est pas posée. Car la pose mettrait aussitôt à mal la véracité de la magie de l’instant que l’appareil a su saisir, la beauté “naturelle” de la scène et la preuve de bonheur qui se lit sur les visages.

Fig. 5. Amateur anonyme, Benjamin, photographie couleur, 13,8 x 8,8 cm, 1979, coll. part.

«Pour moi cette photo relève de la photo artistique. C’est une photo qui nous a été volée, ni Noona ni moi on savait qu’on nous prenait en photo et on est dans un moment d’intimité, on est assise toutes les deux sur une marche, c’est l’été, elle est là avec une poupée dans les bras, elle est toute petite, moi je suis à côté d’elle, on se regarde comme ça, on a toutes les deux le visage légèrement penché et on se regarde comme ça, je trouve que c’est une très belle photo, parce qu’elle reproduit le moment, il y a une intensité très forte et puis elle me ramène à un super souvenir.»

Nouveaux rites photographiques   de la vie privée

19Culte de la vie privée, la photographie familiale continue certes de fixer certaines cérémonies, mais accompagne aujourd’hui bien d’autres rites, nouveaux et profanes: la naissance, les premiers pas, l’entrée à l’école, etc. Témoignant d’une approche plus existentielle, elle évacue progressivement la ritualité des moments photographiés au profit d’un rapport plus spontané et intuitif à l’image.

«J’essayais de les saisir naturels… Parfois pour me souvenir je les fais un peu poser… des anniversaires pour les petits…»

20L’image affective prétend ainsi échapper à tout repère social et temporel pour ne plus devenir que personnelle. Elle fixe un instant, dont finalement le lieu, l’action, la période et la personne importent moins que le “ressenti”.

«J’aime une photo pour ce qu’elle évoque comme douceur, ou moment partagé, ou émotion… L’aspect affectif tout simplement.»

21Cette orientation ne s’est certes pas développée de façon générale et égale dans tous les milieux sociaux, mais quand la photographie traditionnelle est encore de rigueur, il semble qu’elle soit davantage vécue sur le mode de l’obligation ou qu’elle ne représente plus qu’une formalité.

«Là, ce sont mes beaux-parents avec leur petit-fils la première fois qu’ils l’ont vu. Alors celles-ci nous les faisons uniquement pour faire plaisir à la famille, c’est pas le genre de photos qu’on a envie de prendre.»

22Le véritable changement est que les photos traditionnelles ne sont reconnues signifiantes et importantes que si elles peuvent être vécues sur un mode analogue aux photos affectives. L’important n’étant plus «ce ou ceux qu’on voit là» mais «ce qui s’est vécu là».

«Là c’est les vacances chez mes parents, on est en train de se baigner… Rien à dire. Là ce sont des vacances dans un gîte rural, on avait fait la connaissance d’un couple très sympa, les gamins étaient bien… Ça c’est une série de photos affectives qui montrent tout à fait ce que j’aime, ça se passait super bien.»

23La volonté de restituer le sentiment d’un culte collectif autour des réunions familiales ne suffit pas à recréer l’unité des croyances qui donnait vie à ces célébrations. Si l’on ne peut que constater la laïcisation des événements qui jalonnent la vie privée et le fait que les familles continuent de se faire un devoir de valoriser les moments décisifs de l’existence, les habitudes sociales, honorées en tant que rituel, dégénèrent en rôle à jouer auxquels les membres de la famille se livrent avec plus ou moins de plaisir ou de devoir.

«Il se trouve qu’on fait des photos à Noël, mais parce qu’on est à peu près tous réunis ensemble chez mes grands-parents, ça voulait dire cousins, cousines… Là on peut retrouver le fil avec les photos de Noël de mon enfance à moi, le côté arbre de Noël, cadeaux… Ce n’est plus une fête religieuse mais c’est quand même un moment qui reste.»

24En cherchant à échapper à ce sentiment d’inauthenticité ou de partialité que procure ce genre de clichés, les familles s’investissent, photographiquement parlant, dans ce qui leur semble être la représentation “vraie” de leur intimité, celle qui témoigne du bonheur et a fixé l’intensité d’un échange affectif ou psychologique.

Fig. 6. Amateur anonyme, leçons de vacances, tirage chromogène, 9,5 x 11,5 cm, 1985, coll. part.

«Cette photo d’Alex est probablement la meilleure, là je l’ai vraiment pris lui. Il avait une huitaine d’années et c’est tout à fait ça c’est lui, il était perdu dans ses pensées et je l’ai capté à ce moment-là. C’est exactement ce que je sens d’Alex.»

  • 7 Irène Jonas, “Mensonge et vérité de l’album de photos de famille”, Ethnologie française, XXI, no 2, (...)

25Dans une société où l’on porte tant d’intérêt aux rapports personnels et intimes, à son propre accomplissement et à la découverte de soi, on ne demande plus aux photos de famille de n’enregistrer que les grands moments institutionnalisés pour témoigner de la bonne santé morale de la famille mais de saisir le sourire spontané et le visage épanoui pour en attester la bonne santé affective, voire psychologique7. En ce sens, trouver une photo réussie relève à la fois d’une activité interprétative liée aux codes photographiques et aux références culturelles en vigueur dans une société donnée mais également des regards subjectifs et individuels des membres de la famille.

«Celle-là, le regard qui s’échange entre le père et sa fille qui vient de naître… c’est complètement la relation qu’ils ont, surtout du père vers sa fille, tu sens toute la douceur qu’il a et qu’il ne montre pas souvent.»

26Bien que les scènes et les moments photographiés évoluent depuis plus d’un siècle, les photos continuent d’être exécutées et conservées avec autant d’amour que de devoir. En elle-même, l’idée de faire des photos de famille n’est pas rejetée, mais le fait qu’elles doivent emprunter des formes rituelles est de moins en moins admis. À l’aube du xxie siècle, la famille semble photographiquement prête à accueillir la transition numérique.

«Une bonne photo de famille, c’est une photo qui montre la chaleur, le bonheur des gens d’être ensemble. Les photos à la volée sont celles que j’apprécie le plus, elles sont plus intéressantes. Je préfère que l’enfant ne soit pas dans le rapport où on prend la photo parce que tout petits, ils posent, donc tu perds quelque chose. Celle-là c’est une photo numérique à un mariage chez des potes. J’étais enceinte d’Anita, j’étais déjà bien ronde. Je l’aime beaucoup parce qu’elle est très douce, on dirait une photo prise en studio alors que c’était dans la salle de mariage. En plus elle n’est pas posée, ils l’ont prise à un moment où je faisais un câlin à Alex. On n’avait pas vu le photographe et en même temps on croirait une photo de studio. Pour moi c’est le bon compromis de ce que devrait être une photo de famille, c’est-à-dire quasiment volée mais en même temps suffisamment orchestrée pour que… Pour moi c’est ça une photo de famille.»

La photographie à volonté

  • 8 Jean-Claude Gautrand, “Un siècle de photographies de famille”, in Photos de famille, cat. exp., Par (...)

27En 1990, Jean-Claude Gautrand, journaliste et historien de la photographie, conscient de l’évolution des techniques, écrivait: «Une seule certitude: sous une forme ou sous une autre, et grâce sans doute à ses paradoxes, la photo de famille subsistera. Car tout à la fois certitude et illusion, justification et interrogation, réalité ou mystification, insignifiante et importante, elle est avant tout nécessité8.» Au-delà des mutations familiales, au-delà de l’évolution du type de clichés réalisés, au-delà du changement de technologie, il semble bien que la photographie familiale continue de s’imposer comme un devoir. Mais que va changer, pour la génération à venir, cette forme particulière de circulation des images – numérisées, dématérialisées, stockées sur l’ordinateur et circulant sur internet – par rapport aux photos traditionnelles et tout particulièrement à l’élaboration d’albums?

28Avant toute chose, il est important de souligner la difficulté à parler du numérique au sein des familles, tant ce phénomène est nouveau, inégalement partagé, en constante évolution. En outre, le multi-équipement est de plus en plus courant et il n’est pas rare de trouver dans un même foyer des jetables, pour certaines circonstances, un appareil compact ou un reflex argentique en même temps qu’un appareil numérique. Si la photo numérique est présentée comme une pratique facile, peu coûteuse et qui permet de corriger aisément les défauts d’une image, reste que son utilisation, parce qu’elle se situe à cheval sur trois mondes (la photo, l’informatique et les arts graphiques), est inégalement exploitée. Quant à la question de la sauvegarde des images, il semble que le public n’y soit pas encore suffisamment sensibilisé: la question du stockage et de la conservation à long terme passe au second plan, l’utilisation des photos se limitant dans la majorité des cas au téléchargement des fichiers sur l’ordinateur et à un visionnage sur écran.

29S’il est encore trop tôt pour distinguer nettement les changements apportés par la photographie numérique, quelques tendances se dessinent néanmoins. La disparition de la contrainte économique liée à l’achat des pellicules et à leur développement modifie radicalement la quantité des enregistrements. En favorisant une multiplication sans précédent des images (environ quatre à cinq fois plus que dans la pratique argentique), la transition numérique accélère la sortie du régime de la photographie posée au profit de la prise de vue sur le vif.

«Et alors là ça a été le délire, tout est permis puisque tout est jetable, on peut se permettre de prendre trois fois plus de photos, des photos qu’on n’aurait jamais prises, les manifestations des enfants, Sarah déguisée en tutu, machin, on immortalise les doudous, jamais il ne me serait venu à l’idée de prendre des photos de Sarah avec ses doudous qu’elle adore. C’est jetable, ce n’est pas grave on le prend et on ne le tire plus, on le garde, on le stocke dans l’ordinateur.»

  • 9 Cédric Biagini, “L’emprise des écrans”, in C. Biagini, Guillaume Carnino, Célia Izoard, La tyrannie (...)

30Comme le souligne Cédric Biagini, l’avènement du numérique et des canaux de diffusion haut débit ont démultiplié l’enregistrement de la vie et les exhibitions narcissiques9.

«Les moments que j’ai envie de garder se sont des instants de vie […] L’inconvénient du 24/36 c’est que c’est lourd, encombrant, donc ça ne permet pas une instantanéité de tous les jours, et finalement je ne faisais des photos qu’à des occasions et c’est d’ailleurs une des différences avec le numérique, la miniaturisation des appareils fait qu’ils sont plus facilement accessibles.»

  • 10 Serge Tisseron, Petites mythologies d’aujourd’hui, Paris, Aubier, 2000.

31Outre la possibilité de photographier à volonté, la photographie numérique se caractérise également par l’immédiateté de l’accès à l’image. En permettant de voir l’image au moment où celle-ci est réalisée, elle n’est plus un reflet, ni même une représentation du monde, mais un élément du réel qui participe à sa construction10. On ne peut plus distinguer l’événement de sa saisie, ni cette saisie de sa réception, ces trois moments finissant par coïncider, sans aucun délai ni aucune distance entre eux. Immédiateté du résultat, instantanéité absolue et sélection directe sont les nouvelles règles photographiques. Mais cette simultanéité n’est pas sans ambivalence pour un certain nombre de personnes, qui la vivent comme une perte.

«Il y a cette idée que c’est très maniable et je trouve que c’est très rigolo cette idée d’instantanéité des photos que vous voyez dès que vous les avez faites… Mais d’un autre côté, il y a le côté un petit peu magique quand vous avez pris des photos, que vous revenez de vacances et que vous apportez la pellicule… Vous ne savez jamais ce qu’il y aura dedans et puis vous allez chercher vos photos, vous sortez du magasin, vous payez et vous n’entendez même pas combien parce vous, vous êtes déjà là en train de regarder les photos: Oh ça je ne m’en souvenais pas, oh ça je ne pensais pas que ça donnerait ça…»

32Au-delà de ces considérations matérielles, il semble qu’appareil photo numérique et appareil argentique n’aient fondamentalement pas la même “valeur” et ne remplissent pas le même rôle symbolique.

«La photographie, je crois que j’ai toujours trouvé ça cher, c’est un produit de luxe, avec le numérique je ne suis plus dans un rapport à l’argent, on est moins dans un objet de vénération. Avant l’autofocus et le numérique, il fallait être qualifié pour pouvoir prendre des photos. Il y a plein de trucs qui font que tu réussis les photos et que tu es autant qualifiée que le père de famille qui prenait ses photos.»

  • 11 Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyperconsommation, Paris, Gallimard (...)
  • 12 Carol Anne Rivière, “Téléphone mobile et photographie: les nouvelles formes de sociabilités visuell (...)

33Dès lors, on peut supposer que cette perte de valeur de l’appareil photo tient davantage au fait que, là où le 24/36 permettait d’afficher une position sociale, l’appareil numérique fait d’emblée partie de la société d’hyperconsommation décrite par Gilles Lipovetsky et des “objets à vivre” achetés en vue de satisfactions émotionnelles, relationnelles, ludiques et distractives11. Préparée par les compacts et les jetables, la possibilité de photographier plus librement franchit avec le numérique une nouvelle étape, élargit la pratique à des situations de plus en plus diversifiées, et achève de désacraliser un usage réservé aux moments d’exception12.

Fig. 7 à 12. Amateur anonyme, groupe d’enfants à la campagne, images numériques, 2008, coll. part.

«Finalement avec le numérique il y a plusieurs choses qui me gênent encore, d’abord ça enlève toute la solennité de l’instant photographique, quand on prend tout finalement on ne prend rien…»

34Si le numérique a permis à ceux qui ne réalisaient pas ou peu de photographies de passer plus facilement à l’acte, la gratuité ne semble pas avoir le même impact sur les deux sexes. Les femmes, se vivant comme «mauvaises photographes», inquiètes de gâcher de la pellicule, suppriment l’autorestriction dans le nombre de prises de vue.

«Cette photo de ma fille, j’en ai raté plusieurs avant de la faire. Je ne sais pas si j’aurais réussi à la faire avec un argentique et je n’aurais peut-être même pas essayé parce que ça coûte cher.»

35Les hommes, quant à eux, vont avoir tendance à élargir le champ du photographiable mais aussi à s’emparer de cette nouvelle technologie en jouant sur sa dimension expérimentale.

«Pour lui, c’est beaucoup plus son joujou, il va essayer plein de nouveaux trucs, il aime bien. Moi je me sers de l’outil pour faire les photos que je veux faire. Je considère que je n’ai pas le temps, que je n’ai pas envie de prendre le temps d’aller voir les fonctions qu’il y a, je ne vois pas l’intérêt, je ne trifouille pas quoi…»

36La possibilité de produire pour un coût minime ou nul un nombre d’images indéfini, si elle libère dans une certaine mesure la photographie de son usage conventionnel, n’est pas sans soulever de nouveaux problèmes. Déjà difficile avec l’argentique, la sélection devient avec le numérique un véritable casse-tête et une opération bien plus chronophage. Certaines familles reviennent maintenant de vacances avec des centaines de photos.

37Avec le traitement numérique, il semble ainsi que la vie familiale ne soit plus photographiée, développée, puis sélectionnée, mais enregistrée, convertie en trace, puis stockée. Cette inflation mémorielle n’est pas vécue sans ambivalence par une génération qui a grandi avec l’argentique car l’utilisation la plus courante des photos numériques consiste à les regarder sur l’écran. Si le numérique permet de faire des économies à la prise de vue et offre la possibilité de réaliser un plus grand nombre d’enregistrements, il n’en pose pas moins une nouvelle question: celle du quoi faire de toutes ces images?

Pérennité numérique et mémoire familiale

38La technologie numérique plonge le photographe familial dans une situation inédite où il faut penser au devenir des images dès leur inscription sur la carte mémoire, car tant que l’image n’est pas formellement sauvegardée, le risque de disparition n’est pas exclu.

«J’avais mis les photos de vacances sur mon ordinateur du boulot et je n’avais pas fait de cd-rom… Quand il a buggé, j’ai tout perdu, je ne me voyais pas aller demander mes petites photos personnelles à la direction.»

  • 13 Jacques Hémon, “Le tirage comme garantie à vie”, Images Magazine, octobre-novembre 2003.

39Et même en considérant que toutes les précautions aient été prises en matière de sauvegarde, la durée de vie d’environ six ans pour un cd-rom et la modernisation incessante des supports de conservation est loin d’assurer la pérennité souhaitée par les familles en matière de photographies. Comme le souligne la plupart des spécialistes, malgré l’évolution technique, seul le tirage sur papier permet d’assurer la conservation de nos images dans la mesure où les standards de stockage numériques d’aujourd’hui seront obsolètes demain13. Il semble donc que la question du papier ne soit pas sans lien avec le souci de pérennité des photos réalisées et donc de la mémoire familiale.

Fig. 13. Amateur anonyme, un père de famille, tirage à jet d’encre d’après un fichier numérique, 15,2 x 10,2 cm, 2000, coll. part.

«Moi j’ai envie de le faire (l’album) pour les enfants parce que l’ordinateur on ne sait pas trop comment la technologie va évoluer, donc je ne suis pas sûre que le CD que je grave aujourd’hui, dans dix ou quinze ans il sera encore lisible ou que je ne l’aurai pas perdu. Je trouve que le tirage papier il y a quelque chose de durable… Donc ça c’est un truc auquel je tiens, c’est pour ça que je fais quand même l’effort de développer et de faire des albums.»

40à l’heure actuelle, on peut observer un sentiment de non-adaptation entre l’outil numérique et la possibilité de constitution d’un album et l’entretien d’une mémoire familiale.

«De temps en temps, je me prends en main et je les mets sur ordinateur, ce n’est pas automatique… Une ou deux fois, ça m’est arrivé de faire des CD, tout ça c’est un peu dans le désordre, c’est un peu galère, avec un résultat pas tellement satisfaisant parce que finalement avec le numérique du stockage au développement, c’est moins facile, c’est plus laborieux déjà parce qu’il y a beaucoup plus de photos, là où on en faisait dix on en fait cinquante, il faut choisir. J’ai pensé à l’imprimante mais je ne l’ai pas fait parce que ce serait encore un périphérique supplémentaire, j’ai du mal avec tout ça. Pour moi, ça reste encore plus simple d’aller porter ma pellicule en allant chercher le pain et de la reprendre le lendemain soir.»

41Les personnes ayant grandi avec la photographie argentique peinent à investir pleinement le numérique, tant psychologiquement qu’en termes de temps. Elles se sentent ainsi souvent «entre deux mondes»:

«Je pense qu’il faudrait être complètement ultramoderne, numérique, téléphone, palm au lieu de photos dans le portefeuille, moi je suis encore dans le schéma où toucher les choses ça me va bien, j’aime bien le côté un peu moderne, mais ça me rassure de toucher, le papier, tout ça, ça me va bien.»

  • 14 Louise Merzeau, “Papiers sensibles”, Les Cahiers de médiologie, archivés sur internet, http://www.m (...)

42Si pour les professionnels de l’information, de la communication et de l’édition, le passage au tout-numérique est déjà largement engagé, c’est encore loin d’être le cas pour les amateurs. «Les amateurs, qu’on cherche à séduire à grands coups de publicité, sont en revanche sans doute moins disposés à convertir leurs photos souvenirs en pixels et leurs albums en écrans d’ordinateur. Car les usages affectifs, fantasmatiques ou symboliques de la photographie ne se détacheront pas si facilement de la matière où ils prennent corps14.» Pour la plupart de ceux – et surtout de celles – qui ont des photos de famille, une image numérisée est encore une image sans support.

«Les photos sur l’ordinateur… Je ne sais pas ça ne donne pas de chair, c’est complètement désincarné, elles existent pas vraiment, tu captes des choses que tu matérialises pas, moi la photo c’est le tirage.»

43L’image numérique ne devient ainsi une photographie au sens habituel du terme que lorsqu’elle prend la forme d’une épreuve permanente et pour les femmes, la photo sur papier reste toujours à l’heure actuelle la forme idéale des images.

«Moi ça ne m’intéresse pas d’avoir des photos sur l’ordinateur, l’intérêt d’une photo de famille c’est quand même de regarder, de partager, vous n’allez pas dire “tiens viens voir les photos sur ordinateur.” Et pour moi le papier c’est important mais je pense que je suis encore d’une génération papier, mais je pense que c’est générationnel…»

  • 15 Voir à ce sujet Josette Coenen-Hunther, La Mémoire familiale, Paris, L’Harmattan, 1994. Et Jean Hug (...)
  • 16 Hélène Belleau, Les Représentations de l’enfant dans les albums de photographies de famille, Montré (...)

44Dans la mesure où la transmission de la mémoire familiale se fait généralement par les femmes qui en sont détentrices15 et où faire l’album est une activité globalement féminine16, ce sont les femmes, en premier lieu, qui vont être sensibilisées à la difficulté de le réaliser à partir du numérique et au temps que cela demande.

«Avant j’apportais ma pellicule chez le photographe, je râlais parce que ça coûtait cher… J’en ai vaguement fait des albums et là-dessus est arrivé le numérique où tu peux en faire à volonté mais du coup il n’y a plus d’albums… Je n’ai pas la démarche d’apporter ma petite disquette, ou mon CD, c’est vrai que c’est plein de démarches…»

45Le manque de temps est fréquemment évoqué par celles-ci, tant pour classer les photos, que pour les retoucher et en faire une sélection pour réaliser des tirages:

«ça y est on a acheté une imprimante, parce que la démarche d’avoir ta carte, de l’emporter, de les sélectionner, de les tirer, moi je trouve ça trop compliqué… Et puis le manque de temps. Je pense que c’est une question de disponibilité, en fait il faudrait traiter ça comme une photothèque professionnelle et effectivement ce temps-là on ne l’a pas. Apparemment avec le numérique on devrait gagner du temps et de l’argent et en fait je trouve que le numérique est beaucoup plus contraignant que l’argentique.»

46Les réticences face au numérique sont loin d’être généralisables, mais l’on peut se demander si cet attachement aux tirages papier rencontré chez de nombreuses femmes, ne vient pas, au-delà du besoin d’un rapport tactile à l’image, de l’exigence imposée aux mères de famille de gérer la mémoire familiale et d’éviter le risque que les photos souvenirs ne soient perdues à jamais.

«Moi l’arrivée du numérique j’étais super contente, moins de tirages perdus, mais en fait je n’aime pas tant que ça… C’est bien mais elles sont où les photos… Dans l’ordinateur! On n’a rien tiré, ça m’agace…»

47La photographie numérique familiale s’éloigne-t-elle de sa fonction de gardienne de la mémoire pour devenir un acte social de communication d’émotions? Difficile de répondre à cette question aujourd’hui, toutefois avec le numérique semble se profiler le rêve d’une vie familiale photographiée en continu et d’une mémoire intégrale, incompatible avec le processus même de la mémorisation qui implique de trier pour éliminer. La question de l’avenir des photos de famille se pose ainsi à deux niveaux. Le devenir du nombre phénoménal d’images stockées que la famille ne souhaite ni effacer ni mettre sur papier et le devenir des images qu’elle choisit de privilégier. Si au soulagement de beaucoup, le numérique et l’informatique libèrent des espaces anciennement occupés par les négatifs et les tirages papiers, quelle est la destinée des images numériques à long terme et quelle place auront-elles dans la mémoire familiale?

48Un nouvel âge de la mémoire familiale apparaît, mais ces CD-ROM identiques distribués à l’ensemble de la descendance ou les livres-albums photos réalisés en ligne ne risquent-il pas de faire disparaître une sorte de transmission vagabonde telle qu’elle était encore possible par des boîtes remplies de photos en vrac ou des pochettes de photos non sélectionnées ou encore par des photos soustraites discrètement à l’album pour être reproduites ou gardées puis intégrées à un nouvel album?

  • 17 Jacques Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995.
  • 18 Régine Robin, La Mémoire saturée, Paris, Stock, 2003.

49Toute photo numérique tend à devenir archive, patrimoine dans un fantasme de conservation intégrale et de stockage sans perte, rompant bel et bien avec l’archivage, tel que le définit Jacques Derrida17, qui impliquait un geste de séparation, de tri, de hiérarchie et de sélection. Une nouvelle utopie semble ainsi s’installer, celle du stockage de toutes les photos de famille et de tous les moments de la vie quotidienne, sans perte et sans déchet. Cet excès de mémoire familiale, ce rêve de «tout photographier», ces fantasmes de «tout garder», cette passion de «tout stocker» ne risquent-ils pas alors de conduire à ce que Régine Robin a appelé une mémoire saturée18? Cette hantise de la disparition et cet enregistrement fidèle des données ne conduiraient-ils pas à bloquer le travail de mémoire vivante à laquelle se livrait chacun des membres de la famille, pour déboucher sur une simplification «du même CD-ROM» pour tous et d’une forme de pétrification de cette mémoire familiale?

Notes

1 Cf. Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 1965.

2 Les verbatim sont extraits d’une recherche en cours sur la photographie familiale menée auprès de trente personnes, et plus particulièrement de femmes entre trente et cinquante ans.

3 Louis Roussel, La Famille incertaine, Paris, Odile Jacob,1989, p. 111.

4 Laurence Gavarini, La Passion de l’enfant, Paris, Denoël, 2001, p. 109.

5 L. Roussel, L’Enfance oubliée, Paris, Odile Jacob, 2001.

6 Irène Théry, Le Démariage, Paris, Odile Jacob, 1996.

7 Irène Jonas, “Mensonge et vérité de l’album de photos de famille”, Ethnologie française, XXI, no 2, 1991, p. 189-196.

8 Jean-Claude Gautrand, “Un siècle de photographies de famille”, in Photos de famille, cat. exp., Paris, éditions La Villette, 1990, p. 77-81.

9 Cédric Biagini, “L’emprise des écrans”, in C. Biagini, Guillaume Carnino, Célia Izoard, La tyrannie technologique, Paris, éditions l’échappée, 2007, p. 58-104.

10 Serge Tisseron, Petites mythologies d’aujourd’hui, Paris, Aubier, 2000.

11 Gilles Lipovetsky, Le Bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyperconsommation, Paris, Gallimard, 2006.

12 Carol Anne Rivière, “Téléphone mobile et photographie: les nouvelles formes de sociabilités visuelles au quotidien”, Sociétés, no 91, 2006/1.

13 Jacques Hémon, “Le tirage comme garantie à vie”, Images Magazine, octobre-novembre 2003.

14 Louise Merzeau, “Papiers sensibles”, Les Cahiers de médiologie, archivés sur internet, http://www.mediologie.com, no 4, 2e semestre 1997, p. 10.

15 Voir à ce sujet Josette Coenen-Hunther, La Mémoire familiale, Paris, L’Harmattan, 1994. Et Jean Hugues Déchaux (1997), Le Souvenir des morts, Paris, Le lien social, PUF, 1997.

16 Hélène Belleau, Les Représentations de l’enfant dans les albums de photographies de famille, Montréal, thèse de doctorat en sociologie, 1996.

17 Jacques Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995.

18 Régine Robin, La Mémoire saturée, Paris, Stock, 2003.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Amateur anonyme, au trampoline, tirage chromogène, 11,5 x 9,5 cm, 1986, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2. Amateur anonyme, groupe d’amis sur la plage, tirage gélatino-argentique, 11 x 6,5 cm, 1943, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3. Amateur anonyme, « Maman et papa montent le portique », tirage gélatino-argentique, 9 x 8,5 cm, 1962, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4. Amateur anonyme, trois enfants au parc, tirage gélatino-argentique, 11 x 8,2 cm, 1957, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 5. Amateur anonyme, Benjamin, photographie couleur, 13,8 x 8,8 cm, 1979, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 6. Amateur anonyme, leçons de vacances, tirage chromogène, 9,5 x 11,5 cm, 1985, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7 à 12. Amateur anonyme, groupe d’enfants à la campagne, images numériques, 2008, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 13. Amateur anonyme, un père de famille, tirage à jet d’encre d’après un fichier numérique, 15,2 x 10,2 cm, 2000, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/1002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Jonas, « Portrait de famille au naturel », Études photographiques, 22 | septembre 2008, [En ligne], mis en ligne le 09 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/1002. consulté le 11 décembre 2016.

Auteur

Irène Jonas

Irène Jonas est sociologue indépendante, membre de l’Association française de sociologie. Elle a publié aux éditions L’Harmattan L’Individu auto-déterminé (2003). Ses travaux actuels portent sur le genre et sur la photographie de famille. Elle a récemment publié “Photographies de famille: évolution des techniques et mutation familiale” (2008), in Les Arts moyens aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 2008 et “La photographie de famille au temps du numérique”, Enfances, Familles, Générations, no 7, automne 2007.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle